Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 06:06

Paul Fort a écrit :

La pluie tombe infinie

Les horizons s'enfuient,

Où vont-ils ces coteaux,

Ces coteaux sous la pluie,

Qui portent sur leur dos ces forêts qui s'ennuient  ?

Anna de Noailles :

Dieu merci, la pluie est tombée,

Et de fluides, longues flèches,

La rue est comme un bain d'eau fraîche,

Toute fatigue est décourbée.

M. Gray :

Les mots et la parole ont une force insoupçonnée.

Ils sont la tourmente ou la brise

La pluie qui dévaste ou l'eau qui irrigue.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 06:16

Un journaliste demanda un jour à la chanteuse d'opéra Marian Anderson quelle était sa plus grande réussite.

Etait-ce en 1955 lorsqu'elle devint la première soliste noire au New York Métropolitan  Opéra ?

Ou lorsqu'elle reçut la médaille présidentielle de la liberté en 1963 ?

Les mérites étaient nombreux, mais elle n'en choisit aucun.

Elle raconta par contre au journaliste que son plus grand moment eut lieu lorsqu'elle rentra un jour chez elle pour dire à sa mère que celle-ci n'aurait plus désormais à gagner sa vie en faisant des ménages....

 

Proverbe Africain  :  Là où on s'aime il ne fait jamais nuit.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 06:09

- Mieux vaut une certitude qu'une promesse en l'air.

- Celui qui lance la boue se salit les mains.

- Il y a deux sortes de sots : ceux qui ne doutent de rien et ceux qui doutent de tout.

J. Phelps : Un homme qui ne fait pas d'erreur, ne fait certainement rien d'autre.

Proverbe Arabe : Si tu vois les canines d'un lion bien apparentes, ne crois pas qu'il te sourit !

Proverbe Africain : Un sac vide ne tient pas debout

Proverbe Irlandais : Y penser sans cesse ne labourera pas le champ.

 

Bon début de semaine !

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 06:00

Cette grand-mère élevait seule son petit-fils orphelin.

Il était sa raison de vivre mais lui donnait ainsi beaucoup de soucis.

Il fréquentait de mauvais copains et avait déjà plusieurs fois été mis en garde par son instituteur et même par la police.

Un soir d'hiver où elle avait reçu des mauvaises nouvelles, la grand-mère tricotait tranquillement au coin du feu pendant que son petit fils faisait ses devoirs.

Après un long moment de silence, elle lui dit :

- Je ne peux accepter ta conduite, j'ai honte, si ça continue tu finiras mal !

La prochaine fois que j'apprends que tu as fais un mauvais coup...tu vois cette aiguille ?

Je la ferai rougir au feu et quand elle sera bien rouge, je prendrai ta main, cette main de voleur et je la transpercerai avec l'aiguille brûlante.

Le petit fils ne dit rien, mais il vit dans le regard de sa grand-mère , qu'elle ne plaisantait pas.

Pendant plusieurs semaines il se tint tranquille puis arriva ce qui devait arriver.

La grand-mère reçut un rapport... Le soir même convoqua son petit-fils et lui rappela ce qu'elle avait promis.

Elle alla donc chercher l'aiguille la fit rougir...

- Donne-moi ta main, ordonna-t-elle fermement.

Pâle l'enfant tendit la main. La grand-mère la saisit...puis lâchant les doigts du garçon, ouvrit sa propre main et enfonça l'aiguille dans sa paume amaigrie.

L'acier la traversa de part en part, puis elle montra au petit voleur sa main percée :

- Ne la quitte jamais des yeux acheva-t-elle....

 

Saint Augustin disait :

- La mesure de l'amour, c'est d'aimer sans mesure.

A TOUS UN AGREABLE WEEK-END !

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 06:42

Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n'est point remplie. Ils continuent à aller vers le lieu où ils se dirigent...

Le mouvement est perpétuel, le temps ne connaît pas le repos.

La terre solide est une balle qui roule, et le grand soleil lui-même est un astre qui suit docilement son cours autour d'autres plus grands luminaires.

Les marées déplacent la mer, les vents excitent l'océan, qui vient frotter les rochers ; La mer n'est pas un entrepôt avare qui accumule une richesse d'eaux, car si par une force les eaux coulent en elle, par une autre elles en sont enlevées.

Le père océan est un grand receveur mais il est aussi un donateur généreux. Ce que les fleuves lui apportent revient à la terre sous forme de nuages et de pluie.

L'homme qui n'est pas en contact avec l'univers prend tout mais ne redonne rien.

Spurgeon a écrit :

Donner aux autres c'est préparer de la semence pour nous-mêmes.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 06:39

Pierre Corneille nous dit :

Le temps aux plus belles choses

Se plaît à faire un affront ;

Il saura faner vos roses

Comme il a ridé mon front.

 

Et M.D. Valmore a écrit :

J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;

Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes

Que les noeuds trop serrés n'ont pu les contenir

Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées

Dans le vent, à la mer s'en sont allées

Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir....

 

Et puis Edmond Rostand nous dit :

Il n'est de grand amour qu'à l'ombre d'un grand rêve !

 

Sur ce très bon mercredi à tous !

 

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 05:33

Je vois au loin un groupe d'hommes qui, comme des bêtes de somme, traînent un énorme fardeau.

J'entends les claquements du fouet de leur gardien.

Je vois les cicatrices sur leur dos et toute l'énergie qu'ils doivent déployer pour ne pas être frappés.

Regardons de plus près. Je peux comprendre pourquoi ces hommes sont dans un tel état car leurs meurtrissures m'indiquent qui est leur maître et quel est leur état.

Mais que vois-je ? Parmi tous ces esclaves se trouve un homme libre !

Qu'est-ce que cela ? Comment se fait-il qu'il accomplisse le travail d'un esclave, qu'il ploie sous le fardeau et le fouet alors qu'il est libre ?....

C. Spurgeon

A. de Lamartine a écrit :

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,

que les parfums légers de ton air embaumé,

Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,

Tout dise  : "Ils ont aimé !"

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 06:05

Le roseau est spongieux et creux et il en est de même d'un hypocrite ; il n'y a pas de substance ou de stabilité en lui.

Il est secoué de ci de là selon chaque vent tout comme les formalistes cèdent à chaque influence ;

Pour cette raison le roseau n'est pas brisé par la tempête; comme les hypocrites ne sont pas troublés par les persécutions...

Le roseau vit par nature dans l'eau et doit toute son existence au bourbier et à l'humidité dans lesquels il a pris racine ; laissons le bourbier devenir sec, et le roseau dépérit très rapidement.

Sa verdure est absolument dépendante des circonstances, une présence abondante d'eau le fait prospérer et une sécheresse le détruit totalement...

 

Il est écrit :

Le jonc croît-il sans marais ? le roseau croît-il sans humidité ?

 

Et c'est Parti, je vous souhaite à tous un très bon début de semaine !

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 07:44

L'amour ressemble trop souvent au vers luisant, qui ne montre sa lueur que du sein des ténèbres.

L'espérance elle-même est comme une étoile, souvent invisible en présence du soleil de la prospérité,

mais seulement discernable dans la nuit de l'adversité.

 

Honoré de Balzac a écrit :

L'amour a son instinct, il sait trouver le chemin du coeur comme le plus faible insecte marche à sa fleur avec une irrésistible volonté.

Bien que j'ai eu beaucoup de problèmes pour arriver jusqu'ici ce matin cela ne m'empêche pas de vous souhaiter de tout coeur

qu'il fasse beau ou qu'il pleuve,  un excellent week-end à tous !!

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 05:51

Un journal local des Etats-Unis, raconte l'histoire d'un habitant d'une petite bourgade californienne, qui un jour, vida 25 bombes fumigènes dans sa maison,

dans l'espoir de se débarrasser, une fois pour toutes, des cafards qui pullulaient chez lui.

Mais quand le gaz contenu dans les "bombes" atteignit la veilleuse de la cuisinière, il explosa violemment, détruisant la porte d'entrée et toutes les fenêtres, avant de mettre le feu aux meubles....

- Je voulais seulement tuer tous ces parasites, déclara--il aux enquêteurs, je pensais qu'en utilisant toutes ces bombes j'en viendrais plus vite à bout et que l'effet nocif pour les cafards persisterait d'autant plus longtemps !

Selon le mode d'emploi inscrit sur les bombes deux auraient suffi à résoudre le problème !

L'explosion coûta plus de 10 000 Euros  de dommages...quant aux cafards ils continuaient à traverser le sol de sa maison en toute impunité.

Honoré de Balzac a écrit :

La bêtise a deux manières d'être : elle se tait ou elle parle.

La bêtise muette est  supportable !

 

Partager cet article
Repost0