Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 06:08

arbre reflet

" Mon médecin m'a annoncé récemment que j'étais atteinte de diabète adulte et m'a rendue attentive à toutes les complications qui surviendront, à moins que je ne prenne bien soin de moi. Et même dans ce cas, rien de peut me garantir qu'elles ne puissent m'atteindre. Mais je l'ai revu aujourd'hui et il m'a fait part d'une nouvelle formidable !"

     Tous les visages du groupe se déridèrent. Je continuai alors : "Le docteur m'a dit que je ne dois pas me faire du souci pour chercher une maison de retraite où terminer ma vie, car en règle générale, les diabétiques ne deviennent pas assez vieux pour cela !"

A ces mots-là, je pus constater qu'ils s'étaient pas loin de tomber de leurs sièges ; mais je continuai à parler pour leur dire combien cette nouvelle me stimulait car, étant chrétienne, j'avais une espérance sans fin et non une fin sans espérance.

Il me semblait alors que le Seigneur avait mis en moi tant d'amour pour ces gens qu'il se déversait à flots hors de moi. Je leur expliquai encore que mon départ de cette terre correspondrait à mon entrée glorieuse dans le ciel et que cette terre ne porte aucune misère que le ciel ne puisse guérir.

Ma joie était de savoir que mon avenir était entre les mains de Dieu et que ce ciel m'attirait bien davantage qu'une longue vie dans une maison de retraite....

    "Si vous prenez soin de vous-même et si vous faites tout ce que vous devvez faire pour garder le contrôle de la maladie afin que ce ne soit pas elle qui vous contrôle, vous pouvez vivre une vie heureuse et productive."

 

 

ILS ONT ECRIT :

C. Rambert :

- Dès que l'on prend son temps, on apprécie les insignifiances de la vie, ces détails imperceptibles qui en font toute la saveur.

- Notre existence prend souvent le sens qu'on lui destine, la couleur qu'on lui attribue. A chacun de choisir la sienne...

 

SOURIEZ

- Allô ! C'est le surveillant général ?

- Lui-même.

- Monsieur le surveillant général, je vous téléphone pour vous prévenir que Max est très grippé et qu'il ne viendra pas en classe aujourd'hui...

- Ah bon ! Mais qui téléphone ?

- C'est papa !


Repost 0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 06:26

cocotte.jpg

Gordon avait l'habitude de manger du ragoût de mouton le dimanche. Un jour où il était chez sa tante, il y a de cela plusieurs années, il décida de l'aider à préparer le ragoût car elle ne se sentait pas bien. Il n'avait encore jamais utilisé de cocote minute, mais il pensa qu'il pourrait se débrouiller.

Il coupa donc les pommes de terre, les tomates, les oignons, les carottes et le mouton, et les mit dans la cocotte minute.

     Après avoir ajouté de l'eau, il ajusta le couvecle et s'apprêtait à allumer le brûleur quand il réalisa qu'il avait un trou dans le couvercle ! Pensant qu'une vis avait dû tomber, il alla dans la réserve et en trouva une autre exactemnet de la bonne dimension pour boucher le trou....

En fermant à fond la cocotte, il était content d'avoir fait un aussi bon travail. Il avait préparé le ragoût et même bouché le trou du couvercle ! ce qu'il ne savait pas bien entendu, c'est que le trou était là pour qu'on y place une soupape de sécurité.

Grâce à sa "réparation", la vapeur ne pouvait plus sortir. Il chantait en lui-même en tournant le bouton pour obtenir le maximum de chaleur sous la cocotte....

     Cinq minutes passsèrent. Gordon chantonnait joyeusement et la pression montait. Quinze minutes, vingt minutes, puis il y eut une énorme explosion dans la cuisine...et ce n'était pas une explosion de joie !

La vapeur emplissait toute la pièce et la tante de gordon appelait : "Gordon ! Gordon ! Tu vas bien ?"

- Oui ! oui ! tata, ça va, mais il y a eut une explosion !

Comme la vapeur se faisait moins dense, elle regarda dans la cuisine : il y avait des pommes de terre sur un mur, des tomates sur l'autre, et Gordon était couvert de mouton de la tête aux pieds. Le couvercle de la cocotte minute était monté tout droit et était resté collé au plafond.

     Cette histoire a sans doute une morale..... 

 

 

ILS ONT ECRIT

Dicton :

- Quand on est veau c'est pour un an; quand on est un âne c'est pour longtemps, pour la vie !

- Un métier bien appris vaut mieux qu'un gros héritage.

 

SOURIEZ

Le maître s'adresse à ses élèves.

- Je vais vous rendre vos devoirs de mathématiques. Il s'agissait d'un problème de robinet qui fuit.

Max, tu n'as rien répondu mais tu as écrit un numéro de téléphone, pourquoi ?

- C'est celui de mon père, m'sieur, il est plombier....

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 06:18

bebe.jpg

Née dans un foyer chrétien, j'avais l'habitude, raconte Pascale de voir des choses extraordinaires se produire dans notre famille et au sein de l'église locale. C'est tout naturellement que j'ai décidé de suivre Jésus lorsqu'il a fallu faire un choix....

Mariée et puis jeune maman, j'ai vécu une expérience que j'ai nommée "l'épreuve de la foi".

Mon bébé avait trois mois lorsqu'un beau matin, je me suis aperçue qu'il avait une  grosseur à l'aine, de la taille d'un oeuf de pigeon.

Le médecin diagnostique : un kyste du cordon spermatique. Un chirurgien nous fixe une date pour l'opération... Mais je n'étais pas du tout prête à l'accepter et j'ai crié à Dieu ! Il était impossible qu'on touche à mon bébé. Et, Dieu a entendu ma détresse et m'a exausée.

Dans les jours qui ont suivi, le kyste s'est mis à diminuer....jusqu'à disparaître complètemeent au bout d'une semaine, au grand étonnement du chirurgien qui n'a pu que constater la guérison sans intervention de sa part.

 

 

ILS ONT ECRIT

Diderot :

- La nature n'a fait ni serviteurs, ni maîtres. Je ne veux ni donner, ni recevoir de lois.

Bernanos :

- L'espérance est un risque à courir.

 

SOURIEZ

Pourquoi Max fait-il  20 fois le tour de l'école sans s'arrêter ?

- Parce qu'il poursuit ses études !

 

 


Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 07:14

Alpes

"La journée avait très mal commencé, nous raconte Barbara. Je ne m'étais pas réveillée et j'étais arrivée en retard au travail. Tout ce qui se passait au bureau alimentait ma frénésie nerveuse. Lorsque je parvins à l'arrêt du bus pour rentrer chez moi, mon estomac n'était plus qu'une immense boule.

     Comme toujours, le bus était en retard, et bien sûr plein à craquer. Je dus rester debout dans un coin. Au fur et à mesure que le véhicule me ballotait dans tous les sens, ma mauvaise humeur ne faisait qu'augmenter. Puis j'entendis à l'avant du bus retentir une voix profonde : "quelle belle journée, n'est-ce pas ?"

A cause de la foule, je ne pus distinguer l'homme, mais je l'entendais continuer ses commentaires sur les scènes printanières, attirant l'attention des passagers chaque fois que l'on approchait d'un repère : l'église, le parc, le cimetière, la caserne des pompiers...

     Petit à petit, tous les passagers se mirent à regarder par la fenêtre; L'enthousiasme de cet homme était si contagieux que je me surpris à sourire pour la première fois ce jour-là.

Nous approchions de mon arrêt. Au cours de mes manoeuvres pour accéder jusqu'à la porte, je pus apercevoir notre guide : un homme au visage grassouillet, avec une barbe noire et des lunettes noires. Il tenait à la main une canne blanche. C'était à peine croyable, il était aveugle !

     Je quittai le bus et soudainement, toute la tension que j'avais accumulée s'envola...Je n'avais qu'une hâte c'était de rentrer chez moi et de saluer ma famille avec un : Belle journée, n'est-ce pas ?"

 

 

ILS ONT ECRIT

C.Rambert :

- La sérénité conduit à la beauté, à l'amour, et à l'accomplissement de soi.

O.S.Marden :

- Celui qui a de l'espoir voit le succès où d'autres voient l'échec, le soleil où d'autres voient les ténèbres et la tempête.

 

SOURIEZ

La maman de Rémy le gronde :

- Il faut absolument que tu cesses de dire des gros mots ! Je ne veux plus entendre un seul gros mot sortir de ta bouche, compris ?

- Oui, maman....

- Pour ta punition, va à l'épicerie acheter de la confiture, s'il te plaît !

- Oui, maman. De la ....fiture de fraise ou de la ....fiture d'abricot ?

Repost 0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 06:33

Armstrong.jpg

Louis Armstrong était bien connu pour son visage souriant, sa voix râpeuse, son mouchoir blanc et sa virtuosité de trompettiste. Pourtant, son enfance a été marquée par la privation et la douleur. Son père l'a abandonné dès le berceau et on l'a envoyé dans une école de réforme alors qu'il n'avait que 12 ans. Etonnamment, cela a marqué pour lui un tournant positif.

     Le professeur de musique P. Davis allait souvent dans cette école pour apporter une formation musicale aux garçons. Louis n'a pas tardé à exceller à la trompette et à devenir le chef de la troupe de garçons. Sa trajectoire de vie a semblé changer du tout au tout en le faisant devenir un trompettiste et un artiste de renommée internationale.

     L'histoire de Louis peut être un exemple pour les parents chrétiens. Le Proverbe "Instruit l'enfant selon la voie qu'il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s'en détournera pas" peut s'appliquer à plus que les aspects spirituels et moral de la vie de nos enfants. Nous devrions réaliser également que les talents d'un enfant détermineront souvent ses centres d'intérêt. 

     Dans le cas de Louis, un peu de formation musicale a donné naissance à un virtuose de la trompette....

 

 

ILS ONT ECRIT

Earl Riney :

- Les étoiles ne cessent jamais de briller, mais la plupart du temps, nous ne les voyons que lorsqu'il fait noir.

René Char :

- Le réel, quelque fois, désaltère l'espérance, c'est pourquoi, contre toute attente, l'espérance survit.

 

SOURIEZ

Max et son copain Rémy sont invités à un anniversaire. La fête à lieu au 38ème étage d'un immeuble dont l'ascenseur est en panne. Ils empruntent donc les escaliers et, arrivés péniblement au 35 ème Max dit à Rémy :

- Pfff...j'en peux plus ! Je suis crevé ! Pfff...t'as pas une bonne blague à me raconter ?

- Si ! répond Rémy, on a oublié nos cadeaux en bas !

Repost 0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 06:40

aigles royal

Une visite guidée de la prison fédérale sur l'île d'Alcatraz, dans la baie de San Francisco, a laissé des images inoubliables à Michel.

"Tandis que nous approchions du quai, j'ai pu voir pourquoi on avait appelé cette prison fédérale à sécurité maximale maintenant fermée "le Rocher".

Plus tard, à l'intérieur de la légendaire Grande Maison, j'ai fixé du regard les rayons de lumière traversant les fenêtres munies de barreaux.  Ensuite, j'ai vu une suite de cellules que de célèbres prisonniers avaient occupées comme Al Capone et Robert Stroud, "Homme-Oiseau".

     Par contre, une autre image m'a marqué plus profondément. En entrant dans une cellule vide, j'ai vu le nom de "Jésus" gribouillé sur un mur. Dans une autre, une Bible reposait sur une étagère. Ensemble, ils parlaient silencieusement de la plus grande de toutes les libertés.

     Les fenêtres et les portes munies de barreaux représentent une sorte de confinement. La paralysie physique, une pauvreté inéluctable et un chômage prolongé en sont d'autres. Peut-être en subissez-vous un autre. Aucun n'est désirable ; pourtant, qui troquerait "l'emprisonnement" avec Christ contre une vie "dehors" sans lui ?

 

 

ILS ONT ECRIT

Patrice de la Tour du Pin :

- Tout homme est une histoire sacrée.

Khalil Gibran :

- Dans la profondeur de vos espoirs et de vos désirs repose votre silencieuse connaissance de l'Au-delà.

 

SOURIEZ

Rémy raconte à son père la partie de tennis qu'il vient de disputer...

- Jo m'envoya la balle, mais je la manquis. Il me l'envoya une deuxième fois, mais je l'a manquis encore !

- Rémy on ne dit pas "manquis" !

- Ah oui, c'est vrais ! Il m'envoya la balle et je la loupis !

 


Repost 0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 06:39

depannage.jpg

Durant la vie nous ne pouvons échapper à la souffrance, mais nous pouvons choisir la réaction que nous adopterons.

Récement Barbara et son mari Bill ont eu une panne de voiture et ont dû être remorqués sur une distance de 150 kilomètres :

" Je n'avais encore jamais roulé dans un camion de dépannage, et cela m'amusait d'être assise si haut et de voir, depuis-là, toutes ces petites voitures nous dépasser dans un ronflement. Je pouvais tout voir distinctement, y compris notre voiture attachée à l'arrière.

Mais Bill ne trouvait pas cela amusant du tout. Il ne prenait pas la situation comme une aventure et n'y voyait rien de drôle.

Essayant de lui faire passer cette déprimante mauvaise humeur, je lui lançai allègrement : Pense donc à toute l'essence que nous économisons !   Moi, je vivais cela comme une expérience bien comique. Nous n'étions probablement pas près de voyager à nouveau dans un camion de dépannage, alors pourquoi ne pas en profiter, d'une manière ou d'une autre ?

Bill n'était pas de cet avis. Nous voyons souvent la vie d'une manière différente : mon mari voit le verre à moitié vide, alors que moi, je le vois plein à ras bord, prêt à déborder.

Tout est dans la façon dont nous choisissons de regarder les circonstances. Nous pouvons regarder soit les fleurs, soit les mauvaises herbes ; nous pouvons fixer soit le coin de ciel ensoleillé soit les nuages...

Vous pouvez être aussi heureux que vous décidez de l'être !"

 

 

ILS ONT ECRIT

Fontenelle :

- Un obstacle au bonheur, c'est de s'attendre à trop de bonheur !

Sagesse hongroise :

- Ne t'attriste de rien, tant que tu peux toujours aimer !

 

SOURIEZ

Annabelle est une petite fille active. Voyant sa mère changer et  talquer sa petite soeur,

elle propose :

- Maman, pendant que tu mets la farine, tu veux peut-être que je casse les oeufs ?

 


Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 06:39

avion-Bangui-copie-1.jpg

Ce jour-là Barbara appris que son avion était cloué au sol sans doute pour une durée de trois jours. Elle se rendit donc à son hôtel pour s'y reposer, cependant elle n'avait aucun bagage...

Comme elle devait y rester deux ou trois jours, elle se mit à laver , collant, combinaison et au lit !

A peine avait-elle tout mis à sécher que le téléphone sonna. C'était la compagnie d'aviation :

- Si vous pouvez être là dans vingt minutes nous avons un vol. Mais si vous ne pouvez pas le prendre nous ne pourrons plus vous en proposer d'autre avant trois jours. C'est le seul vol.....

Barbara  : " Je me souviens avoir crié : retenez cet avion j'arrive !"  Je vis alors mes sous-vêtements mouillés, je les enroulai rapidement dans une serviette pour en faire sortir le plus d'eau possible, mais le résultat ne fut pas formidable !

Essayez donc d'enfiler une combinaison mouillée sur un corps bien en chair et sec et vous verrez que ce n'est pas facile... Et puis le collant ! ce n'était guère mieux !

D'une façon ou d'une autre, je réussis à me tortiller  assez pour enfiler collant et combinaison, mais cela eut pour conséquence que mes pieds se mouillèrent. Pourtant je devais les enfiler dans mes chaussures en daim à talons.

Je dévalai l'escalier, laissant des taches d'eau un peu partout, pour sauter aussitôt dans un taxi, qui me conduisit à l'aéroport en un temps record.

Je courus à travers tout le hall pour attraper mon avion, toujours en semant des gouttes tout le long du chemin.

J'arrivai à la porte d'embarquement juste au moment où on était en train de la fermer pour le départ.

Naturellement, en m'asseyant sur mon siège, je fis une autre immense tache car j'étais vraiment entièrement mouillée.....

 

 

ILS ONT ECRIT

J. Chrysostome :

- Ne t'attache pas à la nature des choses, qui te poussent au désespoir, mais considère la puissance de Dieu, qui conduit les situations désespérées vers les meilleures espérances.

Anonyme :

- Il faut s'orienter vers la solution pas vers le problème !

 

SOURIEZ

La maîtresse interroge Sonia :

- Combien font 2 + 2 ?

- Heu...je ne sais pas, répond la petite fille.

- Bon, procédons autrement : si je te donne 2 lapins + 2 lapins combien en auras-tu ?

- 5

- Non Sonia. Si je te donne 2 pommes + 2 pommes, combien en auras-tu ?

- 4

- Alors pourquoi quand je te donne 2 lapins + 2 lapins tu me réponds 5 ?

- Parce que j'en ai déjà un à la maison.

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 06:45

arbre handicapé

Au bout de quelques années d'expérience on apprend à entendre la voix de l'Esprit. 

André se souvient du jour où il transporta un chargement clandestin de plusieurs centaines de Bibles à Moscou :

" Mon compagnon et moi, avions garé notre break spécialement aménagé, et commencions à sortir les Bibles de leurs cachettes afin de les apporter dans une église. C'était une situation dangereuse mais j'y étais habitué.

     A un moment, j'ai levé les yeux et j'ai remarqué un homme tout à fait ordinaire qui s'était arrêté pour regarder ce que nous faisions. En soi, ce n'était pas si étrange. Les gens nous observaient souvent quand nous déchargions nos véhicules, et nous ne prêtions guère attention à leur curiosité.

Mais en mon coeur je savais que cet homme était différent. Comment ? Je ne puis l'expliquer qu'en suggérant que l'Esprit de Dieu avait troublé quelque chose dans mon propre esprit. C'était subtil.

     Ma réaction à cet avertissement intérieur fut comme si un viei ami m'avait murmuré à l'oreille : "André attention !" Je reconnus la voix du Saint-Esprit grâce à de longues années "d'amitié" avec Lui. Cette capacité  à entendre, augmente, bien sûr avec le temps...

Je répondis presque instinctivement à l'avertissement. Pour commencer je me mis à prier en silence, tandis que nous continuions à décharger les Bibles.

     Au même moment l'homme se détourna et s'en alla d'un pas rapide. Je dis à mon collègue : cet homme est parti avertir le KGB de notre présence.

Nous avons donc demandé à Dieu de détourner l'homme, par quelque moyen que ce soit, afin de nous donner le temps de décharger et livrer notre précieuse cargaison, et partir...

Les Bibles furent livrées sans aucun incident. A ce jour, je ne sais pas exactement ce que Dieu fit pour nous garder en sécurité ; nous aurions pu finir la journée sous les feux d'un interrogatoire du KGB, et peut-être même en prison......."

 

 

ILS ONT ECRIT

Yvon Gattaz :

- Il est indispensable d'espérer pour entreprendre.

L. Lakes :

- Ne règle pas toi-même ta montre. Le temps de Dieu n'est pas ton temps. Il ne viendra pas lorsque tu le voudras, mais il sera toujours là au bon moment.

 

 

SOURIEZ 

Deux joueurs discutent :

- Il faut que je te dise...

J'arrête de jouer ! Plus de casino, plus de tierce, plus de poker...

- Bravo, mais je te connais ! Je suis sûr que tu ne tiendras pas !

- Ah oui ? Tu paries combien ?

Repost 0
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 05:58

Esprit-vision.jpg

La plupart des gens ont appris depuis leur plus tendre enfance que le succès se mesure à l'argent, aux biens, à l'intelligence, à l'apparence, à la personnalité....

La vie se charge de leur apprendre qu'aucune de ces choses ne peut suffire. Le jeune, Bill, apprit cette leçon  lorsqu'il entra à l'armée après l'université, au travers de jeunes gens qui n'avaient pas de diplômes universitaires.

Dieu montra à Bill à quel point il était fier de sa licence-ès-lettres....

Il sombra peu à peu, inconsciemment, dans un orgueil solidement ancré, ayant conscience d'avoir des preuves réelles d'un niveau indiscutable de subtilité, de culture et de raffinement.

     Mais Dieu se servit d'un G.I. nommé Andy pour crever ce ballon.

Andy ne le fit pas en prêchant délibérement ou en montrant ce qu'il y avait de bon en lui-même.

Il lui fit manger "le Pain de vie" en croyant tout simplement aux promesses de Christ. La foi et la conscience qu'avait Andy en la présence de l'Esprit-Saint, fit une telle impression sur Bill, que petit à petit il comprit qu'il manquait tout simplement d'amour pour les autres et qu'Il avait besoin de se nourrir constamment du "Pain de vie".

     Mais pour manger de ce pain-là, il faut avoir faim....

 

 

ILS ONT ECRIT

Paul Harvey :

- Quel est le secret de votre réussite ?

   Lorsque je tombe, je me relève.

H. de Balzac :

- Le malheur fait dans certaines âmes un vaste désert où retentit la voix de Dieu.

 

SOURIEZ

La maîtresse dit à Marc :

- Une grande rue s'appelle une artère.

- Ouais, et la traverser sans se faire écraser, c'est une veine !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche