Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 04:09

chinoise

Christine était assez jeune quand ses parents l'abandonnèrent elle et ses frères et soeurs. Elle fut alors placée dans une famille d'accueil, où elle fut molestée à plusieurs reprises.

Devenue adolescente, elle se retrouve dans les rues, sans abri et fut violée. Sans que l'on sache comment, en dépit de ses blessures et cicatrices émotionnelles, Christine rassembla les morceaux de sa vie brisée.

 

Puis un jour, le Dieu des rêves, qui a écrit un livre sur chacune de nos vies,  dévoila un nouveau chapître du livre de Christine dans un songe. Elle se vit dans les rues poussiéreuses du Vietnam avec des centaines d'enfants déshérités, sans abri et mutilés.

Et ces enfants criaient : "Viens à notre aide ! viens à notre aide !"

C'était le rêve du Père Céleste pour sa fille brisée. Aujourd'hui, vingt années ont passé depuis que Christine a fait ce rêve. Elle s'est dévouée à la cause de plus de 60 000 enfants Vietnamiens déshérités.

 

ILS ONT ECRIT 

 

Khalil Gibran :

- Puissent les vallées être vos rues et les verts sentiers vos allées, afin que vous puissiez vous chercher les uns les autres à travers les vignes et revenir avec les parfums de la terre dans vos vêtements....

Benoîte Groult :

- Pouvoir ouvrir ses volets chaque matin, et découvrir le jour naissant, est un cadeau si précieux !  Le monde redevient frais tous les jours.

 

Dicton : Que dit-on d'une personne qui ne brille pas par son intelligence ? C'est une virgule dans l'encyclopédie !

 

 

SOURIEZ

 

Alors qu'il jouait dans un parc, Jo revient en courant ves sa mère...

- Maman ! maman ! Je me suis fait maaaal ...

- Où ça ?

- Là-bas ! 

 


 

Repost 0
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 05:13

eugene-delacroix.jpg

Le peintre français Eugène Delacroix dînait un jour avec le baron de Rothschild, le riche banquier. Le peintre lui confia qu'il recherchait un modèle de visage de mendiant, pour un tableau qu'il était en train de peindre.

Il ajouta que le baron avait ce type de visage ! 

Grand amateur d'art, Rothschild consentit à poser comme mendiant.

Lors d'une séance, Delacroix s'absenta. Un de ses élèves entra dans l'atelier, s'entretint avec le "mendiant" et lui glissa une pièce de deux francs avant de partir. Le baron raconta les faits à Delacroix qui l'informa que son élève était talentueux mais pauvre.

Plus tard l'élève peintre reçut de la banque Rothschild une lettre l'invitant à venir toucher les intérêts de son geste de charité. Incrédule, il s'y rendit et se vit remettre une somme de 10.000 Francs !

La Bible dit que Dieu agit de la même manière avec nous. Tout ce que fait un disciple du Seigneur par amour pour son maître recevra sa récompense au centuple, même ce qui peut paraître insignifiant, comme donner un verre d'eau fraîche. 

L'aumône qui plaît à Dieu est celle qui est faite dans la discrétion C'est celle-là qui sera récompensée.

Donner ne concerne pas seulement les dons matériels. C'est une disposition de coeur qui engage toute notre personne : notre temps, nos capacités, notre affection...

 

ILS ONT ECRIT


Benjamin Franklin :

- Le bonheur humain n'est pas tant le produit de grands coups de bonne fortune qui arrivent rarement, que celui des petits avantages qui arrivent tous les jours.

Hermes Trismégiste :

- Durant ta vie active écoute ton coeur et suis ce qu'il te conseille. Aucune richesse ne te sera utile si tu t'ouvres à ses conseils et si tu suis sa voie, jamais tu ne perdras si tu suis ton coeur.

 

 

SOURIEZ 

Un habitant d'Atlanta va prier au temple et découvre une vieille négresse qui est en train de balayer.

- Sors, dit-il, tu ne sais pas que ce lieu est interdit aux nègres ?

- C'est missié le pasteur qui m'a dit de balayer.

- Et alors, qu'est-ce qui me prouve que tu n'en profites pas pour faire une prière ?


Repost 0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 05:30

aigles royal

Louis Leprince-Ringuet, physicien français et membre de l'Académie Française, écrit dans son ouvrage "le merdier":

"Je trouve tellement de grandeur dans le message du Christ - je trouve une telle sagesse dans l'amour des autres, dans le dépassement auquel convie le Christ - je trouve une telle force dans l'Evangile pour briser les carapaces d'égoïsme, de routine, de lâcheté qui nous recouvrent à longueur de journée ;

 

je trouve une telle grandeur dans la prière et la communion des vivants, dans la possibilité pour chacun de nous, même au milieu des difficultés, même dans l'immobilisme sur un lit d'hôpital, d'intervenir en faveur des autres ; je trouve une telle vie dans l'attitude chrétienne d'espérance, devant les épreuves qui jalonnent notre existence et auxquelles personne d'échappe, ni n'échappera, quelles que soient les structures politiques ou sociales,

 

j'y trouve un tel stimulant pour la recherche, la science, et aussi pour les esprits intellectuels, spirituels qui me permettent d'aller vers plus de vérité - enfin je trouve dans le message évangélique un tel potentiel de dépassement, de joie et d'audace, un tel sens à la vie que ce message porte pour moi un sceau de vérité." 


La Bible déclare que l'Evangile est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit.

 

 

ILS ONT ECRIT 

Cardinal Lavigerie :

- La charité est l'arme maîtresse, celle qui pénètre les coeurs et y fait des blessures de vie éternelle.

Goethe :

- Ce n'est pas tant pour avoir laissé quelques ouvrages que pour avoir agi, et vécu, et porté les autres à agir et à vivre, qu'un homme reste marquant.

 

 

SOURIRE

Un père de famille reçoit une note de téléphone particulièrement élevée. Il convoque toute la maisonnée, femme de ménage comprise, pour mettre le holà à tant de dépenses :

- Vous exagérez vraiment, rendez-vous compte !

Personnellement, je n'utilise quasiment jamais le téléphone de la maison, je passe mes appel du boulot !

- C'est exactement la même chose pour moi, ajoute la mère, j'appelle le plus souvent du boulot !

- Moi pareil, intervient le grand fils, j'ai le portable de la société !

- Ben, où est le problème alors ? dit la femme de ménage, nous utilisons donc tous le téléphone du boulot....


Repost 0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 05:37

enfants0001

Un groupe d'enfants avait construit une cabane dans un arbre du voisinage et formé leur propre club.

Quand ils déclarèrent à leurs pareents les rôles qu'ils avaient attribués à chacun au sein de leur club, les adultes furent étonnés de découvrir que le plus jeune, un garçon de 4 ans  avait été élu président !

- Il doit avoir la trempe d'un chef dès l'enfance, fit remarquer l'un des adultes.

- Et pourquoi les garçons plus âgés l'ont-ils élus à ce poste ?

-Son fils lui expliqua :

- Eh bien, il ne pouvait pas non plus devenir trésorier vu qu'il ne sait pas compter.

Nous ne pouvions pas non plus l'élire gardien du club, car il est trop petit et il n'aurait pas pu pourchasser les intrus.

Mais il se serait senti rejeté, si nous ne lui avions confié aucune responsabilité. Alors nous l'avons choisi comme président !

Mais la vraie vie n'est pas souvent comme ça !

Le succès dépend d'habitude de notre aptitude à développer les talents que Dieu nous a donnés. Le but de notre vie est généralement en corrélation avec nos dons naturels.

Et nous n'assumerons pas notre potentiel si nous ne développons pas nos talents principaux.

Toute croissance doit s'appuyer sur les aptitudes naturelles....

B.Gass 

 

ILS ONT ECRIT

 

Shakespeare :

- L'esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l'amitié le console.

Proverbe Malgache :

- Le chagrin est comme le riz dans le grenier : chaque jour il diminue un peu.

 

SOURIEZ

 

Un Corse se rend chez son médecin pour se plaindre :

- C'est terrible, docteur, j'ai des insomnies incroyables en ce moment !

- Ah ? Vous vous réveillez souvent ?

- Oui ! A peu près tous les deux ou trois jours !

Repost 0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 05:50

lever-soleil-foi.jpg

Ce n'est pas vers le passé qu'il faut tourner sa vie mais vers l'avenir. Car la vie est un fleuve qui coule vers demain et qu'on ne peut freiner.

C'est pourquoi demain doit avoir plus d'importance qu'hier.

S'accrocher au passé c'est être pris dans de hautes algues mortes qui paralysent, tuent le courage de vivre. Et l'on se noie.

Il faut se tenir au milieu du courant. Savoir qu'aujourd'hui naît du passé et porte vers demain.

Savoir se plier au courant de la vie ;  Hier a existé, hier ce sont nos racines, mais les fruits de l'arbre mûrissent aujourd'hui et se récoltent demain !

Ce qui pourrait parfois nous empêcher d'avancer, c'est la nostalgie du passé ....

M. Gray

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Paul Verlaine :

- Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches et puis voici mon coeur, qui ne bat que pour vous. Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

G. le Bon :

- La compétence sans autorité est aussi impuissante que l'autorité sans compétence.

 

PROVERBES 

Tibétain :

- Quand deux sages confrontent leurs  idées, ils en produisent de meilleures : le jaune et le rouge mélangés produisent une autre couleur.

Chinois :

- L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle.

 

SOURIEZ

 

L'hôpital est un établissement public où les malades ont leur maux à dire !

 

Un vieux commerçant juif est sur son lit de mort. Ce sont ses derniers instants.

- Sarah, ma bonne Sarah, gémit-il. Toi qui fut ma femme durant toutes ces années, tu es là ?

- Oui Jacob, je suis là, près de toi...

- Et toi Rachel, ma grande fille, toi qui m'a donné tant de soucis ?

- Je suis là, papa.

- Et Isaac, mon fils ?

- Je suis là aussi papa

- Et le petit Moshé que mon frère nous a confié ?

- Je suis là tonton Jacob...

Le vieil homme ouvre un oeil, regarde autour de lui sa famille rassemblée.

- Vous êtes tous là alors ? murmure-t-il

- Oui Jacob répond sa femme. Tout le monde est là.

- Mais alors ! crie le vieil homme en se redressant brusquement...il n'y a personne pour garder le magasin !! 

Repost 0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 06:31

panthere.jpg

Après la naissance de notre septième enfant, nous voilà en route direction Bitkine, pour une nouvelle étape dans notre engagement de missionnaires....

En arrivant à destination, notre case n'était pas prête, mais le village entier avertit de notre arrivée était en effervescence, comme un comprimé soluble.

Le chef avait mobilisé tout le monde. Chacun avait sa tâche : certains coupaient des palmiers nains utilisés pour faire des cordes, tissées par les vieillards assis sous les arbres.

Les femmes allaient ramasser de la paille. Les hommes coupaient le bois et les enfants couraient partout pour se rendre utiles et chercher le nécessaire.


Le soir nous avions deux cases, une pour les parents et une pour les enfants.....Comme le sol était en terre battue, le matin en nous levant, il nous est arrivé de reconnaître une trace de serpent sur le sol. Il avait traversé la maison, sans bruit, pendant la nuit...
Quand nous sommes là où le Seigneur nous appelle, il n'y a aucune raison de craindre quoi que ce soit !

Mes enfants grimpaient bien souvent dans les rochers qui servaient d'abris aux serpents.

Un jour, les filles qui jouaient à cache cache sont venues me chercher légèrement inquiètes : une des filles ne bougeait pas, tapis au fond de la grotte, elle était comme hypnotisée par un grand python qui, entre temps avait filé.

Je n'ai pas pu le piéger !  Pourtant ce n'était pas un petit calibre : il mesurait six mètres, à vue de nez.


Un autre jour, les enfants ont découvert  qu'une panthère avait mis bas près de notre maison. Ils ont donc décidé de rendre visite aux petitss, dans la tanière, quand la mère serait partie chasser !

Imaginez ce qui serait arrivé si la panthère était revenue plus tôt !

Dieu est fidèle ! il garde et protège chacun de ses enfants... 

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Edgar Bergen :

- Travailler dur n'a jamais tué personne, mais pourquoi en prendre le risque ?

Anonyme :

- J'aime le travail, je passerais des heures à le regarder !

 

 

SOURIEZ

 

Le maître d'école :

- Comment s'appellent les enfants des Francs ?

- des centimes.

 

- Edouard donne-moi le nom d'un liquide qui ne gèle pas

- l'eau chaude, Monsieur !

Repost 0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 05:49

maison-volets.jpgPaul raconte :

- Je me rends chez un ami, Adrien, par une magnifique journée de printemps.

Je marche au soleil, profitant du bien-être que procurent ses rayons lumineux et chauds.

Toute la nature semble se réjouir.

Je frappe à la porte de mon ami et je m'arrête sur le seuil, stupéfait.

La pièce est plongée dans l'obscurité, les fenêtres et les volets sont fermés, et il fait froid.

Je distingue la silhouette d'Adrien, recroquevillé dans un fauteuil, les yeux fermés. Manifestement mon ami broie du noir. Me voyant entrer, il lève les yeux et me fait le récit de tous ses ennuis.

Il finit par ces mots : " Comme tu le vois, rien ne va aujourd'hui, et je ne peux rien y changer !"

Ma première parole alors est celle-ci : "Adrien, si tu ouvrais tes volets ? ". Il s'exécute à contrecoeur. 

Aussitôt la lumière du soleil pénètre, illumine et réchauffe la pièce. La pièce est exactement la même, mais les objets prennent des couleurs et l'aspect qu'elle offre est radicalement différent.

Oh les amis !, nous agissons parfois comme Adrien, sans même nous en rendre compte. Nous remuons des pensées sombres, nous voyons les choses en noir. Il nous semble que rien ne va, et que nous n'y pouvons rien....

Dans ce cas, il nous faut d'urgence "ouvrir la fenêtre" vers le ciel, pour laisser pénétrer le soleil, en nous tournant vers Dieu par la prière...Les circonstances ne seront pas différentes mais, réconfortés par Sa lumière et Sa chaleur, nous les verrons tout autrement.

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Chateaubriand :

- Je suis devenu chrétien. Je n'ai point cédé, j'en conviens à de grandes lumières surnaturelles, ma conviction est sortie du coeur ;  j'ai pleuré et j'ai cru.

J.C Hollande :

- On n'atteint pas le ciel par un simple saut, mais nous construisons l'escalier pour l'atteindre.

 

SOURIEZ

 

le père de Jean s'étonne de ne pas avoir encore reçu le bulletin scolaire de son fils et lui en demande la raison :

- Et ton bulletin, il n'est pas encore arrivé ?

- Si, si, répond Jean, mais je l'ai prêté à Paul pour qu'il fasse peur à son père !


 

 


Repost 0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 05:33

fillette0001

Nadya a grandi dans un foyer où le père était violent et la mère faible. Lorsque son père battait sa mère, celle-ci se disait qu'elle l'avait certainement mérité.

Quand la querelle dégénérait et les coups pleuvaient sur la pauvre maman, Nadya s'interposait. Elle tentait de désarmer la violence de son père et de protéger sa mère recevant les coups à sa place. Mais  quand le père commença à abuser sexuellement de Nadya et de sa soeur, leur mère ne fit rien pour l'en empêcher.

Elle fit comme si elle ne voyait rien. Il arriva fréquemment qu'il amena ses amis ivres à la maison et ceux-ci purent également abuser de ses filles....Toujours dans l'indifférence de la mère !

 

Qu'est-ce que Nadya a pu apprendre de la masculinité, de la féminité, d'elle-même ?


   Une amie, Josiane, nous dit un jour : " Ma blessure remonte au jour de ma naissance. Mes parents avaient déjà une fillette de 3 ans et souhaitaient ardemment un petit garçon...Quand les infirmières m'ont présentée à mon père, il refusa de me prendre dans ses bras, tellement il était déçu que je sois une fille. J'ai passé mon enfance à m'efforcer d'être un "bon fils" : chaque soir avant d'aller au lit, je priais que Dieu me donne un pénis et me transforme en garçon ....

 Et chaque matin à mon réveil, je regardais s'il m'avait exausée, et je me mettais à pleurer parce que j'étais encore une fille ".

....S'il y a beaucoup de femmes qui luttent, c'est parce qu'il y a encore trop de filles blessées...

 

 

ILS ONT ECRIT :

 

Gustave Flaubert :

- Mais il n'y a qu'un temps pour être heureux : celui où sans être désespéré, on sait accueillir le bonheur de vivre.

Victor Hugo :

- Oh n'insultez jamais une femme qui tombe !  Qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe !

 

 

SOURIEZ

 

Comment dit-on : " Ma belle-mère ne vient pas dîner ce soir "  en anglais ?

- Yeeeeeeees !

Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 04:53

Michel-Ange.jpg

L'un des chefs-d'oeuvre de Michel-Ange est la sculpture de David. Il travailla sur ce projet avec tant de passion qu'il se coucha souvent sans enlever ses propres habits, de peur de gaspiller de précieuses minutes. Il ne cessait de mesurer et remesurer les blocs de marbre, cherchant à y découvrir la meilleure pose. Il faisait des centaines de sketches analysant chaque attitude, chaque mouvement, allant jusqu'à établir des dessins très précis sur chaque modèle dont il faisait la connaissance.


Il testait ses idées dans des montagnes en cire à l'échelle réduite et ne prenait son ciseau et son marteau que lorsqu'il se sentait satisfait du résultat temporaire.

Il envvisagea les peintures du plafond de la chapelle Sixtine avec la même intensité créatrice. Couché sur des planches de bois,  inspirant l'air étouffant du sommet de la voûte, il souffrait d'inflammation des yeux et d'irritation de la peau dues à la poussière de chaux.


Pendant 4 ans il souffrit l'agonie, suant et suffoquant à chaque coup de pinceau. Mais quel résultat !

Docteur Martin Luther King a dit : " Si un homme est appelé à travailler comme balayeur des rues, il devrait le faire avec la même ferveur que Michel-Ange en train de peindre la chapelle Sixtine ou Beethoven en train de composer l'une des symphonies ou Shakespeare en train d'écrire l'une de ses pièces de théâtre.

Il devrait balayer les rues avec tellement d'enthousiasme que tous les habitants du ciel et de la terre s'écrieraient :

Voilà un grand balayeur des rues qui accomplit son travail du mieux qu'il peut ! "

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Oscar Wilde :

- On a conscience avant, on prend conscience après, ou plutôt c'est elle qui vous prend.

- Les gens bien élevés contredisent les autres, les sages se contredisent eux-mêmes.

Roger Bacon :

- L'homme qui apprend doit croire, celui qui sait doit examiner.

 

 

SOURIEZ

 

Le mécecin demande à Laura, petite patiente de 6 ans :

- Pour remplir cette fiche, j'ai besoin de quelques informations. Tout d'abord, quel est le jour de ton anniversaire ?

- Le 10 février

- Oui, très bien, mais quelle année ?

- Ben Monsieur, chaque année !

Repost 0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 04:56

blé ivraie0001

Un ouvrier de 34 ans appelé Randy était en train, ce jour-là, de souder une canalisation, au sommet d'un château d'eau en construction dans la région de Chicago. Il venait de détacher son harnais de sécurité pour attrraper un tuyau lorsqu'une cage métallique glissa près de lui et vint heurter l'échaffaudage sur lequel il se tenait.

Déséquilibré Randy bascula en avant et tomba d'une hauteur de 30 mètres, droit dans un tas d'immondices, à deux pas d'un amas de pierres et de parpaings brisés.

L'un de ses collègues s'empressa d'appeler le SAMU. Lorsque les infirmiers arrivèrent,  Randy était parfaitement conscient, et voulait se lever, se plaignant seulement d'un mal de dos !

La chute n'avait pas privé Randy de son sens de l'humour : Il conseilla aux ambulanciers qui le soulevaient de faire attention à ne pas le laisser tomber du haut du brancard !

Il quitta l'hôpital le lendemain avec de simples contusions !

 

Nous ressemblons parfois à Randy...

Sensibles aux maladies, nous ne pouvons nous empêcher de souffrir. ..Les pressions de la vie nous accablent, les soucis nous donnent des ulcères...

Les critiques nous irritent, les maladies nous font peur, la mort nous hante...

Quand nous rencontrons des difficultés, nous avons tendance à nous sentir abandonnés de Dieu. Et pourtant, c'est alors qu'Il se soucie le plus de nous et veut nous manifester tout son amour et sa compassion.

Même lorsque notre vue se brouille, même si nous ne comprenons plus rien, même si notre foi vacille, même si nous ne le voyons pas, Il est pourtant bien présent dans la détresse.

 

 

ILS ONT ECRIT  à propos du coeur...

 

O. Wilde :

- Dans une maison où il y a un coeur dur, n'y a-t-il pas toujours un vent glacé ?

Hafiz :

- Ah ! j'étendrais mon coeur ainsi qu'un tapis sous tes pas, mais je crains pour tes pieds les épines dont tu le perces...

E. Banning :

- Le coeur se resserre chez bien des gens dans la mesure où leur bourse s'enfle !

 

 

SOURIEZ

 

Nicolas a de mauvaises notes à l'école. Son père s'inquiète :

- Tu as bien appris tes leçons, mon chéri ?

- Oui papa, je les connais sur le bout des doigts

- On va voir ça. Peux-tu me dire où est mort Napoléon ?

- A la page 20 de mon livre d'histoire.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche