Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 08:59

jungle.jpg

Patrick Jenkins écrit : "Nous avions déjà passé des années comme missionnaires en Afrique quand on nous annonça que nous devions nous rendre dans un autre lieu perdu dans la jungle, ce qui signifiait beaucoup de travail et de réajustement. Nous étions aussi habitués aux aléas d'une telle vie dans des endroits infestés de serpents et d'insectes désagréables.

Un matin après notre arrivée, au cours d'une pause bien méritée pour nous reposer du travail de nettoyage de notre nouvelle demeure, un énorme scarabée entra en vrombissant dans la pièce où nous prenions une tasse de thé et tournoya entre nous avant de foncer soudain vers ma femme.

Celle-ci ne put retenir un hurlement de surprise et de peur. Notre petite fille, surprise davantage par le cri brutal que par le vol du scarabée s'écria :

- Oh maman ! au nom du ciel !

 

Après un moment de silence, ma femme répondit doucement : 

- C'est la seule raison pour laquelle je suis ici aujourd'hui.....

N'oublions pas que nous voyageons ici-bas avec un visa temporaire !   Pourquoi ne pas analyser nos actions et nos décisions en fonction de notre ultime destinée et non en fonction de notre confort temporaire sur terre ! ...."

 

 

ILS ONT ECRIT :

James Dobson :

- L'amour peut disparaître lorsqu'un homme et une femmee oublient l'art de discuter ensemble !

 

St Isidore :

- Etudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain !

 

SOURIEZ :

Un chômeur chronique finit par trouver un petit boulot dans une société d'autoroutes. On lui confie un pinceau et un pot de peinture, et on le charge de tracer la ligne blanche qui marque le bas-côté.

Le premier jour, le type peint un kilomètre. Le deuxième jour, cinq cents mètres. Le troisième jour, cent mètres à peine. Du coup, le contremaître le convoque dans son bureau.

- Qu'est-ce qui vous prend, mon vieux ? Pourquoi cette baisse de rendement ?

- Ben vous savez, répond l'homme, plus j'avance et plus je m'éloigne du pot de peinture.......


 

JE VOUS SOUHAITE A TOUS UN TRES BON WEEK-END...MON ORDI A QUELQUES PROBLEMES .....DONC NOUS AVONS PRIS RENDEZ-VOUS CHEZ SON SPECIALISTE..........BISOUS A BIENTOT !

Partager cet article
Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 06:58

navire ancre0001

Tu pourrais profiter du temps présent, être totalement libre, prendre le temps de vivre ta vie, faire tout ce qui te semble bon, choisir toi-même tes priorités.

Tu pourrais acquérir toutes les richesses, devenir l'homme le plus puissant, envié de tous, dominant sur les biens et sur les hommes.

Tu pourrais devenir l'homme le plus fort, développer ta musculature, apprenant à utiliser ta force avec habileté et rapidité.

Tu pourrais avoir la plus belle femme, gentille, serviable, aimante et douée, mère admirable de tes enfants.

Tu pourrais acquérir toute la connaissance, devenir l'homme le plus intelligent, le plus créatif, capable de donner au monde tout ce dont il peut avoir besoin.

Tu pourrais devenir l'homme le plus célèbre, le plus respecté, capable de gérer les domaines importants, peut-être de gouverner ton pays et de recevoir les louanges de tous tes concitoyens.

Tu pourais devenir l'homme le plus aimable ou le plus amusant, devenir la référence de la sagesse et de l'exemplarité.

Tu pourrais devenir presque un dieu...!

 

Mais sache qu'il y a un temps pour tout : "Souviens toi de ton Créateur avant que des jours mauvais n'arrivent....Et que ton esprit ne retourne à Dieu qui te l'a donné." Eccl. 12

BD

 

ILS ONT ECRIT :

Bob Gass :

- Si vous essayé d'être quelqu'un, vous ne serez qu'une pâle copie. Soyez plutôt vous-même : vous êtes le mieux placé pour l'être.

 

Abraham Lincoln a dit un jour qu'il pouvait trouver beaucoup de gens désireux de verser leur dernière goutte de sang à son service, mais qu'il était beaucoup plus difficile d'en trouver désireux de verser leur première goutte de sang !

 

 

SOURIEZ :

 Au cathéchisme, l'animateur commente la parabole du bon Samaritain et le rôle du prochain.

- Mes enfants qui est notre prochain ?

- Notre prochain ? c'est le bébé ! répond Thomas

- Comment cela ?

- Ben oui, maman, elle dit tout le temps à tout le monde "j'attends mon prochain".

 


 

Partager cet article
Repost0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 07:23

tableau 13

Un ouragan mémorable balaya la Bretagne en Octobre 1987.

Alain se souvient : "Ma cabane de jardin fut aspirée par une trombe de vent et retomba dans le parc voisin. Il ne subsistait aucune trace sur le sol où la cabane était simplement posée.

Pour ne pas s'envoler au premier coup de vent il vaut mieux être enraciné et solidement fondé dans un terrain approprié. L'abri de jardin le plus robuste, ou même un édifice plus important, risque d'être emporté par la tempête s'il n'est pas ancré au sol.

La robustesse de la foi du croyant ne dépend pas de son aptitude personnelle à encaisser les coups durs, mais c'est dans l'amour de Jésus-Christ qu'elle trouve un fondement inébranlable.

Jésus vient habiter au coeur de notre vie dès que nous l'accueillons par un acte de confiance. La cabane de notre vie devient alors un palais, certes d'apparence modeste, mais dans les fondements duquel est caché un trésor d'amour. 

Nous n'avons pas à craindre d'être un jour à l'étroit dans l'édifice de notre foi, car il possède aussi des racines qui transmettent la vie et produisent la croissance spirituelle.

Il suffira de puiser dans Son amour afin que notre foi résiste aux ouragans."

A.M

 

 

ILS ONT ECRIT :

Hermann Hesse :

- Il n'est rien au monde qui vous donne plus de noblesse et plus de bonheur qu'un amour immuable, sans paroles 

sans passion.

 

Hai Ja Bang :

- Sur le chemin où l'on entend battre le coeur de l'univers, où les cellules s'éveillent, lancer des graines de lumière sur le ciel et sur la terre...

 

 

SOURIEZ :

Le maître vérifie le cahier d'un élève. Il s'étonne :

- C'est quoi cette page blanche ?

- Une page de calcul mental !

Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 06:46

diamant

Les boutiques des grands noms de la mode, de l'horlogerie, de la parfumerie ou de la sellerie, regorgent d'articles somptueux, destinés à séduire une nouvelle catégorie de consommateurs, les "ultra-riches" dont le nombre croît de plus de 11 % par an.

Le service "commandes spéciales" connaît un francs succès. Ainsi Vuitton a fabriqué une valise aux mesures d'un canard en celluloïd voyangeant avec son maître partout dans le monde.

Le malletier Goyard a réalisé, pour un millionnaire grec, une malle pour ranger tous les accessoires de son chien, allant de la laisse en croco aux petits cintres sur mesure pour les manteaux du toutou...Combien d'enfants dans le monde rêveraient d'être à la place de ce toutou-là ?

 

Dans sa Parole, Dieu ne condamne pas ceux qui sont riches à cause de leurs richesses, mais à cause de la manière injuste dont ils les ont acquises ou de l'usage égoïste qu'ils en font. Quand amasser les richesses est le seul but de la vie, l'argent devient une idole qui asservit celui qui lui voue un culte.


Ceux qui veulent à tout prix s'enrichir s'exposent eux-mêmes à la tentation et tombent dans le piège de nombreux désirs insensés et pernicieux qui précipitent les hommes dans la ruine et la perdition. Car "l'amour de l'argent est racine de toutes sortes de maux". Jésus lui-même nous avertit : Vous ne pouvez pas servir en même temps Dieu et l'Argent.

La véritable richesse réside dans une relation vivante avec Dieu.....

B. Grebille

 

 

ILS ONT ECRIT :

 

H. Trimégiste :

- Durand ta vie active écoute ton coeur et suis ce qu'il te conseille. Aucune richesse ne te sera utile si tu t'ouvres à ses conseils et si tu suis sa voie, jamais tu ne perdras si tu suis ton coeur.

 

Maxime de l'Inde :

- La tête réclamera-t-elle des fleurs, lorsque le ventre réclame du riz ?

 

SOURIEZ :

 

Un automobiliste ivre mort fonce sur l'autoroute à contresens. Et ce qui doit arriver arrive : à plus de cent trente à l'heure, sa voiture emboutit un trente tonnes.

On extirpe le conducteur du tas de ferraille qu' est devenue son automobile et on l'emmène d'urgence à l'hôpital. Quelques jours plus tard, l'homme reprend pied et reçoit la visite d'un médecin, accompagné d'un officier de gendarmerie.

- J'ai des résultats des analyses, dit le toubib.

- Eh bien ?

- Eh bien c'est une bonne nouvelle, annonce le gendarme. Il y a tout de même un peu de sang dans votre alcool !

 



Partager cet article
Repost0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 06:46

colombe requêtes

" Heureux l'homme qui demeure ferme dans l'épreuve "

 

Avez-vous entendu parler de Thomas Starzl ?  Il commença à s'intéresser à la transplantation d'organes alors qu'il était interne en chirurgie.

En 1958 il transplanta des foies sur des chiens qui avaient perdu le leur, mais tous moururent moins de deux jours après l'opération.

Un an plus tard, il découvrit un moyen de strabiliser leur circulation sanguine et les chiens nouvellement opérés survécurent plus d'une semaine.

En mars 1963 il effectua la première transplantation d'un foie humain, mais le patient mourut d'hémorragie peu après.

Cet échec associé à l'épidémie d'hépatite qui toucha la plupart des centres de transplantation d'organes à travers le monde dans les années 60 le força à interrompre son programme de recherche.

 

Mais il refusa de s'avouer vaincu. En 1968 Thomas publia les résultats de nouvelles tentatives de transplantation d'organes. Les sept enfants survécurent à l'opération bien que quatre d'entre eux fussent morts en moins de six mois.

Un résultat encourageant certes, mais loin d'être extraordinaire.

En 1975, seuls deux centres dans le monde continuaient un programme de transplantation de foie. 23 ans après le début de ses recherches, Thomas et son équipe connurent enfin le succès : sur 22 patients transplantés, 19 vécurent une longue période....

Alors quelque soit votre engagement, ne vous relâchez pas, n'abandonnez pas, accrochez-vous et tenez bon !

 

 

CITATIONS :

O. Wilde :

- N'importe qui peut sympathiser avec les souffrances d'un amis. Sympathiser avec les succès d'un ami exige une très délicate nature.

 

Corneille :

- Le temps est un grand maître, il règle bien des choses.

 

 

SOURIEZ :

Deux virus de la grippe se croisent dans une artère :

- Eh bien, dis donc, tu as l'air mal en point !

- Ne m'en parle pas, répond l'autre. Je crois bien que j'ai attrapé l'aspirine !

 


Partager cet article
Repost0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 07:20

roseau

Leslie Williams a écrit : Un propriétaire terrien, qui avait trouvé du pétrole, découvrit un jour que quelqu'un s'était mis à pomper le pétrole sur ses terres en toute illégalité. Il le poursuit en justice, mais l'autre parvint à corrompre le juge avec des pots de vin et le propriétaire se retrouva en dette.

Loin de se déclarer en faillite, en dernier s'engagea à rembouser tous ses créanciers, ce qui lui prit plusieurs années.Quant il mourut, il n'avait accumulé aucune fortune, contrairement à l'autre qui s'était enrichi illégalement.

 

L'un laissa un héritage financier l'autre un héritage d'honneur et d'intégrité. Je connais la valeur de ce dernier héritage, car ce propriétaire était mon grand-père !

Et Williams d'ajouter :

- J'ai enseigné dans un institut universitaire où l'un des gouverneurs affichait sans scrupules son aventure avec l'une de ses étudiantes.

Des transactions financières peu honnêtes faillir forcer l'institut à fermer.

Les étudiants, presque aussi souvent que les professeurs, s'amusaient à " sécher" les cours.

Certaients professeurs distribuaient de bonnes notes à leurs étudiants préférés et de mauvaises à ceux qu'ils ne pouvaient sentir. Chacun épiait l'autre, chacun s'efforçait de poignarder l'autre dans le dos.

 

Un caractère intègre était un oiseau rare dans dans un tel environnement. L'institut s'était enfermé dans une ambiance de médiocrité, de jalousie et de corruption toujours grandissante.

Quel est l'intérêt d'avoir un caractère intègre ?

Je travaille aujourd(hui dans un autre institut où les gouverneurs prennent des décisions qui s'imposent pour maintenir le respect de tous et le bon développement de l'établissement.....

 

 

ILS ONT ECRIT :

 

Proverbe berbère :

- Homme, bois de l'eau pour te rendre beau, gave-toi de soleil pour te rendre fort. Et regarde le ciel pour devenir grand.

 

Marcel Proust :

- Il est rare qu'un bonheur vienne justement se poser sur le désir qui l'avait réclamé.

 

 

ILS ONT DE L'HUMOUR :


Jacques Prévert :

- On a beau avoir une santé de fer, on finit toujours par rouiller !

 

Cami :

- L'avantage d'avoir un pied dans la tombe et d'être sourd, c'est qu'on n'entendra pas sonner sa dernière heure !

 


Partager cet article
Repost0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 07:52

riviere0001.jpg

REMY ONZE ANS A ECRIT :


- Le bonheur c'est une rivière qui provient du coeur et qui s'en va dans le monde entier.

 

Marcel Escayrol :

 

- Bonheur : sensation de bien-être qui peut conduire à l'imprudence. Si vous nagez dans le bonheur, soyez prudent, restez là où vous avez pied.

 

AMUSANT Sans plus :

 

Un couple de braves retraités, prend pour la première fois le bateau pour une croisière.

Le mari a déjà été à la plage, mais sa femme, elle n'avait encore jamais vur la mer...

- Oh la la, murmure-t-elle, qu'est-ce-qu'il y a comme eau !

- Et encore, répond son mari, tu ne vois que le dessus !


LA CHUTE

 

Dans un article de Chicago Tribune publié le 22.6.97, nous lisons qu'un certain M. Costello, moniteur de parachutisme âgé de 42 ans et basé à Mont Dora en Floride, a sauté d'un avion d'une altitude de 4000 m en compagnie d'un élève âgé de 21 ans nommé Gareth Griffith.

Le jeune parachutiste découvrit, peu à peu le degré d'abnégation de son moniteur. Alors qu'il plongeait vers le sol à grande vitesse il essaya en vain d'ouvrir son parachute.

La corde refusa de relâcher la voile. Son moniteur prit une décision incroyable : il parvint à descendre en dessous du novice et au moment de s'écrasr sur le sol, réussit à amortir la chute du jeune homme qui tomba sur son corps.

 

Le moniteur fut tué sur le coup, mais le jeune homme s'en sortit avec quelques fractures qui ne lui causèrent aucune paralysie comme on l'avait craint au départ.

Jésus à la croix a "encaissé la chute" pour nous et non seulement nous avons survécu, mais nous ne souffrons aujourd'hui d'aucune paralysie....

 


 

 


Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 06:40

porc-epic.jpg

Contrairement à beaucoup d'animaux qui vivent en groupe, le porc-épic se déplace toujours seul. Lorsqu'il est confronté à un autre animal, il réagit soit en se retirant, soit en projetant ses piquants pour attaquer.

Une fois que ses longues aiguilles se sont enfoncées dans la chair de l'assaillant, les blessures s'enveniment vite et peuvent causer la mort.

Peut-être que le porc-épic ne souhaite pas vraiment être seul, mais il ne semble pas savoir comment se rapprocher des autres sans les blesser ou sans se blesser lui-même.

Cette image vous semble-t-elle familière ?  ça ne devrait pas être surprenant, car en tant qu'humains nous ne cessons d'utiliser ce genre de stratégie tous les jours de notre vie !  

Nous avons tous nos propres piquants. Comme le colportage de ragots, la colère, l'orgueil, l'insensibilité, l'envie, le désir de tout contrôler....

En attaquant les autres, nous détruisons des relations qui auraient pu se développer entre nous, nous faisons souffrir beaucoup de gens, et nous nous retrouvons seuls.

Même si c'est difficile, le porc-épic doit un jour se rapprocher d'un autre, au moins pour la survie de son espèce !

Il en va de même pour nous tous !

 

CITATIONS :

Corneille :

- Il est des noeuds secrets, il est des sympathies dont par le doux rapport, les âmes assorties s'attachent l'une à l'autre et se laissent piquer, par je ne sais quoi qu'on ne peu expliquer !

L. de Bonald :

- Il y a des gens qui ne savent pas perdre leur temps tout seuls : ils sont le fléau des gens occupés !

 

SOURIEZ :

Mr. et Mme Muller passent des vacances au bord de la mer. Un soir, ils vont au restaurant, et Monsieur commande un steak.

- Un steak ! s'exclame son épouse. Mais tu n'y penses pas ! Nous sommes au bord de la mer, il faut prendre du poisson !

- Tu as raison, ma chérie.

Le garçon s'avance pour prendre leurs commandes.

- Pour moi, ce sera une carpe, annonce Monsieur....

Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 06:41

perroquet.jpg

Une dame acheta un perroquet et le ramena chez elle. Mais le lendemain, elle rapporta l'oiseau au magasin où elle l'avait acheté :

- Ce perroquet ne dit pas un seul mot !  dit-elle au propriétaire.

- Lui avez-vous donné un miroir ! répondit celui-ci. Les perroquets adorent les miroirs, ils y voient leur image et s'empressent d'entamer une conversation.

La dame acheta donc un miroir. Le lendemain, elle était de retour au magasin, l'oiseau était toujours muet.

- Essayez de lui donner une échelle. Les perroquets aiment monter et descendre les échelles. S'il est heureux, il se mettra à parler.

La dame acheta une échelle. Bien sûr, vous l'avez deviné, elle était de retour le lendemain avec le perroquet toujours silencieux.

- Peut-être votre oiseau préfère les balançoires !  Il a besoin de se détendre et il n'y a rien de tel qu'une balançoire pour se détendre !

A contrecoeur la dame acheta une balançoire. Le lendemain matin elle arriva au magasin la mine défaite.

- Le perroquet est mort dit-elle au propriétaire du magasin, bouleversée.

- Je suis vraiment désolé, mais dites-moi n'a-t-il pas prononcé un seule parole ?

- Oh si ! juste avant de mourir, il s'est écrié : Mais on ne vend donc aucune nourriture pour perroquet dans ce maudit magasin ?........

 

M. GRAY A ECRIT : 

 

- Il ne faut pas se laisser distraire par les mots, les apparences, les fonctions ou les honneurs derrière lesquels se cachent les hommes. La vérité de l'homme est en lui. Là est sa richesse. Là est sa force vraie.

 

- Pour être en harmonie avec les autres, il faut être en harmonie avec soi, il faut que coule en soi, librement joyeusement cette source qui est à l'origine de notre être, de notre personnalité.

 

- Reconnaître ce dont l'on a besoin, laisser naître ce moi profond que trop souvent l'on étouffe, allez vers soi, vers cette source qui jaillit au coeur de l'homme, voilà le premier pas vers les autres. Car trop souvent on est un autre pour soi-même. Et c'est cet autre en soi, le vrai moi, qu'il faut d'abord accueillir ......

 

 

SOURIEZ :

Monsieur D. a décidé de partir en voyage en Chine. Il se rend à la gare et s'adresse au guichetier :

- Un billet pour Pékin s'il vous plaît.

- C'est où ça Pékin ?

- En Chine

- Ouh la ! s'exclame l'employé de la SNCF. Ecoutez, moi ce que je peux vous donner, c'est un billet pour Berlin. Là vous vous débrouillerez.

D. va à Berlin, de là il prend un billet pour Moscou, puis Novo-Sibirsk...Oulan-Bator puis Pékin où il arrive après trois mois de voyage.

Comme ses congés sont plus que largement entamés, il se rend aussitôt à un guichet de la gare centrale chinoise.

- Un billet pour Châlons, s'il vous plaït !

- Certainement honorable étranger, lui répond le guichetier, Châlon-sur-Marne ? ou Châlon-sur-Sâone ?


Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 06:27

nuages-copie-1.jpeg

Chaque pied de vigne du vignoble avait été brûlé. Seuls quelques bâtonnets de braises subsistaient.

Un par un , alors que le soleil du matin se levait, les membres de la famille très éprouvés se frayèrent un chemin vers la maison pour fournir un rapport. Peut-être que l'un d'entre eux était parvenu à sauver une partie du champ....


Alors qu'ils se seraient  les uns contre les autres, les vêtements carbonisés et les visages noircis d'avoir combattu les flammes, de l'échange lugubre chacun arrivait à la même conclusion. Tout était perdu.

Ils n'avaient pu sauver leur seul héritage...et le moyen de subsistance pour les générations.

 

Les vents avaient rapidement transformé le feu en une fureur déchaînée à travers les nombreux hectares de ces collines ondulantes, autrefois si belles. La lutte était trop inégale pour leur petit nombre.

Puis soudain un jeune homme bondit sur ses pieds et courut à perdre haleine à travers les alignements des ruines, jusqu'à un vieux mémorial de famille retiré à quelque distance.

 

Là, pris dans un bloc de béton et laissé intact par les violentes flammes, il restait un tout petit pied de vigne bien vivace...un rejeton en hommage au père, qui avait planté cette vigne des générations plus tôt.

A partir de ce seul rejeton, le vignoble revivrait....

Même si tout paraît perdu, tout un héritage pouvait être reconquis par un seul rejeton en vie.

 

 

ILS ONT ECRIT :

André Gide :

- Oh ! si tu savais, terre excessivement vieille et si jeune, le goût amer et doux, le goût délicieux qu'a la vie si brève de l'homme.

 

Lanza del Vasto :

- Mes plus belles journées sont celles où je n'ouvre pas la bouche, où le silence doucement commence à remuer comme la mer, à murmurer comme les vagues, à rouler et à reprendre sa guirlande d'écume...

 

 

Pardon mes amis belges ...SOURIEZ !

 

En vacances en France, un Belge en a un peu assez d'être l'objet de moqueries incessantes, à cause de son accent. Aussi s'entraîne-t-il à adopter celui d'un  pur titi parisien.

Satisfait du résultat obtenu, le Belge décide de tenter le tout pour le tout : aller boire un verre dans un café de Montmartre.

- Un blanc cass' et un Paris-beurre, mecton ! dit-il en s'avançant vers le comptoir. Et grouille-toi, ça urge !

- Mais, lui répond son interlocuteur avec un petit sourire ironique, ne seriez-vous pas belge, monsieur ?


- Ah oui mais non, hein fieu ! s'exclame l'homme, furieux et désappointé. Comment tu as su savoir ça, une fois ? J'avais un accent tout à fait parisien, non ?

- Oh, ça oui, répond l'autre. Mais ici c'est une pharmacie.

 

 

 

 

 



Partager cet article
Repost0