Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 06:05
Intelligence hyper-mathématique

Quand je considère, écrit Jean Guitton, l'ordre mathématique qui se révèle au coeur du réel, ma raison m'oblige à dire que cet inconnu caché derrière le cosmos est au moins

une intelligence hyper-mathématique calculante et, même si le mot n'est pas très beau, "relationnante"

c'est-à-dire fabriquant des relations de sorte qu'elle doit être de type abstrait et spirituel.

Sur la face visible du réel, il y a donc ce que les grecs appelaient un "logos" un élément intelligent, rationnel, qui règle, qui dirige, qui anime le cosmos et qui fait que ce cosmos n'est pas chao mais ordre.

Bergson écrit en 1912 à un jésuite, le père de Tonquédec :

Les considération exposées dans mon essai Mature et Mémoire font toucher du doigt, je l'espère, la réalité de l'esprit. De tout cela se dégage naturellement l'idée d'un Dieu créateur et libre générateur à la fois de la matière et de la vie !

Excellente fin de semaine à tous !

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 06:08
Ne cherchez pas la haine

Si le monde vous hait, assurez-vous que ce soit sans cause. Il ne sert à rien de le provoquer à se dresser contre vous.

Ce monde est déjà assez amer pour qu'on n'y verse pas d'avantage de vinaigre.

Certains semblent s'imaginer qu'il faut que le monde les persécute. En conséquence, ils adoptent une position qui invite le combat.

Ne cherchez pas à poussez les gens à vous détester. La persécution que certains rencontrent n'a rien à voir avec la justice. Cela leur arrive à cause de leur tempérament désagréable.

Ne recherchez pas leur haine et ne leur donnez pas de cause pour vous haïr.

Ch. Spurgeon

Lamartine a écrit dans "larmes silencieuses" :

Tombez comme une aride pluie

qui rejaillit sur le rocher

que nul rayon du ciel n'essuie

que nul souffle ne vienne sécher !

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 05:55
La pire misère du coeur...

P. Bourget écrit : La pire misère du coeur n'est pas de saigner, mais d'être paralysé.

L'amour est le plus beau cadeau . Il convient à tout âge. Si nous ne savons qu'offrir aux occasions les plus spéciales, rappelons-nous que l'amitié peut se passer des cadeaux les mieux choisis.

Mais elle ne peut recevoir, de la main de celui qui donne, aucun objet même précieux, s'il n'est pas placé dans l'écrin de l'amour qui dure toujours....

Si je n'ai pas de quoi donner, l'amour me pousse à me donner.

Que peuvent donner les enfants ?

Pourtant leur bras sur notre épaule, leur confiance toujours sereine, leur regard tendre et leur sourire, procurent tellement plus de joie que tous les bijoux les plus chers !

Je reçois avec gratitude ce cadeau si immérité, et je prie que tous puissent goûter à un tel cadeau....

Christian Bobin disait :

- Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 06:03
J'ai lu pour vous

Pour accomplir ce qu'elle nomme décision de justice, l'humanité a inventé maints supplices atroces, où le désir d'étaler un exemple épouvantable et le juste comput des fautes à expier entrent moins en compte que le sadisme des foules et l'imagination déréglée des législateurs.

L'interminable file des condamnés, au cours de l'Histoire, fait peu honneur à l'homme ; les uns tendant sur la roue leurs membres aux barres de fer ou les abandonnant aux chevaux d'écartèlement, les autres éventrés selon le droit de Clovis, ou jetés dans des cuves pleines de serpents ou d'insectes, selon le code germanique, tous les ébouillantés, les noyés dans la boue, les enterrés vivants, ils sont trop....

Et la société moderne, avec la guillotine et la chaise électrique, croit réaliser un progrès là où, peut-être, elle n'ajoute que férocité mécanique....

D. Rops

Henri Gougaud a écrit :

Il est parfois de purs instants de transparence où semble s'effacer toute frontière entre le dehors et le dedans, où l'âme et le jardin se regardent....

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 06:09
Du côté de la Fontaine

La génisse, la chèvre et la Brebis en société avec le lion

La génisse, la chèvre et leur soeur la Brebis,

Avec un fier Lion, seigneur du voisinage,

Firent société, dit-on, au temps jadis,

Et mirent en commun le gain et le dommage.

Dans les lacs de la chèvre un cerf se trouva pris.

Vers ses associés aussitôt elle envoie.

Eux venus, le Lion par ses ongles compta,

Et dit : "nous sommes quatre à partager la proie."

Puis en autant de parts le Cerf il dépeça ;

Prit pour lui la première en qualité de Sire :

"Elle doit être à moi dit-il ; et la raison,

C'est que je m'appelle Lion ;

A cela on n'a rien à dire.

La seconde, par droit, me doit d'échoir encor ;

Ce droit, vous le savez, c'est le droit du plus fort.

Comme le plus vaillant, je prétends la troisième,

Si quelqu'une de vous touche la quatrième,

Je l'étranglerai tout d'abord."

Maurice Carême a écrit :

On dirait qu'on entend pleuvoir le temps

Usant les vieilles pierres de la rivière ;

On dirait qu'on entend pleuvoir les ans qu'emportent doucement

Les eaux du temps .....

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 06:00
Sourions à cette surenchère

Quatre dames prennent le café ensemble dans les locaux de la paroisse. Elles parlent de choses et d'autres, mais leur sujet favori est de chanter les louanges de leurs chers fils. La première dame dit à ses amies :

- Mon fils est prêtre. Quand il entre dans une pièce, tout le monde l'appelle "père".

La deuxième pipelette surenchérit :

- Mon fils est évêque. Quand il entre dans une pièce, tout le monde l'appelle "votre grâce".

La troisième grenouille de bénitier rétorque :

- Mon fils est cardinal. Lorsqu'il entre dans une pièce, les gens l'appelle "votre éminence".

Jusque là, la quatrième sirote son café en silence. Les trois autres l'incitent à parler. Posant sa tasse, elle prend alors la parole :

- Mon fils mesure 1 m 90 pour 90 kg, son bronzage et sa musculature sont toujours mis en valeur par des costumes de grands couturiers. Lorsqu'il entre dans une pièce et pose ses yeux bleus sur les femmes, elles se contentent de murmurer : Oh mon Dieu !

Sur ce petit clin d'oeil et bon week-end à tous !

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 06:21
La tendresse

La tendresse, à l'opposé de la dureté, n'est ni la possession ni la séduction, mais le don de la vie.

Devant la dureté, nous créons des défenses ; devant la tendresse, nous nous ouvrons.

Un bébé a besoin de tendresse pour vivre et grandir harmonieusement.

Une personne malade a besoin de tendresse pour faire confiance.

Jamais la tendresse ne blesse ou détruit ce qui est fragile ou vulnérable, mais elle révèle à l'autre sa valeur et sa beauté.

Elle implique le respect...

J.Vanier

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 05:58
J'ai lu pour vous

Dans la lointaine ville de Rome, un vieux lettré veillait malgré l'heure tardive, plongé dans la lecture d'un parchemin précieux.

Il avait fui avec dégoût le vacarme infernal des Saturnales qui battaient leur plein dans tous les quartiers.

Pendant une semaine entière les esclaves allaient jouer le rôle de maîtres et tout serait mis sens dessus, dessous.

Il faisait partie de ce petit groupe de sages qui, malgré la prospérité apparente de l'Empire, pressentaient son déclin et sa ruine prochaine par suite de la corruption grandissante des moeurs et qui cherchaient un refuge et une consolation dans l'étude de la philosophie et de la littérature.

Cette nuit-là, il lisait les verts écrits par le poète Virgile....

Le sage demeura longtemps, immobile, absorbé en sa méditation. Puis il referma le volume d'un geste las et soupira :

"Ces paroles sont mystérieuses. Qui me donnera de les comprendre ?...........

G.Hunermann

Hélène Ellenberger a écrit :

Le bonheur est cette poudre de soie qui passe légère devant la lune,

l'effleure, l'enserre, et la pénètre de sa paix.:

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 06:16
En attendant d'être déportée

E. Hillesum,, une jeune juive néerlandaise qui mourra dans un camp d'extermination nazi, avait une foi indéfectible en l'être humain et un sens profond de la présence divine en chacun.

Alors qu'elle était dans le camp de travail de Westerbor attendant avec d'autres juifs d'être déportée à Auschwitz, elle écrivait que son unique désir était d'aider les gens à découvrir le trésor de leur personne,

chacune appelée à être la "demeure de Dieu".

....il y a tant de maisons inhabitées où je t'introduirai comme Invité d'honneur....

Tristan Bernard a écrit :

Les optimistes et les pessimistes ont un grand défaut qui leur est commun :

ils ont peur de la vérité.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 05:57
La région de Jéricho

Cette région était une des plus agréables de toute la Judée.

Suspendue à mi-hauteur au-dessus du fossé du Jourdain, elle n'est ni trop chaude en été, car l'air y souffle, ni trop froide en hiver, où la température reste celle de nos oasis algériennes.

Des eaux très abondantes en assurent la richesse.

On peut dire ce sol divin, tant il produit en abondance les fruits les plus rares et les plus beaux.

Ses baumiers, ses dattiers étaient célèbres dans toute la Palestine....il y flottait le parfum de ses roses.

Aujourd'hui encore, de part et d'autre de la ville, c'est une vaste marée de palmiers, bananiers, grenadiers, amandiers, citronniers, orangers, cannes à sucre et partout, rosiers jaunes, rosiers roses à profusion.

Grand lieu de passage, depuis les temps les plus reculés, c'était au temps de Jésus, une halte de caravane, un centre de négoce considérable et une ville de villégiature...

F. Hemans a écrit :

Le bonheur ne pousse pas dans les jardins de la colère.

Partager cet article
Repost0