Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2018 2 24 /07 /juillet /2018 05:17

A chaque battement, mon coeur s'est ralenti, envolés mes printemps, sur les chemins

de pluie.

Mes yeux sont fatigués, mes cheveux ont blanchi, au déclin d'un été, le ciel s'est obscurci.

Il est passé le temps, le temps où je croyais, attraper une étoile, la plus belle de toutes,

Lumineuse, dorée, céleste, sur la voûte...étoile solitaire, boussole du berger.

Si mon coeur s'en va, un peu lourd quelquefois, chaque jour il renaît, dans les yeux d'un enfant,

A chacun de ses pas, maladroit, innocent...espérance de vie, au plus profond de moi.

VF

Joseph Joubert disait :

L'espérance est un emprunt fait au bonheur 

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 05:30

Dans l'alimentation des centrafricains, les insectes sont une source importante de protéines.  Il paraît que c'est un vrai délice !

Pendant la saison des pluies, les bobos (des termites ailés) grouillent : à la campagne autour des termitières dans les zones urbaines autour des lampadaires.

Le soir après un orage,les enfants se précipitent. Ils remplissent de pleins paniers, mais aussi leur gosier....

Le bobo se déguste séché au soleil ou grillé assaisonné de sel et de piment. Il entre aussi dans la préparation des plats en sauce ou de boulettes.

A la saison sèche immigre le kindagozo, une sauterelle verte. On le fait griller ou cuire à petits bouillons. Partout dans le pays, on se délecte également de plusieurs espèces de chenilles ou plus précisément des larves d'imbrasia, un grand papillon de nuit....

Les chenilles sont mijotées avec des tomates, oignons et d'autres ingrédients. On peut les sécher, ou les fumer, ce qui permet de les conserver jusqu'à trois mois. 

Juste pour info pour certaines chenilles 100 gr suffisent à combler une grande partie des besoins journaliers en vitamines, calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium, zinc.

Une bouillie à base de farine de chenille peut compléter l'alimentation des enfants. 

 

Nous avions droit au poisson, poulet, riz et légumes du pays !

Il paraît que l'on est de vrais "missionnaires" qu'après avoir dégusté un tel repas !

Sans doute mais, J'hésite encore ............

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2018 4 19 /07 /juillet /2018 05:36

Pourquoi ? comment ?

Ils tournent dans ma tête...ces mots répétés cent fois,

Pourquoi ? comment ? c'est bête...

Mais il arrive quelque fois, un tout petit moment, peut-être,

Je sais que j'y crois, tout au fond de mon être,

Il reste encore des joies....

J'ai signé sur une feuille d'automne,

Un passeport départ : bonheur,

J'ai crié au vent d'automne, mes doutes et mes erreurs.

J'ai crié Dieu me pardonne, tout ce que j'avais sur le coeur !

V F

Alfred de Musset a écrit :

La vie est un sommeil, l'amour en est le rêve et vous aurez vécu si vous avez aimé !

 

Avec un peu d'avance je vous dis à lundi , prenez bien soin de vous, et bonne fin de semaine !

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 05:30

L'enfance est une eau qui jaillit. Elle irrigue l'homme à venir.

Avec cette eau des origines, l'homme va cheminer toute sa vie, s'y désaltérer ou s'y empoisonner.

Quelque jours de famine, quelques jour à subir la peur et voici des hommes qui se battent et se tuent au coin d'une rue, autour d'un tas d'immondices où ils espèrent trouver quelque nourriture.

Et voici des hommes qui en livrent d'autres pour une boule de pain, et des hommes qui s'égorgent pour une écuelle de soupe...

Dans la rue des enfants squelettiques meurent de froid...passent des hommes trop gras indifférents.

Certains s'amusent à tirer sur des enfants qui essayent de ramasser quelques pommes de terre...et les passants rient !

 

M. Gray a écrit :  Trop d'adolescents grandissent comme des herbes sauvages au hasard  des rues et des rencontres.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 05:32

Tombée du soir que traverse le soleil couchant, percée de nuages irisés

Averse, précédent l'arc en ciel, clapotis sur l'eau, orage démantelé.

Ouvrage minutieux de dentellière, montagnes, forêts et cascades,

Toile sur fond crépusculaire, d'une nuée d'oiseaux, l'aubade.

Paysage fabuleux, s'offrant à ma vue, sous la voûte bleutée où changent les couleurs

Mon regard s'agrandit, mon souffle retenu sur les derniers rayons que dorent les fleurs.

La bise qui se lève, fait trembler les roseaux les nénuphars dans l'étant se ferment

Sous le grand manteau de la nuit.

VF

 

Corneille a écrit :    Le temps est un grand maître, il règle bien des choses..

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 06:00

En 1942 une religieuse découvre dans une île de la lagune d'Abidjan, une horde de lépreux rejetés abandonnés, maudits, sans espérance.

Elle conçoit alors le projet de bâtir pour eux une petite ville en pleine forêt pour respecter les règlements sanitaires.

Chaque famille aura son petit pavillon et son jardin et ils auront l'impression d'être libres.

A cette époque il n'y avait encore aucun traitement médical et l'exclusion dont sont victimes les malades vient autant de la peur panique des bien-portants, que de leur abandon par le corps médical et des prescriptions des règlement sanitaires.

S'engage alors une bataille et commencent des tournées, des conférences, correspondances....malades, médecins, missionnaires d'Afrique, d'Asie, d'Amérique du Sud, qui constatent que des millions de lépreux meurent sans soins, sans secours.

C'est seulement 10 ans après le début de la maladie qu'on dispose pour la première fois d'un médicament qui guérit la lèpre...

Enfin la science médicale triomphait d'une maladie aussi vieille que le monde !

 

Euripide écrit :

L'amour est notre seul bien. Lui seul nous permet de nous aider les uns les autres. 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2018 5 13 /07 /juillet /2018 05:57

A. Follereau écrit à ce sujet :

"Je suis sûr que la charité aura raison un jour, de la violence, de l'égoïsme et de l'argent.

Je suis sûr qu'un jour se lèvera où il n'y aura plus de famines, de taudis ni de guerres, plus d'enfants sans amour, de vieillards sans foyer ;

où tous ceux qui vivront auront le droit de vivre.

Et notre récompense à nous, ce sera d'avoir cru, avant de le voir, à ce paradis.

Qu'importe Beethoven sourd, Rembrandt aveugle, Damien lépreux, Pasteur paralysé !

Qu'importe Dunau aux incurables et P. Jaricot au bureau de Bienfaisance !

La charité accepte les épreuves, la charité sourit à la souffrance, la charité demeure plus forte que la mort...

Personne n'a le droit d'être heureux tout seul !

 

Il est écrit : Il n'y a pas de peur dans l'amour ; mais l'amour parfait dispense la peur.

 

A TOUS UNE BONNE FIN DE SEMAINE  !

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 05:08

Les lois de la  nature nous révèlent la grande lacune de la pensée humaine et nous poussent vers l'Esprit que cachent ces lois.

Il n'y a pas que les hommes de sciences qui buttent sur les indications de l'existence de Dieu que laissent supposer certaines découvertes naturelles.

Dans le "Cerisier Pensant" E. Hirtzbleck écrit :

- Chaque cerisier sait parfaitement ce qu'il doit faire à chaque saison.

En hiver le cerisier est nu car les fleurs et les feuilles gèleraient. Mais dès la fin de l'hiver, il se couvre de bourgeons. Pour se protéger contre le froid, l'arbre s'habille d'une écorce épaisse.

Au printemps il laisse éclore une multitude de fleurs. Celles-ci sont blanches comme la neige afin d'attirer les abeilles pour qu'elles butinent le nectar qui se trouve au fond de chaque fleur.

Après la fécondation des fleurs par le pollen, un petit fruit vert pousse de chacune des fleurs. Dès que cette cerise a atteint une taille importante, l'arbre lui donne sa couleur.

Cela doit inviter les oiseaux à les manger. Derrière ces détails se cache un plan précis car dans chaque fruit se trouve un noyau qui, étant trop dur pour être digéré, doit être expulsé.

Les oiseaux le font en volant. Ils éparpillent ainsi les noyaux de cerise et c'est ainsi qu'ils sèment des cerisiers.....

Une maxime de Veneris : Demain que celui qui n'a jamais aimé aime enfin, et que celui qui a déjà aimé aime encore.

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 05:37

Le nom d'Ernest Hemingway évoque pour beaucoup l'image d'un géant barbu porté sur la boisson.

Cependant c'était un écrivain très discipliné qui aspirait à la perfection : il ré-écrivit 17 fois la dernière page de son roman "L'adieu aux armes" afin de trouver les mots justes, disait-il !

De même il existe des centaines d'esquisses de Miche-Ange, de Léonard de Vinci...qui attestent du travail de ces artistes en quête de perfection.

Quand nous admirons la précision des détails d'une main peinte par Vinci, nous n'imaginons pas que le peintre avait dessiné plus de 1000 esquisses de mains en forme de préparation !

Matisse a fait remarquer avec humour que beaucoup de peintres de son temps trouvaient difficile de représenter le corps humain parce qu'ils passaient trop de temps à courir après leurs modèles au lieu de les peindre !

Il a écrit :

- Deux ans sont nécessaires pour apprendre à parler, et 60 ans pour apprendre à se taire !

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2018 2 10 /07 /juillet /2018 05:50

Je passais au bord de la Seine, un livre ancien sous le bras

Le fleuve est pareil à ma peine, il s'écoule et ne tarit pas.

Quand donc finira la semaine...

 

J'écoute les bruits de la ville

Et prisonnier sans horizon

Je ne vois rien qu'un ciel hostile

Et les murs nus de ma prison.

 

Le jour s'en va voici que brûle une lampe dans la prison

Nous sommes seuls dans ma cellule belle clarté, chère raison...

 

Damoclès le vieux a écrit :  On ne peut le saisir, le bonheur a des ailes.

 

Partager cet article
Repost0