Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 05:25

coucher sol.seul

Les moments les inopportuns semblent mettre en valeur les meilleurs exemples de courage. Ce que vous décidez de faire à ce moment-là changera le cours de votre vie et celle de votre entourage.

On raconte l'histoire de ce général perse qui venait de condamner à mort un espion. Il avait l'étrange habitude, dans de tels cas d'offrir aux condamnés le choix entre passer devant un peloton d'exécution ou pousser la "grande porte".

Ce jour-là donc, le général demanda : "Qu'avez-vous choisi ? A quoi l'espion répondit : " Le peloton d'exécution ".

   Se tournant alors vers son aide camp, le général ajouta : " Ils préfèrent tous le premier choix plutôt que d'affronter l'inconnu !  Et pourtant je leur donne à chacun un choix précis."

Son aide de camp demanda : " Et s'ils choisissaient "la grande porte", que trouveraient-ils derrière ?

Le général répondit : " la liberté ! avant d'ajouter : Bien peu ont le courage de choisir cette porte "....

La ligne de démarcation entre la médiocrité et le succès s'appelle le courage.

Voilà pourquoi David a dit à son fils Salomon, avant de lui céder sa place sur le trône :

" Sois courageux et fort, et fais ce que tu dois faire ."

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

C. Rambert :

- Inutile d'aller chercher loin le bonheur. Il est souvent là, tout près, à notre portée !

- Le temps ne peut être ni accéléré ni arrêté. La seule urgence est de vivre pleinement le moment présent "ici et maintenant".

 

 

SOURIEZ

Es-tu coiffeur ? demande Jérémie à son grand-père.

- Non pourquoi ?

- Parce que maman dit que tu frisais la cinquantaine, et papa que tu allais nous raser tout l'après-midi !

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 05:19

fillette0001

L'appel à materner est propre à la femme, il est inscrit dans chaque fibre de son âme féminine.

Cette femme noire, Joëlle avait réussi à acheter sa maison. Très heureuse, elle l'aménagea.

Un jour, en rentrant de son travail, elle trouva des dealers qui trafiquaient devant sa porte d'entrée. C'était comme si cette maison se trouvait au centre de leur "quartier général" à Los Angeles.

Joëlle ne toléra pas ce commerce. La tête droite, en agitant le doigt pour dire "non", elle les "materna" en leur présentant des buts plus nobles ; elle les aida à renoncer à leurs errements, et les incita à devenir des jeunes hommes conformes à leur vocation.

Vous pouvez materner les enfants des autres...notre monde a besoin de vous, écrira-t-elle...

Pendant que les enfants étaient à l'école Joëlle leur préparait de succulents petits gâteaux. Leurs camarades aimaient se retrouver chez elle. Elle les aidait à vivre, les conseillait, les encourageait avec force et amour.

Elle a joué et continue de jouer un grand rôle dans la vie de nombreux jeunes et particulièrement jeunes femmes qu'elle a orientées sur la bonne voie, les a incitées à assumer l'identité qui leur était destinée.

    Nous maternons lorsque nous offrons notre attention, nos soins, notre consolation... Nous maternons chaque fois que nous apercevons un besoin et que nous faisons quelque chose pour le combler, que ce soit en donnant un pull à un ami qui grelotte, un repas à une famille dans un grand dénuement, ou en offrant une oreille attentive à une personne qui a mal....

 

 

ILS ONT ECRIT

 

John Ruskin :

- La suprême récompense du travail n'est pas ce qu'il vous permet de gagner, mais ce qu'il vous permet de devenir.

C. Rambert :

- La vie est trop courte et trop précieuse pour laisser les broutilles nous contrarier. Nous accordons trop de place à  ces tracas passagers et volatiles...

 

 

SOURIEZ

Un fou se promène en traînant une ficelle derrière lui.

Il s'approche d'un gardien et lui demande :

- Avez-vous vu passer l'Homme invisible ?

- Non, répond le gardien.

- Bon, reprend le fou, si vous le voyez, dites-lui que j'ai retrouvé son chien !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 05:26

accident-voiture-1tm6z 2f1o9

Nous rentrions en voiture d'une visite dans la famille et on m'avait offert un poisson rouge que j'avais appelé "Kiki". Malheureusement, nous avons eu un accident très sérieux : la voiture s'est retournée dans un ravin. Ma soeur et moi-même avons été hospitalisés dans un état grave. On nous a mis tous les deux dans la même chambre.

Ma soeur était très atteinte. Installée à l'avant, entre mon père qui conduisait et ma mère, le pare-brise lui avait ouvert le visage.

Deux matins plus tard, elle me dit "Kiki". Je lui répondait : "Je n'ai pas de nouvelle du poisson. Il est certainement mort. Mais elle, durant un temps interminable, continuait : "Kiki, Kiki,..." Elle s'est même mise à pleurer !

Une infirmière demanda pourquoi elle pleurait ainsi. Je lui racontai l'histoire. Mais l'infirmière , écoutant mieux ma soeur, comprit qu'en fait, elle voulait faire "pipi".

Vu son état elle prononçait mal. Et moi, j'avais vite fait d'interpréter - très mal - ses propos.

 

Ne sommes-nous pas ainsi quelquefois les uns avec les autres ? Nous avons du mal à communiquer, à comprendre ou à nous faire comprendre !

J'aime ce verset qui exhorte à écouter et à retransmettre :

- Le Seigneur Dieu m'a enseigné ce que je dois dire, pour que je sache avec quels mots je soutiendrai celui qui faiblit. Chaque matin, il me réveille, il me réapprend à écouter, comme doivent écouter les disciples.

Sachons écouter Dieu, puis ceux qui nous entourent, sans mal interpréter leurs propos !

B. Delépine

 

 

ILS ONT ECRIT

 

- Les êtres et les choses ne sont que des notes ; il faut savoir écouter la musique qui résonne au fond de notre coeur.

W. Churchill :

- Le succès c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme !

 

SOURIEZ 

Une petite fille ne comprend rien aux balbutiements  de son petit frère qui commence à parler.

Elle se tourne vers sa mère et lui demande :

- M'man, tu es sûre qu'il est français ?



Partager cet article
Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 05:48

arbre reflet

Lisa Whittle a écrit : " La pornographie, le schopping excessif, les tendances à la boulimie ou à l'anorexie, toutes ces dérives naissent dans la solitude.

Ce que nous regardons, ce à quoi nous pensons, ce qui occupe notre temps sont ces "jardins secrets" que l'ennemi affectionne.....Certes, nous aimerions être honnêtes et sincères, mais notre crainte d'être découverts nous retient prisonniers....

Si le diable parvient à nous convaincre de cacher nos "jardins secrets" nous risquons de ne plus être efficaces pour Dieu, nos fautes cachés nous rongent de l'intérieur et nous nous sentons hypocrites et sans aucune valeur.

En réalité ce n'est pas Dieu qui nous rejette et cesse de nous aimer, mais nous-mêmes ! Il amène à la lumière ce qui est caché, car il tient à ce que la vérité soit au fond de notre coeur....

   Edwin Locke a dit : Pensez et jugez par vous-même. Considérez ce qui est le meilleur pour vous, indépendamment de l'opinion du reste du monde...Cessez de vouloir être parfaits ou plus spirituels que les autres.

Être vrai, signifie que vous vivez une vie transparente, sans prétendre jouer un rôle, encourageant les autres à adopter la même ouverture d'esprit.

Même si parfois les liens se tendent entre vous, peut-être jusqu'à la rupture, la transparence entre vous encouragera les rapprochements futurs.

   Viviez avec la vérité au fond du coeur et les autres voudront vous imiter. L'intégrité appelle l'intégrité. Si vous vivez selon ce principe, les gens s'en rendront vite compte... 

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

John Wooden :

- Lorsque j'aurai fini d'apprendre, je serai un homme fini !

Anonyme :

- Rien n'est jamais figé, rien n'est jamais joué, tout évolue, vous aussi.

 

SOURIEZ

Papa, pourquoi la mer est salée ?

- Je ne sais pas !

- Et le ciel, papa, pourquoi est-il bleu ?

- Je ne sais pas !

- Papa, comment apparaissent les arcs-en-ciel ?

- Je ne sais pas !

- Papa, est-ce que je t'embête avec mes questions ?

- Non, pas du tout ! continue à poser des questions, c'est comme ça que tu vas t'instruire !

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 05:59

nuages-paradis-copie-1.jpg

Janine a servi comme missionnaire pendant 32 ans. Elle a consacré 14 années à Passer en Colombie à Medellin, une ville et un pays dénaturés par les cartels de drogues, meurtres, violence...une culture de mort.

Malheureusement, le christianisme n'est  pas bien accueilli en Colombie. Grand nombre de pasteurs y sont tués chaque année.

Janine a commencé à enseigner l'hébreu dans un séminaire et plus tard elle a travaillé comme aumonière dans les plus célèbres prisons du pays.

Elle, une femme célibataire.....se rendre dans des prisons surpeuplées, abritant des hommes grossiers, des criminels endurcis - l'incarnation de l'enfer sur la terre - et parler de l'amour de Jésus à ces détenus !

La prison de Bellavista accueille plus de 6000 détenus alors qu'elle est prévue pour en recevoir 1500 !

Jusqu'à il y a 14 ans, lorsque les études bibliques ont commencé, Bellavista était connue pour sa violence : il y avait en moyenne deux meurtres par jour dans ses murs....

Au fur et à mesure que des vies sont transformées, le nombre de crimes diminue.

Entre 1990 et 1997 seulement 7 détenus ont été assassinés.

Janine risque sa vie tous les jours, mais cela ne l'arrête pas.

La sécurité ne réside pas dans l'absence du danger, mais dans la présence de Jésus. Plus de 500 détenus étudient la Bible régulièrement et des milliers ont déjà été sauvés grâce au ministère de Janine. Elle est le soutien de beaucoup de malheureux en Colombie....

 

 

ILS ONT ECRIT

 

Ch. Spurgeon :

- Les erreurs sont toujours énormes là où l'amour est minuscule.

Blaise Pascal :

- Il n'y a de bien dans cette vie que l'espérance d'une autre vie.

 

SOURIEZ

Un fou à un autre fou :

- ça c'est drôle, tu as la même écriture que moi ...

- Normal, je t'ai piqué ton stylo !

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 05:27

tempête germain

Un gardien de phare se souvient : "Quand vous voyez que tout commence à voler et que tout devient ingérable. les paquets de mer qui commencent à frapper le phare, l'eau qui passe par les fenêtres, alors vous priez Dieu et vous attendez que cela se passe."

 

Après la disparition à la fin des années 40 de l'éclairage des lanternes par la lampe à pétrole, le travail des gardiens n'étaient plus le même, et cela me fait penser à cette histoire qui s'est déroulée au début du siècle  dernier :

Un gardien qui travaillait sur les côtes anglaises, avait l'habitude de recevoir une fois par mois la quantité d'huile nécessaire pour alimenter son phare jour et nuit, en tout temps.

N'étant pas loin du rivage, il lui arrivait d'avoir des visites fréquentes.

   Une nuit, une femme vint du village pour le supplier de lui donner de l'huile afin de chauffer sa petite famille.

   Plus tard, un père lui en réclama quelques litres pour éclairer sa maison.

   Un autre en avait besoin pour lubrifier une roue....

Puisque toutes ces demandes étaient légitimes, le gardien de phare s'est fait un devoir de leur répondre en accédant à toutes les requêtes.

La fin du mois arriva et il observa que ses réserves étaient au plus bas. Rapidement sa cuve fut vide. La nuit suivante, plusieurs navires sombrèrent et des vies furent à jamais perdues.

Lorsque les autorités maritimes firent leur enquête, le pauvre homme était pitoyable, abattu et repentant. Aux milles excuses et bonnes raisons qu'il tenta d'exprimer, la réponse fut sans appel : "On vous a fourni l'huile avec un seul objectif : maintenir le phare en marche et allumé !"

Trop souvent, nous apprenons trop tard ce qui est vraiment important, ce qui est la priorité des priorités....

 

 

ILS ONT ECRIT

 

Jules Renard :

- La conversation est un jeu de sécateur où chacun taille la voix du voisin aussitôt qu'elle pousse.

  Je ne ris pas de la plaisanterie que vous faites, mais de celle que je vais faire.

André Birabeau :

- Si tout le monde vous donne raison, c'est que vous êtes d'une intelligence remarquable ...ou bien que vous êtes le patron.

 

 

SOURIEZ

 

Un crocodile croise un chien et lui dit d'un air dédaigneux :

- Salut sac à puces !

Et le chien de répondre :

- salut sac à main....

 

 


Partager cet article
Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 05:35

tempête0001-copie-1

Le capitaine d'un navire doit reconnaître sa destination et son itinéraire avant de quitter le port. Tout plan, pour ainsi dire, exigera des changements, car tout voyage comporte des surprises.

C'est pourquoi le capitaine doit savoir s'y adapter tout en restant aussi proche que possible du parcours qu'il a prévu.


Il est facile de dessiner un itinéraire quand nous sommes au port mais beaucoup plus délicat de calculer de nouveau sa navigation après qu'une  tempête ou un problème inattendu vous a entraîné loin de la position que vous aviez prévue.

 

En tant que capitaine, vous devez rester en alerte. Lorsque survient la tempête, ne la laissez pas vous faire perdre votre route.

Quand nous jetons les yeux sur un fleuve depuis le hublot d'un avion, nous sommes souvent surpris de le voir serpenter à travers le paysage.

Les fleuves couvrent en général plusieurs fois la distance nécessaire entre la source et l'estuaire. Pourquoi s'écoulent-ils ainsi ?

C'est parce qu'ils empruntent le chemin de moindre résistance.

Si vous êtes enclin à laisser les résistances changer votre parcours, vous allez devoir voyager beaucoup plus que nécessaire pour atteindre votre but.

Beaucoup de navire n'ont pas le carburant ou les ressources essentielles pour s'écarter trop loin de leur plan originel. C'est votre jugement qui fera la différence entre le succès et l'échec. 

 

 

ILS ONT ECRIT

 

Bossuet :

- Le bonheur est composé de tant de pièces qu'il en manque toujours.

C. Rambert :

- S'en remettre à la chance ? pourquoi pas ? Ne compter que sur elle, c'est se mettre en danger.

 

 

SOURIEZ

 

Aujourd'hui, l'instituteur fait un cours sur la ponctuation. Tandis qu'il parle des virgules et des points, Benoît rêvasse au fond de la classe.

- Benoît, que met-on au bout d'une ligne ? demande l'instituteur.

- Un asticot, Monsieur !

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 05:51

vaincre la peur0001

La Bible dit : "Puisque nous avons des dons différents selon la grâce qui nous a été accordée, exerçons les....Dieu vous a accordé la grâce de savoir bien faire certaines choses. Cependant cela ne signifie pas que les portes s'ouvriront automatiquement devant vos pas et que vous surnagerez toujours par dessus les autres, comme la crème à la surface du lait ! En effet, ce que vous obtenez du jour au lendemain vous risquez aussi de le perdre....du jour au lendemain.  Vous devez d'abord discerner vos dons, mettre à profit toutes les occasions de les perfectionner, tirer les leçons de vos erreurs, et chercher résolument à accomplir les tâches que Dieu vous a confiées.

 

Au Lycée, Sparky se montrait particulièrement mauvais élève en algèbre, anglais et physique. Il réussit à intégrer l'équipe de golf, mais eut tôt fait de perdre le seul match de la saison, puis de perdre le match de consolation. Sa timidité le rendait maladroit en société, même si les autres ne le détestaient pas vraiment.

Jamais il n'osa proposer un rendez-vous à une fille de son lycée. Un chose, cependant, était importante pour Sparky, le dessein. Il était fier de ses croquis, même si personne d'autre ne les appréciait.


Il présenta des dessins humoristiques à la rédaction du journal du lycée, mais ils ne furent pas acceptés. Il persista malgré tout dans ses ambitions d'artiste. Après ses études secondaires, il envoya des échantillons de son travail aux studios Walt Disney. Il essuya un nouveau refus. Mais Sparky s'accrocha. Il décida d'écrire son autobiographie sous forme de bandes dessinées.

La popularité de ce style de bandes dessinées fut telle que d'innombrables livres et émissions de télévision virent le jour au cours des années suivantes.

Car Sparky était le surnom de Charles Schultz, créateur de la bande dessinée "Peanuts" devenu le dessinateur le plus célèbre de tous les temps.

Comme son personnage principal, Charlie Brown, Schultz semblait incapable de réussir dans beaucoup de domaines. Mais il tira le meilleur parti du talent que Dieu lui avait donné, refusa de s'avouer vaincu et connut le succès...

 

 

ILS ONT ECRIT

 

Tom hopkins :

- La seule vraie différence entre les vainqueurs et les gens ordinaires, c'est la capacité de gérer le rejet et les échecs.

Th. Kopp :

- La foi, c'est notre main qui saisist la main de Dieu. La grâce, c'est la main de Dieu qui nous saisit.

 

 

SOURIEZ

 

Un bus plein à craquer descend une pente à toute vitesse. Un homme court derrière pour le rattraper.

Un passager l'aperçoit et lui crie par la fenêtre :

- Mon pauvre Monsieur, vous n'y arriverez jamais ! Attendez plutôt le prochain !

- Je ne peux pas, répond-il, exténué, c'est moi le chauffeur !

 


Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 05:08

source-ame-copie-1.jpg

En 1923, huit financiers de l'époque se réunirent à l'hôtel Edgewater Beach de Chicago. A eux seuls, ils représentaient plus de richesses que le Trésor des Etats Unis. A la moitié du parcours de leurs vies, de larges perspectives s'ouvraient à eux.

Aucun n'imaginait à ce moment de quoi serait fait le dernier chapitre de leur biographie. Le premier, président de la Compagnie d'Acier, vécut les dernières années de sa vie d'argent emprunté, et mourut sans le sou. Le second, grand spéculateur, mourut à l'étranger, insolvable. Le troisième, président de la Bourse de New York, purgea une peine au pénitencier de Sing Sing.

Le quatrième, membre du gouvernement, fut gracié de la prison pour lui permettre de mourir chez lui. Les trois derniers enfin se suicidèrent l'un après l'autre .....


Etes-vous attirés et séduits par les promesses que vous fait miroiter la perspective d'un riche capital ? Enfin pensez-vous, je mènerai  la vie qui me plaît, j'achèterai tout ce que je souhaite, je réaliserai mes rêves les plus fous....Détrompez-vous ! Tout comme les autres addictions, l'amour de l'argent engendre une dépendance qui ruine la vie de ceux qu'il possède.

Ce n'est plus de l'argent dont vous avez besoin, mais d'une vie satisfaite. Dieu seul peut remplir un coeur au point de le rendre content de ce qu'il a !

G. Georgel

 

 

ILS ONT ECRIT

 

G.Greene :

- Il y a toujours dans notre enfance, un moment où la porte s'ouvre et laisse entrer l'avenir.

Pascal :

- Voulez-vous qu'on croie du bien de vous ? N'en dites pas !

 

SOURIEZ 

 

Jimmy dit fièrement à un copain :

- Cet après-midi, pendant la récré, j'ai obligé Thomas à me supplier !

- Thomas ! s'étonne le copain. Mais c'est le plus balèze de l'école !

- Ouais ! Eh bien, moi, il m'a supplié !

- Sans blague ? Et qu'est-ce qu'il te disait ?

- Il disait "Jim, je t'en supplie ! Vite ! Sors des toilettes !" 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 05:00

trimaran.jpg

Un nouveau livre paru en2008 sur Eric Tabarly explique combien cet homme a été un grand marin. Homme de mer, il a aimé les bateaux. A l'âge de 21 ans, il a reçu en cadeau le voilier de son père.

Il travaillera toute sa vie pour l'améliorer. Résultat, il a gagné plusieurs "Transat". Puis à 67 ans, alors qu'il voguait en mer d'Irlande par une nuit de juin, il a disparu.

On ne sait pas dans quelles circonstances.

L'auteur du livre explique que, pour les skippers qui lui ont succédé, "Tabarly est un guide, une référence.....Pour d'autres, il est tout simplement celui par qui tout a commencé."

 

Cette parole fait penser à Jésus-Christ. Il est, Lui, une référence et un guide merveilleux pour des centaines de millions de personnes qui ont reconnu en Lui le grand exemple à imiter. Pour beaucoup d'entre eux c'est par Christ, par la foi en lui et en sa mort que tout a commencé.

Eric Tabarly a disparu tragiquement. Lui n'a jamais disparu........ 

 

 

ILS ONT ECRIT

 

Paramahansa :

- Une période d'échec est un moment rêvé pour semer les graines du succès.

Proverbe Arabe :

- Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique.

 

SOURIEZ


La maîtresse de Max ramasse les devoirs....

- Max, tu n'as écrit que quatre lignes pour ta rédaction sur le lait ?

- Oui maîtresse !  C'est du lait concentré !

Partager cet article
Repost0