Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 05:53

C'est le printemps viens-t-en Pâquerette

Te promener au bois joli

Les poules dans la cour caquètent

L'aube au ciel fait de roses plis

L'amour chemine à ta conquête.

L'Hiver est mort tout enneigé.

On a brûlé les ruches blanches

Dans les jardins et les vergers

Les oiseaux chantent sur les branches

Le printemps clair l'avril léger...

 

Apollinaire a écrit :

L'anémone et l'ancolie

ont poussé dans le jardin

Où dort la mélancolie

Entre l'amour et le dédain...

 

Excellente fin de semaine !

Partager cet article
Repost0
19 avril 2018 4 19 /04 /avril /2018 06:04

Tout jeune il avait été frappé de paralysie.

Chaque matin, un serviteur de la famille déposait l'enfant à même la dalle d'un sépulcre blanchi à la chaux.

Ce jour-là, il s'était absenté...Au bout de quelques instants l'enfant endormi s'éveille, s'étonne de se voir seul sur cette tombe.

Mais que voit-il ?

Sortant du tombeau un serpent pointe sa tête et se dirige menaçant vers lui.

Il crie...personne ne lui répond.

Alors de terreur il se dresse, se met sur ses jambes qui le portent pour la première fois, et s'enfuit....

 

C'est quoi l'agliophobie ?

Peur de la douleur.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2018 3 18 /04 /avril /2018 05:25

Nous n'avons ps besoin des réserves de demain, car le soleil n'est pas encore levé dessus, et ses besoins ne sont pas encore nés.

La soif que nous aurons à souffrir au mois de juin n'a pas besoin d'être étanchée en avril, car nous ne l'éprouvons pas encore ;

Si nous avons assez pour chaque jour comme le jours à venir, nous ne connaîtrons jamais de besoin.

Le suffisant pour le quotidien est 

"tout ce dont nous pouvons jouir"

 

Une canne peut aider le voyageur, mais un fagot de cannes devient un fardeau !

 

Souriez

- Je souffre d'une hernie fiscale.

- Vous avez mal aux fesses depuis que vous avez reçu vos impôts ?

Partager cet article
Repost0
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 05:58

" La gravité de notre vie était faite de notre solitude. J'ai passionnément aimé mon Algérie natale, son ciel de feu, ses vignobles, sa terre rouge, épaisse fertile, ses cactus et son azur, ses oliviers et le cri des chacals, la nuit, sa mer toute proche, ma Méditerranée, infiniment présente, nourricière.

Des heures entières je nageais dans ses eaux ou m'offrais sur ses plages aux brûlures de son soleil.

Ses rives, ses genêts, la variété de sa flore et de sa faune, ses aurores et ses crépuscules n'ont cessé d'inspirer et d'exalter mon adolescence.

Je ne me suis jamais lassé de ses paysages comme de sa culture et de ses traditions, celles des peuples qui l'occupèrent dont je lisais l'histoire sur les pierres de  nos campagnes....

Victor Hugo a écrit :

J'entends le vent dans l'air, la mer sur le récif,

L'homme liant la gerbe mûre ;

J'écoute, et je confronte en mon esprit pensif

ce qui parle à ce qui murmure....

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 05:51

Le nom est plus réel que la personne ou l'objet qu'il désigne. 

La table sur laquelle nous écrivons n'a pas toujours eu l'apparence de ce que nous voyons.

Un microscope nous enseignerait, sur la réalité éphémère, ce que nos yeux ne savent pas déceler.

Elle était un ensemble de planches et antérieurement un chêne qui devait étaler ses frondaisons sur quelque sommet...

Demain elle pourra brûler et devenir un petit tas de cendres. Demeure le nom qu'elle porte : une table.

Ainsi en est-il de tout homme.

Du jour de notre naissance à celui de notre mort, un même nom désigne la multitude des êtres humains qui nous habitent : un bébé vagissant, un enfant aux yeux de lynx et au front têtu, un malade sur son lit ;

un étudiant...un descendant de Vercingétorix !

Nous n'avons pas un seul mais de multiples visages : celui de la personne âgée, du nourrisson, des rires, des colères, des peurs, tristesses, joies, souffrances, nos allégresses...nos nuits, nos jours...

 

SUR CE JE VOUS SOUHAITE DE TOUT COEUR UN TRES BON WEEK-END !

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2018 4 12 /04 /avril /2018 05:51

Une aube affaiblie

Verse par les champs

La mélancolie

Des soleils couchants

Et d'étranges rêves

Comme des soleils

Couchant sur les grèves,

Fantômes vermeils,

Défilent sans trêves,

Défilent, pareil 

A des grands soleils

Couchants sur les grèves.

 

Souriez :

- Allô qui parle ?

- C'est ton petit fils !

- Je ne t'avais pas reconnu, mon petit !

- C'est normal mamie, je me suis fait couper les cheveux !....

Partager cet article
Repost0
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 05:45

La solitude est un miroir :

on s'y découvre, tel que l'on a été,

tel que l'on est.

C'est une épreuve.

Seul celui qui n'a pas épuisé la source qui est en lui peut en sortir vainqueur.

La solitude révèle l'homme vrai.

Elle a ses charmes et ses bienfaits et peut être utile dans le contrôle de la convoitise des yeux et l'orgueil de la vie.

 

Une idée :  J'écoute le chant de l'oiseau non pour sa voix, mais pour le silence qui suit...

 

M. Gray a écrit :

L'amour n'est jamais contrainte. Il est joie, liberté, force.

Et c'est l'amour qui tue l'angoisse.

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 05:36

C'était en juin 1924, il se souvient :

"Par une journée de fort sirocco, lorsque le vent du sud soufflait, sablonneux et brûlant, l'atmosphère de la ville et plus spécialement de l'école en était tout électrisée.

Un jeudi à 16 h après les classes, je rentrais tranquillement chez moi, lorsque soudain, je fus pris en chasse par une volée d'enfants qui m'assaillirent à coup de cartable sur la tête me réclamant de l'argent.

Seul, je n'avais pour tout recours que la fuite. Je courais de toute la force de mes jambes dont ce devait être l'ultime et misérable exploit sportif.

J'arrivai chez nous grelottant de peur et de fièvre.

Appelé à mon chevet le docteur tranquillisa mes parents :

- Cet enfant souffre de frayeur et d'une forte grippe....

Il me fit garder mon lit en me donnant quelques calmants, mais la grippe dégénéra rapidement en paralysie. Diagnostique : la poliomyélite  aiguë.

J'étais devenu une pauvre chose au fond d'un lit. Seuls mes yeux vivaient. Dans les nuits je continuais à jouer aux billes avec les étoiles ou, de jour, à danser sur le crâne du soleil, en attendant de m'y évanouir...

Lorsque je pus sortir de mon lit, je constatais que je ne tenais plus sur mes pieds. Le virus avait paralysé les muscles de ma jambe gauche qui pendait inutile au bout de mon corps ; le bras droit était également atteint...finie l'école !

Ma convalescence me priva une année durant de toute scolarité....

 

En période de tension mon père m'enseignait que la sagesse, si l'on était jeté dans une fosse aux lions, serait de s'entendre avec les fauves. 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2018 1 09 /04 /avril /2018 06:07

A. de Lamartine (1790-1869) :

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire

Que les parfums légers de ton air embaumé,

Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire, 

Tout dise : "Ils ont aimé" !

 

V. Hugo (1802-1885) :

Comme l'eau caressait doucement le rivage !

Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts,

La belle fille heureuse, effarée et sauvage,

Ses cheveux dans ses yeux et riant au travers.

 

Félix Arvers (1806-1850) a écrit :

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,

un amour éternel en un moment conçu :

Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,

Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2018 5 06 /04 /avril /2018 06:03

" Pendant 7 ans, je fus prisonnier des murs de pierres peintes en ocre et en rouge de notre lycée, où le seul espace de liberté se trouvait dans les cours de récréation.

La délicieuse liberté dont je jouissais au sein de ma famille avait fait place du jour au lendemain, à une discipline de fer, au rythme impératif d'un tambour napoléonien qui donnait, dès six heures du matin,

le signal de notre réveil, puis des cours ou de nos repas..avant de nous renvoyer au son d'un ultime roulement, au fond de nos lits, dans d'immenses dortoirs au milieu desquels s'élevait la lugubre silhouette d'un lit à colonnes posé sur une estrade et caché par des tentures, sous lesquelles sévissait un tout puissant surveillant

notre geôlier.

Au-dessus de lui, jusqu'au censeur et au proviseur, il y avait toute la hiérarchie, en guerre constante avec l'intenable bande de voyous indisciplinés qu'elle avait pour impossible mission de civiliser...

Néanmoins nous avons tous présentés nos bachots en 1934 et 1935

A. Chouraqui poursuit :

Sept années d'études intensives avaient introduit dans nos cerveaux davantage que des connaissances, un instrument intellectuel, une méthode de travail qui me servira tout au long de ma vie...

Partager cet article
Repost0