Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 07:02

araignée

Un bloc de marbre était si beau

Qu'un statuaire en fit l'emplette.

Qu'en fera, dit-il, mon ciseau ?

Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?

Chacun tourne en réalité,

Autant qu'il peut, ses propres songes ;

L'homme est de glace aux vérités ;

Il est de feu pour les mensonges....

 

IL A ENCOR ECRIT

- Autrefois Carpillon fretin

Eut beau prêcher, il eut beau dire,

On le mit dans la poële à frire.

Je fis voir que lâcher ce qu'on a dans la main,

Sans espoir de grosse aventure

Est imprudence toute pure....

 

SOURIEZ

Le général Jaruzelski, maître de la Pologne arrive un jour dans son bureau avec une écharpe et un gros manteau de fourrure, alors qu'il fait plutôt beau temps à Varsovie.

- Que se passe-t-il, camarade général ? demande l'un de ses adjoints. Tu as pris froid ?

- Non réppond Jaruzelski, mais il neige à Moscou !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 06:45

père ado

Au coeur de la célébration, une tragédie a frappé. C'était la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été 1992 à Barcelone. Une par une, les équipes sont entrées dans le stade et ont paradé sur la piste sous les acclamations de

65 000 personnes.

Toutefois, dans une section du stade olympique, un choc et la tristesse se sont emparés des gens qui ont vu P. Karnaugh, le père du nageur américain Ron, succomber à une crise cardiaque.

Cinq jours plus tard, Ron s'est présenté à sa course coiffé du chapeau de son père, qu'il a soigneusement rangé avant le début de sa compétition.

Pourquoi le chapeau ? C'était l'hommage que le nageur rendait à son père, qu'il a décrit comme son "meilleur ami". Ce chapeau, son père le portait lorsqu'ils pêchaient et faisaient d'autres choses ensemble. Porter ce chapeau était pour Ron un moyen d'honorer son père, qui s'était tenu à ses côtés, qui l'avait encouragé et qui l'avait guidé....

 

ILS ONT ECRIT

- Les meilleurs pères nous donnent non seulement la vie, mais ils nous enseignent aussi à vivre.

H. Miller :

- L'homme a ce choix : laisser entrer la lumière ou garder les volets fermés.

 

SOURIEZ

Un fou est dans une cellule de prison. Il regarde par les barreaux et demande aux gens qui passent :

- ça va, vous ne vous sentez pas trop à l'étroit là-dedans ?


 

Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 07:05

arbres vignes

Le porte-monnaie :

- Je suis d'une incontestable utilité c'est un fait.

Le porte-parapluie :

- D'accord, mais tout de même il faut bien reconnaître que si je n'existais pas il faudrait m'inventer.

Le Porte-drapeau :

- Moi je me passe de commentaires, je suis modeste et je me tais. D'ailleurs, je n'ai pas le droit de parler.

Le porte-bonheur :

- Moi je porte bonheur par ce que c'est mon métier.

     Les trois autres (hochant la tête) :

- Jolie mentalité !

Prévert


IL A ECRIT

Epictète (Philosophe grec)

- Pour moi il n'y a que d'heureux présages, car quoi qu'il arrive, il dépend de moi d'en tirer du bien.

 

SOURIEZ

Un fou vient de perdre toute sa fortune au casino. Il se confie à son ami :

- C'est terminé maintenant. Je ne me laisserai plus avoir par la folie du jeu. Plus de casino, plus de loto, plus de poker....j'arrête tout !

- Mais ne crois-tu pas que cette décision est un peu trop radicale ? lui demande son ami. Je te connais, je suis sûr que tu ne tiendras pas...

- Ah bon ? tu paries combien ?


Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 06:45

croix

Au cours des années 90 le Sida a frappé l'Ouganda comme une bombe. Marilyn et son mari dirigeaient alors une église florissante et pensaient bien remplir la mission que Dieu leur avait confiée.

Un jour, Marilyn a été invitée par une grand-mère à boire une tasse de thé chez elle. Au cours de cette visite la vieille dame a demandé à Marilyn de l'accompagner jusque dans son jardin.

     Là se trouvaient 6 tombes qui correspondaient à 5 de ses enfants et à celle de son mari. Elle s'est effondrée en larmes après avoir expliqué que son 6ème enfant était en train de mourir également du Sida et qu'elle avait 26 petits enfants à élever toute seule !

Marilyn a décrit cet instant où la vieille dame s'est effondrée "comme un moment où on a l'impression que des projecteurs ont été soudain allumés pour illuminer quelque chose d'important."

A cet instant elle crut percevoir :

- Prends soin de Mes enfants !

Elle décida d'obéir et adopta d'abord un enfant puis fonda un peu plus tard un orphelinat....

 

ILS ONT ECRIT

J.P. Sartre :

- L'essentiel n'est pas ce que l'on fait de l'homme, mais ce qu'il fait de lui-même à partir de ce qu'on lui a donné.

Prévert :

- Entre les rangées d'arbres de l'avenue des Gobelins

Une statue de marbre me conduit par la main

Aujourd'hui c'est dimanche les cinémas sont pleins

Les oiseaux dans les branches regardent les humains

Et la statue m'embrasse mais personne ne nous voit

Sauf un enfant aveugle qui nous montre du doigt.


Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 06:29

rejet

Ce jour-là, Eric avait bien vu la grosse automobile arriver. Il aurait voulu crier pour avertir sa soeur, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Il entendit les pneux crisser, il vit le corps de sa soeur se soulever et retomber sur le ciment du trottoir. Il y eut un grand cri dans son coeur, il s'avança tout tremblant vers elle, qui , étendue au sol, ne bougeait pas.

Il crut qu'elle était morte et surtout qu'elle était morte par sa faute. Sa première pensée fut : "Que va dire maman ?"         Une ambulance arriva et transporta la petite fille, ainsi que son frère très secoué, jusqu'aux urgences....

Il y eut beaucoup d'agitation, puis un grand silence, des coups de téléphone, encore de l'agitation avec l'arrivée d'une vieille dame qui s'était brûlée en tombant contre sa cuisinière.

     Le petit Eric s'était assis par terre, serrant son cartable et celui de sa soeur tout contre lui, le regard vide...pourvu qu'elle ne meurt pas ! pourvu....... Quand la maman arriva on lui demanda d'attendre. Elle prit alors son fils dans ses bras :

- Je suis là, tu as été courageux, je t'aime très fort !

Puis soudain, le docteur en blouse verte, avec un masque qui pendait sur sa poitrine :

- Nous avons stabilisé sa tension, cousu la blessure de sa tête, mais nous ne savons pas encore ce qui a été endmmagé à l'intérieur de son crâne. Nous avons la garder sous surveillance toute la nuit....

Avec les enfants il y a souvent des miracles !

Eric réfléchit intensément :....les miracles ne sont pas à vendre ?

- Maman, dis à ma soeur que je l'aime que tu l'aimes, que papa l'aime...que nous l'aimons très fort !

Le lendemain la petite sortit du coma...on appela cela : le miracle de l'amour.

 

ILS ONT ECRIT

L.T.Yeshe :

- Si vous n'essayez jamais, vous ne réussirez jamais, mais si vous essayez, vous risquez de vous étonner vous-même.

O. Wilde :

- La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue quand on les poursuit.

 

SOURIEZ

Le juge au témoin :

- Avez-vous des raisons valables pour affirmer que le prévenu était ivre ce soir-là ?

- Et comment donc ! Il est entré dans la cabine téléphonique et quand vingt minutes plus tard il en est sorti, il se plaignait que l'ascenseur était en panne ...



Repost 0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 07:06

tornade0001

Le pasteur de cette église avait remarqué que l'un de ses paroissiens, avait cessé de venir à l'église. Ne connaissant pas la raison, il décida de lui rendre visite. Ce soir-là il faisait noir et quand il entra dans la maison il trouva son paroissien assis devant un feu qui flambait haut et fort dans l'âtre.

L'homme invita le pasteur à s'asseoir dans l'autre fauteuil près du feu, puis attendit en silence le début de son sermon. Pourtant le silence s'établit dans la pièce.

     Le pasteur contemplait les flammes qui dansaient dans la cheminée autour des bûches embrasées. Au bout d'un long moment il se pencha pour attraper les pinces accrochées à côté du tisonnier. Puis il retira du feu un morceau de braise incandescente qu'il déposa dans un coin de l'âtre, loin des flammes, avant de se renfoncer dans le fauteuil. Aucun mot n'avait été prononcé entre les deux hommes....Ils regardaient la braise qui peu à peu s'éteignait, silencieux immobiles...Puis le pasteur regarda sa montre et décida qu'il était l'heure de partir. Il se leva lentement de son fauteuill, reprit le morceau de braise éteinte avec les pinces et le replaça au milieu du feu qui flambait toujours. La braise s'enflamma en quelques secondes au contact des bûches incandescentes.

     Il se dirigea ensuite vers la porte. Son hôte l'accompagna jusqu'au seuil puis, des larmes glissant doucement sur ses joues, lui murmura : "Merci pour votre visite, qui m'a fait beaucoup de bien, et merci surtout pour votre sermon...enflammé !

 

ILS ONT ECRIT

Victor Hugo :

- Le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre.

 

SOURIEZ

Un esquimeau fait les cent pas dans une rue de Thulé. D'un geste nerveux, il sort un thermomètre de sa poche et murmure pour lui-même :

- Si elle n'est pas là à moins dix, je me tire !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 07:19

aube

Il y a toujours une issue, une compréhension possible aux malheurs qui nous arrivent.

La tristesse est comme un tunnel, le noir s'épaissit, on tâtonne maladroitemenet, en trébuchant, en cherchant ses repères avec les mains. On ne voit rien et même si on sait qu'au bout du tunnel il y a la sortie, avec certainement la lumière du jour qui nous attend, on doute, on redoute l'inconnu, on a peur de ce que l'on peut rencontrer dans le noir, on est inquiet de ce qui peut surgir de l'obscurité.

     Et on imagine que tout peut arriver dans ce noir qui nous enveloppe. A certains moments, on peut même craindre de rester des jours entiers coincé dans le tunnel, sans pouvoir sortir.

Et puis nos yeux s'habituent progressivement à l'obscurité, ils distinguent quelques formes. On continu à avancer, on finit par apercevoir une petite lueur qui s'agrandit, s'agrandit.

     Puis vient un moment où l'on constate que l'on est sorti du tunnel, on découvre tout surpris un autre paysage,  un autre climat ou d'autres personnes que nous allons pouvoir rencontrer....

J. Salomé

 

ILS ONT ECRIT

Proverbe arabe :

- Qui veut faire quelque chose trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve une excuse.

Platon :

- L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance.

 

SOURIEZ

Une girafe et un chien veulent se baigner. La girafe entre dans la rivière pour voir si l'eau est profonde.

L'eau monte jusqu'à son cou. Elle se retourne et dit alors au chien :

- Tu peux venir : on a pied !

Repost 0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 06:20

chalutier2

La catastrophe du paquebot de croisière, le Concordia, au large d'une île italienne, est encore dans beaucoup de mémoires. Pourquoi ce géant des mers a-t-il pu s'approcher si près de récifs et s'y échouer si vite ? Qui tenait le gouvernail à ce moment-là ?

Normalement lorsqu'un navire de fort tonnage doit naviguer dans une passe peu familière ou entrer dans la rade d'un port étranger, les autorités maritimes envoient un petit bateau vers le gros navire, alors qu'il se trouve encore au large, avec à son bord un pilote expérimenté. Ce dernier, habitué aux moindres dangers de la côte, s'empare du gouvernail et guide le paquebot à travers la zone difficile.

L'équipage et le capitaine du grand navire se fient entièrement à son expérience des lieux. Personne n'oserait mettre en doute son autorité.

Qui tient la barre de votre narire à travers les tempêtes de la vie ?.....

 

ILS ONT ECRIT

Victor Hugo :

- la volonté trouve, la liberté choisit. Trouver et choisir c'est penser.

Simone Weil :

- Quand on rentre en soi-même, on s'aperçoit qu'on possède exactement ce que l'on désirait.


SOURIEZ

Un agent arrrête deux personnes sur une moto :

- Excès de vitesse, messieurs ! Je vais devoir vous mettre une amende !

- Mais monsieur l'agent, nous ne risquons rien ! Le Bon Dieu est avec nous !

- Ah oui ? Vous n'avez pas le droit d'être 3 sur une moto !



Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 07:06

automne

Sur une assiette bien ronde en porcelaine réelle

une pomme pose

Face à face avec elle, un peintre de la réalité, essaie vainement de peindre la pomme

telle qu'elle est

Mais, elle ne se laisse pas faire, la pomme

Elle a son mot à dire et plusieurs tours dans son sac de pomme, la pomme

Et la voilà qui tourne dans son assiette réelle sournoisement sur elle-même

Doucement sans bouger et

comme un duc de guise qui se déguise en bec de gaz

parce qu'on veut malgré lui lui tirer le portrait

la pomme se déguise en beau fruit déguisé et c'est alors

que le peintre de la réalité commence à réaliser  que

toutes les apparences de la pomme sont contre lui....

Prévert

 

ILS ONT ECRIT

Salomé :

- La jalousie n'est pas de l'amour mais une maladie chronique de l'amour.

- La jalousie est comme un poison qui ronge l'esprit et le coeur si on n'arrive pas à la sortir de sa tête.

 

SOURIRE et REFLECHIR

- L'optimiste pense que c'est le meilleur des mondes possibles,

 Le pessimiste craint que ce ne soit pas vrai.

- C'est très difficile de faire un come-back quand vous n'avez jamais été nulle part.

Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 06:24

notes musique

Line voulait apprendre à jouer du violoncelle. Sa grand-mère, passionnée de musique et surtout fascinée par cet instrument, l'encouragea de tout son coeur.

C'est ainsi que Line et sa grand-mère cherchèrent longtemps un violoncelle d'apprentissage qui devait être plus petit qu'un violoncelle normal, ceci afin de permettre à la petite fille de pouvoir placer correctement ses petits doigts de la main gauche, de sentir l'instrument tout contre elle pour l'accueillir avec tendresse.... tout près pour l'écouter respirer, car un violoncelle respire, le saviez-vous ?...et tenir l'archet en gardant le poignet droit très souple.

     Line fit rapidement des progrès, il faut dire que le violoncelle l'aimait beaucoup. Il s'efforçait de lui faire plaisir en lui offrant le meilleur de lui-même : une belle résonance des notes, une grande confiance accordée en se laissant emporter loin dans les aigus et profond dans les basses.

     Il avait décidé de mettre toute l'intimité de ses vibrations au service de Line, afin que chaque note, produite par la rencontre des doigts de la main gauche sur les cordes et le glissement de l'archet, puisse sortir limpide, lumineuse, unique, de la caisse de résonance constituée par son corps.

     Avez-vous remarqué que les violoncelles ont un corps harmonieux, bien équilibré, avec une taille élégante, fine... Au bout de quelques semaines, il se produisit un évènement extraordinqire : le violoncelle tomba amoureux de Line.....

 

ILS ONT ECRIT :

Monterlant :

On ne doit jamais accorder sa confiance à quelqu'un qui ne sourit jamais.

Jiddu :

L'amour ne sait rien du passé ni du futur, il est sans cesse nouveau.

 

SOURIEZ

Ce fou avant de se coucher pose sur sa table de chevet un verre rempli d'eau et un autre vide.

- Pourquoi t'as mis deux verres sur ta table de chevet ?

-- Des fois je me réveille la nuit ; des fois j'ai soif et des fois j'ai pas soif....

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche