Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 05:23

prison-corrie-copie-1.jpg

Christophe 10 ans, handicapé psycho moteur profond, était dans un fauteuil roulant. Des personnes rencontrées en vacances nous on parlé de leur foi et nous ont invité dans une de leur réunion. Nous portions Christophe dans nos bras, en demandant la prière pour lui.

Un jour quelqu'un nous a dit  : "Dieu a entendu vos prières, alors ne demandez plus et attendez sa réponse en lui abandonnant le fardeau !"

Quelque jours plus tard, à la fin d'une réunion, son père raconte : Tout à coup, il m'a échappé et a fait une quinzaine de mètres tout seul. Quelle émotion, quelle joie...Depuis il marche et a fait bien d'autres progrès. Il a maintenant 36 ans....

 

ILONT ECRIT

Inconnu :

- Le grand chêne était jadis un petit gland qui a tenu bon.

- Ne parle pas de tes problèmes, parle à tes problèmes.

 

SOURIEZ

Max ne comprend rien aux balbutiements de son petit frère qui commence à parler.

Il se tourne vers sa maman et lui demande :

- M'man, tu es sûr qu'il est français ?

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 05:29

Main.jpg

Un jour parce que telle est la vie, le destin nous foudroie, ou bien nous rencontrons le malheur. Et nous le rencontrons toujours puisque autour de nous, ceux que nous aimons sont condamnés à disparaître...

Alors, parce que nous n'avons jamais osé parler de ce qui compte vraiment, nous perdons pied.
Nous sombrons dans l'angoisse, nous ne savons plus comment faire face...

La vie n'est pas un chemin facile, les hommes sont mortels. Au coeur du bonheur peut surgir l'effroyable

    Mais le bonheur existe, l'espoir n'est pas seulement une illusion.

Frédéric Chopin est mort de tuberculose, ses dernières paroles furent :

- Maintenant, je suis à la source du bonheur !

Geoffroy Saint-Hilaire, naturaliste français a écrit :

- Si j'ai eu le bonheur de rendre service aux hommes : Gloire à Dieu !

Saint Exupery à écrit :

- Le bonheur n'est pas dans la liberté, mais dans l'acceptation d'un devoir !

Charles Spurgeon :

- Le plus court chemin pour arriver au bonheur, c'est de rendre les autres heureux.

 

D' autres ONT ECRIT :

Eistein :

- Nous aurons le destin que nous aurons mérité.

Faulkner :

- On accuse souvent le destin aveugle, mais ne vaudrait-il pas mieux, s'en prendre au manque de clairvoyance de l'homme ?

 

SOURIEZ

Observant sa mamn piquer un rôti et glisser de l'ail dans les trous qu'elle vient de créer, Max inquiet, la questionne :

- Maman, est-ce que le rôti souffre ?

- Bien sûr que non Max, pourquoi cette question ?

- Alors pourquoi tu lui mets des suppositoires ?

Repost 0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 05:45

Un

 

Elephant.jpg

Une histoire racontée par des Zoulous :

     Trois hommes aveugles avaient grande envie de "voir" un éléphant. Un jour, quelqu'un les amena à un parc en voiture. Là, on leur fit rencontrer un éléphant , on leur dit qu'il était grand, apprivoisé et qu'ils pouvaient s'approcher de lui sans crainte.

Comme un aveugle ne voit pas avec ses yeux mais avec ses doitgs, le premier alla toucher l'animal. Il tâta une de ses pattes arrière. Le deuxième s'approcha et toucha le ventre de l'éléphant,  le troisième sa trompe. Ils étaient tous enchantés et excités d'avoir "vu" un éléphant.

     Quand ils arrivèrent chez eux on leur demanda s'ils avaient vu un éléphant ! Le premier dit :

- C'est comme le tronc d'un gros arbre.  Le deuxième dit :

- Tu n'as rien vu, moi je l'ai vu, c'est comme  un gros ballon. Le troisième dit :

- Où étiez-vous, vous deux ? Moi, je l'ai touché, c'est comme un gros tuyau !

     Après cela, ils se mirent à discuter. Ils avaient tous vu l'éléphant ; le problème était que chacun d'eux n'en avait vu qu'une partie....

 

ILS ONT ECRIT

Jean Calvin :

- La pire des pestes est la raison humaine.

Mark Twain :

- Celui qui dit toujours la vérité n'a pas besoin d'avoir une bonne mémoire.

 

SOURIEZ

Max explique à son petit frère :

- Hier c'est le passé, demain, c'est le futur et aujourd'hui, c'est un cadeau :

  c'est pour ça qu'on l'appelle présent.

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 05:31

cyclone2

Erlo témoigne : "Nous avions préparé une jolie chambre avec de beaux meubles...puis  nous avons fait entrer la jeune fille et nous lui avions dit que nous allions prier pour ses problèmes.

A peine était-elle entrée qu'elle a commencé à démolir les chaises, à renverser la table.

Nous avons donc été obligés de sortir tous les meubles de la chambre et de n'y laisser que le lit.

Mais quand elle a commencé à déchirer les draps nous avons dû sortir le lit et nous lui avons laissé qu'une paillasse d'herbe et une couverture ...

Alors, elle a commencé à casser les vitres et les cadres des fenêtres...En quelques heures la chambre ressemblait à une porcherie, une porcherie avec non seulement un cochon mais des tas de cochons !

Elle n'a pas voulu qu'on prie pour elle, et nous, nous n'avions pas voulu de porcherie ! "

 

ILS ONT ECRIT

William Feather :

- La réussite est principalement due au fait que l'on continue là où d'autres ont abandonné.

Kenneth Hagin junior :

- Si tu sers dans ta maison et que tout est en ordre, tu peux commencer à sortir et servir le monde.

 

SOURIEZ

Moi dit Bastien, ma maman me fait manger beaucoup de viande !

c'est pour ça que je suis fort comme un boeuf !

Max :

- Ben la mienne me fait manger beaucoup de poisson ! Mais rien à faire,

  je ne sais toujours pas nager !


Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 05:14

colombe

Il a écrit : Il me vient à la mémoire le visage de tant d'hommes et de femmes que j'avais croisés le temps d'un regard....Le vie alors valait moins qu'une miette de pain.

Il y avait des hommes au visage maigre dans cette ville qui jadis avaient refusé le combat pour leur vie et qui avaient fuit la haine et allaient à la mort têtes baissés, tranquilles....

     J'ai appris, tout en me battant, à ne pas condamner ces hommes justes. Ils étaient notre part de bonté et témoignaient que l'homme peut, quelles que soient les circonstances, refuser de haïr.

Car celui qui se présente aux hommes avec la seule force de son moi, celui qui est vrai, celui qui parle sans artifice, celui qui refuse la haine, celui-là, le juste, celui-là est quel que soit son destin personnel, écouté par quelqu'un.

     Et sa source ne se tarit pas elle resurgit ailleurs.

 

ILS ON ECRIT

. Gray :

- Il faut toujours du courage pour être soi, pour construire sa vie en harmonie avec les exigences de cette voix qui est en nous, et qui est nous.

W. Churchill :

- C'est une grave erreur de regarder trop loin en avant. Dans la chaîne du destin, nous ne pouvons surmonter qu'un maillon à la fois.

 

SOURIEZ

Max passe le week end chez ses grands-parents.

Assise dans son fauteuil, sa mamie lui demande d'aller chercher son pull-over qui est dans la chambre.

Il revient les mains vides et dit :

- Désolé mamie, mais il n'y a qu'un "pullorouge" dans ta chambre....

Repost 0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 04:47

rose-blanche

L'amour c'est donner à l'autre la sécurité et la recevoir de lui.

Quand on renonce à aimer pour choisir ce que l'on croit être sagesse, quand on oublie que la vie est un acte d'amour, un jour vient où l'on découvre que l'on a perdu.

L'amour n'est jamais contrainte. Il est joie, liberté, force. Et c'est l'amour qui tue l'angoisse.

Là où l'amour manque naissent la peur et l'ennui. L'amour est emportement, enthousiasme, risque.....

     N'aiment pas ceux qui ne sont pas aimés, ceux qui veulent épargner, économiser leurs sentiments.

L'amour est générosité., Prodigialité, échange...Qui donne beaucoup, reçoit beaucoup en fin de compte. Car nous possédons ce que nous donnons.

L'amour est vertu d'indulgence, de pardon et de respect de l'autre.....

 

ILS ONT ECRIT

M. Gray :

- La sagesse c'est savoir reconnaître et admettre qu'un autre ne vous aime pas.

- La sagesse c'est savoir que l'amour est échange : si l'autre ne s'ouvre pas à vous, vous vous fermez à lui !

 

SOURIEZ

Max est en train de lire l'annuaire téléphonique avec attention.

- C'est quoi ton livre ? lui demande son frère curieux.

- Une sorte de roman.

- Et il est bien ?

- Oui, mais qu'est-ce qu'il y a comme personnages !


Repost 0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 05:39

fillete amour0001

Quand Nina était enfant, sa maman lui a appris à faire des prières toutes simples : "Merci Seigneur pour cette journée, je te  remets mon papa, ma maman, tous ceux que j'aime."

" Je répétais un peu toujours la même chose, raconte-t-elle, mais cela m'a habituée à parler à Dieu.

Je garde une mémoire très vive de la foi de mon grand-père. Il me racontait comment il priait autrefois pour mon père qui avait une méningite. A l'époque, il n'y avait pas de moyens de le guérir. Mes grands-parents avaient déjà perdu un enfant et voilà que ce fils était mourant !  Il avait déjà les yeux révulsés et le médecin avait baissé les bras.

Mon grand-père dit alors à ma grand-mère :

- Il n'y a qu'une chose à faire : on va prier...

Au milieu de la prière, il s'aperçut que l'enfant le regardait normalement !  Le médecin constata la guérison, Dieu avait répondu !

Plus tard, un évènement m'a marquée. Juste avant mon mariage , la santé de mon fiancé s'est trouvée gravement menacée. En tant que secrétaire médicale, j'étais bien informée sur son dossier qui était traité dans le service où je travaillais.

J'ai tout remis entre les mains du Seigneur. Avec une collègue et une amie, nous nous sommes unies dans la prière. Mon financé a été guéri et ma foi a grandi...."

 

ILS ONT ECRIT

M. Dibaj :

- Les vagues de la mer peuvent s'élever, elles ne pourront jamais troubler le calme des profondeurs.

Proverbe chinois :

- Au lieu de maudire l'obscurité, allumez une bougie !

 

SOURIEZ

Maman sort avec Max et rencontre en chemin une de ses amies, très jolie.

- Max, demande sa maman, embrasse la dame !

- Non, maman.

- Max, c'est un ordre  !

- J'ai dit non, maman.

- Mais enfin, pourquoi ne veux-tu pas embrasser la dame ?

- Parce que papa a essayé l'autre fois et il s'est reçu une énorme paire de claques !

Repost 0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 05:46

coucher soleil0001

Jean allait partir comme officier de l'armée anglaise aux Indes. Sa mère qui était chrétienne lui remit un paquet de tracts qu'elle lui fit promettre de distribuer quand il serait à destination. Quelques mois plus tard, Jean retrouva le paquet au fond de sa malle. Il se rappela sa promesse et le soir même se rendit sur la plage et lança tout le paquet au vent qui emporta ces tracts au loin...

     Pendant plusieurs années, il mena la vie joyeuse des officiers coloniaux. Le moment du congé arriva et, pendant la traversée, il s'adonna sans discontinuer à la boisson et aux jeux de cartes. Un seul officier ne se joignait jamais à eux. Interrogé sur les raisons de sa singularité, il leur raconta qu'ayant fait au jeu des pertes considérables dépassant ses moyens, il décida de se suicider....

     Parti sur la plage, armé de son pistolet, il chercha un endroit désert pour mettre son projet à exécution. A ce moment un morceau de papier poussé par le vent, vint se coller contre sa jambe. Il le ramassa et le lut...

Ce fut le moyen de sa conversion à Christ.

Jean compris et fut bouleversé ....

 

ILS ONT ECRIT

M. Dibaj :

- Plus la nuit est noire, plus l'aube est proche.

- Plus les nuages sont sombres, plus les pluies sources de la vie sont abondantes.

 

SOURIEZ

Toute la classe est en safari. Devant les girafes, le professeur demande :

- Aimeriez-vous avoir un si long cou ?

- Moi, je n'aimerais pas ça pour me laver, répond Max. Mais pour copier, oui !

 


Repost 0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 05:28

ciel.jpg

Mon traité préféré s'intitule "Quand je pense au ciel". C'est Joni Eareckson qui l'a écrit. Elle est paralysée du cou jusqu'aux pieds depuis qu'elle s'est frappé la tête après avoir exécuté un plongeon lorsqu'elle était adolescente.

Joni reconnaît qu'il n'est pas toujours facile de penser au ciel, surtout parce que nous devons mourir pour y arriver à moins que Jésus ne revienne d'abord !  Mais Dieu oeuvre par les épreuves pour nous aider à nous concentrer sur le ciel.

En tant que personne qui vit, voyage et oeuvre en fauteuil roulant, voici ce qu'écrit Joni au sujet du ciel : "Je ne doute aucunement que je serai bien plus fantastiquement excitée et prête pour le ciel que si j'étais sur mes deux pieds. Vous voyez, la souffrance nous prépare pour le ciel....."

     Récemment, j'ai entendu dire qu'on avait accueilli un vieillard de la manière suivante : "C'est bon de vous voir dans le pays des vivants !"

- Oh, je ne suis pas dans le pays des vivants, répliqua-t-il. Je suis dans le pays des mourants. Mais j'ai hâte d'être dans le pays des vivants bientôt quand je serai au ciel !....

 

ILS ONT ECRIT

- Les gains célestes vont plus que compenser les pertes terrestres.

E. Palacio :

- Quelque soit le nombre de kilomètres à parcourir, un seul ou mille, il faut bien commencer par faire un pas !

 

SOURIEZ

Max accompagné de son père, se rend à l'hôpital pour visiter sa maman qui vient d'accoucher.

Dès leur arrivé, il remarque que son petit frère a un bracelet autour de la main.

Max dit alors à son père :

- Papa, papa ! Tu te rends compte : ils ont même oublié d'enlever le prix !

Repost 0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 05:53

blé ivraie0001

Il a écrit avoir souvent rencontré des hommes murés dans leur orgueil, les mains serrés sur leurs biens, essayant de ne rien laisser échapper de ce qu'ils imaginaient être leur éternel richesse.

Ils avaient en eux reconnu la puissance d'une source mais ils voulaient s'en servir comme d'une arme contre les autres, ou bien comme d'un bien à leur seul usage.

     Il y avait ainsi dans les temps de la faim dans le monde de l'horreur, un homme vigoureux qui possédait ce qui alors était la suprême fortune : du pain. Il avait abandonné les siens parce qu'il savait qu'il ne pourrait manger à sa faim que seul.

Il se sortait pas. Il avait peur, enfermé chez lui comme une forteresse, guettant les bruits....Et un jour, les bourreaux ont fouillé l'immeuble et l'ont trouvé et jeté dans la rue. Brusquement il se trouva démuni, dépossédé de ce qui avait fait sa force : ces marchandises, ce pain accaparé...Et son avidité et son isolement mêmes l'avaient perdu.

     Il ne restait que lui....

 

IL A ECRIT

M. Gray :

- L'homme n'est rien quand son coeur est vide.

- La vérité d'un homme est en lui. Là est sa richesse. Là est sa force vraie.

 

SOURIEZ

La maîtresse amène ses élèves visiter un zoo. Devant la cage d'un énorme gorille, les enfants commencent à poser des questions :

- Madame comment on fait si le gorille est malade ?

- Eh bien, les animaux eux aussi ont un docteur : c'est le vétérinaire. Il ne soigne que les animaux.

- Et avec quoi prend-on la température du gorille ?

- Alors Max tout fier répond

- Avec précaution.....

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche