Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 07:01

birmanie.jpg

Saw Ba Thite est à la chasse près de son village en Birmanie, lorsqu'un sanglier furieux l'attaque et lui mord profondément la jambe. Mal soignée sur place, la plaie s'infecte gravement et on en vient à la solution extrême : l'amputation, qui est pratiquée à l'hôpital du chef-lieu.

Le voilà infirme....Mais comment va-t-il pouvoir vivre ?  Et maintenant son amie lui annonce qu'elle le quitte...C'est le désespoir complet

Saw décide de mettre fin à ses jours en se jetant dans un puits des environs. Sur le chemin, il entend tout à coup à la radio une émission évangélique et s'arrête pour l'écouter. Le message l'étonne. Il est question d'un Dieu d'amour et de réconfort. 

Saw a besoin d'en savoir davantage. Sans attendre, il se renseigne et entre en contact avec des responsables de la station d'émission. Tout bascule alors rapidement. Jésus entre dans sa vie et bouscule tout. C'en est fini du sombre projet et du désespoir.

Désormais, malgré son handicap, Saw Ba Thite va sillonner son pays pour annoncer la bonne nouvelle qui a transformé sa vie. 

Le témoignage direct qu'il peut rendre de la puissance de Dieu et le miracle de sa conversion ont triomphé des oppositions de l'idolâtrie locale.

Beaucoup de missionnaire ont été expulsés, pourtant la propagation de l'évangile qui reste "la puissance de Dieu pour sauver quiconque croit" (Rom. 1.16) se poursuit par le moyen de tels témoins.

 

 

ILS ONT ECRIT 


Marc Twain :

- Le courage n'est pas l'inverse de la peur, mais l'opposition à cette dernière.

Rivarol :

- Il y a des gens qui n'ont de leur fortune que la crainte de la perdre.

 

 

SOURIEZ  - menu -


Deux mamies se croisent dans la rue principale du village :

- Comment vas-tu,  Marguerite ? demande la première.

- Pas le morale, ma pauvre Ginette, je viens de perdre mon mari !

- Mon Dieu ! Mais qu'est-ce qui s'est passé ?

- Ben, je l'ai envoyé dans le jardin me chercher des carottes et des poireaux pour faire une soupe, il a été pris d'un malaise. J'ai aussitôt appelé les pompiers, mais ils ont juste pu constater qu'il était mort d'une crise cardiaque.

- C'est terrible ! Alors qu'est-ce que tu as fait ?

- Des nouilles. 


Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 05:53

avion

En septembre 2008, le Centre Européen de Recherche Nucléaire a mis en fonctionnement le plus puissant collisionneur de particules au monde. La communauté scientifique attend avec impatience les premiers résultats d'expériences qui doivent permettre de mieux connaître la matière et sa formation.

Mais les chercheurs savent déjà que si ces résultats vont leur permettre de résoudre certaines questions, ils en soulèveront d'autres tout aussi difficiles. Et le constat que faisait en 1988 le physicien Jack Steinberger (prix Nobel) reste d'actualité : "Malgré les progrès considérables...les questions fondamentales sans réponse ne manquent pas. Mais celles qui restent à résoudre sont plus complexes que celles élucidées par ma génération."

 

Si utile et passionnante qu'elle soit, la recherche scientifique n'explique donc pas tout. La Bible, non plus n'explique pas la création de l'univers, mais elle révèle qu'il y a un Créateur, infiniment plus sage et puissant que l'homme. 
La  foi saisit, car  le Créateur lui-même l'affirme que "Lui, il a parlé, et la chose a été ; il a commandé, et elle s'est tenue là ".

Cela n'empêche pas les savants chrétiens de poursuivre leurs travaux, mais avec humilité. L'un d'eux, Isaac Newton, disait : " La gravité explique le mouvement des planètes, mais elle ne peut expliquer ce qui les mit en mouvement. Dieu gouverne toutes choses, il sait tout ce qui est et tout ce qui peut être ". 

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Confucius :

- Ecoutez beaucoup, afin de diminuer vos doutes ; soyez attentifs à ce que vous dites, afin de ne rien dire de superflu ; alors, vous commettrez rarement des fautes.

James Joyce :

- Dieu a fait l'aliment ; le diable l'assaisonnement.

 

SOURIEZ   - questions existentielles -

 

- Puisque la boîte noire reste toujours intacte après un crash aérien, pourquoi ne construit-on pas tout l'avion dans cette matière ?

- Pourquoi ne voit-on jamais dans le journal : "une voyante gagne au Loto ?

- Ya-t-il un autre mot pour "synonyme" ?

- Si un gendarme arrête un muet, lui dit-il qu'il peut garder le silence ?


Repost 0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 04:39

ange aide0001

- Je suis née dans une famille athée et j'ai très vite adopté pour règle de vie : Ni Dieu, ni maître ! . J'avais soif de liberté...Je sortais le week-end ; et , après m'être éclatée, je retrouvais sagement les bancs du lycée pendant la semaine. J'ai continué tant bien que mal cette double vie, mais la drogue et la débauche ont fini par prendre le dessus.

Mes efforts pour sortir de cet engrenage par divers moyens (méditation transcendantale, yoga) ont échoué et je restais toujours plus angoissée, sans travail, sans amis, sans avenir.

 

A 23 ans, j'ai renconté des chrétiens qui m'ont parlé de Jésus. J'ai failli leur rire au nez. Croire en lui me paraissait complètement absurde et dépassé. Pourtant j'essayais de lire la Bible en me disant : C'est peut-être vrai pour eux, mais par pour moi, j'en ai trop fait, mon péché, est trop grand !

Pourtant un jour, j'y ai lu cette parole : "mais là où le péché abondait, la grâce a surabondé".  Cette parole a touché mon coeur et a été comme une lueur d'espoir pour moi.

 

Je peux dire aujourd'hui qu'elle a transformé ma vie. Avant, j'étais dans la crainte et l'errance, maintenant l'amour de Dieu me comble et je sais que Jésus m'a purifiée de tous mes péchés. Je le remercie pour tout ce qu'il a fait pour moi. Non seulement il m'a pardonnée, mais il a aussi rebâti ma vie. Il m'a beaucoup donné, en particulier un foyer, et une place parmi mes frères et soeurs chrétiens. 

Mais avant tout, l'espérance d'être un jour avec lui.

 

Cécile

 

 

ILS ONT ECRIT  à propos d'ami :


L'écrivain Alphonse Karr, devenu fleuriste dans le Midi, expédiait des bouquets sur lesquels il inscrivait des sentences destinées à faire réfléchir, dans le genre de :

- Tout le monde veut un ami, mais personne ne s'occupe d'en être un.

Winston Churchill célèbre premier ministre britanique :

- Un ami, c'est quelqu'un qui vous connaît à fond mais qui vous aime quand même.

 

 

SOURIEZ  - SPA -

 

Un homme pénètre dans le cabinet d'un éminent psychiatre :

- Docteur, docteur ! C'est horrible, j'ai des hallucinations !

Je me prends régulièrement pour un chien, un berger des Pyrénées !

- Oh !  Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas très grave, installez-vous sur le divan.

- Impossible, docteur, je n'ai pas le droit de monter sur les meubles ! 


 



 

 


Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 06:37

enfants Dieu parle0001

Floyd s'est souvent demandé pourquoi il a plu a Dieu de nous faire entrer dans ce monde comme de tout petits enfants vulnérables. Il aurait pu imaginer un mode de reproduction où l'être humain naîtrait adulte, comme les premiers du genre Adam et Eve.

Au contraire, il préféra faire de nous des êtres évolutifs, des êtres qui grandiraient peu à peu dans les domaines physique, émotionnel et mental, pour atteindre finalement la stature d'hommes faits.

Je crois fermement que Dieu a voulu que nous commencions notre vie sous la forme de bébés que la famille serait le cadre où son amour s'incarnerait.

Ainsi les enfants grandiraient en se sentant compris, aimés acceptés. Elevé dans cette atmosphère d'amour et de sécurité, ces jeunes acquérraient une estime de soi légitime et conforme aux plans de Dieu et se verraient désirés, importants, précieux et bons.

Malheureusement, bien des foyers sont loin d'atteindre cet idéal. Innombrables sont ceux qui ont souffert d'un sentiment de rejet de leur famille et n'ont pas d'authentique image du père à laquelle se référer.

Ces expériences douloureuses les empêchent de connaître Dieu tel qu'Il est et d'avoir une relation d'amour véritable avec lui....

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

François Mauriac :

- Sous la couche épaisse de nos actes, notre âme d'enfant demeure inchangée ; l'âme échappe au temps.

Fr. de Sales :

- Dans le régime des âmes, il faut une tasse de science, un baril de prudence, et un océan de patience.

Inconnu :

- L'humble vis à sa place exacte accomplit la fonction prévue et, dans son rôle et dans ses limites, est aussi utile et aussi parfaite que les grands hommes d'Etat à la tête de leur pays !

 

 

SOURIEZ 

Aujourd'hui , la fille d'un divorcé va avoir 18 ans, et pour lui, c'est le dernier chèque de pension qu'il doit verser à son ex. Il le donne à sa fille et lui dit :

- Tiens ! Donne ça à ta mère, et dis-lui bien qu'elle n'aura plus jamais un sou de ma part ! Je suis curieux de savoir ce qu'elle dira, tu me raconteras !

Quelques jours plus tard, la jeune fille va chez son père. Aussitôt celui-ci la questionne :

- Alors ? Qu'a dit ta mère ?

- Elle a dit qu'elle attendait justement mes 18 ans pour te dire que tu n'es pas mon père !

 

 


 

 

 

 


Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 06:39

chine-obeir.jpg

Gladys, missionnaire en Chine il y a plus de 50 années, fut forcée de fuir devant les Japonais quand ils envahirent Yuncheng. Avec la seule aide de son assistant, elle réussit à conduire une centaines d'orphelins à travers les montagnes rejoindre la Chine libre. Pendant tout le voyage, elle lutta chaque jour contre la peur et le désespoir.

 

Un matin, alors qu'elle avait passé une nuit blanche en se demandanat comment s'en sortir, la situation lui semblant sans issue, une petite fille de 13 ans s'approcha d'elle pour lui rappeler l'histoire de Moïse et de la traversée de la Mer Rouge qu'elle leur avait enseignée et qu'ils aimaient tous beaucoup.

- Mais je ne suis pas Moïse ! s'écria Gladys désespérée.

- Oui, c'est vrai, répliqua la petite fille, mais Dieu est toujours Dieu !

Une fois que la centaine d'orphelins s'en furent sortis, ils prouvèrent au monde que même si nous nous sentons complètement sésemparés et incapables de réussir....Dieu est toujours Dieu ! et qu'il suffit de Lui faire confiance...

 

Parfois Dieu calme la tempête, parfois il la laisse faire rage et se contente de calmer notre coeur.... 

 

 

ILS ONT ECRIT 


J.P.Raffarin :

-Les veuves vivent plus longtemps que leurs conjoints !

Dominique de Villepin :

-Le pétrole est une ressource inépuisable qui va se faire de plus en plus rare !

 

Mike Murdock

- Quand vous ressassez le passé, vous empoisonnez le présent.

 

 

SOURIEZ  -crise-

 

La Bourse fait des bonds de cabris vers le haut et surtout vers le bas. Un boursicoteur va consulter son banquier et lui demande comment il supporte ces inquiétantes fluctuations.

Le Banquier répond :

- Oh ! je dors comme un bébé !

- Vraiment ?  s'étonne le client. Dans un tel climat ?

- Oui, absolument ! répond le banquier. Comme un bébé, je m'endors pour 2 heures, puis je me réveille et pleure pendant 2 heures...

 


Repost 0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 06:45

chinoise.jpg

Mahé raconte : "Enfant, en Chine, j'avais retenu cette comparaison d'un prédicateur de l'évangile : Si nous laissons un morceau de bois dans un endroit sombre, toutes sortes de vilains insectes vont se cacher dessous.

Si nous l'exposons à la lumière, ces insectes s'enfuient car ils ont horreur de la lumière. 

Il en est de même de notre coeur : Si Jésus, la lumière du monde, n'y habite pas, notre coeur est dans l'obscurité et cache toutes sortes de mauvaises pensées. Mais dès l'instant où nous le recevons, lui, et la lumière qu'il apporte, toutes nos mauvaises pensées s'en vont.


Or depuis mon enfance, j'avais peur de tous les insectes. Un jour que je jouais au croquet dans la cour, je vis dans l'herbe une pierre blanche et lisse. Je la soulevai avec mon maillet. Un gros lézard, un mille-pattes et des petits insectes détalèrent fuyant cette inondation de lumière, et une voix intérieure me dit : Tu es comme cette pierre, lisse et blanche au dehors et remplie de péchés au-dedans.


Je compris alors combien il était hypocrite de prétendre que je suivais nos traditions chinoises d'amour, de justice de vertu, et j'eus l'intime conviction que j'étais pécheresse. Je laissai tomber mon maillet et courut dans ma chambre....

Je jetai rapidement un regard autour de moi, pour m'assurer que personne ne pouvait me voir, je m'agenouillai près de mon lit et je priai : Seigneur, pardonne mon péché et aide-moi à comprendre ta Parole....

Ensuite, je me levai rapidement, le coeur battant et le visage en feu. J'avais enfin trouvé la paix ! "

 

 

PENSEES ET MAXIMES

 

Vaunargues 

- La solitude est à l'esprit ce que la diète est au corps, mortelle lorsqu'elle est trop longue, quoique nécessaire.

Trempley

- Bien qu'on vante la solitude, à la longue elle fait baîller.

 

 

SOURIEZ - Urgence !


Sur la route de campagne, un homme croise un paysan dont la charrette, couverte de ballots de paille, vient de se renverser dans le fossé. Le paysan transpire, tire à hue et à dia mais ne parvient pas à relever la charrette. L'homme pris de compassion, lui dit :

- Reposez-vous donc quelques minutes, je vais vous aider !

- Je ne crois pas, répond le paysan, mon père n'aimerait pas ça.

- Mais tout le monde a le droit de reprendre des forces. Tenez, j'ai un peu d'eau, on va s'y mettre...

- Non, non, mon père ne va pas apprécier !

- Mais enfin, dit l'homme, votre père est un véritable esclavagiste 

Je vais lui dire ce que j'en pense ! Où puis-je le trouver ?

- Sous la charrette.


 

 

 

 


Repost 0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 07:27

chalutier.jpg

D'un caractère violent, Dan avait donné bien des soucis à sa famille. Il avait une passion : la mer. Aussi s'était-il engagé sur un chalutier. Et depuis plusieurs années il sillonnait l'océan. Tom, son camarade, avait essayé de lui parler de Jésus Christ, en pure perte.

Une nuit en pleine tempête, un ouragan s'élève. Dan est à la barre avec Tom. Une seule solution : essayer de rallier le port le plus proche. Mais une énorme vague balaye complètement le pont et précipite Tom  dans les eaux tourbillonnantes.

Impossible pour Dan de chercher un homme dans cette immensité déchaînée ! Il faut se cramponner à la barre et livrer une bataille désespérée pour atteindre la côte. Quelles sont longues les heures où, agrippé au gouvernail,  Dan cherche à discerner la moindre lueur dans la nuit profonde ! Avec le froid qui le glace, sous les embruns qui lui cinglent le visage,  à bout de forces, il fait ce qu'il n'aurait jamais cru faire et il crie : " Ô Dieu ! aide-moi !"

 

"Quelque chose d'étrange s'est passé, se souvient-il. La barre a tourné plus facilement, comme si une poigne ferme la maintenait, et le bateau a changé légèrement de trajectoire. Puis le vent s'est calmé, nous étions dans le chenal ! Je savais que Dieu lui-même était venu à mon secours."

La vie de Dan changea complètement. Il aimait parler du Pilote invisible qui l'avait conduit jusqu'au port, et de Tom ce camarade qui lui parlait du Sauveur qu'il aimait, et auprès duquel il était.....

 

 

ILS ONT ECRIT 


 Inconnu :

- Dieu a pris tes péchés, le a jetés à la mer, et a mis une pancarte : "pêche interdite"

C. Belguise :

- Dans le silence et la solitude on n'entend plus que l'essentiel .

 

SOURIEZ - égalité des chances -


Le fils d'un roi du pétrole qui suit ses études en Europe écrit à son père :

Cher papa,

Les gens sont très accueillants, je me plaîs beaucoup ici et la Ferrari 599 GTB plaqué or est magnifique. Mais je suis un peu honteux d'arriver avec au collège, alors que mes copains et mes profs viennent en train.

Son père lui répond :

Mon cher fils,

Pardon de t'avoir fait honte ! Je transfère immédiatement 2 millions d'euros sur ton compte, comme ça toi aussi, tu peux t'acheter un train !



 

 


Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 06:20

fleuve Dieu

Sarah,  petite fille d'un ami, accourt  un jour, et nous raconte toute essoufflée : " J'étais au ciel ! Pendant que je louais le Seigneur et dansais, je me trouvais soudain au ciel !  C'était beau ! Il y avait une porte d'or et un grand mur doré. C'était tellement éblouissant que j'avais du mal à regarder. 

J'ai franchi la porte, et me suis approchée d'un trône en or sur lequel étais assis Jésus ! Je ne pouvais presque pas ouvrir mes yeux tellement tout était lumineux...mais je savais que c'était Lui !

Il m'appela : Sarah !  Sarah !  Je réponds : Oui Jésus

Et Il me dit : Je veux te dire quelque chose...Je vais bientôt revenir, mais auparavant coulera un fleuve rouge d'amour, de paix et de pardon.

Je dis à Jésus : Je veux rester près de toi...c'est tellement beau !

 

Je me vis avec des ailes d'or survoler une ville ...très impressionnant parce que la ville était tellement brillante...Je vis beaucoup de maisons, des places et des fontaines...

Devant le Trône, Jésus me dit de repartir....de rentrer chez moi...

Maintenant je sais que j'aurai beaucoup plus de plaisir à prier et à écouter la voix de Dieu.

 

Sarah 10 ans

 

 

ILS ONT ECRIT :

Murray : 

- L'une des plus grandes grâces que Dieu puisse accorder aux siens est celle de pouvoir être eux-mêmes en bénédiction à d'autres et de leur communiquer la vie qu'ils ont reçue !

Th. Kopp :

- L'amour de Dieu ne peut pas se gagner ; de ce fait, on ne peut pas le perdre !

 

 

SOURIEZ :

Pendant la récréation, une  institutrice d'un certain âge,  remarque que des enfants se font entre eux un concours de grimaces. Elle s'approche de l'un d'eux et lui dit :

- Vous ne devriez pas faire ça ! Quand j'étais petite, on me disait que si je faisais trop  de grimaces, mon visage allait rester comme ça !

- Eh bien, répond le gamin, on ne peut pas dire que vous n'avez pas été prévenue !


Repost 0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 07:09

croix vie-copie-1

A la fin de la seconde guerre mondiale, un chrétien traversait à bicyclette une "zone occupée" dans la région d'Argent-sur-Creuse, pour rejoindre sa famille. Alors qu'il traversait un village, il fut arrêté par l'armée allemande. Là, un soldat allemand avait été abattu au cours de la nuit précédente, et des représailles avaient été décidées par l'occupant : dix personnes rencontrées au hasard dans levillage furent allignées contre un mur en face d'un peloton d'exécution.

Parmi ces personnes se trouvait ce chrétien, de passage à cet instant-là.

  Il demanda l'autorisation de prier avant l'exécution, autorisation qui lui fut accordée, l'officier allemand se faisant traduire la prière.

  Il pria à haute voix pour les victimes qui allaient perdre la vie, pour les soldats qui allaient exécuter l'ordre, et pour l'officier qui allait donner cet ordre. Lorsqu'il eut achevé sa prière, l'officier fit déposer les armes et donna l'ordre au peloton de quitter les lieux.

  Merveilleuse réponse à la prière fervente de celui qui faisait entièrement confiance à son Dieu ! Les bénéficiaires de cette intercession ont-ils été touchés par la grâce de Dieu ?   Cette scène a-t-elle été pour eux le moyen de connaître le salut de Dieu offert à tous les hommes ?

" Invoque-moi au jour de la détresse : je te délivrerai, et tu me glorifieras " (Psaume 50.15)

 

 

ILS ONT ECRIT - à propos de style

 

Victor Hugo :

- Le style est comme le cristal ; sa pureté fait son éclat.

- Le style sur l'idée, c'est l'émail sur la dent.

Chesterfield :

- Le style est le vêtement des pensées.

 

 

SOURIEZ :

 

Trois vieilles dames prennent le thé en discutant .

La première dit :

- Vraiment je m'inquiète de mes pertes de mémoire. Ce matin il m'était impossible de me souvenir si je venais juste de monter les  escaliers ou si je m'apprêtais à les descendre.

- Et tu trouves ça terrible ? dit la deuxième. Moi, je me suis retrouvée assise sur le bord de mon lit sans parvenir à me rappeler si je venais de me lever ou si j'allais me coucher !

- Moi, dit la troisième, j'ai toujours aussi bonne mémoire !  Touchons du bois !

Et joignant le geste à la parole, elle cogne sur la table. 

A ce moment précis, elle demande :

- Qui est là ?

 

 


Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 06:24

arbre handicapé

" J'ai mis au monde un petit garçon que j'entoure de soins maternels. S'il pleure la nuit, je me lève et l'apaise en le berçant tendrement, je reste près de lui jusqu'à ce qu'il se rendorme, oubliant ma fatigue. Lorsqu'il est malade, je le conduis chez le médecin et le soigne avec anxiété. Je souffre de le voir souffrir et, si c'était possible, je serais malade à sa place !

Pour ses premiers pas, je tiens fermement sa petite main, prête à le rattraper s'il trébuche. Je marche patiemment au rythme de ses courtes jambes, et je m'efforce de répondre à ses questions enfantines en me mettant à sa portée...

                                                                      _____________________________

 

Maintenant...j'ai quatre-vingts ans. Je suis veuve, et je perds la mémoire. Mon fils est agacé que je lui pose plusieurs fois la même question. En promenade, je retarde toute la famille ; je ne peux plus marcher sans canne et il faut me donner le bras. Je dois aussi solliciter mon fils pour me conduire à mes rendez-vous, et cela me coûte car il est très pris par son travail. 

Moi qui étais toujours débordée, je trouve les journées bien longues, je m'ennuie. Mes petits-enfants sont un peu moqueurs : "Oh Mamie, elle radote, elle est vieille..."


Les situations que nous venons de décrire, nous les connaissons tous. C'est bien le Créateur qui a placé dans le coeur d'une mère cette tendresse naturelle, qui lui fait supporter tant de choses pour son enfant. C'est aussi Dieu qui nous engage à rendre à nos parents les soins que nous en avons reçus. C'est un juste retour des choses, qui a de la valeur pour lui.

 

 

PROVERBES -DICTONS

- Ne méprise pas ta mère quand elle aura vieilli.

- Qui  ne fait pas quand il pleut ne fait pas quand il veut.

   Il faut savoir profiter de son temps.

- Le plus bel âge de l'amitié est la vieillesse.

- Pain de vieillesse se pétrit pendant la jeunesse.

 

 

SOURIEZ - essorage

Alain et christine sont deux pensionnaires d'un hôpital psychiatrique. Ce matin-là, elle marche le long de la piscine, tombe à l'eau et coule à pic. N'écoutant que son courage, son ami plonge et la ramène à la surface !  Le directeur de l'établissement veut récompenser le héros, dont l'état doit s'être considérablement amélioré pour agir avec tant de bravoure. Il décide de le laisser sortir à l'extérieur. Il va lui-même lui annoncer la bonne nouvelle :

- Alain, j'ai une bonne nouvelle : j'ai décidé de te laisser sortir de l'hôpital vue la bonne évolution de ton état. Mais j'en ai une mauvaise : Christine s'est pendue dans la buanderie avec la ceinture de sa robe de chambre !

- Ah, mais non ! répond notre fou. Elle ne s'est pas pendue !

C'est moi qui l'ai accrochée pour qu'elle sèche ! 


 

 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche