Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 04:50

rose-blanche

Helda (614-680) fu désignée  comme abbesse du couvent à Hartlepool dans le Comté de Durham en 649. Dix ans plus tard elle fonda un double monastère pour hommes et femmes à Witby dans le Yorkshire, qui devint mondialement connu comme étant une école de théologie et de littérature.

     Hildegarde de Bingen (1098-1179) abbesse allemande, mystique et écrivain, fut connue dans toute l'Europe. Douée dans des sujets aussi divers que la théologie, la médecine et la politique, elle n'hésitait pas à réprimander les péchés des plus grands hommes de son époque à la fois dans l'Eglise et dans l'Etat.

Elle exerça une grande influence parmi de nombreuses personnes y compris l'Emprereur Frédéric Barberousse et plusieurs rois, prélats et saints.

De nombreux miracles lui furent attribués pendant sa vie.

     Madame  Guyon (1648-2717), une mysttique française, fut emprisonnée à plusieurs occasions pendant de longues période à cause de ses croyances, mais ne fut jamais connue pour s'être plainte.

Auteur de 40 livres, comprenant un commentaire de la Bible en 20 volumes, elle eut beaucoup de disciples, en particulier en France et en Suisse.

Parmi ceux qui furent profondément influencés par son ministèrre, se trouvait l'archévêque François Fénelon.

 

 

ILS ONT ECRIT

Sacha Guitry :

Je suis contre les femmes : tout contre.....

A.Carrel :

- La beauté est une source inépuisable de joie pour qui sait la découvrir !

 

SOURIEZ

La maîtresse interroge Max :

- Si tu as 2 euros et que tu demandes 4 euros à ton père, combien auras-tu d'argent ?

- Euh ...2 euros !

- Max, tu ne sais toujours pas faire une addition !

- Si maîtresse ! Mais vous, vous ne connaissez pas mon père ! 

Repost 0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 04:58

Attila.jpg

Geneviève vivait à Paris lorsque Attila et ses Huns envahirent la France en 451. Elle affirma aux habitants de Paris que Dieu les protégerait s'ils priaient.

Pendant que les Huns se préparaient pour le combat, elle persuada les femmes d'intercéder pendant des heures dans l'église.

Ensuite , après qu'Attila ait détruit Orléans, il décida de ne pas toucher à Paris.

A une époque ultérieure, on dit qu'elle avait paré à une famine à Paris et dans les villes environnantes en distribuant de dons miraculeux de pain....

 

 

ILS ONT ECRIT

Dicton Proverbe :

- Chercher l'ombre du soleil (chercher l'impossible)

- Le renard prêche aux poules (se dit en parlant d'une personne habile)

 

SOURIEZ

Max fait ses devoirs et rédige une rédaction .

- Pourquoi écris-tu si lentement ? lui demande sa maman.

- Parce que la maîtresse ne lit pas vite....

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 05:22

volcan-copie-1

Arrivée à l'adolescence, la jeune Adriana avait changé du tout au tout. De la gentille fille qu'elle était, elle est devenue rebelle, colérique et désobéissante. Elle passait le plus clair de son temps enfermée dans sa chambre ou pendue des heures au téléphone....

Ses parents sentaient que quelque chose de grave se préparait. A mesure que le temps passait la maman fut convaincue qu'il y avait des disciples de satan actifs dans leur entourage. Des articles de journaux et des programmes télévisés confirmèrent ses soupçons....

     Un soir que Adriana  n'était pas rentrée, ses parents partirent à sa recherche, demandant à Dieu de les conduire. Au bout d'un instant, ils s'arrêtèrent devant une maison, convaincus que leur fille y était :

- Nous venons chercher notre fille !

Mais un homme d'une cinquantaine d'années se tenait à la porte les empêchant de passer. Une voiture de police s'arrêta et lui ordonna de les laisser entrer...

Ils partirent donc à la recherche d'Adriana....Il régnait dans la maison une atmosphère oppressante, musigue assourdissante, lumière tamisée. Des jeunes gens dansaient, certains se cognaient contre les murs...L'alcool coulait à flots et il planait une odeur de drogues....

     Soudain Adriana se trouve là, en colère hurlant, donnant des coups de pieds à son père qui essayait de la faire sortir...une vraie furie !

La foule leva le poing pour frapper, mais les parents  n'avaient pas peur , ils connaissaient la suprématie de Dieu sur l'ennemi.....

 

 

ILS ONT ECRIT

A Malraux : 

- Toute douleur qui n'aide personne est absurde.

Inconnu :

- Pour accéder au bien être, il faut choisir ce qu'on veut être, non ce que l'on veut faire !

 

SOURIEZ

La maîtresse réprimande Max,:

- Max, tu as encore copié sur ton voisin !

- Non, maîtresse !

- Ah oui ? Alors, comment expliques-tu que vous ayez fait les mêmes fautes ?

- Eh bien....Parce qu'on a la même maîtresse !

Repost 0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 05:11

jungle-copie-1.jpg

José et Rosa constatèrent que la situation politique de leur pays s'était dégradée. Il y avait tant de groupes différents, tous violents qui se battaient les uns contre les autres pour prendre le contrôle de la situation. Il était impossible de savoir à qui on avait affaire. 

     Les chrétiens qui refusaient de prendre part au conflit ou d'employer les armes et la violence, étaient opprimés à cause de leur neutralité. Et parfois ils payaient très cher.

Plus d'une fois, ils durent traverser en canoë ou en hors-bord le territoire où sévissait la guérilla. Un seul faux mouvement aurait fait d'eux la proie, soit des piranhas dans l'eau, soit des groupes violents de chaque côté du rivage.

     José et Rosia marchaient parfois pendant des heures dans la Jungle évitant les anacondas mangeurs d'hommes et les sables mouvants.

Lors d'une expédition, des guides originaires de la région les amenèrent vers une terre indigène située près d'une cascade. Les Indiens leur dirent qu'ils ne pouvaient pas les accompagner au-delà de cet endroit, à cause des chamans qui avaient prédit la mort à quiconque s'avancerait plus loin.

     Rosia dirigea un moment de prière et demanda à Dieu de manifester sa puissance. Le groupe continua son périple, réussit à prendre contact avec la tribu qu'il voulait rencontrer  et pour la première fois de leur vie, ces indigènes purent dire :

     Il y a un Dieu plus grand que le nôtre !

 

 

ILS ONT ECRIT

T. Eliot :

- L'homme ne peut pas avaler une trop grande quantité de vérité à la fois, surtout de vérité qui le concerne.

G. Brassen :

- L'amitié n'exige rien que de l'entretien.

 

SOURIEZ

Max observe sa maman de près. Il est particulièrement intrigué par la chevelure de sa mère :

- Maman, pourquoi tu as plein de cheveux blancs ?

La mère amusée lui répond :

- Eh bien...A chaque fois que les enfants font des bêtises et qu'ils donnent des soucis à leur maman, de nouveaux cheveux blancs apparaissent !

Du tac au tac, Max lui répond :

- Ah ! C'est pour ça que mamie a les cheveux complètement blanc, alors !

Repost 0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 05:22

rocher accès0001

A.Simpson, pasteur et auteur, racontait l'histoire d'un vieux fermier qui, année après année, devait contourner une grosse roche en labourant son champ. Il avait déjà brisé un cultivateur et deux socs de charrue en la heurtant. Chaque fois qu'il voyait cet obstacle, il murmurait contre toutes les difficultés que cette roche lui avait occasionnées.

     Un jour, il décida de la déterrer et d'en finir avec elle. Après avoir placé un gros levier sous un côté de la roche, à sa grande surprise, il découvrit qu'elle mesurait moins de trente centimètres d'épaisseur. Il eut tôt fait de la sortir  de terre et de l'emporter dans son charriot. En repensant à la façon dont cette "grosse" roche lui avait causé tant de frustrations inutiles, il sourit.

     On ne peut pas éliminer toutes les difficultés aussi facilement que cette roche, mais la prière est un moyen efficace pour lutter contre les difficultés de toutes les grosseurs.

Certains obstacles sont inébranlables, et nous devons apprendre à vivre avec eux. Alors utiliser le levier de la prière pour nos problèmes, peut nous garder de devenir les victimes de l'inquiétude. 

 

 

ILS ONT ECRIT 

- Seule est perdue la bataille qu'on abandonne.

- Un cheveux si fin soit-il a toujours une ombre.

 

SOURIEZ

Max et son petit frère se disputent :

- T'es qu'un poule mouillée !

- Et toi, t'es un âne !

- Tais-toi, tête de cochon !

Leur mère arrive sur ces entrefaites et hurle :

- Oh, la ferme !!!

Repost 0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 04:51

blé ivraie0001

Un peu comme un refrain, ces mots tournaient dans l'esprit de Marie pendant qu'elle labourait le champ. La sueur coulait sur son visage anguleux et elle dut l'essuyer pour regarder vers le ciel dégagé - pas un seul nuage pour bénéficier d'un moment de répit sous ce soleil implacable.

     Elle se redressa et s'appuya sur la houe, le dos ankylosé et douloureux. Elle avait travaillé toute la journée dans une chaleur accablante et elle ne se sentait plus capable de marcher...

La moisson était vraiment abondante cette année-là. Le blé était arrivé à maturité, prêt à être fauché, et le maïs lui aussi était robuste.

Marie avait des raisons d'être reconnaissante même si son corps la faisait souffrir de la tête au pieds et qu'elle se sentait vidée d'énergie. De plus elle avait le coeur lourd...

Combien de temps s'était coulé depuis la dernière fois où son mari se trouvait avec elle ?

     La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers...  Ces paroles de Jésus lui revinrent à l'esprit.

Oui dans ce pays aussi, la moisson spirituelle est grande. Des millions de gens vivent dans l'attente du message de l'Evangile.   Son mari était l'un des ouvriers parti travailler dans les champs du Seigneur. Elle travaillait comme une esclave sous le soleil brûlant, mais lui était l'esclave de Dieu....

 

 

ILS ONT  ECRIT

M. Gray :

- Si l'homme se sent seul, si l'angoisse et la peur sont en lui, c'est qu'il a tranché ses liens avec la nature.

- La peur, la solitude, comme si chaque inconnu pouvait être un ennemi ...

Malraux :

- Toute douleur qui n'aide personne est absurde.

 

SOURIEZ

- Max ! comment as-tu trouvé les questions de l'examen ?

- Les questions ? Aucun problème !

C'est avec les réponses que j'ai eu pas mal de difficultés !


Repost 0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 05:19

désert perdition

L'apprentissage de l'obéissance à l'école de la souffrance ne se fait pas en un jour. John Scott l'explique : " Christ n'a jamais été désobéissant. Mais ses souffrances ont été le terrain d'épreuves dans lequel son obéissance est arrivée à maturité."

Rappelons-nous qu'en la matière, il est le seul diplômé. Nous restons des apprentis.

     Un mal lancinant et continu attaque les réserves de l'être ; "l'horrible routine de la douleur permanente " - comme l'appelle le meilleur athlète américain de 1963  atteint d'une totale paralysie accidentelle - peut créer le vertige du "pourquoi moi ?"

Pour Henriette, l'école de la maladie s'éternisait : 20, 25, 30 ans...Si elle n'a pas accusé Dieu d'avoir permis qu'elle y soit placée, ni douté de la promesse de bénédiction reçue, elle n'en a pas moins souvent versé des larmes, mais en secret et sans amertume.

" Si je n'avais pas le Seigneur, je ne ferais que pleurer. Je suis pleine de bosses. Je cherche partout dans mon lit une position meilleure. Il y a des passages où l'on ne peut avancer qu'à genoux.

La semence doit être broyée pour qu'elle produise une belle plante et du fruit. Il faut être écrasé et ça fait mal. Il faut parfois serrer une rose avec force pour qu'elle donne tout son parfum.

     On doit souvent appeler très fort : Jésus !

Il faut que j'arrive à ne pas demander : pourquoi ?, à ne pas parler de mes souffrances aux autres, mais à en parler plutôt au Seigneur. Il fait fleurir notre désert...."

 

 

ILS ONT ECRIT 

- Pour pouvoir aimer une personne, il faut qu'elle nous permette d'entrer dans son histoire.

Françoise Sagan :

- Pour moi, le bonheur, c'est d'abord d'être bien.

 

SOURIEZ

Afin de clore son cours de sciences naturelles, le maître demande à Max :

- Max, comment s'appelle la femme du hamster ?

- Amsterdam Monsieur !



Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 04:58

tableau 13

Ce sont des hommes méchants, et non Dieu, qui ont jeté l'Apôtre Paul en prison, espérant ainsi mettre un terme à son ministère. Cependant leur plan s'est retourné contre eux, et l'Evangile s'est propagé. Paul ne savait pas pourquoi Dieu avait permis son emprisonnement, mais il voyait comment Dieu en faisait couler du bien.

     Lorsque Dave, joueur de base-ball, a perdu son bras droit à cause du cancer, il a cherché à comprendre la raison de cette perte en comptant les gains qui en ont découlé dans sa vie. Il s'est finalement rendu compte qu'il avait confondu les résultats de sa perte avec les desseins cachés de Dieu.

     Pour illustrer la différence, Dave évoque son bras amputé. Un des résultats de cette amputation, c'était que les chercheurs avaient des tissus cancéreux à étudier pour faire avancer leurs connaissances de la maladie. C'est une bonne chose. 

-" Ce ne serait pas une aussi bonne chose, cependant a dit Dave, si le but de la chirurgie était de fournir un bras, afin que le département de pathologie ait un spéciment à étudier."

C'est peut-être un résultat mais cela n'explique aucunement le dessein plus élevé de Dieu. Au lieu d'essayer de découvrir le dessein caché de Dieu pour son cancer, Dave se concentre maintenant sur un résultat qu'il a vu .

- "J'avais l'habiture de compter sur moi-même. Maintenant je compte davantage sur Dieu."

C'est peut-être le plus grand gain qu'il ait fait.

 

 

ILS ONT ECRIT

Confucius :

- Se contenter d'un peu de riz grossier et d'un peu d'eau pour vivre, de son bras replié pour dormir, et y trouver pourtant son bonheur.

- Richesses et honneur ne me sont pas plus que le nuage  passe.

 

SOURIEZ

Qu'est-ce que les enfants usent le plus à l'école ?

Max : Les professeurs !

Repost 0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 06:23

cheval-bandit.jpg

On était en grand émoi. Pensez donc que dans tout le pays il n'y avait qu'un cheval, orgueil des citoyens, source de profonde jalousie pour tous les bourgs d'alentour. Or, des lettres de menace étaient parvenues à M. le Maire....On y jurait de voler le cheval ! Rien de moins ! Aussi, les électeurs s'étaient-ils réunis à l'Hôtel de ville pour discuter comment parer au danger.

- Mes chers concitoyens, dit M. le Maire, devant le danger qui menace notre bien commun, nous devons unir nos efforts. Si quelqu'un parmi vous a un plan, qu'il parle.

Le serrurier se leva.

- Citoyens ! Je propose qu'on ferme la porte de l'écurie au moyen de serrures de sûreté, d'un cadenas et d'une grosse chaîne. Alors notre cher cheval ne risquera rien ; inutile d'ajouter que je ferai les travaux nécessaires au plus bas prix.

- Drôle d'idée ! s'écria le menuisier-charpentier. Ce qu'il nous faut, messiers, ce sont de forts volets en bois à la fenêtre et une nouvelle porte. Cela reviendra d'ailleurs bien meilleur marché que tout l'attirail de mon honorable ami le serrurier. Il y eut un grand éclat de rire. Le maçon était secoué de joie.

- Ecoutez-les ! s'écria-t-il enfin. Pauvres gens ! La seule chose à faire, c'est de murer le cheval et de le nourrir à travers un trou pratiqué dans le toit. Ils seront bien habiles ceux qui voudront le tirer de là. Et le prix du travail ?  Un rien.

Là-dessus une discussion, il y eut une discussion très animée. Certains prenaient le parti du serrurier, d'autres du menuisier, d'autres enfin, du maçon. Et de mots on en vint au coups. La bagarre fut terrible. Au beau milieu, une femme apparut.

- Calmez-vous, messieurs, dit-elle. On vient de voler le cheval !

Pendant que nous nous disputons, l'ennemi détruit.

 

 

ILS ONT ECRIT

Félicien Marceau :

- Le bonheur, c'est savoir ce que l'on veut et le vouloir passionnément.

P. Coelho :

- Le bonheur est quelque chose qui se multiplie quand il se divise.

 

SOURIEZ

La maîtresse demande à Max :

- Sais-tu la différence qu'il y a entre le soleil et ta note en français ?

- Non ....

- Le soleil est un astre et ta note un désastre ! 


Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 05:16

avion3

Il débarque en plein hiver à New York :

- Je n'ai jamais expérimenté cette saison, je ne me suis pas imaginé ce qu'est le froid.... Je n'ai pas de manteau, et presque pas d'argent. Il s'avère que je n'ai pas non plus de billet d'avion. Ma destination finale est Dallas ...mais au cours de mes nombreuses escales un employé des lignes aériennes a dû détacher par inadvertance l'un des nombreux coupons de mon itinéraire....

     Je suis maintenant cloué à l'aéroport de New-York avec 7 dollars américains en poche, ne sachant que faire. Je déambule pendant un moment dans l'immense bâtiment du terminal. Puis je décide de me risquer dehors,  quel choc ! Il fait un froid de canard et la neige tombe épaisse et mouillée...Je finis par rentrer, je me sens  misérable et suis tout seul.

Juste à ce moment-là, il se passe quelque chose d'inouï. Un homme venant de nulle part, grand habillé avec chic, portant des bottes de cow-boy reluisantes et un chapeau rond, me met son bras sur l'épaule et me dit :

- Dis-donc, mon fils, tu me sembles un peu perdu

- Oui, dis-je. Je sais que j'ai acheté un billet, mais il semblerait que je l'ai perdu. Je n'ai pas d'argent pour en racheté un autre et ne sais plus quoi faire !

- Où vas-tu ? demande-t-il

-  Au Texas, mais d'abord à Dallas.

- A Dallas ? s'écrie-t-il. Mais c'est justement là que je vais ! Attends-moi ici, tu viens avec moi ...

     Il me dit qu'il s'appelle Jacques. Il va au guichet, m'achète un autre ticket et en route pour Dallas. Des amis m'attendent à l'aéroport.... Lorsque Jacques les aperçoit, il dit simplement :

- Prends soin de toi, fils et il s'esquive......

Je ne l'ai jamais revu !

 

 

ILS ONT ECRIT 

V. Fulpin :

- L'amitié peur faiblir et renaître comme le vent,  s'enfuir et reparaître...

C. Rambert :

- Une pensée positive est une porte entrouverte vers le bonheur. Poussons-la !

 

SOURIEZ

  HISTOIRE A DEGUSTER, RACONTEE PAR UN ENFANT :

La maîtresse a hurlé : Silence ! Taisez-vous ! Exercice 6 page 23 ! Silence, j'ai dit Silence !

J'ai compté : c'était la quarante septieme fois qu'elle hurlait aujourd'hui, raconte Max, et j'ai pensé : " Si elle continue, elle va me transpercer la tête, je le sens, ça va éclater comme une fusée."

On s'est tous mis à écrire dans nos cahiers. On osait à peine respirer ; je crois bien qu'on allait étouffer !

Et puis Marie a laissé tomber sa gomme.

- Silence ! a hurlé la maîtresse. Taisez-vous et travaillez !

Alors, moi, je me suis levé et j'ai respiré autant que j'ai pu. J'ai regardé la maîtresse et j'ai hurlé :

- Silence ! Taisez-vous et laissez-nous travailler !

Elle a ouvert très grand la bouche et elle a mis la main sur son coeur. Puis elle a fermé la bouche, ouvert la bouche, fermé la bouche.....

On a compris qu'elle allait étouffer. On a vite cherché un bocal et on l'a rempli d'eau. On a posé le bocal sur le bureau et la maîtresse a plongé sa tête dedans....

On s'est remis au travail. J'ai fini mon exercice et puis j'ai écrit un texte, une histoire de pirates.

Ensuite avec David, on a cherché dans un livre des renseignements sur Marco Polo. Et j'ai pensé : "Si elle reste encore un peu dans son bocal, j'aurais le temps de faire des mathématiques et même d'écouter de la musique ."


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche