Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 05:16

carottes.jpg

En voyant son assiette pleine de rondelles de carottes, Max appelle sa mère :

- Maman, j'ai mal au ventre !

- Tu veux un peu de sel ? un peu de beurre  ? tu veux un peu de sauce ?

Max : de toute façon c'est pas bon !

Mais la mamn ne se laisse pas fléchir :

- Allons, une fourchette pour les petits Africains qui ont toujours faim. Deux fourchettes pour les petits Chinois qui ont vécu le tremblement de terre. Trois fourchettes, pour les Tchéchènes qui sont emprisonnés en Russie...

Il reste à peu près 4 fourchettes qui seront pour le chat de la voisine qui mange de l'herbe quand son estomac est coincé...

Des petits tas s'amoncellent dans l'assiette.

- Non ce n'est pas possible, il y en a encore trop, jamais je n'arriverai à vider cette méchante assiette qui le fait exprès ma parole !

Max décide alors de plier une de ses jambes sous ses petites fesses. Cette posture lui permet d'examiner la situation d'un peu plus haut.

Mais voilà que sa cheville se met à le gratter...sans faire exprès la fourchette tombe par terre....Cette fois c'est sûr, je ne peux pas manger je ne vais quand même pas manger avec une fourchette sale ou pire...avec mes doigts !

 

ILS ONT ECRIT

Chancel :

- Il vaut mieux attraper un torticolis en visant trop haut que de devenir voûté en regardant trop bas...

L. Bromfield :

- Il est souvent préférable d'être très actif plutôt que de penser trop intensément.

 

SOURIEZ

En classe de sciences naturelles, le professeur demande à Jules :

- Peux-tu me dire comment se reproduisent les hérissons ?

- En faisant très, très attention !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 05:20

ferme.jpg

Ceci se passa sur l'Ile de Mors, pendant une campagne d'évangélisation sous une tente. Marc se souvient avoir rendu visite à un croyant qui possédait un domaine.

Il alla chez lui jusque dans le champ où il devait mener ses vaches...

- C'est de la bonne terre que tu as là ! Il ne te manque plus qu'une grande ferme !

- Oui, mais je n'ai pas les moyens de m'en construire une nouvelle.

Alors Marc tend le bras vers une toute autre direction et dit :

- La prochaine fois que je viendrai ici, ton domaine se trouvera dans ce champ là-bas !

- Impossible s'écrie l'homme, le terrain que tu me montres, n'est même pas à moi !

     Une nuit alors que tout le monde dormait, le feu éclata dans la ferme; tout flamba sauf la chambre où la famille dormait. Tout périt dans les flammes....

Quelques jours plus tard, le propriétaire du terrain voisin vint proposer à notre paysan d'échanger le jardin et le terrain de la ferme incendiée contre le champ en question : les deux intéressés auraient ainsi leurs terres moins dispersées !

Marché conclu !

Et quand quelques années plus tard, Marc eut l'occasion de passer chez lui, la ferme se dressait à l'endroit précis qu'il lui avait montré !....

 

ILS ONT ECRIT


Boris Vian :

- Ce qui m'intéresse, ce n'est pas le bonheur de tous les hommes, c'est celui de chacun.

G. Flaubert :

- Mais il n'y a qu'un temps pour être heureux. Celui où sans être désespéré, on sait accueillir le bonheur de vivre.

 

SOURIEZ

Deux dames se promènent dans la campagne après une grosse averse. La première dit :

- Mince alors ! j'ai perdu mon parapluie...

- A quel moment t'es-tu aperçue de ça ? dit la deuxième.

- Quand j'ai voulu le refermer...

Repost 0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 05:25

petrole.jpg

C'est l'histoire d'un homme qui exploita le premier puits de pétrole dans l'Est du Texas.

Il avait gagné un million de dollars, puis tout perdu.

Cet homme se décida à forer un nouveau puits. Mais les gens qui le finançaient essayèrent de le convaincre de le fermer, puisqu'il avait dépensé tout l'argent... Sa fortune n'existait plus.

Il avait emprunté tout ce qu'il pouvait aux banquiers. Bref, il devait de l'argent à tout le monde !

Mais il décida qu'il ne laisserait jamais tomber !

Il continuait d'ordonner à ses ouvriers de forer.....

Ils étaient cependant sur le point de renoncer parce qu'il ne les avait pas payés...quand soudain, ils tombèrent sur un gisement ! Ils avaient décelé le bord d'un grand lac de pétrole.

Cette fois, au lieu de perdre tout son argent, il fut sage et finit par économiser ses millions.

Et s'il avait abandonné la partie ? S'il avait écouté les autres ...il n'y a pas de pétrole là-bas ! Mais il avait continué d'insister auprès de ses hommes et il réussit à la fin à cause de sa persévérance !

 

ILS ONT ECRIT

Shakespeare :

- Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige, tu n'échapperais pas à la calomnie !

G. le Bon :

- La compétence sans autorité est aussi impuissante que l'autorité sans compétence.

 

SOURIEZ

Deux frères feuillettent ensemble des albums photos. Soudain Jules demande à Max :

- Est-ce que c'est Jeanne qui est sur cette photo ?

Et Max de répondre :

- Ben non, c'est mamie quand elle était neuve !

Repost 0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 05:01

oiseau

Chuck raconte l'histoire d'un oiseau appelé Chipi.

Chipi n'avait rien vu venir. Une minute plus tôt, elle était paisiblement en train de chanter, haut perchée dans sa cage, et la suivante elle se sentit aspirée dans un maelstrom géant, puis soumise à un lavage en profondeur suivi d'un sécharge forcé.

Ses malheurs commencèrent quand sa propriétaire décida de nettoyer la cage avec un aspirateur. Elle enfila l'embout du tube entre les barreaux afin d'aspirer les graines et les plumes qui jonchaient le bas de la cage quand soudain le téléphone se mit à sonner. Instinctivement, elle se détourna pour attraper le combiné. A peine avait-elle dit "Oui, allo ?" que sswwwPPP...Chipi se retrouva aspirée dans la machine infernale !

La dame poussa un cri, laissa tomber le téléphone, et se précipita pour éteindre l'aspirateur.

Le coeur au bord des lèvres, elle ouvrit le sac, Chipi était vivante, mais quelque peu "sonnée" et couverte d'une épaisse couche de poussière noire. Elle l'extirpa du sac et se précipita vers la baignoire, ouvrit le robinet à fond et plaça Chipi sous un torrent d'eau glacée comme pour la passer au Karcher. Puis elle fit ce que tout propriétaire empli de compassion pour son animal de compagnie ferait : elle s'empara du sèche-cheveux et plongea le petit oiseau trempé et grelottant dans un ouragan d'air chaud......

Vous savez, Chipi ne chante plus beaucoup depuis !

 

ILS ONT ECRIT

GB. Shaw :

- L'humanité serait depuis longtemps heureux si tout le génie que les hommes mettent à réparer leurs bêtises, ils les employaient à ne pas les commettre.

Inconnu :

- Quatre choses ne peuvent rester longtemps cachées : la science, la sottise, la richesse et la pauvreté.

 

SOURIEZ

A l'école, leçon de grammaire.

- Aujourd'hui, nous allons étudier l'épithète. Ali, construis-moi une phrase contenant une épithète.

- Oui, m'sieur. Aujourd'hui, il y a du soleil.

- Il n'y a pas d'épithète dans cette phrase, Ali !

- Pas di problème : aujourd'hui, il y a du soleil, épithète que demain il y en aura encore.

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 05:25

gorets.jpg

Ce jour-là, Luc demande à son ami Paul s'il était prêt à entreprendre un voyage, et à faire ce voyage "par la foi" sachant qu'il faudra le financer et pendant ce temps pourvoir aussi à l'entretien de la famille.

- Aussi vrai que le Seigneur m'a appelé à faire ce voyage, il prendra soin de moi et de ma famille !

Cependant Paul avait à payer une échéance et une facture de fourrage et il ne voulait pas partir avant que tout soit réglé : factures, voyage, famille....

Il ne lui restait que quelques couronnes et il n'avait pas la moindre idée d'où viendrait l'argent....

C'est alors qu'un de ses voisins lui demanda s'il ne pouvait pas lui vendre quelques porcs ...mais ils étaient vraiment trop petits pour être livrés.

Cet homme le savait bien mais désirait quand même les acheter comme bêtes d'élevage...de surcroît il était prêt à en donner le prix : 460 couronnes.

Le lendemain, le voisin vint payer et prendre livraison des gorets. Paul avait également réalisé une grosse économie de grain et sa femme fut déchargée du souci de ces bêtes....

Tout fut mis en ordre, les dettes, la famille....

Si ce voyage n'était pas préparé !

 

ILS ONT ECRIT

Confucius :

- La joie est un tout, il faut savoir l'extraire.

Horace :

- Si nous sommes dans la joie, gardons-nous de porter nos pensées au-delà du présent.

 

SOURIEZ

Le grand frère de Jules est furieux :

- Tu as mangé tout seul cet énorme gâteau sans penser à moi ?

- Ne crois pas ça ! Bien sûr que si, j'ai pensé à toi...

Pendant tout le temps où je mangeais je pensai : pourvu qu'il n'arrive pas tout de suite !


Repost 0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 05:27

prison corrie-copie-1

En côte d'Ivoire nous avons rencontré Simon. Il allait souvent rendre visite à environ 4500 prisonniers entassés dans un endroit prévu pour 1500.

Il organisait des réunions plusieurs fois par semaine, remplaçant les aumoniers qui ne se manifestaient plus...

Au début, Simon ne pouvait pas rester plus de deux heures à la prison car l'étendue de la souffrance y était trop grande.

Chaque semaine, plusieurs hommes mouraient de malnutrition ou de différentes maladies. Les prisonniers disent tout ce qu'ils pensent et ils le disent carrément.

Parfois cela était même dangereux...

Un grand nombre de prisonniers avaient accepté de suivre des cours bibliques. Ces hommes qui avaient commis tous les crimes possibles et imaginables avaient l'air vraiment terrible.

Quand Simon prêchait, il avait beaucoup de facilité de leur parler de l'enfer mais un jour il entend dans son coeur :

- Pourquoi ne prêches-tu pas l'amour ?

N'importe qui peut faire un sermon très intellectuel sur le jugement et sur l'enfer mais pour parler d'amour, il faut que tu aies la compassion.

Ces paroles ont transpercé le coeur de Simon et les prisonniers ne purent résister....

 

ILS ONT ECRIT

Christian Bobin :

- Nous ne cherchons tous qu'une seule chose dans cette vie : être comblés par elle -recevoir le baiser d'une lumière sur notre coeur gris, connaître la douceur d'un amour sans déclin.

Proverbe berbère :

- Homme, bois de l'eau pour te rendre beau, gave-toi de soleil pour te rendre fort. Et regarde le ciel pour devenir grand.

 

SOURIEZ

Le professeur demande à Jules :

- Cite-moi le nom d'un port étranger.

- Le cochon d'Inde, monsieur.


Repost 0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 05:26

demolition.jpg

       Au loin là-bas, se déroule la démolition d'un immeuble d'appartements de 20 étages.

Cette démolition s'est effectuée en tout au plus une semaine. On est en train de construire un nouvel immeuble à sa place.

Il y a maintenant des mois que l'on y travaille jour, nuit et week-end sans pour autant en voir la fin. Combien il est plus facile de démolir que de bâtir !

Ce qui vaut pour la démolition et la construction d'immeubles vaut également pour les relations personnelles. Seuls certains sont pour nous de vrais amis. Ils ne sont pas tous du même âge et sont tous différents.

Très souvent ce sont des amis fidèles qui restent importants, précieux....

Merci pour votre amitié !

 

ILS ONT ECRIT

J. Salomé :

- Nous ne choisissons pas toujours la rupture, ni vraiment le chagrin, nous choisissons souvent la survie.

Ch. Spurgeon :

- Même si notre vie ne devait pas s'assombrir à cause d'épreuves extrêmes, l'usure normale de la vie de ce monde nous épuisera gratuellement.

 

SOURIEZ

Pépé citron à un groupe de petits citrons :

- Croyez-moi mes petits le meilleur moyen de vivre vieux...

   c'est de ne pas être pressé !

Repost 0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 05:40

esclave--2-.jpg

Rien ne fait plus de mal que la trahison de ceux que nous aimons le plus. Qu'il s'agisse d'un membre de la famille ou bien d'un amour qui s'était ouvertement engagé, les dégâts causés peuvent être considérables et profonds.

Que l'offense provienne d'un acte de jalousie, d'un adultère, d'un manque de considération ou bien simplement d'égards, notre coeur saigne.

La douleur de nos souffrances aussi aiguë et soudaine que peut l'être la coupure d'une feuille de papier, nous fait mettre la main sur l'endroit qui nous fait mal pour que la douleur s'arrête.

Mais plus nous appuyons plus profond va la douleur. Nous pouvons même devenir son esclave....

Chercher à découvrir les motivations secrètes de ceux qui nous ont tant blessés ne nous mène que vers un esclavage encore plus grand...

 

ILS ONT ECRIT

- Comment puis-je être certaine que tu ne vas pas ajouter une larme de plus à toutes celles que je n'ai jamais versées...

J. Salomé :

- Je lui en voulais tellement de tout ce qu'il n'était pas, que je ne pouvais apprécier ce qu'il était...

 

SOURIEZ

Un fou joue avec une boîte d'allumettes....Il essaie d'en allumer une, mais elle ne marche pas...

Une autre : elle ne marche toujours pas...Encore une autre : elle n'est toujours pas bonne....

Enfin, l'une d'elles s'allume, il souffle dessus :

- Pfoouufff, je suis pas fou, celle-là, elle marche, je la garde !

Repost 0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 05:59

vieille-femme.jpg

A l'âge de 94 ans, mamie voulait absolument faire son lit et balayer la chambre. Elle faisait aussi la vaisselle du petit déjeuner pendant que sa soeur Jeanne nettoyait le reste de la maison.

Ils avaient une grande maison avec beaucoup d'enfants, huit en tout.

Malgré son grand âge mamie était toujours très vive ! Chaque matin vers 10 heures après le ménage, Jeanne cousait, reprisait les chaussettes et  raccommodait les salopettes pendant que mamie lisait la Bible.

     Un jour au petit déjeuner, mamie annonça : "Je rentre aujourd'hui"

Jeanne qui ne comprenait pas, répond : "Mais ici c'est chez toi !" pensant qu'elle perdait la tête....

Après avoir nettoyé la cuisine, mamie entra dans la salle où Jeanne cousait, et lui lut quelques versets de la Bible...Puis elle dit :

- Je vous ai dit que j'allais rentrer aujourd'hui ! Elle s'installa confortablement  dans un fauteuil :

- Me voilà Jésus..adieu, je m'en vais...

C'est ainsi qu'elle partit à l'âge de 94 ans.

 

ILS ONT ECRIT

L. Bronfield :

- Le bonheur est une chose bizarre. Les gens qui ne l'ont jamais connu ne sont peut-être pas réellement malheureux.

Jean de La Fontaine :

- Tout l'univers obéit à l'Amour ; aimez, aimez, tout le reste n'est rien !

 

SOURIEZ

Ce monsieur grille un feu rouge. Un policier l'arrête et lui dit :

- Monsieur, vous avez grillé un feu, je suis contraint de vous donner une amende.

Le conducteur répond :

- C'est pas ma faute, je suis daltonien !

- Et alors, il n'y a pas de feu rouge en Daltonie ?

Repost 0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 05:11

champ-friche.jpg

On ne peut récolter des pommes sur un citronnier, on ne peut arracher des asperges là où l'on a planté des carottes...

Ainsi en est-il dans le terreau de notre vie.

Notre enfance a semé en nous différentes graines : de bonnes, mais aussi de l'ivraie. Notre responsablilité, en tant qu'adulte, est de remettre notre champ en état lorsque nous constatons qu'il est partiellement en friche, d'arracher l'ivraie, puis de semer de ce qui a manqué...

Là où la vie a fait des ravages, elle nous a laissé un manque ou tout simplement un vide....

 

ILS ONT ECRIT

Ph. Auzenet :

- Collaborer avec l'adolescent cimente l'amour et favorise la confiance en soi.

V. Hugo :

- Le pâtre absent par fraude !

Le chien mort ! le loup rôde,

Et tend ses noirs panneaux.

Au bercail qui frissonne

Qui veillera ? personne.

Pauvres petits agneaux !

 

SOURIEZ

Le papa de Jules lui dit :

- Tu travailles lentement, tu apprends lentement, tu marches lentement,

y a-t-il quelque chose que tu fais vite ?

- Oh oui, dit Jules, je me fatigue vite.

 

EXCELLENT WEEK END A TOUS !


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche