Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 05:23
J'ai lu pour vous

Elisée, serviteur de Dieu marchait avec Elie lorsqu'un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l'un de l'autre et Elie monta au ciel dans un tourbillon...

Les gens de la ville dirent à Elisée :

- Voici, le séjour de la ville est bon, comme le voit mon seigneur ; mais les eaux sont mauvaises et le pays est stérile.

- Apportez-moi un plat neuf et mettez-y du sel. Ils le lui apportèrent. Elisée alla vers la source des eaux et y jeta du sel :

- Ainsi parle l'Eternel : "J'assainis ces eaux ; il n'en proviendra plus ni mort, ni stérilité."

Et les eaux furent assainies, jusqu'à ce jour, selon la parole qu' Elisée avait prononcée.

Puis il quitta la ville et va à Béthel. Comme il cheminait à la montée, des petits garçons sortirent de la ville et se moquèrent de lui, disant :

- Monte chauve, monte chauve !

Il se retourna pour les regarder, et il les maudit au nom de l'Eternel. Alors deux ours sortirent de la forêt et déchirèrent 42 de ces enfants.....

Violette Fulpin a écrit :

J'ai rencontré un ange, un matin au levant,

Mais il s'est envolé et flotte dans le vent.

J'ai rencontré un ange il y a bien longtemps.

Un agréable week-end à tous !

Repost 0
Published by fontaine - dans croyance
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 05:45
Les racines de l'arbre

Les racines pourvoient à tout ce qu'il faut pour produire la plante, pour la faire croître.

En d'autres termes les racines ne mangent pas pour leur propre satisfaction. Elles mangent pour satisfaire la plante et produire des fruits.

Les scientifiques ne savent pas encore exactement ce qui permet de faire monter les nutriments des racines jusqu'au sommet de l'arbre.

Ils ont des idées mais la question n'est pas encore entièrement résolue. Certains disent que cela se fait par capillarité, d'autre par osmose d'autres par évaporation, d'autres par transpiration et d'autres par la combinaison de tout cela...

L'important n'est pas comment cela se passe, mais que cela se passe.

Les racines mangent et mangent pour que la plante puisse grandir et servir à l'humanité.

Ch. Spurgeon a écrit :

Lorsque le cyclone ou le tourbillon de vent sera déchaîné, malheur à l'arbre qui n'aura pas sucé de la sève fraîche et qui n'aura pas étreint le Rocher avec de nombreuses racines entrelacées.

Repost 0
Published by fontaine - dans croyance
commenter cet article
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 05:12
Le bonheur existe

Nous sommes pris dans le cercle de fer de nos habitudes, de nos contraintes professionnelles. Nos métiers, nos besoins, nos plaisirs, voilà de quoi nous vivons et de quoi nous parlons...

Un jour, parce que telle est la vie, le destin nous foudroie, ou bien nous rencontrons le malheur.

Et nous le rencontrons toujours puisque autour de nous ceux que nous aimons sont condamnés à disparaître.

Alors, parce que nous n'avons jamais osé en parler de ce qui compte vraiment, nous perdons pied.

Nous sombrons dans l'angoisse, nous ne savons plus comment faire face.

Moi, écrit Martin, j'avais été plongé dans l'enfer. Je savais que la vie n'est pas un chemin facile, je savais que les hommes sont mortels et je savais aussi que au coeur du bonheur peut tout à coup surgir l'effroyable.

Mai je savais aussi que le bonheur existe, qu'on peut le créer et que l'espoir n'est pas seulement une illusion....

Il a écrit :

L'homme et la nature forme un tout qui vit mais qui peut mourir. Séparés l'un de l'autre, chacun devient une pierre infertile. Et si l'homme ignore la nature ou la détruit, il s'ignore et se détruit lui-même.

M. Gray

Repost 0
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 05:19
Il s'appelait Goliath

Goliath était une véritable montagne ambulante qui, dès qu'il apparaissait à l'horizon faisait s'entre-choquer les genoux des soldats de Saül.

Son défi était en fait chose courante. Au lieu de s'entretuer par milliers sur le champ de bataille, les armées ennemies choisissaient un champion pour les représenter en combat singulier.

L'ennui c'est qu'il n'y avait aucun candidat au suicide jusqu'au jour où David arrive sur la scène avec dans sa besace de berger probablement quelques fromages frais...

Il s'était déjà battu contre des "géants" ou plutôt des lions et des ours...

Mais l'armure qu'on lui prête est trop lourde. Il réfléchit...Il ne pourrait pas s'approcher suffisamment de Goliath.... mais sa fronde lui permettait de frapper celui qui avait maudit par ses dieux, Dieu et son peuple.

- "L'Eternel qui m'a délivré de la griffe du lion et de la patte de l'ours, me délivrera aussi de la main de ce géant !"

Ainsi avec une fronde et une pierre, David terrassa le Philistin et lui ôta la vie. Puis il courut, se saisit de l'épée du géant qu'il tira de son fourreau et lui coupa la tête.....

Follereau a écrit :

Le bonheur, c'est de vivre, dans son âme, si haut que les misères humaines ne vous puissent atteindre.

Repost 0
Published by fontaine
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 05:47
Fort ou faible

Il se posait la question : ma force ? Souvent il se sentait aussi faible, aussi fragile, prêt à succomber.

Mais il ne voulait pas disparaître et cette résolution était tendue non vers le passé, mais vers demain.

- Vous êtes exceptionnellement fort avait conclu son médecin, hochant la tête.

Chaque homme, chaque femme peut trouver en soi la force.

En nous est une source puissante. Une énergie plus forte que celle de mille soleils.

Mais qui connaît cette source ?

Elle est cachée par les mauvaises herbes qui l'étouffent.

Et nous sommes sourds à son grondement.

Elle va par à-coups animer quelques-uns de nos actes puis nous la laissons se perdre et parfois se tarir.

Il avait été contraint de la découvrir. Sinon la vie lui échappait. Il l'avait canalisée, c'est elle qui l'avait porté, poussé et il est encore entraîné par elle....

Mais d'autres ?

M. Gray a écrit : Il faut toujours du courage pour être soi, pour construire sa vie en harmonie avec les exigences de cette voix qui est en nous et qui est nous.

Repost 0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 05:34
La persévérance

Au début des années 1800, il y avait un homme qui faisait des voyages fréquents de l'Italie vers l'Angleterre. Lors d'un de ses voyages vers l'Angleterre il visita une de ses cathédrales célèbres dans laquelle il y avait un orgue de très grande valeur, avec plusieurs claviers , de nombreux tubes dont certains mesuraient 9 mètres...

Mais l'orgue était fermée à clefs.

Lorsqu'il vit ce grand orgue et tous ses impressionnants tubes il alla vers le gardien qui était en train de travailler et lui demanda s'il pouvait lui ouvrir l'orgue et lui permettre de voir le clavier....

Pas possible c'est un instrument d'une valeur inestimable et il ne pouvait pas l'ouvrir pour lui !

L'homme persévéra et parla, parla ...avec le gardien, finit par le convaincre et le gardien accepta de l'ouvrir lui faisant promettre de seulement regarder...

Mais l'homme en voulut un peu plus. Il demanda au gardien de le laisser s'asseoir en face du clavier, de ne surtout pas y toucher....

Encore une fois à cause de la persévérance de cet homme le gardien céda, mais notre homme continua de négocier, négocier...jusqu'à ce que ce dernier accepta de le laisser un peu jouer...

Plus tard, le gardien expliqua comment il est resté à côté de l'homme alors que la cathédrale résonnait d'une des plus belles musiques qu'il n' ait jamais entendues.

Au bout d'une heure le gardien demande :

- Qui êtes-vous ?

- Félix Mendelssohn

Dire qu'il a failli ne pas lui donner les clefs !

Repost 0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 05:19
Qu'a écrit Raoul Follereau

En 1948 R. Follereau nous décrit un rêve :

- Un homme se présentait au jugement du Seigneur : " Voyez, mon Dieu, lui dit-il, j'ai observé votre Loi, je n'ai rien fait de malhonnête, de méchant ou d'impie.

Seigneur, mes mains sont pures.

- Sans doute, sans doute, lui répond Dieu, mais elles sont vides.

En 1955 il écrit :

Trop longtemps les hommes ont vécu les uns à côté des autres.

Ils savent aujourd'hui qu'ils doivent vivre tous ensemble.

Nous devons leur apprendre à vivre demain les uns pour les autres....

Repost 0
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 05:11
J'ai lu pour vous

Selon le monde, nous sommes heureux lorsque tout se passe bien pour nous.

Laissez-moi vous citer un auteur anglais Stuart Briscoe, qui dit à propos du bonheur :

- Le bonheur dépend des choses qui surviennent et si elles n'arrivent pas comme vous le pensiez alors vous n'êtes pas heureux.

Ce qu'il dit est juste.

Il veut souligner que le mot heureux vient du mot "heur" qui signifie fortune, chance, circonstance. Comme lorsque vous dites :

"j'ai de la chance" ou "je n'ai pas de chance".

Cela dépend des circonstances. Quand êtes-vous heureux dans la vie ?

Selon le dictionnaire, c'est lorsque les circonstances sont bonnes, quand tout se passe comme vous voulez.

Lorsque cela se passe à notre avantage alors nous pouvons être heureux.

Mais que se passe-t-il lorsque nos "heurs" ne se présentent pas selon nos intérêts ?

lorsque nos circonstances militent contre nous, et que tout se passe de travers ?

CH. Spurgeon a écrit :

Quand les nuages noirs s'amassent le plus, la lumière nous est révélée avec plus d'éclat.

Quand la nuit descend et que la tempête approche, le céleste capitaine est toujours le plus près de son équipage.

Repost 0
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 05:25
A mon Père

Comme d'habitude, il est parti, d'un pas traînant, fatigué,

Seul sous la pluie, il a marché. Il aimait le silence, la nature,

Les oiseaux avec leurs drôles de cris, Mon Dieu ! Que la marche était dure,

Sous le grand manteau de la nuit, dans sa tête grondait le tonnerre,

Marchant, marchant encore, pour s'éloigner, pour se taire,

Comme un enfant, quand il a tort, après cette course, épuisé,

Il s'est allongé au coeur d'un pré, nous l'avons cherché,

Deux jours sans répit. Nous l'avons trouvé, inanimé, sans vie.

Il était parti pour se taire, Je l'aimais, c'était mon père.

V. Fulpin

Mère Thérésa a écrit :

Le plus grand des dénuements, la plus grande des pauvretés, c'est de n'exister pour personne.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 05:25
C'est quoi la résilience ?

C'est la capacité de rendre positif ce qui nous a traumatisé et en partie détruit, et de rebondir en se reconstruisant et en menant à nouveau une vie normale.

C'est aussi la capacité pour un sujet confronté à des stress importants au cours de son existence, de mettre en jeu des mécanismes adaptatifs lui permettant non seulement de "tenir le coup" mais de rebondir en tirant un certain profit d'un tel affrontement.

Certains hommes politiques semblent avoir cette capacité.

Malgré des ennuis graves, ils savent réapparaître quelques mois ou années plus tard, tout refaits à neuf, comme si rien ne s'était passé.

Certains ont refoulé leur traumatisme, mais beaucoup ont utilisé leur capacité de résilience pour le sublimer !

R. Kipling a écrit :

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie, et sans dire un seul mot, te mettre à rebâtir...

Si tu sais méditer, observer et connaître sans jamais devenir sceptique ou destructeur...

Si tu peux rencontrer triomphe après défaite, et recevoir ces deux menteurs d'un même front...

Alors tu seras un homme mon fils !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche