Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 05:21

précipice

" On me regardait comme un enfant , comme un oiseau tombé du nid, comme un être fragile et non comme un cas désespéré, une graine de potence ou un cas social !....Un être à soigner.... et tout le personnel de l'établissement n'avait qu'une vocation : soigner.

     J'étais bien. J'en arrivais à penser que la tentative de suicide était vraiment une bonne chose, surtout lorsque le suicide ratait. L'après tentative était bon. Mais pour combien de temps ?  L'hôpital répare et remet dans le circuit ceux qui en sont sortis. Et, je me suis trop vite retrouvé dans le circuit, c'est-à-dire dans cette vie que je n'aimais pas.

     L'envie de suicide m'ayant atteint une fois, elle devait revenir souvent. L'occasion se présenta à plusieurs reprises, notamment lorsque pour les besoins de l'entreprise où je travaillais, je devais être sur des chantiers où j'installais les grilles en fer forgé des balcons.

     La tentation de me laisser tomber dans le vide...mais il y avait toujours quelque chose qui m'en empêchait. Particulièrement une force plus forte que l'envie de mourir et que je ne pouvais associer à la vie, puisque je n'en voulais plus de la vie !

     Cette force, cet instinct de conservation peut-être, m'a empêché de mourir..."

 

 

ILS ONT ECRIT

D. Satori :

- Dieu tel un peintre travaille souvent sur une toile par petites touches pour que les couleurs et les formes, les silhouettes et les ombres atteignent la perfection.

Chris Hodges :

- Un rêve est une vision obsédante qui vit dans votre coeur mais qui est trop grande pour que vous parveniez à la réaliser sans l'aide d'autrui. 

 

SOURIEZ

Max est vautré devant la télévision et regarde des dessins animés. Sa mère se fâche :

- Au lieu de regarder la télévision ne penses-tu pas que tu pourrais aider ton père à faire tes devoirs ?

Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 05:12

détenu0001

Un sermon mis en pratique vaut plus que n'importe quel sermon prêché, aussi beau soit-il. Plutôt que m'indiquer le bon chemin, je préférerais que vous m'accompagniez !

J'apprendrais davantage avec mes yeux qu'avec mes oreilles. Les trop bons conseils risquent de me perdre, mais je comprendrai plus aisément si vous me donnez des exemples clairs et précis.

Les meilleurs prédicateurs sont ceux qui vivent eux-mêmes en fonction des principes qu'ils enseignent. Discourir du bien ne suffit pas, nous avons besoin d'en voir l'évidence dans leur vie.

J'apprendrai à bien agir si vous m'enseignez cet art par vos propres actions.

je suis capable de suivre des yeux l'oeuvre de vos mains, mais pas d'assimiler l'avalanche de paroles que peuvent produire vos lèvres.

Les leçons que vous donnez sont peut-être de la plus haute qualité et parfaitement véridiques, mais permettez-moi plutôt d'observer vos actions.

Peut-être suis-je incapable de vous comprendre et de suivre vos conseils, mais soyez-en sûr, je n'aurai aucun problème à comprendre vos actions et votre manière de vivre !

 

 

ILS ONT ECRIT

B. Gass :

- Lorsque tu leur parles de foi, la tienne devrait être si évidente à leurs yeux qu'ils voudront vivre de la même façon !

Th. Kopp :

- Ne parle pas de tes problèmes, parle à tes problèmes.

 

SOURIEZ

La maîtresse interroge Max :

- Dans la phrase "le lion a mangé une gazelle", où se trouve le complément  d'objet direct ?

- Max lui répond :

- Dans le ventre du lion, Maîtresse !

 

 


Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 05:02

marché

Avez-vous déjà essayé de terminer un puzzle alors qu'une des pièces était manquante ? Le résultat risque d'être difficile, n'est-ce pas ? Dans le monde aujourd'hui chacun a sa place, aucune pièce ne manque. Une corde tressée de plusieurs ficelles est beaucoup plus solide qu'un simple fil.

Au temps de Néhémie, les Tékoïtes étaient des fermiers qui aidaient à réparer le mur, mais des notables refusèrent cependant de travailler sous les ordres des responsables de l'ouvrage. Les travaux de maçonnerie ne faisant pas partie de leurs conditions d'emploi, ils préféraient laisser les autres ouvriers faire le gros du travail......

     Nous connaissons tous des personnnes qui souscrivent pleinement à cette manière de voir ! Ne sous-estimez jamais l'importance de votre rôle.... Les membres du corps qui paraissent être les plus faibles sont nécessaires.

     Qui selon vous est plus important : un chef d'Etat ou un employé municipal ?  En 1981 Ronald Reagan survécut de justesse à une tentative d'assassinat. Bien qu'il fut le chef politique le plus important du monde libre, le pays continua de vaquer à ses affaires comme si de rien n'était.

     A l'inverse, lorsque les éboueurs de Philadelphie se mirent en grève, cela provoqua un chaos total dans la ville, des tas d'ordures gigantesques s'accumulant aux coins des rues...

 

 

ILS ONT ECRIT

Scott Peck :

Les difficultés que nous devons affronter nous permettent de grandir en maturité spirituelle et morale. C'est en apprenant, non sans douleur, à les surmonter que nous avançons dans la vie, acquérant peu à peu force de caractère et sagesse.

- Même si la situation vous semble sans issue, il y a toujours une leçon positive à en tirer, il suffit de la chercher.

 

SOURIEZ

Le papa de Max lit les appréciations de la maîtresse sur son carnet de notes. Il est très mécontent...

- Je lis que tu travailles lentement, que tu cours lentement, que tu comprends lentement...

Y a-t-il quelque chose que tu fasses vite ?

- Oui, papa ! Je fatigue super vite !

Partager cet article
Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 05:07

foudre voyage

Depuis quelques heures je faisai du stop, quand enfin j'entendis une voiture arriver dans mon dos, je me retournai et lui fis signe ; peut-être qu'avec un peu de chance, le chauffeur de cette nouvelle voiture me conduirait sur les lieux du camp ? Mais la voiture à vive allure, passa outre tout en faisant hurler son avertisseur, comme pour me narguer !

Je ne fus pas vexée pour autant, j'avais le coeur au beau fixe et rien de devait altérer ma bonne humeur naisssante.   Je pensais juste que ce chauffeur risquait de mal finir son voyage s'il poursuivait à cette allure.

     Il faisait chaud, le bitume devenait mou....La sueur perlait à mon front...Vive le soleil et le ciel bleu, vivent les oiseaux et les insectes, les routes chaudes et les pins odorants sous les rayons de l'astre d'été !  J'avais envie de chanter et de remercier Dieu de cette journée porteuse de bonheur.... et je fredonnais...

     Mais un refrain mal assuré resta coincé dans ma gorge lorsque je vis une voiture dans le fossé, là devant moi. C'était à l'évidence, cette voiture qui filait trop vite et dont le conducteur se prenait pour un champion de formule 1. Rapidement je courus vers le véhicule, effrayée d'avance de ce que j'allais y trouver. Les tempes en feu et le coeur battant à tout rompre, je me penchai vers l'habitacle. Personne ; je cherchai alentour et ne découvris rien...

     La personne qui conduisait le véhicule maintenant accidenté s'était volatilisée. Je jouerais au Bon samaritain une autre fois. De tout façon, n'était-ce pas d'une auberge dont j'avais besoin, moi ?  Puis je songeai que j'aurais pu être dans cette voiture si...........

 

 

ILS ONT ECRIT 

Inconnu :

- Ne dis pas à Dieu combien ton problème est grand, mais dis à ton problème combien ton Dieu est grand.

- L'endroit où il y a le plus de talents, c'est le cimetière !

 

SOURIEZ

Max très fier rentre chez lui :

- Papa ! papa ! Le voisin m'a donné 15 euros !

- Ah bon ? Et en quel honneur ?

- Je lui ai lavé sa voiture et pour me remercier, il m'a donné 5 euros. Ensuite, quand il a vu le résultat,

   il m'a encore donné 10 euros pour que je ne recommence plus jamais !

Partager cet article
Repost0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 06:19

caroline du nord

Lorsqu'un arbre est seul, il est battu par les vents et dépouillé de ses feuilles ; et ses branches, au lieu de s'élever, s'abaissent comme si elles cherchaient la terre. Lorsqu'une plante est seule, ne trouvant point d'abri contre l'ardeur du soleil, elle languit, se dessèche et meurt.

Lorsque l'homme est seul, le vent de la puissance, le courbe vers la terre et l'ardeur de la convoitise des grands de ce monde absorbe la sève qui le nourrit.

Ne soyez donc pas comme la plante et l'arbre qui sont seuls....Tandis que vous êtes désunis et que chacun ne songe qu'à soi vous n'avez rien à espérer que souffrance, malheur et oppression.  Dieu a commandé aux hommes de s'aimer, qu'ils soient unis véritablement afin que les faibles ne tombent pas sous l'oppression des forts !....

Car celui qui est plus fort qu'un seul...sera moins fort que deux....

 

 

ILS ONT ECRIT

- C'est à la racine de notre être, là où nous n'accèdons pas, que Dieu nous atteint, c'est là qu'Il opère, qu'Il nous travaille, qu'Il parachève sans cesse son oeuvre en nous.

J.P. Dooley :

- La vie n'est pas un problème à résouddre, mais un cadeau à apprécier.

 

SOURIEZ

Max ne parvient pas à trouver le sommeil...

- Maman ! maman !

- Quoi encore ?

- J'ai soif....

- Tu viens de boire ! maintenant, il faut dormir !

Cinq minutes plus tard...

- Maman ! maman !

- Quoi ???

- J'ai soif maman !

- J'ai dit non ! Tu dors, ou je viens te donner une fessée !

- Ben...dans ce cas, n'oublie pas d'apporter mon verre d'eau  !

Partager cet article
Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 05:16

enfants0001

Amy était d'une excellente famille irlandaise.  Ses parents l'élevèrent dans la piété. Elle se convertit en 1883 et 3 ans après elle entendit l'appel de Dieu pour son service. Elle partit aux Indes et apprit le tamil, ce qui lui fut très utile.

Un incident en 1901 orienta sa vie. Une petite fille, qui n'avait que 7 ans, lui fut amenée. Cette fillette était déjà préparée pour être l'épouse des dieux, une prostituée aux bénéfices des prêtres et des fidèles....

     Amy ouvrit un foyer pour empêcher ce trafic odieux et découvrit que même des petits garçons étaient l'objet du même commerce.

Bientôt sa maison fut trop petite. L'oeuvre grandit merveilleusement ; elle est devenue une véritable ville avec hôpitaux, écoles, centres d'apprentissages....oeuvre d'évangélisation très étendue.

     Une chute très grave la rendit infirme les 20 dernières années de sa vie. Mais de sa chambre elle dirigeait cet immense centre avec une compétence et une autorité remarquables.

Docteur Inwood orateur de la célèbre Convention de Keswick disait après un entretien ave Amy en 1920 :

" Cette visite fut pour moi comme un sacrement, ce fut un nouveau contact avec l'Esprit de Dieu. Mon propre esprit fut pour toujours enrichi ".

 

 

ILS ONT ECRIT :

Spurgeon :

- Que notre caractère ne ressemble pas à l'écriture tracée sur le sable, mais plutôt à l'inscription gravée dans le roc.

Monod :

- Comme il y a un abîme de misère à ne compter que sur soi-même, il y a un abîme de consolation et d'espérance à ne compter que sur Dieu.

 

SOURIEZ

Max conjugue-moi le verbe savoir à tous les temps !

- Je sais qu'il fait beau, je sais qu'il pleut, je sais qu'il neige...

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 05:33

colombe

Alors que Marie était déjà octogénaire, elle sautait de joie à la vue d'une amie. La relation qu'elle avait avec la terre, l'air et l'eau était surprenante et venait de sa capacité à aimer toute la création.

Son respect et son amour pour elle était tout à fait remarquable. Elle pouvait prendre dans sa main un coquillage, qu'elle avait ramassé des années auparavant et continuer de s'émerveiller en le ragardant. 

     Paul prenait plaisir en l'être de cet oiseau, l'être même de ses fleurs et il ne cessa jamais d'être émerveillé par elles. Il avait une relation inhabituelle avec les plantes et les animaux. Ses oiseaux volaient librement dans la maison. Jamais un chien fut-il le plus fidèle, ne salua son maître avec davantage de joie et d'énergie que ne le faisaient les oiseaux de Paul quand il rentrait chez lui.

     Il valait mieux ne pas être sur la trajectoire d'un certain perroquait nommé Jacky, qui volait de la manière la plus directe en piqué vers les épaules de Paul, et en voulait à tout corps qui se trouvait sur sa trajectoire.

Même octogénaires, ils furent toujours des enfants aux yeux rêveurs...Nous voyons ici l'enfant éternel qui se situe fortement à l'opposé de l'enfant immature, blessé, accablé et perdu, celui dont le centre est le "moi" illusoire, un amalgame d'émotions, d'attitudes et de symboles qui n'ont rien à voir avec notre moi tourné vers l'extérieur.....

 

 

ILS ONT ECRIT

- Notre vie terrestre n'est somme toute qu'un long chapelet d'instants qui s'égrènent l'un après l'autre...

Abraham Lincoln :

- Ni vous ni personne d'autre, ne pourrez rendre heureux les gens qui souffrent d'une mentalité négative face à la vie.

 

SOURIEZ

La maîtresse s'inquiète des résultats de Max :

- Je ne comprends pas. Au début de l'année, tes devoirs étaient toujours très bien faits. Mais maintenant, c'est devenu n'importe quoi !

- C'est la faute à mon père, maîtresse ! Au début de l'année, ça allait. Mais maintenant, il n'arrive plus à suivre !

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 04:55

coq.jpg

Booker T. Washington raconte une merveilleuse histoire à propos de sa mère. Au cours de son enfance, lui et tous les esclaves de la plantation étaient réveillés tous les matins par le chant du coq. Bien avant l'aurore, ce bruit indésirable envahissait les baraques, rappelant ainsi à Washington et à ses collègues de travail qu'ils devaient s'extirper de leur lit avant de se rendre au travail dans les champs de coton.

Ce chant était devenu le symbole d'une vie faite de longues journées de travail éreintant.Puis vint la proclamation d'émancipation des esclaves dans laquelle Lincoln déclarait libres tous les esclaves. Le matin suivant Washington fut à nouveau réveillé par les cris du coq. Sauf que cette fois-ci, sa mère avait une hache à la main et poursuivait le gallinacé à travers la basse-cour !

Ce jour-là, la famille Washington fit rôtir et mangea au dîner leur réveil matin ! Leur premier acte de liberté fut de réduire au silence le souvenir de leur esclavage.

Avez-vous dans notre vie des "coqs" qui vous empêchent de dormir ? Peut-être est-il temps d'aiguiser la lame de votre hache ? La bonne nouvelle c'est que la grâce de Dieu est une réalité et que votre liberté l'est aussi ! 

 

 

ILS ONT ECRIT

M. Gray :

- Croître pour un homme, ce n'est jamais oublier ce qui précède mais le connaître et s'en dégager pour miieux se voir et voir le but.

Et le but de l'homme c'est être soi parce qu'être soi c'est aller vers les autres comme la source va vers la mer.

 

SOURIEZ

La maîtresse organise une sortie piscine et demande à Max :

- Est-ce que tu sais nager ?

- Oui maîtresse !

- Et où as-tu appris à nager ? 

- Dans l'eau !

Partager cet article
Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 05:11

faiblesse0001

" Alors que l'ascenseur s'élevait, moi qui me dominait si bien fut soudain pris par une angoisse déraisonnable....

Enfin les portes se sont ouvertes, j'ai réussi en bousculant, à sortir et j'ai circulé lentement au milieu des rayons du grand magasin, réfléchissant.

Cette angoisse d'où venait-elle ? Pourquoi m'avait-elle submergé ? Pourquoi l'esprit ne parvenait-il pas à maintenir ses défenses, à empêcher cette marée d'inquiétude, cette chaleur qui naissait dans la gorge ?

....La nuit tombait en même temps qu'un brouillard humide. Des groupes pressés d'employés sortaient des bureaux, traversaient comme un essaim l'avenue, s'enfonçaient dans les bouches du métro.

L'angoisse qui m'avait pris, n'était pas seulement des phénomènes physiques. La sueur qui avait couvert mon front ne venait pas seulememnt de la chaleur.

     Je ressentais la solitude au milieu des autres. Je n'en avais pas pris conscience dans l'ascenseur mais ces nuques devant moi, ces corps autour de moi, ce groupe d'hommes et de femmes serrés les uns contre les autres, qui ne se parlaient pas, ne se regardaient pas, ne se connaissaient pas ...qui ne se reverraient plus, qu'était-ce pour moi, sinon la preuve que j'étais inexistant pour les autres, que je restais seul dans cette foule....

Comment aurais-je pu alors que chacun était un étranger pour l'autre, ne pas avoir peur, ne pas me sentir atteint, blessé, détruit au plus profond de mon être ?

     Car les hommes qui s'ignorent le uns les autres sont comme des pierres en tas. Et l'homme seul est une pierre dure et stérile dans un champ......"

 

 

ILS ONT ECRIT

- L'épreuve pour un homme, c'est le moyen de se connaître et de grandir. 

La souffrance, le malheur et l'injustice font briller le diamant qui est au coeur de l'homme vrai. Ils n'écrasent que celui qui n'a rien en lui !

 

SOURIEZ

Max et ses parents s'apprêtent à aller dîner chez des amis. La maman de Max l'avertit :

- Je te préviens, ce soir, tu as intérêt à bien te tenir !

- Pourquoi ? Leur maison est en pente ?

 


Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 05:40

femme-agee.jpg

Le service des relations publiques d'une entreprise de cosmétiques demanda un jour à chacun de ses clients de lui faire parvenir la photo de la plus belle femme qu'il connaissait, accompagnée d'une brève note descriptive. Parmi les milliers de lettres reçues l'une d'entre elles retint l'attention des employés et celle-ci fut transmise au président. Elle venait d'un jeune garçon qui vivait au sein d'une famille désunie dans un quartier défavorisé. Voici un extrait de sa lettre, une fois corrigées les innombrables fautes d'orthographe :

- Une très jolie femme habite dans la même rue que moi. Je lui rends visite tous les jours. Auprès d'elle, j'ai l'impression d'être l'enfant le plus important du monde. Nous jouons ensemble au jeu de dames et elle m'écoute avec attention lorsque je lui parle de mes problèmes. Je sens qu'elle me comprend.

Au moment de la quitter, elle me déclare chaque fois combien elle est fière de moi....Le garçon terminait sa lettre en disant :

- Sur cette photo vous verrez vraiment la femme la plus belle du monde. Un jour, j'espère me marier avec une femme aussi jolie qu'elle.

     Intrigué, le président demanda à voir la photo de la femme. Sa secrétaire lui remit une photo d'une femme âgée au sourire édenté, assise dans un fauteuil roulant. Ses cheveux gris étaient ramenés en un petit chignon. Mais les rides profondes qui sillonnaient son visage ne pouvaient faire oublier l'étincelle pétillant au fond de ses yeux.

- Nous ne pouvons pas publier cette photo, déclara le président en souriant, elle prouverait au monde entier que nos produits ne sont pas nécessaires pour rendre une femme belle !

 

 

ILS ONT ECRIT

B. Gass :

- La plupart des gens savent tirer les leçons de leurs erreurs, seuls les sages savent tirer les leçons des erreurs des autres.

Scott Peck :

- Exprimez ce que vous ressentez à condition de ne pas blesser.

 

SOURIEZ

Max dit à sa maman  :

- Maman regarde un mouche !

- Mais non c'est une mouche !

- Ah bon ? Bravo, comment as-tu su que  c'était une femelle ?

Partager cet article
Repost0