Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 05:57
Raison ou intuition

Depuis notre enfance, on nous a appris à être autonomes et à devenir indépendants, à être compétents et à planifier notre vie, en la fondant parfois sur des certitudes morales ou religieuses.

De telles certitudes sont sécurisantes.

On nous encourage à contrôler les choses et à prendre notre vie en mains ; c'est important et nécessaire.

Un jour un journaliste a demandé à Jean Vanier comment il avait su que sa vocation était de vivre avec des personnes handicapées.

En guise de réponse, il lui a demande :

- Etes-vous marié ?

Voyant l'embarras que causait sa question il en posa une autre.

- Pourquoi avez-vous demandé à cette femme-là de vous épouser ? ....Il resta perplexe.

Alors Jean lui dit :

- Il y a des moments dans la vie où on n'agit pas avec sa raison mais on sait intuitivement, dans son coeur ce qu'il faut faire.

G. Bachelard a écrit :

Tout ce qui est simple, tout ce qui est fort en nous, tout ce qui est durable même, est le don d'un instant.

Repost 0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 05:41
Autour d'un olivier

Que se passe-t-il si un olivier refuse de produire de l'huile ?

- Il est greffé. On met une bonne pousse dans un bon arbre.

Que se passe-t-il s'il ne produit toujours pas ?

- On recommence l'opération avec une autre bonne pousse.

Et s'il refuse toujours de produire. Y a-t-il encore de l'espoir. Va-t-on le couper ? le brûler ?

- Non, il reste un espoir. Il va falloir en quelque sorte le "choquer", le "réveiller",

qu'il subisse un cataclysme, une secousse.

A moins que l'arbre ne soit abasourdi, il ne produira jamais.

Le professeur Fisher explique que ce processus est encore utilisé, inhabituel, exceptionnel, chirurgical.

Une dernière chance

Toutes les branches de l'arbre sont enlevées, il ne reste que le tronc. Ensuite pour le réveiller on greffe une branche d'un olivier sauvage, une espèce entièrement différente.

L'arbre est choqué et tous ses nerfs réveillés par ce processus radical.

Il arrive cependant quelque fois que l'arbre ne puisse être sauvé....

M. Twain a écrit :

On ne se débarrasse pas d'une habitude en la flanquant par la fenêtre ; il faut lui faire descendre l'escalier marche par marche.

Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 05:39
Un auteur anonyme a écrit

Recommence

Si tu es las et que la route te paraît longue, si tu t'aperçois que tu t'est trompé de chemin, ne te laisse pas couler au fil des jours et du temps,

Recommence

Si la vie te semble trop absurde, si tu es déçu par trop de choses et de gens, ne cherche pas à comprendre pourquoi,

Recommence

Si tu as essayé d'aimer et d'être utile, si tu as connu la pauvreté et tes limites, ne laisse pas là une tâche à moitié faite

Recommence

Si les autres te regardent avec reproche, s'ils sont déçus et irrités par toi, ne te révolte pas, ne leur demande rien,

Recommence

Car l'arbre rebourgeonne en oubliant l'hiver,

car le rameau fleurit sans demander pourquoi,

Car l'oiseau fait son nid son songer à l'automne,

Car la vie est espoir et recommencement.

René Laporte a écrit :

Au bord du désert il y avait un palmier qui rêvait de partir dès que la nuit tombait.

Les oiseaux ayant soif donnaient des coups de bec dans le vent.

L'oasis tournait en rond devant les digues de sable et les portes du monde étaient toujours fermées pour le palmier comme pour moi...

heureux week-end à tous !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 05:40
Un grain de blé

Un grain de blé desséché est placé dans la terre où il meurt, à l'exception d'une particule presque trop petite pour qu'on la voit, et c'est là que se trouve la vraie vie contenue dans la graine.

Puis une feuille perce la terre, grandit, se développe et monte jusqu'à devenir un plein épi rempli d'autres grains.

Or personne ne doute que le même blé sortira de ce grain placé dans le sol.

Placez-le dans la terre et tout le monde sait que la plante poussera.

Nous avons l'habitude de dire que c'est la même graine qui a été semée. Pourtant la différence est frappante et merveilleuse. Vous avez maintenant une plante de près d'un mètre de haut portant une quantité de grains alors que vous n'aviez qu'un petit grain desséché.

Mais personne, ne met en doute le fait que c'est la même identité....

Lamartine a écrit :

Quand les vents sifflent sur l'onde

Quand la mer gémit ou gronde,

Quand la foudre retentit,

Tout ignorants que nous sommes

Qui de nous, enfants des hommes,

Demande ce qu'ils ont dit ?

Repost 0
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 05:46
Le Jourdain

A peu de distance, avant son embouchure dans la Mer Morte, le Jourdain offre un gué facile connu depuis les temps anciens.

Il donne une impression de puissance.

L'eau rapide, affouillant l'argile, a ouvert une gorge qui rompt la surface roide du plateau.

Le flot limoneux bouillonne avec un bruit de soie, et semblable aux forêts-galeries qui, en Afrique, escortent les grandes rivières tropicales, une végétation épaisse d'aulnes de mimosas et de tamariniers, un maquis de roseaux géants et de fougères, défie de ses verdures le désert jaune et gris.

Seul lieu au monde à se trouver 350 mètres au dessous du niveau de la mer, ce val du bas Jourdain laisse deviner l'étrangeté de sa situation par on ne sait quelle torpeur, quelle inquiétude minérale.

Tout semble s'y recueillir et préparer à de solitaires méditations.

Vu du rebord abrupt des berges le paysage est d'une grande majesté....

Goethe a écrit :

Veux-tu vivre heureux ?

Voyage avec deux sacs. L'un pour donner, l'autre pour recevoir.

Repost 0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 05:38
Les fabricants d'idoles

Ceux qui forment une image taillée sont tous que vanité et leurs objets désirables ne servent absolument à rien :

Ce sont leurs témoins à eux, mais des témoins qui ne voient rien, qui ne savent rien et laisseront bien déçus.

Qui est-ce qui fabrique un dieu ou fonde une statue pour n'en retirer aucune utilité ?

Le forgeron découpe un morceau de métal, il le travaille à chaud, lui donne une forme au marteau ; il y met toute son énergie. Mais le travail lui donne faim, le voilà sans force.

S'il oublie de boire un peu d'eau, le voila épuisé.

Quant au sculpteur sur bois, il prend des mesures au cordeau trace le contour à la craie, travaille la pièce au ciseau et l'arrondit à la lime.

Il lui donne une forme humaine, une belle figure d'homme qui restera dans une maison....

C.G. Jung a écrit :

Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l'apathie en mouvement.

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 05:27

Phil Bormans affirme que la solitude est une maladie morale qui n'est pas soignée simplement en rassemblant des gens.

Qu'est-ce qui nous retient de partager avec les autres, la détresse de notre solitude ? L'orgueil ? Une fausse honte ?

Une réaction de défense ?

Ou simplement un manque d'amis auxquels faire appel quand on n'a pas le moral ?

Stéphanie, mère de trois enfants et marié avec un homme dont le travail l'éloigne souvent de chez lui pendant plusieurs semaines consécutives, estime que parfois lorsqu'on partage ses misères, on se fait battre à froid :

- Je crois que je ne peux aller que vers un Ami sincère pour recevoir un vrai réconfort...

G. Karssen a écrit :

- L'amitié dépend d'une interaction.

Toute bonne amitié est une affaire de donner et de recevoir. Il y a joie et souffrance.

Repost 0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 05:40
Accepter l'épreuve

Un biologiste connu pour avoir introduit en thérapeutique l'usage des neuroleptiques et pour ses travaux sur le stress, écrit ceci :

- Confronté à une épreuve, l'homme ne dispose que de trois choix :

- combattre

- ne rien faire

- fuir

Il voulait affirmer ceci : si je combats, j'avance

si je ne fais rien, je stationne

et si je fuis, je vais en arrière.

De ce point de vue, notre choix est important et déterminera l'état d'esprit dans lequel nous gérerons et vivrons notre épreuve.

Accepter l'épreuve ne veut pas dire que nous devenons passif et courbons notre dos, comme pour dire : "encore, encore, j'en re veux !"

Non. Accepter l'épreuve montre que nous avons le bon sens et la sagesse de regarder la vie avec humilité et simplicité :

l'épreuve est là et semble ne pas vouloir s'en aller, alors autant la prendre à son bord et chercher comment bien cheminer avec elle, en l'intégrant, mais sans se polariser entièrement dessus.

J. Supervielle a écrit :

On voyait le sillage et nullement la barque parce que le bonheur était passé par là.

Bon week-end à tous !

Repost 0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 05:33
La pierre de l'angle

Lors de la construction du temple de Salomon, toutes les pierres étaient apportées depuis les carrières déjà taillées et formées. La destination de chaque bloc y était inscrite.

Parmi les pierres se trouvait une qui était bizarre. Elle n'avait pas de forme précise et ne semblait convenir à aucune partie de l'édifice.

Les maçons essayèrent de la placer sur le mur, mais elle ne convenait pas ;

Ils essayèrent à un endroit, mais elle ne correspondait à aucune place.

Alors dans leur frustration, ils la mirent de côté et l'oublièrent.

La construction du temple prit un grand nombre d'années, et la mousse recouvrit cette pierre, les herbes l'enfouirent.

Tout le monde s'en moquait en la voyant....

Il est écrit : "La pierre qu'on rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle."

Repost 0
Published by fontaine - dans croyance
commenter cet article
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 05:29
Une époque troublée

Nous vivons une époque troublée, nous avons vécu des attentats terroristes particulièrement sanglants, assisté aux ravages d'ouragans comme Katrina, de tsunamis comme en Indonésie, de tremblements de terre comme au Népal.....

Des guerres incessantes qui se déchaînent sur notre planète, des crises financières qui se succèdent et le prix du pétrole qui grimpe et qui chute...tous ces évènements ont joué sans doute avec nos nerfs et alimenté nos frayeurs..

Tous les soirs les médias s' invitent chez nous, nous dévoilant toute l'actualité en temps réel, et nous exposant par là-même à un nouveau phénomène appelé "lassitude compassionnelle", terme sous lequel les psychologues de notre siècle identifient le sentiment fait d'impuissance, de vulnérabilité, de stress et de dépression que nous éprouvons à la vue de ces images, alors que nous nous demandons :

- Et si nous étions les prochaines victimes de ces terroristes anonymes ou des forces déchaînées de la nature ?......;

Oscar Wilde a écrit :

L'opinion publique n'existe que là où il n'y a pas d'idées.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche