Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 06:43

tremblement.jpg

Dans son livre A Crack in th Edge of the World, Simon Winchester écrit sur Parkfield, une petite ville californienne sujette aux séismes. Cherchant à attirer les touristes, un hôtel a écrit sur son panneau : "Sleep here When it happens" (couchez ici quand ça se produit).

Sur le menu dans un restaurant du coin, on trouve un grand steak appelé "la grande secousse" et les desserts sont appelés "Après-coups".

Par contre un véritable tremblement de terre peut s'avérer terrifiant, notamment ceux de la Californie....

Dans les Ecritures nous lisons comment Dieu s'est servi d'un séisme pour ouvrir le coeur de quelqu'un à l'Evangile. Ayant été faussement accusés, Paul et Silas se sont retrouvés en  prison. Vers minuit un tremblement de terre a secoué la prison, en a ouvert les portes et a défait les chaînes des prisonniers.

Lorsque le geôlier a entendu que Paul et Silas n'avaient pas tenté de s'échapper, il leur a demandé "Seigneur que faut-il que je fasse pour être sauvé ? Paul lui a répondu : "Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé, toi et ta famille".         Le soir même, le geôlier et sa famille ont cru .... 

Parfois, les gens sont conduits à la foi par le truchement de problèmes !

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

C. Rambert :

- Attention ! "plus tard" se transforme parfois en "jamais" !

Pascal :

- C'est le coeur qui sent Dieu, et non la raison. Voilà ce que c'est que la foi, Dieu sensible au coeur.

 

 

SOURIEZ

Le maître demande :

- Est-ce que vous pouvez me dire ce que c'est que d'être poli ?

- Oui maître, être poli, c'est pas dire de gros mots à quelqu'un qui pourrait aller le dire à mon père !

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 06:40

ANTARCTIQUE0001

Choo a grandi en Corée et elle nous raconte d'une manière saisissante son histoire personnelle et ses rencontres avec le Christ vivant, qui l'ont amenée à visiter l'enfer et parcourir le paradis :

" Ce jour-là, Il m'a fait visiter une petite partie du paradis....Un immense fleuve est apparu devant nous, et j'ai remarqué qu'il était bordé de montagnes de chaque côté. ...Nous avons longé la rive du fleuve. Le sol y était semblable à du gravier et des petits gravillons crissaient sous nos pas...

Il y avait des petits bateaux sur le fleuve. J'avais déjà vu des spectacles identiques sur la terre : des endroits où il y avait de l'eau et où les gens allaient pêcher, nager, faire du ski nautique ou simplement naviguer....

Nous avons embarqué dans l'un des esquifs et Jésus a pagayé avec sa main...

J'avais les yeux fixés sur l'eau extrêment limpide. On aurait dit du cristal. Les poissons étaient d'un éclat et d'une beauté stupéfiants.

En regardant autour de moi, j'eux l'impression que nous étions assis sur un miroir géant. Nous sommes sortis du bateau. La vue était splendide : une vallée luxuriane remplie de hautes herbes s'étalait devant nous ; Un petit ruisseau serpentait dans les pâturages qui s'étendaient à perte de vue...du bétail qui ressemblait beaucoup à nos vaches terrestre....

- Ecris ceci Choo. Je veux que mes enfants sachent que beaucoup d'entre eux se posent des questions !

J'éprouvai une grande satisfaction en contemplant le paronama spectaculaire qui s'étendait devant moi ....."

 

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- A vouloir avoir raison à tous les coups, on s'épuise en vains combats.

Lâcher prise et laisser les autres prendre la main ; La liberté et l'apaisement sont parfois à ce prix.


- Certes, tout ne va pas pour le mieux

Mais tout va-t-il si mal ?

Et si l'on décidait d'être heureux quand même ?  Envers et contre tout ?

 

SOURIEZ

La maman de Manon lui explique comment faire la différence entre la droite et la gauche :

- C'est très simple : tu es droitière et donc la droite c'est du côté de la main qui écrit.

- Ah oui, alors hier quand je suis tombée dans la cour, je me suis égratignée le genou qui n'écrit pas !

     

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 06:24

chien chat0001

La confiance, c'est ce sentiment de sécurité que nous avons lorsque nous nous fions à nous-même, à quelqu'un d'autre ou à un évènement avec optimisme. C'est un choix réfléchi et orienté, mais qui est davantage déterminé par une intuition que par un raisonnement fondé sur une recherche totale de preuve.

     La confiance a une  utilité sociale évidente, car elle favorise l'attitude de coopération, elle aide à prendre des initiatives avec prise de risques.  Elle est souvent accordée à ceux et celles qui disent la vérité.

Faire confiance, d'une certaine façon, c'est se déterminer spontanément, en faisant l'économie d'une analyse fouillée et rationnelle. C'est toujours un risque.

     Sans la confiance, nous entrons dans un esprit d'indépendance et de contrôle à l'égard de notre entourage, ce qui peut être très mal toléré et occasionner des blessures de rejet, car nous nous sentons obligé de tout vérifier sous leurs yeux ou en leur absence.

Un état de méfiance peut s'installer et s'incruster peu à peu en nous pour différentes raisons : il est parfois la conséquence d'une série de déceptions en chaîne vis-à-vis de nous-même, des autres ou de Dieu.

     Suite à des attentes non remplies, nous nous sommes renfermés derrière une carapace pour ne pas souffrir et éviter d'autres blessures de trahison et d'injustice. La confiance décue s'est parfois transformée en méfiance définitive.

La confiance en soi est généralement plus solide chez celui qui s'est senti aimé, encouragé et félicité au cours de son enfance....

Ph. Auzenet

 

 

ILS ONT ECRIT

Robert Lassus :

- Je travaille à être heureux : c'est le plus beau des métiers !

Proverbe Irlandais :

- Y penser sans cesse ne labourera pas le champ.

 

SOURIEZ

Un invité murmure à sa voisine :

- Le champagne vous rend jolie.

- Mais je n'en ai pas bu une seule coupe !

- Oui, mais moi j'en suis à ma dixième !

 

 


Partager cet article
Repost0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 06:58

croix feu0001

"Toute ma vie s'articulait autour de la drogue. Elle prenait toute la place. Pour moi, je ne faisais rien de mal, c'était mon argent et j'en faisais ce que je voulais.

Mais j'étais en train de m'autodétruire, de me suicider à long terme. Je me piquais à la cok, à la morphine, à l'héroïne...on vole...on ment... Je faisais pousser mon cannabis croyant que ce serait le bonheur !

Tout se passait "cool" enfin...jusqu'au jour où j'ai rencontré quelqu'un qui me parla de l'amour de Dieu. Cela a complètement "chambranlé" ma vie car je cherchais le bonheur dans les mauvaises directions : les plaisirs de la vie, l'alcool, le jeu...

Mais je me rendis un jour compte que j'avais gâché ma vie, mes yeux s'ouvrirent "les jeux étaient faits".


Ce jour-là, une personne me tendit une bible et me dit de prier....c'est que je fis dans ma chambre...après quelques instants Dieu, me montra comment Jésus m'avait aimé, Il avait donné sa vie pour moi !  Wouah ! toute une révélation !

J'ai vu spirituellement le fardeau qui m'accablait et l'amour de Dieu est descendu sur moi.

J'ai réalisé qu'en me faisant du mal, c'est comme si c'était à lui que je faisais mal !...

Ce fut le début de notre relation! "

 

 

ILS ONT ECRIT

Denis Mortman :

- Tant que vous ne serez pas en paix avec ce que vous êtes, vous ne serez pas heureux de ce que vous avez !

Proverbe Africain :

- Le bonheur ne s'acquiert pas, il ne réside pas dans les  apparences, chacun d'entre nous le construit à chaque instant de sa vie avec son coeur !

 

SOURIEZ

- Rémi, je t'ai déjà dit que, quand tu tousses, tu dois mettre la main devant la bouche !

- Oui, je sais, mais j'ai essayé plusieurs fois et ça ne m'a jamais empêché de tousser !

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 06:49

gladiateur-romain.jpg

Alypius, théoricien de la musique du IVe siècle, se faisait souvent presser par ses voisins de regarder les combats de glatiateurs. Mais il refusait parce qu'il détestait la brutalité de ces compétitions barbares.

     Un jour, toutefois, on le força à y assister. Déterminé à ne pas être témoin du spectacle sanglant, Alypius garda les yeux bien fermés. Mais un cri perçant l'incita à jeter un coup d'oeil pendant qu'un des combattants recevait un coup fatal. 

J.N. Norton commente cet incident comme suit : "La sensibilité d'Alypius fut émoussée, et il se mit à crier avec la foule bruyante qui l'entourait. A partir de cet instant, il fut changé - pour le pire ; non seulement assistait-il à de tels spectacles lui-même, mais il incitait aussi les autres à en faire autant."

     Bien qu'Alypius soit entré dans l'arène contre son gré, son exposition au mal illustre ce qui peut arriver à la meilleure des personnes quand elle ne fait que goûter un peu aux plaisirs destructeurs. Avant qu'elle ne puisse même s'en rendre compte, elle en devient esclave.

     L'apôtre Paul a dit à Timothée de fuir le mal de l'étouffer dans l'oeuf. Il savait, en effet, que le fait de remplacer des désirs mauvais par la recherche de la justice de Dieu est le meilleur moyen d'éviter les difficultés.

Le pire des pas est souvent le fatal premier pas !

 

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- Bien des malheurs et bien des tracas naissent de notre incapacité à demeurer calmes et tranquilles.

Sénèque :

- Dieu donne à ses meilleurs écoliers les leçons les plus difficiles.

 

SOURIEZ

- Eric, pourquoi est-ce que ton frère pleure comme ça ?

- Bof, je crois que c'est parce qu'il me voit manger un gâteau. Faut pas faire attention, de toutes façons, c'est un grincheux, il pleurait déjà quand j'ai mangé le sien !

     

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 06:49

lune

"L'ennui naquit un jour de l'uniformité". Ce vers du poète français Antoine Houdar de la Motte a été attribué à d'autres écrivains plus connus comme la Fontaine ou Balzac. Pourquoi a-t-il trouvé un tel écho à chaque génération ?

Parce que l'ennui est très présent dans les pensées ; c'est une réalité redoutée à juste raison. Naît-il de l'uniformité ?      Ce n'est pas certain, car le monde qui nous entoure, et l'expérience humaine, sont d'une très grande variété.

L'ennui viendrait plutôt de notre vision désabusée : tout semble sans relief, monotone, sans nouveauté, comme en noir et blanc.

Et puis, il y a cette hantise de se retrouver seul avec ses propres pensées....

     Faut-il s'occuper, se distraire, ou même travailler pour oublier ? Faut-il agir pour "tuer le temps" ? La solution n'est pas là, parce que l'ennui n'est pas à l'extérieur, il est en moi. Il est lié à ce vide intérieur que rien ne peut combler : le vide de l'âme. Ce vide-là est partout où Dieu n'est pas. Mais là où Dieu habite, c'est la plénitude.

     Si vous ressentez la tristesse, l'ennui, approchez-vous du Christ avec foi. Il peut vous donner une plénitude de joie véritable.

 

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- Il n'est pas de brouillard qui finisse par se dissiper.

-L. Lakes :

- C'est dangeureux d'écarter continuellement les gens. La personne même que tu essayes d'éviter aura peut-être la clé pour restaurer ta raison d'être et ton accomplissement dans la vie !

 

SOURIEZ

Deux lions regardent une trousse médicale posée à côté d'eux.

- C'était un bon vétérinaire, tu ne trouves pas ?

- Ouais. Dommage qu'il n'en reste plus. J'en aurais bien repris un morceau ....

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 07:26

nature0001

Eddy nous demande : "Ne vous êtes-vous jamais égarés au plus profond des bois, n'avez-vous jamais redouté de ne plus pouvoir en sortir ?
 C'est exactement la sensation que j'éprouvai la plus grande partie de mon existence. J'avais vraiment le désir de mener une vie vertueuse, mais ma volonté humaine ne me permit jamais de le faire.

Je suis d'origine juive. A l'âge de treize ans, je me conformai au "Bar Mitzvah", rite religieux par lequel le garçon juif devient adulte.

Les rites ne me procuraient ni paix ni satisfaction et je rejetai toute religion.

Au cours des vacances de printemps de ma seconde année universitaire...je fis la connaissance d'une jeune fille séduisante, très intelligente et de surcroît bonne joueuse de tennis.

Un soir après le tennis, nous parlâmes de Jésus Christ. Cétait la première fois que je rencontrai une personne de mon âge qui parlait de Jésus comme si elle le connaissait . J'étais stupéfait qu'une fille aussi fine et jolie puisse avoir une telle croyance !

Mais peu de temps après notre rencontre, moi aussi je suivis le même chemin."

 

ILS ONT ECRIT

Bob Gass :

- Laissez l'Esprit de Dieu vous remplir de sa puissance. Non seulement il est capable de vous délivrer, mais Il peut aussi transformer les pires de vos faiblesses en armes offensives pour affronter l'ennemi.

- Au soir de la vie, le futur cotoye le présent, la fin du parcours se profile à l'horizon...

 

SOURIEZ

Un fantôme croise un autre fantôme :

- Bonjour, il me semble bien avoir déjà vu votre tête quelque part ?

- Cela m'étonnerait, je l'emporte toujours avec moi !

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 06:40

pas dans la neige

Le danger quand nous vivons seulement en fonction des buts que nous nous sommes fixés et que nous cherchons à atteindre, c'est que nous ne sommes heureux que lorsque nous avons atteints ces buts...


Un professeur d'université a raconté le jour où il fut invité à donner une conférence sur une base militaire. A l'aéroport, un soldat nommé Ralph l'attendait pour le conduire jusqu'à la base.

     Après les salutations d'usage ils se dirigèrent ensemle jusqu'au tapis roulant pour récupérer les bagages du professeur. Tout en marchant Ralph ne cessait de se détourner de lui, soit pour aider une vieille femme dont la valise s'était ouverte, soit pour aider deux jeunes  enfants à voir de plus près un père Noël assis devant une vitrine, soit encore pour indiquer la bonne direction à une personne qui paraissait perdue.

     Chaque fois, il rejoignait le professeur, un large sourire au visage :

- Où avez-vous appris à vivre ainsi, toujours souriant ?  Ralph répondit :

- Probablement à la guerre. Pour éviter de marcher sur les mines, j'ai appris à vivre entre chaque pas que je   faisais !

Je ne savais jamais si le prochain ne serait pas le dernier .......

 

 

ILS ONT ECRIT

H. Ford :

- l'échec n'est qu'une excellente occasion de recommencer de manière plus intelligente

E.W.Wilcox :

- Quelques vertèbres seulement séparent une petite tape d'encouragement sur l'épaule de quelqu'un, d'un coup de pied dans son derrière, mais les conséquences sont bien différentes !

 

SOURIEZ

Un jour, un pasteur qui descendait une rue remarqua un petit garçon qui sautait devant une porte d'entrée pour essayer d'atteindre la chaîne d'une ancienne cloche faisant office de sonnette. Parce qu'il avait pitié de lui, le pasteur s'approcha et tira la chaîne de la cloche. Puis souriant à l'enfant, il lui demanda ce qui allait se passer.

Celui-ci s'exclama : On se taille aussi vite que possible !

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 06:34

roseau

Quand Thomas Carlyle termina son manuscrit sur la Révolution Française, il demanda à son voisin, l'écrivain JS.Mill de le lire et de lui donner son avis.

Quelque jours plus tard Mill arriva chez Carlyle, le visage pâle et défait. Il expliqua à ce dernier que sa servante s'était servi du manuscrit pour allumer son feu !

Carlyle fut bouleversé par la nouvelle : deux années de travail réduites à néant !

Ecrire un tel ouvrage avait été long et ardu, mais le réécrire lui parut une tâche simplement inhumaine.

Puis un jour il observa un maçon en train de monter un mur, une brique après l'autre. Inspiré par l'artisan, il se dit : "Je vais écrire une page aujourd'hui et une autre demain. Je vais me concentrer sur une page chaque jour, sans chercher à voir plus loin."

Il se remit au travail. Ce fut un labeur long et difficile, mais il persévéra et le résultat dépassa ce qu'il avait écrit la première fois !

 

 

ILS ONT ECRIT 

J. Prévert :

- Fort heureusement, chaque réussite est l'échec d'autre chose !

C. Rambert :

- Il n'est pas de brouillard qui ne finisse par se dissiper.

 

SOURIEZ

- Qu'est-ce que la légitime défense ? demande la maîtresse à Max

- C'est quand mes notes sont tellement mauvaises que je suis obligé de signer moi-même mon carnet...

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 06:15

desert0001

John écrit : " Si vous vous faites du souci à propos de votre avenir, je peux compâtir avec vous : J'ai perdu mon emploi en 2001. La compagnie pour laquelle je travaillais coula encore plus vite que le Titanic !

Je pensais alors vivre la pire crise de ma vie. J'étais à deux doigts de la faillite, j'avais une femme, deux enfants, un prêt immobilier, pas d'assurance privée et très peu d'argent en banque.

     Il ne me restait qu'un mois de salaire à récupérer, puis ... il me fallait prendre quelques décisions crucicales. Ces décisions me conduisirent au travail que je fais aujourd'hui, en tant qu'écrivain, consultant et conférencier. J'avais cru couler et me voilà aujourd'hui tout enflammé de passion pour mon nouveau travail.

Avoir perdu mon emploi fut la meilleure chose qui pouvait m'arriver, car j'ai trouvé ma vraie mission.

J'ai trouvé le meilleur, au coeur de ce que je pensais être la pire des situations.

     Quand le raz-de-marée nous submerge, nous avons le choix entre accepter de nous noyer ou apprendre à surfer sur la vague vers un avenir plus brillant !

C'est alors que nous devons aller de l'avant avec détermination et foi, persuadés que nos meilleures années sont encore à venir !

Réjouissez-vous toujours. Changez d'objectifs, concentrez vos efforts sur de nouveaux buts...Dieu peut transformer la malédiction en bénédiction !"

 

 

ILS ONT ECRIT

John Bunyan, l'auteur du célèbre "Voyage du Pélerin" :

- Si ma vie n'a produit aucun fruit, peu importe qui veut me féliciter de mon travail. Et si ma vie a produit beaucoup de fruits, peu importe qui cherche à me critiquer !

Bob Buford :

- La première partie de votre vie est consacrée à ce que vous pouvez obtenir, acquérir, apprendre et gagner financièrement. La seconde est beaucoup plus aléatoire, car elle exige de vivre au delà de l'instant présent.

 

SOURIEZ

- Sarah, tu vas avoir un petit frère !

- Oh non !

- Comment ça, "oh non" ? Tu ne veux pas de petit frère ?

- Si, je veux bien, mais seulement un frère fille !

 

Bon dimanche à tous !

Partager cet article
Repost0