Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 07:06

tornade0001

Le pasteur de cette église avait remarqué que l'un de ses paroissiens, avait cessé de venir à l'église. Ne connaissant pas la raison, il décida de lui rendre visite. Ce soir-là il faisait noir et quand il entra dans la maison il trouva son paroissien assis devant un feu qui flambait haut et fort dans l'âtre.

L'homme invita le pasteur à s'asseoir dans l'autre fauteuil près du feu, puis attendit en silence le début de son sermon. Pourtant le silence s'établit dans la pièce.

     Le pasteur contemplait les flammes qui dansaient dans la cheminée autour des bûches embrasées. Au bout d'un long moment il se pencha pour attraper les pinces accrochées à côté du tisonnier. Puis il retira du feu un morceau de braise incandescente qu'il déposa dans un coin de l'âtre, loin des flammes, avant de se renfoncer dans le fauteuil. Aucun mot n'avait été prononcé entre les deux hommes....Ils regardaient la braise qui peu à peu s'éteignait, silencieux immobiles...Puis le pasteur regarda sa montre et décida qu'il était l'heure de partir. Il se leva lentement de son fauteuill, reprit le morceau de braise éteinte avec les pinces et le replaça au milieu du feu qui flambait toujours. La braise s'enflamma en quelques secondes au contact des bûches incandescentes.

     Il se dirigea ensuite vers la porte. Son hôte l'accompagna jusqu'au seuil puis, des larmes glissant doucement sur ses joues, lui murmura : "Merci pour votre visite, qui m'a fait beaucoup de bien, et merci surtout pour votre sermon...enflammé !

 

ILS ONT ECRIT

Victor Hugo :

- Le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre.

 

SOURIEZ

Un esquimeau fait les cent pas dans une rue de Thulé. D'un geste nerveux, il sort un thermomètre de sa poche et murmure pour lui-même :

- Si elle n'est pas là à moins dix, je me tire !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 07:19

aube

Il y a toujours une issue, une compréhension possible aux malheurs qui nous arrivent.

La tristesse est comme un tunnel, le noir s'épaissit, on tâtonne maladroitemenet, en trébuchant, en cherchant ses repères avec les mains. On ne voit rien et même si on sait qu'au bout du tunnel il y a la sortie, avec certainement la lumière du jour qui nous attend, on doute, on redoute l'inconnu, on a peur de ce que l'on peut rencontrer dans le noir, on est inquiet de ce qui peut surgir de l'obscurité.

     Et on imagine que tout peut arriver dans ce noir qui nous enveloppe. A certains moments, on peut même craindre de rester des jours entiers coincé dans le tunnel, sans pouvoir sortir.

Et puis nos yeux s'habituent progressivement à l'obscurité, ils distinguent quelques formes. On continu à avancer, on finit par apercevoir une petite lueur qui s'agrandit, s'agrandit.

     Puis vient un moment où l'on constate que l'on est sorti du tunnel, on découvre tout surpris un autre paysage,  un autre climat ou d'autres personnes que nous allons pouvoir rencontrer....

J. Salomé

 

ILS ONT ECRIT

Proverbe arabe :

- Qui veut faire quelque chose trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve une excuse.

Platon :

- L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance.

 

SOURIEZ

Une girafe et un chien veulent se baigner. La girafe entre dans la rivière pour voir si l'eau est profonde.

L'eau monte jusqu'à son cou. Elle se retourne et dit alors au chien :

- Tu peux venir : on a pied !

Repost 0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 06:20

chalutier2

La catastrophe du paquebot de croisière, le Concordia, au large d'une île italienne, est encore dans beaucoup de mémoires. Pourquoi ce géant des mers a-t-il pu s'approcher si près de récifs et s'y échouer si vite ? Qui tenait le gouvernail à ce moment-là ?

Normalement lorsqu'un navire de fort tonnage doit naviguer dans une passe peu familière ou entrer dans la rade d'un port étranger, les autorités maritimes envoient un petit bateau vers le gros navire, alors qu'il se trouve encore au large, avec à son bord un pilote expérimenté. Ce dernier, habitué aux moindres dangers de la côte, s'empare du gouvernail et guide le paquebot à travers la zone difficile.

L'équipage et le capitaine du grand navire se fient entièrement à son expérience des lieux. Personne n'oserait mettre en doute son autorité.

Qui tient la barre de votre narire à travers les tempêtes de la vie ?.....

 

ILS ONT ECRIT

Victor Hugo :

- la volonté trouve, la liberté choisit. Trouver et choisir c'est penser.

Simone Weil :

- Quand on rentre en soi-même, on s'aperçoit qu'on possède exactement ce que l'on désirait.


SOURIEZ

Un agent arrrête deux personnes sur une moto :

- Excès de vitesse, messieurs ! Je vais devoir vous mettre une amende !

- Mais monsieur l'agent, nous ne risquons rien ! Le Bon Dieu est avec nous !

- Ah oui ? Vous n'avez pas le droit d'être 3 sur une moto !



Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 07:06

automne

Sur une assiette bien ronde en porcelaine réelle

une pomme pose

Face à face avec elle, un peintre de la réalité, essaie vainement de peindre la pomme

telle qu'elle est

Mais, elle ne se laisse pas faire, la pomme

Elle a son mot à dire et plusieurs tours dans son sac de pomme, la pomme

Et la voilà qui tourne dans son assiette réelle sournoisement sur elle-même

Doucement sans bouger et

comme un duc de guise qui se déguise en bec de gaz

parce qu'on veut malgré lui lui tirer le portrait

la pomme se déguise en beau fruit déguisé et c'est alors

que le peintre de la réalité commence à réaliser  que

toutes les apparences de la pomme sont contre lui....

Prévert

 

ILS ONT ECRIT

Salomé :

- La jalousie n'est pas de l'amour mais une maladie chronique de l'amour.

- La jalousie est comme un poison qui ronge l'esprit et le coeur si on n'arrive pas à la sortir de sa tête.

 

SOURIRE et REFLECHIR

- L'optimiste pense que c'est le meilleur des mondes possibles,

 Le pessimiste craint que ce ne soit pas vrai.

- C'est très difficile de faire un come-back quand vous n'avez jamais été nulle part.

Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 06:24

notes musique

Line voulait apprendre à jouer du violoncelle. Sa grand-mère, passionnée de musique et surtout fascinée par cet instrument, l'encouragea de tout son coeur.

C'est ainsi que Line et sa grand-mère cherchèrent longtemps un violoncelle d'apprentissage qui devait être plus petit qu'un violoncelle normal, ceci afin de permettre à la petite fille de pouvoir placer correctement ses petits doigts de la main gauche, de sentir l'instrument tout contre elle pour l'accueillir avec tendresse.... tout près pour l'écouter respirer, car un violoncelle respire, le saviez-vous ?...et tenir l'archet en gardant le poignet droit très souple.

     Line fit rapidement des progrès, il faut dire que le violoncelle l'aimait beaucoup. Il s'efforçait de lui faire plaisir en lui offrant le meilleur de lui-même : une belle résonance des notes, une grande confiance accordée en se laissant emporter loin dans les aigus et profond dans les basses.

     Il avait décidé de mettre toute l'intimité de ses vibrations au service de Line, afin que chaque note, produite par la rencontre des doigts de la main gauche sur les cordes et le glissement de l'archet, puisse sortir limpide, lumineuse, unique, de la caisse de résonance constituée par son corps.

     Avez-vous remarqué que les violoncelles ont un corps harmonieux, bien équilibré, avec une taille élégante, fine... Au bout de quelques semaines, il se produisit un évènement extraordinqire : le violoncelle tomba amoureux de Line.....

 

ILS ONT ECRIT :

Monterlant :

On ne doit jamais accorder sa confiance à quelqu'un qui ne sourit jamais.

Jiddu :

L'amour ne sait rien du passé ni du futur, il est sans cesse nouveau.

 

SOURIEZ

Ce fou avant de se coucher pose sur sa table de chevet un verre rempli d'eau et un autre vide.

- Pourquoi t'as mis deux verres sur ta table de chevet ?

-- Des fois je me réveille la nuit ; des fois j'ai soif et des fois j'ai pas soif....

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 07:04

éclairs ambroise

L'homme ne peut trouver le vrai bonheur qu'après avoir vaincu le mal et après avoir souffert ; le bonheur est un point d'arrivée et non un point de départ.

Souffrir et lutter sont des épreuves, ce ne sont pas des maux ;

Sur la route de la vie humaine souffle parfois un vent d'hiver en même temps que luit un divin soleil....Prenons garde que notre repos ne devienne semblable au repos des pierres qui conservent leur majesté tant qu'elles sont roulées par le torrent et frappées par la foudre, et qui, une fois le torrent silencieux et l'orage passé, souffrent que l'herbe les couvre, que le lichen les ronge, puis se désagrègent et tombe en pousssière....

Ruskin

 

ILS ONT ECRIT

Ruskin :

- Une nation n'est pas riche par l'importance de ses possessions et de ses industries, mais par la force des hommes qu'elle compte.

- Il n'y a de richesse que la vie.

 

SOURIEZ

Le père de Jules se fâche après son fils.

- Mais enfin, qu'est-ce que je dois faire pour que tu cesses, une bonne fois, de jouer avec les allumettes ?

- Je ne sais pas, moi, répond Jules. Peut-être m'acheter un briquet ?

 

BON WEEK-END A TOUS !!

Repost 0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 06:34

brebis

Tom a grandi dans une ferme :

- Nous avions un mouton assez agressif et très désagréable du nom de Hermann.

Un jour où je m'étais glissé sous un grillage, Hermann qui se trouvait à une centaine de mètres, fonça sur moi tête baissée et me coinça contre le grillage constitué de fil de fer barbelé et électrifié !

De plus je portais deux seaux d'eau. Ce jour-là, j'ai découvert la danse de Saint-Guy !   Hermann me poussa trois ou quatre fois contre le grillage ; à chaque décharge électrique, mes muscles se contractaient, m'obligeant à sursauter.

S'il y avait eu un concours, je l'aurais certainement remporté. Coincé contre le grillage je jurai une chose :

- Tu ne perds rien pour attendre, sale bête ! je t'aurai !

Quelques jours plus tard, je me trouvai dans la grange et aperçu Hermann qui tournait au coin. C'était ma chance, je regardai fièvreusement autour de moi à la recherche d'un objet pour tabasser l'animal...Rien.

A cet instant, Hermann apparaît sa tête au coin de la grange, mais je n'avais rien pour le frapper. Alors je criai : "Wouah !"   Le mouton tomba raide mort ! Avant de s'affaler l'animal regarda autour de lui ; dans ses yeux, je crus deviner : "Tu m'as eu !"        Wouah ! rien d'autre !

Ce jour-là j'ai appris que les moutons étaient fragiles et qu'il en fallait peu pour les faire mourir ....

 

ILS ONT ECRIT

Marc Aurèle :

- Tu peux à l'heure que tu veux te retirer en toi-même. Nulle part, en effet, l'homme ne trouve de plus tranquille et de plus calme retraite que dans son âme.

M. Yourcenar :

- Quand on aime la vie, on aime le passé, parce que c'est le présent tel qu'il a survécu dans la mémoire humaine.

 

SOURIEZ

Jules fait du shopping avec sa copine. Il repère un tee-shirt en vitrine mais il n'a pas assez d'argent pour se l'offrir.

- Tu as 10 euros sur toi ? dit-il

Et la copine de s'écrier :

- Ah bon, où ça, où ça ?

Repost 0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 06:34

monde

Qui ne s'est pas passionné un jour à la découverte de l'univers qui l'entoure ? Certains parcourent la terre et la fouillent, sondent les océans, suivent dans l'espace le chemin des astres. D'autres se penchent sur le grain de poussière, y découvrent un monde.

Ils cherchent dans la plante, chez l'animal, en eux-mêmes, le mystérieux secret de la vie. A mesure que ses efforts font reculer les bornes de son domaine exploré, chacun s'étonne des horizons que son regard entrevoit.

Si nous cherchons à sonder le monde où se joue notre destinée, malgré les extraordinaires résultats obtenus, l'énigme de notre propre exisence ne nous est pas connue. Pouvons-nous en percer les secrets ?

Le secours de Dieu nous est indispensable. L'homme ne peut avoir que le regard d'une créature sur le monde créé. Les intentions, le mode opératoire de son Créateur lui échappent, comme aussi les origines de l'univers....

Ext. de la Bonne Semence

 

ILSONT ECRIT

A. Vlahuta :

- La chance est un hasard, le bonheur est une vocation.

Sénèque :

- Seul l'arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux. C'est dans cette lutte que ses racines mises à l'épreuve, se fortifient.

 

SOURIEZ

Une femme raconte à une de ses copines :

- C'est grâce à moi que mon mari est devenu millionnaire.

- Et avant de le rencontrer, qu'est-ce qu'il était ?

- Milliardaire.

Repost 0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 06:39

désert perdition

Un type à demi mort de soif erre dans le désert depuis plusieurs jours, lorsqu'il aperçoit un vendeur ambulant juché sur un chameau.

- Salam aléikum, lui dit le vendeur. Vous tombez bien, je viens de recevoir un lot de splendides cravates !

- De l'eau...de l'eau, articule péniblement le malheureux.

- Hélas, sidi, je n'ai pas d'eau. En revanche, j'ai là de splendides cravates qui...

- Au diable vos cravates ! crie le type dans un sursaut de rage. Comment faites-vous pour survivre ici sans eau ?

Eh bien, il y a une oasis à moins d'un kilomètre d'ici....

Le visage du malheureux s'éclaire et il se remet en marche vers l'oasis. Mais il est vraiment à bout de forces. Bientôt, il ne peut plus avancer qu'à genoux, puis en rempant. Les derniers mètres sont terribles, mais voilà enfin de la verdure....

Un homme assis à l'ombre d'un palmier le regarde ramper jusqu'à lui sans réagir.

- C'est bien l'oasis ? demande le pauvre gars.

- Oui, c'est l'oasis. Mais une oasis privée, vous savez....Nul ne peut y entrer sans cravate !

 

ILS ONT ECRIT

Confucius :

- La joie est en tout : il faut savoir l'extraire.

La Rochefoucauld :

- Il faut tenir une résolution parce qu'elle est bonne, et non parce qu'on l'a prise.

 

SOURIEZ

Une femme se rend dans une animalerie.

- Bonjour, Monsieur, je voudrais 3 souris, 2 rats, 32 cafards et 12 araignées, s'il vous plait.

- C'est pour un élevage ?

- Non, c'est mon propriétaire qui m'a demandé de rendre l'appartement comme il était au moment où je l'ai eu.

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 06:32

coeur amour

Ce petit garçon vient de découvrir qu'il avait plusieurs coeurs !

Rick croyait qu'il n'avait qu'un seul coeur. A la bonne place, là sur le côté gauche de sa poitrine, le coeur qu'il pouvait sentir battre sous sa main chaque fois qu'il le voulait, celui qui était dessiné dans les livres d'anatomie et dans les dictionnaires comme une sorte de poire à l'envers.

Le médecin lui a dit un jour qu'il avait le coeur solide. Mais un jour qu'il avait mal au ventre sa maman le voyant tout pâle lui demande : "Tu as mal au coeur ?"  Il apprit ce jour-là qu'il avait au moins deux coeurs, un dans la poitrine et un dans son ventre.

Un jour, la grand-mère eut elle aussi mal au coeur et le médecin disait qu'elle avait le coeur fragile... quand on a un coeur gros on a le coeur fragile !   Là, Rick a eu du mal à suivre surtout qu'à l'école on lui demandait d'apprendre par coeur les fables de la Fontaine.

Il apprit également qu'un de ses petits camarades avait un coeur de pierre pour avoir frappé une petite fille sans défense et que le héros d'un livre qu'il lisait avait un coeur d'acier...et qu'à la Libération de Paris le coeur de la France s'était mis à battre !

Une  autre fois, il entendit quelqu'un dire :

- J'ai demandé à ma fille de parler à coeur ouvert !

et l'épicière disait :

- Je n'aurai pas le coeur en paix tant que mon mari n'aura pas réparé le toit de la remise !

Il se demanda si cela valait vraiment le coup d'avoir un coeur en guerre juste pour un toit de remise à réparer !

Il entendit aussi la maman de son meilleur copain lui dire : "Arrête de faire le joli coeur à Zoé son coeur est déjà pris ailleurs !

A contre coeur il m'a alors ouvert son coeur...Il m'a raconté que son père aimait une autre femme : ça m'a arraché le coeur ! cet homme était vraiment sans coeur ...

Je crois bien que mon coeur bat la chamade et ce n'est pas fini je pense  avoir un coeur d'artichaut.....

 

IL A ECRIT

Premier jour

Des draps blancs dans une armoire

Des draps rouges dans un lit

Un enfant dans sa mère

Sa mère dans les douleurs

Le père dans le couloir

Le couloir dans la maison

La maison dans la ville

La ville dans la nuit

La mort dans un cri

Et l'enfant dans la vie

Prévert

 

SOURIEZ

Dans la cour de l'école, un groupe d'amis discutent de leur avenir :

- Moi quand j'aurai fini l'école je serai pilote de Formule 1 !

- Moi je serai champion de foot !

- Et toi Jules quand tu auras fini l'école ?

- Et Jules de répondre aussitôt :

- Fou de joie !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche