Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 06:37

La première fois qu'on posa cette question à Clara, elle ne sut que répondre,

sinon par la définition qu'en donne Spinoza :

- Le passage d'une perfection moindre à une perfection plus grande.

Mais la joie, n'était-elle pas davantage encore ?

Tourbillonnante et dévastatrice comme un ouragan, la joie nous envahira-t-elle dans sa marée sans ride ? 

 

La joie réside au plus intime de l'âme ; on peut aussi bien la posséder dans une obscur prison que dans un palais.

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2018 2 23 /10 /octobre /2018 07:12

La femelle ? elle est morte

Le mâle ? un chat l'emporte

Et dévore ses os.

Au doux nid qui frissonne 

Qui reviendra ?  personne

Pauvres petits oiseaux.

Le pâtre absent par fraude !  le chien mort ! le loup rôde,

et tend ses noirs panneaux.

Au bercail qui frissonne qui veillera ?  personne.

Pauvres petits agneaux.

 

Souriez 

Jules ? c'est toi qui a appris tous ces gros mots à ta petite sœur ?

Non, je lui ai juste donné la liste des mots qu'il ne fallait surtout pas dire !

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 11:48

Pourquoi bondissez-vous sur la plage écumante,

Vagues dont aucun vent n'a creusé les sillons ?

Pourquoi secouez-vous votre écume fumante en légers tourbillons ?

Pourquoi balancez-vous vos fronts que l'aube essuie, forêts qui tressaillez avant l'heure du bruit ?

Pourquoi de vos rameaux répandez-vous en pluie ces pleurs silencieux dont vous baigna la nuit ?

Pourquoi relevez-vous, ô fleurs vos pleins calices, comme un front incliné que relève l'amour ?

Pourquoi dans l'ombre humide exhaler ces prémices des parfums qu'aspire le jour ?

Lamartine

 

M. Murdock a écrit :

Quand vous ressassez le passé, vous empoisonnez le présent.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 05:53

Il se souvient :

"Le Sahara était mon constant refuge, ma réserve de puissance.

Le désert n'est sûrement pas monothéiste, comme l'affirmait Renan : il décape l'homme de tout ce qui n'est pas lui-même,

le mettant en demeure de prendre sa propre mesure en face d'une nature indomptable :

seul l'homme peut, non sans difficulté incarner l'Unique.

Vingt minutes d'une pluie d'orage, après des mois de sécheresse, avaient mis l'oasis en fête.

Les palmes délavées, luisaient comme si elles respiraient soudain.

Dans les jardins, hommes et femmes chantaient la baraka tombée du ciel.

Arbres, fleurs, visages et corps, nettoyés des poussières de la veille, détendus, vibraient d'une force nouvelle dans l'éclat des musiques…."

 

Proverbe russe :  Cent coups de bâton sur le dos d'un voisin constituent un vrai plaisir !

QUANT A MOI JE VOUS SOUHAITE UNE BONNE FIN DE SEMAINE

Si je n'arrive pas à gérer les pub je vais bientôt fermer ce blog !

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 06:35

Nous disons que les montagnes sont grandes, mais que sont-elles ?

Seulement " la poussière sur une balance "

Nous appelons les nations grandes et parlons des puissants empires, mais les nations ne sont qu' "une goutte dans un seau".

Nous parlons de grandes îles avec beaucoup de fierté ; "voici, les îles sont comme une fine poussière qui s'envole".

Nous parlons de grands hommes et de héros sur cette terre, mais "ceux qui l'habitent sont comme des sauterelles ".

Nous nous gargarisons des orbites célestes éloignées de millions de km comme des électrons qui dansent de part et d'autre du rayon de l'existence…

Ch. Spurgeon

 

Il est écrit dans Nahum : 

Les nuées sont la poussière de ses pieds

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 06:26

La possession du contentement dans n'importe quel état n'est pas un penchant naturel de l'homme.

Les mauvaises herbes croissent sans difficulté. La convoitise, le mécontentement ou les plaintes sont aussi naturels pour l'homme que les ronces pour le sol.

Nul besoin de semer des chardons ou des buissons de ronces. 

Ces choses surgissent spontanément et naturellement parce qu'elles appartiennent au sol.

Pas besoin d'enseigner à l'homme de se plaindre. Il le fait bien assez par nature !

En revanche les choses précieuses de la terre ont besoin d'être cultivées. Il faut labourer et semer si on veut du blé ou prendre soin du jardin pour qu'il y pousse des fleurs.

Or le contentement est une des fleurs du ciel et nous devons la cultiver pour posséder….

 

Victor Hugo a écrit :

Ainsi la paresse est mère

Elle a un fils : le vol

et une fille : la faim

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2018 2 16 /10 /octobre /2018 06:10

Cet homme se souvient :

- Vers l'âge de trois ou quatre ans, j'avais un jour arraché les aiguilles de la belle horloge qui ornait notre salle à manger.

et les ai cachées dans la poche de mon costume de jersey….tout en restant 

sourd aux questions de mes parents à la recherche du coupable….

Quand on découvrit l'auteur de ce coup inédit, mon père, toujours très complice s'exclama :

" Mon fils a confisqué le temps ! "

 

Devenu grand A. Chouraqui a écrit : la personne la plus difficile à connaître et à guider est 

soi-même !

 

Nous espérons pouvoir bientôt résoudre les problèmes qui se présentent sur mon blog !

 

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 05:51

Si vous regardez la vie avec sagesse, vous voyez à quelle vitesse les années passent.

Ne vous étonnez-vous pas de trouver les feuilles mortes sur votre passage alors qu'hier  les bourgeons perçaient ?

Il n'y a qu'un mois semble-t-il que les épis perçaient le sol, mais voici que la moisson est finie et le blé amassé dans les greniers.

Les années se transforment en mois, et ceux-ci en jours qui passent comme des ombres devant nous.

Si seulement nous pouvions mesurer le temps….

 

Chouraqui a écrit :

Il faut lever les yeux et regarder plus loin que le chantier dans lequel on pense stagner !

 

BONNE SEMAINE A TOUS

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 06:07

Dans la plaine les baladins s'éloignent au long des jardins

Devant l'huis des auberges grises

Par les villages sans églises

Et les enfants s'en vont devant, les autres suivent en rêvant

Chaque arbre fruitier se résigne quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés, des tambours des cerceaux dorés

L'ours et le singe animaux sages quêtent des sous sur leur passage….

Apollinaire

 

C. Rambert a écrit :

La vie est remplie de tâches "urgentes" qui peuvent attendre !

 

Désolée pour les pub ou quelqu' au autre problème qui peuvent apparaître sur mon blog

 

EXCELLENT WEEK END A TOUS !

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 05:33

Il ne servira jamais à rien de dire que nous avons fait quelque chose.

Imaginez pendant une seule seconde que la terre dise :

- Bon, j'ai tourné pendant suffisamment de temps ; je vais m'arrêter maintenant.

Que la mer dise alors :

- J'ai suivi le rythme de mes marées toutes ces années ; voici que je m'arrête.

Le soleil n'est pas de reste :

- J'en ai assez de briller, de me lever et de me coucher sans arrêt depuis si longtemps ; j'ai assez fait pour m'acquérir un nom honorable. Je vais me reposer.

Que la lune se voile d'obscurité aussi en disant :

- J'ai éclairé plus d'une nuit, et j'ai donné ma lueur à plus d'un voyageur solitaire dans la campagne. Je vais éteindre mon éclat et me reposer...

 

Un poète persan a écrit :

Ce n'est pas la lumière qui meurt au contact des ténèbres, ce sont les ténèbres qui meurent au contact de la lumière.

Partager cet article
Repost0