Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 06:12

La sangsue a deux filles ; elles s'appellent :

"donne" et "donne"

Il y a trois choses insatiables, et même quatre qui ne disent jamais : "cela suffit" :

- Le séjour des morts

- le désir de la femme sans enfant

- la terre assoiffée d'eau

- et le feu qui n'en a jamais assez !

Il y a trois êtres qui ont une démarche impressionnante, et même quatre qui ont fière allure :

- le lion, le plus brave des animaux, qui ne recule devant personne ,

- le cheval aux flancs bien harnachés,

- le lévrier, l'animal aux reins agiles bien cambrés,

- le coq qui se promène fièrement parmi les poules,

- et le chevalier qui avance à la tête de ses troupes.

Il est écrit :

Mieux vaut de l'herbe pour nourriture, là où règne l'amour, qu'un boeuf

engraissé, si la haine est là.

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 05:37

Feuille...

Confidente de mes nuits, de mes défaites, de mes cris,

De mes pensées enfouies, entre mes rires et mes folies.

Feuille...

D'acanthe, de marronnier, de soie ou de papier,

Sur une table posée, que le vent fait trembler.

Sur ta virginité,empreinte d'écriture

Je dépose un baiser libre de dictature.

Folâtre ma plume sur tes reins,

Comme un volcan d'écume, le jour point...

Je me sens noctambule, je rime avec moi-même,

Mes songes déambulent

O! feuille   "Je t'aime"

V. Fulpin

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 06:31

Il ne peut y avoir de frontière entre soi et les autres. Celui qui croit être le centre unique du monde,

celui qui refuse de comprendre qu'il fait partie de l'ensemble des hommes,

celui-là, un jour connaît la douleur de l'extrême pauvreté.

Martin Gray raconte :

- J'en ai souvent rencontré des hommes murés dans leur orgueil, les mains serrées sur leurs biens, essayant de ne rien laisser échapper de ce qu'ils imaginaient être leur éternelle richesse.

Ils avaient en eux reconnu la puissance d'une source mais ils voulaient s'en servir  comme d'une arme contre les autres, ou bien comme d'un bien à leur seul usage.

 

Il a encore écrit :

La vérité d'un homme est en lui.  Là est sa richesse. Là est sa force vraie.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 06:00

Dans la machine qu'est le corps humain il y a des capteurs de douleur.

Des millions sont disséminés sur la surface de notre peau, pas au hasard, mais en fonction des besoins spécifiques de notre corps.

Ils enregistrent les sensations de pression, de chaleur et de froid, fournissant des informations essentielles à notre cerveau.

La complexité de ce réseau de capteurs est phénoménale et pourtant nous réfléchissons peu souvent à l'importance des sensations que notre peau enregistre.

Sauf quand nous effleurons une surface brûlante.

Cependant quelques personnes dans le monde souffrent d'une anomalie génétique rare appelée analgésie congénitale :

elles ne ressentent aucune douleur. Les capteurs enregistrent bien la pression sur la peau ou le froid et chaud mais le cerveau n'est pas capable de considérer ces informations comme des signes de douleur !

C'est un inconvénient terrible !

 

Un journaliste demanda à John Rockfeller combien il voulait encore gagner avant de se déclarer satisfait de sa fortune :

Celui ci répond : "Juste un peu plus !"

Question :

Comment apprend-on à être satisfait de ce que l'on a acquis ?

 

BELLE JOURNEE A TOUS ET EXCELLENT WEEK-END !

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 05:18

Georges Clémenceau (1841-1929)

homme politique,

français, député et sénateur

Président du Conseil, fit preuve d'une

grande énergie dans la conduite de la

guerre, ce qui lui valut d'être surnommé

"le Tigre" et le "père de la victoire".

Il fut membre de l'Académie française en 1918

Dans son discours de guerre

Il a écrit :

L'homme absurde est celui qui ne change jamais !

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 05:41

Mon rêve familier :

C'est un des plus célèbres et des plus beaux poème de Verlaine, qui le récitait souvent à ses amis :

"Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

D'une femme inconnue, et que j'aime et qui m'aime

Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même

Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent

Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème

Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,

Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - je l'ignore.

Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore

Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,

Et pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a

L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 05:31

Grillage de la pluie de Gabriel Cousin :

Les flèches de la pluie

brûle et la route fume

et dix mille petites

blessures étincellent.

La grille de la pluie

tisse le paysage

enserre les jardins

et griffe la fenêtre.

Le grillage de la pluie

étend ses doigts lisses

sur les frais visages ruisselants des enfants.

Luc Bérimont quant à lui nous dit qu'il va pleuvoir :

Il va pleuvoir, les marronniers sont noirs

S'il tombe de l'eau, bernique je pars pour la Martinique

S'il tombe du vin c'est bien j'en remplis un cruchon plein.

S'il arrive de la grêle c'est tant pis pour les ombrelles

Mais s'il tombe de la neige ?

S'il en tombe, alors, que fais-je ?....

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 05:29

Cela c'est passé au 19ème siècle.

Un jour alors que le jeune Hans rentrait chez lui, longeant la gigantesque digue qui protège cette région des Pays-Bas, en compagnie de son petit frère,

ce dernier remarqua un trou minuscule, au bas de la digue d'où suintait un filet d'eau.

Hans comprit que la pression de l'eau derrière le mur finirait par élargir ce trou et que l'eau risquait d'envahir toute la région

Que faire ?

Trop loin de la maison pour alerter les adultes il se sentit impuissant...quand une idée lui traversa l'esprit :

il enfonça un doigt dans le trou et découvrit qu'il pouvait bloquer complètement la fuite d'eau de la digue.

Puis il cria à son petit frère d'aller très vite chercher de l'aide. Mais le village était loin et il sentait son doigt s'engourdir et il lui semblait entendre une voix qui lui murmurait que cela ne servait à rien et qu'il valait mieux s'enfuir !

Mais il résista jusqu' enfin des voix se firent entendre dans la nuit.

Après avoir réparé la digue, les hommes ramenèrent Hans au village sur leurs épaules, acclamant le petit héros.

PS.  Ne pensez jamais que vous êtes trop petit, trop faible ou trop insignifiant pour accomplir de grandes choses !

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 05:59

Ce jeune garçon cherchait à retirer un joyau magnifique d'une grande bouteille.

L'entreprise fut douloureuse, mais il parvint enfin à enfiler la main pour attraper le bijou.

Il tenta de sortir sa main de la bouteille mais, fermée sur l'objet, elle ne passait plus par le goulot !

Le seul moyen de retirer la main était de lâcher prise ....

 

C. Rambert a écrit :

- Les bonnes idées sont celles que l'on réalise.

- Une difficulté ne vient jamais pour nous barrer la route, mais au contraire, pour nous permettre d'évoluer.

A TOUS UNE EXCELLENTE FIN DE SEMAINE !

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 05:47

Connaissez-vous cette fable d' Esope ?

Quatre boeufs avaient l'habitude de paître ensemble dans un champ.

Un lion les observait de loin, mais  n'osait pas s'approcher car les boeufs  dès qu'ils l'apercevaient se plaçaient queue contre queue, leurs cornes baissées vers les quatre points cardinaux.

Le lion n'avait aucune chance de les  manger.

Mais un jour, les quatre boeufs se disputèrent et chacun alla paître dans son coin.

Le lion les attaqua l'un après l'autre et les dévora sans peine.

La morale de cette histoire ?

Unis nous restons debout, séparés.....

 

H.D. Thoreau a écrit :

Nous pouvons uniquement atteindre la cible que nous avons visée.

 

  

Partager cet article
Repost0