Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 05:14

cyclone

Ce soir-là, un homme lutte péniblement pour rentrer à la maisoon sous une pluie torrentielle et battante.

" Ouf  ! enfin chez moi. Je n'ai qu'une envie regarder la Télévision pendant quelques instants. Mais tout à coup les lumière s'éteignent. Tout devient noir...

Génial, maintenant je ne peux même pas trouver mon chemin jusqu'au lit. Je décide de camper sur le divan au moins jusqu'à ce que la lumière revienne.

Juste le temps de m'affaisser et fermer les yeux, et je suis réveillé en sursaut par un son résonnant comme une voix disant "Debout !"

Je me redresse, je sens quelque chose - quelqu'un ? - se mettant à repousser mon divan...j'essaie de résister, peine perdue, je me retrouve plaqué à terre.

Au même instant, j'entends un son semblable à cent trains de marchandises rugissant dans la cour, puis un grand fracas, et une soudaine douleur de poignard à ma gauche.

     Plus tard j'appris que vingt six personnes sont tuées et deux mille blessées par cette tornade meurtrière....

Je réalise que si j'étais resté sur mon divan, j'aurai été décapité par un panneau de vitre qui avait été arraché à la porte d'entrée et avait volé à travers la chambre.

Mais Dieu m'avait envoyé un ange pour me plaquer au sol..."

 

 

ILS ONT ECRIT

M. Gray :

- L'homme et la nature forment un tout qui vit mais qui peut mourir.

  séparés l'un de l'autre, chacun devient pierre infertile.

N.D.Walsch :

- Les messages arriveront sous cent formes, à mille moments, sur un million d'années....

 

SOURIEZ

La postière dit à Max :

- Cette lettre est trop lourde. Il faut ajouter un timbre à cinquante centimes.

- Oui, mais si j'ajoute un timbre, elle sera encore plus lourde !

 

Repost 0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 05:01

source âme

L'alcoolisme est un grave fléau touchant toutes les couches de la société. C'est un échappatoire momentané d'un état dépressif et aussi un paliatif de drogues dures.  Mais c'est aussi la continuité de l'habitude du petit verre ! bon pour le moral ...pour oublier ses problèmes ....

     Il y a deux sortes d'alcooliques : celui qui est imbibé d'alcool en permanence et qui un jour se trouve SDF avec sa bouteille comme seul confident. Il y a le cas d'alcoolisme moins voyant mais aussi destructeur.

Ces personnes sont souvent mécontents de la vie en général...refaisant le monde soir après soir....le caractère change, ils deviennent agressifs colériques ou insomniaques, s'il sont en manque.

     J'ai rencontré des personnes qui essayaient de s'en sortir seuls mais sans cesse replongeaient, détruisant l'entourage en ayant toujours de bonnes excuses... accusant les autres pour se justifier. La personne "malade" se détruit elle-même et toute relation avec son entourage.

     Longtemps, j'ai cotoyé une chrétienne qui buvait pour diverses raisons....Chaque samedi soir, j'ouvrai ma maison pour des réunions. Tout au long de la journée, elle m'appelait pour me dire qu'elle était sobre, je l'encourageais et elle se réjouissait de venir....et chaque fois au moment de monter dans la voiture, elle retournait vite dans la cuisine et avalait tout ce qu'elle pouvait.....

     Un jour, elle était en haut des  escaliers de sa maison, loupa une marche et dégringola ......résultat colonne endommagée, col du fémur cassé, et c'est le visage ensanglanté que son époux la trouva.

A l'hôpital, elle cria à Dieu de la sortir de là...Il oeuvra en elle et vint à son secours. Le chirurgien lui avait annoncé quelques mois dans une chaise roulante...béquilles....rééducation.... mais 15 jours plus tard elle vint me voir, avec un grand sourire et libre.... sans béquille et sans alcool.... 

 

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- Avant de pénétrer chez soi, visualiser ses soucis et son stress. Les "poser" sur le pas de sa porte, comme on le fait d'un parapluie trempé.

- Chaque jour apporte sa leçon de sagesse. Qu'ai-je appris de celui qui s'achève ?

 

SOURIEZ

Max est gaucher, il rentre de l'école  très content :

- Mon nouveau copain est comme moi ! Il a la main droite du mauvais côté !

 

 


Repost 0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 05:18

tempête germain

Deux navires de guerre étaient en manoeuvre depuis plusieurs jours et par une mer mauvaise. Henri était de quart sur l'un des bateaux. La nuit tomba.

Compte tenu du brouillard épais qui s'était abattu, la visibilité était très réduite. Le capitaine jugea plus opportun de rester lui aussi sur le pont pour coordonner toutes les manoeuvres.

     "Peu après que l'obscurité nous ait enveloppés, la vigie cria : "Lumière à tribord !"

- Est-elle immobile ou s'écarte-t-elle ? cria le capitaine.

- Immobile répondit le veilleur.

Cela signifiait que nous étions sur la même trajectoire que le bateau qui semblait venir à notre rencontre, et que la collision était inévitable.

Le capitaine cria à la vigie : "Signalez au navire d'en face que nous fonçons l'un sur l'autre. Conseillez-lui de dévier sa trajectoire de 20 degrés."

La réponse ne se fit pas attendre :

- C'est à vous que je suggère de modifier votre trajectoire de 20 degrés.

L'officier insista : "Je suis capitaine, changez votre route de 20 °"

- Je ne suis qu'un simple matelot, répondit l'autre, mais il vaudrait mieux que vous changiez votre cap.

Le capitaine se mit en colère. Il hurla à sa vigie : "Dites-lui que je suis sur un navire de guerre et qu'il a tout intérêt, lui, à modifier sa trajectoire !"

L'autre lui répond : "Je suis un phare !! "

Inutile de préciser qui a changé de cap....

 

 

ILS ONT ECRIT 

- Nous nous efforçons souvent d'imposer notre point de vue, au point que nous ne savons même pas ce que l'autre cherche à nous faire comprendre.

Martin Luther :

- Le juste dans sa défaite est meilleur que le méchant dans sa victoire.

 

SOURIEZ

Maman pourquoi on est en colère pendant les vacances ? demande Max

- Mais non Max, en général on est plutôt détendu pendant les vacances.

- Mais c'est toi qui parle toujours de la période des vacances-colère ! 


 

 

 

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 05:12

Dieu pourvoit0001

A la fin du XVIIème siècle, Auguste H. Francke, prédicateur allemand, a fondé un orphelinat pour les enfants sans foyer. Un jour qu'il avait désespérement besoin d'argent pour poursuivre son oeuvre, une veuve chrétienne sans ressource est venue frapper à sa porte, le suppliant de lui donner une pièce d'or.

     Compte tenu de sa situation financière, il lui a dit poliment, mais à regret, qu'il ne pouvait pas l'aider. Découragée, la femme s'est mise à pleurer. Emu par ses larmes, il lui a demandé d'attendre pendant qu'il irait prier dans sa chambre. Après avoir cherché la direction de Dieu, il a senti que le Saint-Esprit voulait qu'il change d'idée. Confiant que le Seigneur allait combler ses propres besoins, il lui a donné un ducat. 

     Deux matins plus tard, il a reçu 12 ducas d'une riche dame et deux autres d'un ami en Suède.

Il pensait qu'il avait été amplement récompensé d'avoir aidé la veuve, mais on lui a bientôt annoncé que l'orphelinat devait recevoir encore 500 pièces d'or d'un prince.

En entendant cette nouvelle, il a pleuré de reconnaissance. En se sacrifiant pour donner à cette veuve, il s'était enrichi, et non appauvri.

 

 

ILS ONT ECRIT

L. Lakes :

- Pour pouvoir aimer une personne, il faut qu'elle nous permette d'entrer dans son histoire.

P. Coelho :

- Le bonheur est quelque chose qui se multiplie quand il se divise.

 

SOURIEZ

Max assiste à un mariage. Après la cérémonie, il dit à son petit copain :

- Tu as vu ?

- Quoi ?

- La mariée a dû changer d'avis dans l'église.

Mais pourquoi ?

- Parce que je l'ai vu entrer au bras d'un vieux monsieur, et elle est ressortie au bras d'un jeune !


     

Repost 0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 04:54

un-ado

Un homme portait sur son épaule un lourd sac chargé de pommes de terre. Or, il ignorait que ce sac était percé. Et, au fur et à mesure qu'il avançait, les tubercules tombaient un par un. Tandis qu'à son insu son fardeau s'allégeait de la sorte, il pensait :

     "Décidément, je suis de plus en plus fort. Un sac, si pesant soit-il, ne me fait plus peur ! "

Cette conviction galvanisa ses forces, et, fièrement, il redressa le buste. Lorsqu'enfin, parvenu à destination, il déposa le sac, et découvrit, ô stupeur !, que son contenu avait presque entièrement glissé à travers le trou insolite. Se retournant, il aperçut les pommes de terre qui jalonnaient son parcours.

     Imaginez sa confusion ! Lui qui se croyait si fort ! Il venait de perdre, non seulement une bonne partie de sa charge, mais ses illusions !

Combien d'illusions vous a-t-il fallu perdre au cours de votre vie ........

 

 

ILS ONT ECRIT

Napoléon 1er :

- Le sot a un grand avantage sur l'homme d'esprit : il est toujours content de lui-même.

C. Rambert :

- La vie est remplie de tâches urgentes qui peuvent ....attendre.

 

SOURIEZ

Une maman demande à ses enfants de faire la vaisselle.

Une demi-heure plus tard, elle revient :

- Moi, j'ai lavé et essuyé, dit Nicolas

- Et toi Max ?

- Moi, j'ai ramassé tous les morceaux. 

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 05:02

cervin

Pendant de nombreuses années Henriette et son époux prenaient un mois de vacances en Suisse où ils rencontraient beaucoup de gens connus.

En auto ou en ambulance, la malade était transportée dans le chalet de son frère. On la sortait sur une véranda ou sur un balcon, ou encore on approchait son lit d'une fenêtre.

Quelle joie lorsqu'elle était déposée au milieu d'un pré, parmi les fleurs et sur l'herbe verte de sa chère montagne !

      - "J'aimais quand on mettait le brancard dans l'herbe et que je pouvais caresser les fleurs."

Pendant ses vacances, Henriette accueillait des visiteurs tous les jours, matin, midi et soir : 500 en l'espace de 6 semaines. Elle était très connue là-haut.

Les gens venaient de partout : des environs de Lausanne, de Genève....Ils chantaient beaucoup et priaient ensemble.

Elle répétait souvent : Avec de l'ordinaire, Diieu peut faire de l'extraordinaire.

Dans son immeuble Henriette était connue comme le loup blanc. Les locataires ont tous passé dans sa chambre une fois ou l'autre. La vue de l'invalide et l'écoute de son témoignage poussaient cerains à exprimer leurs doutes ou leur athéisme.

     Elle se souvenait en particulier de ses conversations avec une vieille dame de plus de 90 ans :

- Quand je prononçais le nom de Dieu, c'était déjà trop ! Elle partait aussitôt. Elle est morte en jurant et en refusant Dieu.

- Comment existerions-nous si Lui n'existait pas ? Est-ce que les savants ont pu créer la lune, le soleil, les étoiles...?

 Ayant frôlé le gouffre de la dépression, Henriette exerçait aussi un ministère béni auprès des neurasthéniques et des dépressifs. Elle sympathisait par expérience et savait communiquer sa foi triomphante à ceux qui disaient : "je n'y crois plus "...........

 

 

ILS ONT ECRIT

Corrie Ten Boom :

- Un saint sur ses genoux voit plus loin qu'un philosophe sur la pointe de ses pieds !

Ch. Spurgeon :

- L'amour est le seul mouchoir qui sèche les larmes de ceux qui sont tristes

 

SOURIEZ

Une maîtresse d'école apprend le présent et le passé composé à ses élèves.

- Exemple si je dis : "j'ai été belle", c'est le passé.

Et si je dis : "je suis belle" c'est quoi Max ?

- Un énorme mensonge m'dame !  

Repost 0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 05:46

accident.jpg

Au mois de mai 1996 le vol 592 de la compagnie Valujet s'écrasa dans les marais des Everglades en Floride, tuant les 110 passagers qui étaient à son bord. Les experts de la Marine utilisèrent un matériel sophistiqué pour essayer de localiser la boîte noire de l'appareil, mais sans succès.

Ensuite des centaines de volontaires, tenant une corde qui les maintenait à 1m50 l'un de l'autre prirent la relève, enfonçant leur bâton dans la vase mètre après mètre espérant tomber enfin sur l'objet disparu.

     Après quinze jours de labeur, ils n'avaient toujours rien trouvé. Les conditions de travail étaient à la limite insupportable. Un soleil de plomb, les écrasait et la température avoisinait les 35 °C. Des nappes de diesel et de fluide hydraulique flottaient à la surface des étangs, obligeant les hommes à porter plusieurs épaisseurs de vêtements protecteurs à base de caoutchouc.

     Après deux semaines dans ces conditions ils se sentaient totalement déshydratés, mais continuaient pourtant à chercher cette fameuse boîte, essentielle pour l'enquête.

Le sergent F. Jimenez faisait partie d'un groupe de policiers engagés dans cette recherche. Pendant quatorze jours il n'avait cessé de prier pour les familles des victimes, et la sécurité de ses collègues. Mais le quinzième jour, lors d'une pause il comprit qu'il avait oublié de prier pour demander à Dieu de les guider vers la boîte noire.

     Il demanda alors à Celui-ci de le diriger, recommença son travail de recherche et très vite son bâton frappa un objet métallique au fond de la vase. Il le sortit de l'eau : c'était la boïte noire...........

 

 

Plus tard JIMENEZ ECRIVIT dans un journal local :

- Je me souviens des longues journées passées à chercher cet enregistreur de vol. Combien de fois n'étions-nous pas passés à côté sans le savoir ? Pourquoi cette recherche prenait-elle tant de temps ? Soudain, entre le doux frémissement des longues herbes du marais et le cri du héron sauvage, j'ai entendu la réponse divine : "Mais pourquoi donc as-tu mis tant de temps avant de Me demander de t'aider ?

 

SOURIEZ

Max va à la campagne pour la première fois de sa vie.

Il regarde un troupeau de vache dans un pré puis s'approche du fermier qui les garde :

- Elles sont belles, mais elles doivent vous coûter une fortune en chewings-gums  !

 


Repost 0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 04:48

 

ciel étoilé

 

Par une belle nuit étoilée, j'observe le reflet de la lune dans une mare à mes pieds. La surface de l'eau est lisse et renvoie parfaitement son image.

Soudain un souffle de vent agite l'eau, et la surface se met à onduler. On a l'impression que la lune tremble, je lève les yeux : dans le ciel, elle brille comme avant.

     Puis une feuille morte qui, en tombant, fait frémir la surface de l'eau et trouble le reflet. Dans le ciel, rien n'a   changé ; la feuille morte n'a pas touché la lune !

J'agite alors le fond de la mare avec un bâton. Cette fois, de la boue remonte à la surface, et le reflet de la lune est entièrement brouillé. Parmi les étoiles, elle brille toujours !

     Nous, nous sommes fluctuants.Et comme le vent, la chute d'une feuille ou la boue du fond troublent le reflet dans la mare, les circonstances extérieures ou notre état intérieur peuvent influencer la manière dont nous apprécions l'amour divin. Ne nous laissons pas troubler. L'amour de Dieu pour ses enfants est invariable. Il ne dépend pas de ce que nous sommes, et les éléments qui nous perturbent ne l'atteignent pas.

L'amour est en Dieu lui même.

 

 

ILS ONT ECRIT

CL Benoit :

- La Parole de Dieu est à l'âme ce que l'eau fraîche est aux lèvres desséchées d'un malade.

- Parfois, elle est aussi comme un bistouri qui permet à l'abscès crée par la souffrance de se vider.

 

SOURIEZ

Deux dames se promènent dans la campagne après une grosse averse.

La première dit :

- Mince alors !  j'ai perdu mon parapluie...

- A quel moment t'es-tu aperçue de cà ?  dit la deuxième

- Quand j'ai voulu le refermer ....

Repost 0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 04:52

arbre handicapé

La peur est une réalité inévitable que nous devons tous affronter dans nos vies. Le danger de la peur toutefois, c'est qu'elle vient parfois parralyser nos vies, nous plaçant dans des situations précaires. Elle peut même affecter notre existence entière.

Elle prend toutes sortes de visages. Certains ont peur de manquer d'argent....pour la retraite, pour les fins de mois...peur de perdre son emploi, peur de la mort, de la maladie, de l'avenir, peur pour ses enfants....La liste est infinie.

     Parfois nous sommes prisonniers de la peur. Elle nous met des bâtons dans les roues sur la route de l'accomplissement de nos rêves, elle nous dit que c'est impossible de retourner aux études, de changer d'emploi, de se lancer en affaires, de démarrer un nouveau projet ou ministère...

Il nous faut donc affronter la peur de face et ne jamais la laisser nous contrôler.

     Pour triompher de la peur, il ne faut pas croire les mensonges de la nuit. La nuit aveugle l'esprit et le raisonnement. Les ténèbres brouillent les cartes. C'est à ces moments-là que nous avons l'impression de ne plus avoir de solutions à nos problèmes,  que tout est amplifié...

Le Psalmiste dit : L'Eternel est ma Lumière et mon Salut ; De qui aurais-je crainte ? L'Eternel est le refuge de ma  vie : de qui aurais-je peur ?

 

 

ILS ONT ECRIT

Shakspeare :

- C'est de ta peur que j'ai peur.

Knowles :

- Je n'ai pas d'autre ennemi à craindre que la peur.

 

SOURIEZ

L'institutrice demande à Max :

- Dans la phrase suivante : "le malade est mort des suites de son affection",

  où se trouve le sujet ?

- Au cimetière, M'dame !


Repost 0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 05:19

détenu0001

Bonjour, comment ça va ?

A cette question banale, on reçoit des réponses variées ;

- En plein forme, forcément par ce beau temps !

- Très bien, c'est les vacances !

- Super, je viens de réussir mon examen !....ou aussi :

- Comment veux-tu, avec ce sale temps !

- J'ai pas le moral le lundi ; ça ira mieux vendredi soir....

- ça va pas du tout, j'ai une terrible migraine !

Ces réponses démontrent que notre moral dépend fortement des circonstances. Tout le monde est de meilleure humeur quand le soleil brille. La plupart d'entre nous attendent avec impatience d'arriver au bout d'une semaine pour souffler. Ou encore mieux, aux vacances...

     N'est-il donc pas possible d'être heureux, même un lundi matin pluvieux ou un jour ordinaire, sans évènement particulier pour nous réjouir ?

Un homme heureux écrivait au fond d'une prison romaine : j'ai appris à être content dans les situations où je me trouve.... 

 

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- Lorsqu'on est soucieux et préoccupé, une solitude prolongée peut être mauvaise conseillère.

   Préférer la compagnie de proches et d'amis enjoués, c'est contribuer à changer les idées. Les siennes et celles des    autres.

Cicéron :

- La nature n'aime pas la solitude, elle cherche toujours l'autre. C'est ce qui fait la beauté de l'amitié.

 

SOURIEZ

Antoine, Nicolas,Max et Cécile sautent sur leur lit.

Le sommier casse et leur maman les punit sévèrement.

Ce n'est pas juste, proteste Max. Je ne l'ai pas cassé, moi, j'étais en l'air quand le lit a craqué !

 

                                   HEUREUSE D' ETRE A NOUVEAU PARMI VOUS

                                              MERCI DE VOTRE FIDELITE ! 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche