Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 07:13
En soi, par soi, pour soi

La recherche de la gloire, l'ambition, le goût du pouvoir et de l'autorité sont comme des plans qui s'élargissent, des maladies rongeantes qui peu à peu détruisent la personnalité.

Car l'équilibre d'une vie c'est en soi qu'il faut l'établir. Par soi. Tout le reste est fragile, incertain, passager.

La gloire et l'ambition (quand elle n'est pas d'abord l'ambition de devenir autre, en soi, pour soi) sont des gangrènes.

Des maladies de l'homme, des gouffres où il se perd...

V. Hugo a écrit :

- Les hirondelles sont parties

Le brin d'herbe a froid sur les toits ;

Il pleut sur les touffes d'orties.

Bon bûcheron, coupe du bois....

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 07:24
A propos bonheur

Romain Roland a écrit :

- Le bonheur, c'est de connaître ses limites et de les aimer.

Marcel Proust :

- Il est rare qu'un bonheur vienne justement se poser sur le désir qui l'avait réclamé.

Paul Fort :

- Le bonheur est dans le pré, cours-y vite, cours-y vite.

Le bonheur est dans le pré. cours-y vite.

Il va filer.

Madame du Deffand :

- Le bonheur est la frêle part conquise sur le malheur du monde.

Souriez

Jules et ses parents s'apprêtent à aller dîner chez des amis. La maman de Jules l'avertit :

- Je te préviens, ce soir, tu as intérêt à bien te tenir.

- Pourquoi ! leur maison est en pente ?

Repost 0
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 07:32
Les histoires ne sont plus ce qu'elles étaient

L'histoire était fin prête, tout le monde était en place.Le roi lissait sa barbe blanche et astiquait sa couronne. Sa fille, la princesse, mettait une dernière touche à son maquillage, sans se douter le moins du monde que le dragon allait l'enlever dans un quart d'heure.

Le dragon, qui savait bien, lui, ce qu'il préparait, réglait son lance-flammes électronique.

A quelques pas de là, un petit jeune homme timide sautillait sur place en balançant les bras : c'était le chevalier sans peur et sans reproche qui se porterait volontaire pour sauver la princesse.

Mais d'abord, il devait rendre service à la vieille femme qui ramassait du bois.

En fait, la vielle femme était une fée : elle était justement en train de revêtir son costume et de répéter une dernière fois son texte. Au milieu de son fagot, elle avait caché l'épée magique qu'elle devait donner au chevalier pour qu'il puisse tuer le dragon. Après, il pourrait épouser la princesse et, si tout se passait bien, ils auraient beaucoup d'enfants.

Bref, tout était prêt, on pouvait commencer : "ll était une fois..."

Mais où est donc le roi ? Impossible de le retrouver. Tant pis, on dira que la princesse est orpheline, ça ne l'empêchera pas d'être enlevé par le dragon. Et elle épousera le chevalier sans rien demander à personne.

On appela la princesse. Elle ne répond pas. On appelle encore, par le haut-parleur cette fois. Toujours rien. C'est quand même embêtant. Il faut bien que le dragon enlève quelqu'un. Il ne peut pas enlever la vielle femme, puisque c'est une fée et qu'elle a une épée magique cachée dans son fagot.

Et s'il enlève le chevalier, ce n'est plus drôle du tout : la fée devra délivrer le jeune homme et, franchement, ce n'est pas l'affaire des femmes d'affronter les dragons. On n'a jamais vu ça dans les histoires.

On peut toujours imaginer que le chevalier va combattre le dragon comme ça, sans raison particulière, pour faire un peu de sport. Et puis, s'il gagne, il épousera la vielle fée, elle aime sans doute les sportifs.

Oui, mais entre-temps, le dragon a fichu le camp. Que font faire le chevalier et la fée ? Il n'y a qu'à les envoyer ramasser du bois, ça pourra toujours servir.

Apparemment, le chevalier n'est pas d'accord, car il a disparu sans crier gare. Et la fée refuse de faire quelques tours de magie avec sa baguette...Dommage, ça aurait occupé le public.

Finalement, de toute l'histoire, il ne reste qu'une épée. Une épée magique, paraît-il.

On pourrait peut-être s'en servir comme coupe- papier ?

Friot

Excellent week-end à tous !!

Repost 0
Published by fontaine - dans humour
commenter cet article
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 07:52
La faculté d'accepter les choses

L'auteur anglais de romans policiers Agatha Christie écrit dans son autobiographie que peu de choses sont plus désirables que d'avoir un tempérament prompt à accepter et à se réjouir.

Elle dit que si l'on y met du sien, on peut se réjouir de tout parce qu'il y a toujours ailleurs une compensation à ce qu'on aurait pu manquer.

Par exemple on peut se plaire à la campagne à cause de la tranquillité et du temps dont on dispose pour lire ou jardiner.

Cependant, si l'on vit dans une ville, on peut prendre plaisir aux avantages qu'offrent les musées, les concerts, les magasins.

Le secret pour avoir un tempérament à se réjouir, est la faculté d'accepter les choses.

Si nous acceptons les circonstances dans lesquelles nous sommes placés, nous pouvons en tirer de la joie.

Souriez :

Au cours d'une discussion entre amis, un homme se fait gentillement traiter de macho.

- Moi ? macho ! Absolument pas !

Tenez, tous les matins, j'apporte le café au lit à ma femme.

Elle n'a plus qu'à le moudre ...

Repost 0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 06:56
La richesse d'une amitié

La richesse d'une amitié gît dans le bon vouloir à donner soi-même.

Les amis ne sont pas faits pour être utilisés mais pour être servis.

L'amitié coûte quelque chose, elle ne se présente jamais comme une rose sans

épines ;

ceux qui cherchent à éviter les épines ne doivent pas cueillir de roses.

Mais alors songez comme la vie serait sans couleur !

Souriez

Au restaurant Madame Dupontel s'écrie :

- Garçon, il y a un cafard qui nage dans mon assiette.

- Oh désolé, je vais me plaindre auprès du chef. Il a dû vous mettre trop de sauce, d'habitude, ils ont pied !

Repost 0
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 07:34
Etre simplement à l'écoute

Ce soir-là, Marie était invitée à dîner avec quelques diplomates et leurs femmes.

- " Comment pourrais-je avoir une conversation sensée, en langue étrangère...sur la politique "...

domaine dans lequel elle se sent très mal à l'aise.

Plus tard elle raconta la soirée :

- " Quand je me suis assise à côté d'un haut-fonctionnaire,

je le regardai d'abord comme une personne, ensuite comme un diplomate.

Cela m'amena à lui poser des questions sur ce qui l'intéressait en tant qu'être humain... ses impressions sur notre pays, ses expériences d'une langue étrangère....

Je me rendis compte que cela l'intéressait plus que de parler des affaires internationales, car cela, il devait officiellement le faire toute la journée.

Le lendemain, j'appris que ce monsieur avait passé une soirée extrêmement agréable et j'y avais pris moi-même grand plaisir. J'ai appris de lui des choses que je n'aurais pu apprendre ailleurs..."

Souriez :

- Garçon s'il vous plaît, est-ce que vous servez des nouilles ?

- Bien sûr, monsieur, ici, on sert tout le monde.

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 07:22
Sur les chemins du bonheur

Ils ont écrit

V. Hugo :

- La mélancolie, c'est le bonheur d'être triste.

J. Prévert :

- J'ai reconnu mon bonheur au bruit qu'il a fait en partant.

Duc de Lévis :

- Il y aurait de quoi faire bien des heureux avec tout le bonheur qui se perd en ce monde.

Ch. Bobin :

- Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre.

Souriez

La radio annonce demain canicule 29° à l'ombre !

- Tu as entendu, demain il vaudra mieux ne pas rester à l'ombre ...

Repost 0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 07:35
Un peu de poésie avec la cigale

Je suis cigale

Et ça m'est bien égal

Je n'ai rien amassé

Pour l'hiver, affronter.

Il me reste des graines

Pour nourrir les oiseaux,

Un chandail de laine

Qui me tiendra bien chaud.

Je chanterai l'amour

A la pointe du jour.

Je n'aurai pas dormi,

Et je dirai bonjour

A mon ami la fourmi.

Souriez :

- Allô qui parle ?

- C'est ton petit fils !

- Oh Jules, je ne t'avais pas reconnu !

- C'est normal je me suis fait couper les cheveux !

A tous un excellent week-end !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 07:27
Partir

Partir est avant tout sortir de soi,

Briser la croûte d'égoïsme qui essaie de nous emprisonner dans notre propre "moi".

Partir c'est cesser de tourner autour de soi-même, comme si on était le centre du monde et de la vie.

Partir c'est ne pas se laisser enfermer dans le cercle des problèmes du petit monde auquel nous appartenons.

Partir ce n'est pas dévorer des kilomètres, traverser les mers, ou atteindre les vitesses supersoniques,

C'est avant tout, s'ouvrir aux autres, les découvrir, aller à leur rencontre...

Souriez

Une ravissante automobiliste est arrêtée au feu rouge.

Le feu passe, vert, orange, rouge, vert, orange, rouge puis encore....

Un agent s'approche :

- Alors, nous n'avons aucune couleur qui vous plaise ?

Repost 0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 07:25
J'ai lu pour vous

Le meilleur est encore à venir.

"J'étais récemment assise devant mon poste de télévision, captivée par un documentaire sur l'infinie complexité de l'esprit humain.

Les scientifiques disent que nous avons beaucoup plus de ressources à notre disposition, que nous ne nous en rendons compte actuellement. Le problème est de trouver comment nous pouvons en faire un meilleur usage.

L'un des scientifiques de cette émission dit que le pus grand ordinateur n'était rien de plus qu'un "imbécile rapide" comparé à l'intelligence humaine. Par rapport au système d'échange d'informations des cellules de notre cerveau, un échange téléphonique est quelque chose de "stupide".

Un neurone peut accomplir plus de connections par jour que tous les échanges téléphoniques du monde mis ensemble. Un cerveau humain contient des millions de neurones, tous reliés les uns aux autres.

Une telle capacité a pour résultat des trillions et des trillions de possibilités !

C'est une pensée humiliante que de songer que nous avons à peine commencé à utiliser notre potentiel. Un nouveau-né est au plus près de la perfection, et pourtant notre cerveau peut grandir et se développer, même âgé.

Après avoir éteint mon poste, je priai de faire un meilleur usage de ce que j'avais déjà appris.

Mais à la lumière de ce documentaire, je pouvais espérer que le meilleur était encore à venir."

Souriez :

Hello ! My name is Bill Gates and my job is to sell Windows.

Traduction :

Bonjour ! je m'appelle Bill Portes et mon boulot c'est de vendre des fenêtres.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche