Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 05:24

Main

L'homme peut être seul au milieu des autres. Mais celui qui est ouver au monde, celui qui sait demeurer fraternel, celui qui est solidaire des autres, celui-là, même solitaire, n'est jamais seul.

Parce que les autres, quand une main se tend la saisissent....

L'homme n'est jamais seul à être seul. Il peut toujours trouver quelqu'un qui veut avec lui traverser la vie. Il suffit du regard d'un homme pour briser la solitude. Et ce regard viendra. Mais il faut d'abord croire qu'il existe.

Un homme n'est jamais seul, n'est jamais faible, quand il mêle son énergie à l'immense océan des énergies humaines.

On ne peut échapper au malheur et à la solitude qu'en sachant qu'il y a un homme plus malheureux et plus seul que soi, un homme qui attend qu'on lui tende la main....

 

ILS ONT ECRIT

M. Gray :

- L'autre n'est pas d'abord un ennemi mais un allié possible.

- Chacun doit tirer de l'adversaire un enseignement.

 

SOURIEZ

Max très capricieux tourne autour de sa maman depuis 10 minutes.

- Maman, je voudrais du chocolat !

- Mais Max ! je viens de t'en donner un gros morceau ! c'est incroyable !

- Peut-être, mais j'en voulais un petit !  

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 05:50

prison corrie-copie-1

Epuisée par un long voyage, les mains tremblantes d'anxiété Joyce tendit au garde le document qu'elle avait reçu de la police locale. Il était établi que, pour ce jour précis, elle bénéficiait de quinze minutes pour voir son mari !

- Désolé, votre mari ne peut pas vous voir aujourd'hui !

- Mais pourquoi ? J'ai une autorisation !  les larmes montèrent  aux yeux de Joyce ...Pourquoi ne pourrait-il pas me voir ?  Est-il malade ?

Le garde haussa les épaules :

- Il ne peut pas vous voir. C'est tout ce que je peux vous dire !

- Vous ne pouvez pas m'interdire d'entrer ! dit Joyce en élevant la voix. Laissez-moi le voir  s'il vous plaît. J'ai fait 96 km pour venir jusqu'ici ! 

Ses larmes et ses supplications n'y firent rien et ses paroles désespérées semblèrent tomber dans l'oreille d'un sourd.  

- Désolé, répond le garde agacé. Les ordres viennent d'en haut.

- Puis-je voir votre supérieur ?

- Le surintendant ne reçoit pas les visiteurs.

Joyce avait déjà entendu cela. Dans cet endroit hostile, non veut dire non.

Elle remet le moteur de sa mobylette en marche et reprit le long chemin du retour...remplie de tristesse.

Elle aurait eu tant de choses à raconter à son mari....

Soudain une parole lui vint à l'esprit : "Ils m'ont persécuté et ils vous persécuteront aussi !"

Tout en continuant son voyage, ses larmes tarirent et la paix du Seigneur l'envahit ...

- Dieu sait comment relever ses enfants dans toutes les circonstances...pensa-t-elle.

 

ILS ONT ECRIT

Inconnu :

Au jour de la souffrance et de l'angoisse nous nous trouvons aussi naturellement poussés à la prière que l'épave est repoussée sur la plage par les vagues.

G.Greene :

- Il y a toujours, dans notre enfance un moment où la porte s'ouvre et laisse entrer l'avenir.

 

SOURIEZ 

Le maître explique :

- Autrefois, les hommes des cavernes écrivaient sur d'énormes blocs de pierre.

Alors Max demande :

- Monsieur, à cette époque, ils gagnaient combien les facteurs ?     

  

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 05:56

arbre optimiste

Dans nos heures de souffrances corporelles et d'angoisse, nous trouvons aussi naturel d'être poussés à la prière que de voir le navire naufragé poussé au rivage par les vagues.

Le renard se hâte dans son trou pour se protéger, l'oiseau vole vers le bois pour s'abriter, et de la même façon le croyant qui subit une épreuve se dépêche d'assaillir le trône de miséricorde pour sa sécurité.

     Le grand port des cieux est un refuge pour tous ceux qui prient ; des milliers de vaisseaux battus par les intempéries ont trouvé un havre ici, et au moment où la tempête s'annonce, il est sage pour nous de nous diriger vers le refuge où sont les navires.  

Ch. Spurgeon

 

ILS ONT ECRIT

C.Rambert :

- Profitez du changement de saison pour écouter tomber la pluie, un soir d'automne....Imaginez que l'eau rince l'univers et l'atmosphère.

Se sentir en paix, en accord, avec l'ordre naturel des choses.

Inconnu :

- Il y a deux sortes de sots : ceux qui ne doutent de rien et ceux qui doutent de tout.

 

SOURIEZ

- Max ! Tu veux que je t'aide à faire tes devoirs ?

- Non, merci p'pa, je préfère me tromper tout seul !   

Repost 0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 05:49

Avril 1964...un peu avant minuit les cris de la jeune et jolie Kitty déchirent la nuit ; alors qu'elle tente de se mettre à l'abri dans son immeuble, un meurtrier la poignarde à plusieurs reprises ; il lui faut une demi-heure pour l'achever.

Pendant tout ce temps, Kitty crie et supplie qu'on vienne lui porter secours : "Oh mon Dieu ! il m'a poignardé ! Au secours ! Je meurs ! je meurs !"  Est-ce que quelqu'un l'a entendu ?  Oh oui, trente huit personnes en tout, mais aucune n'a fait le moindre mouvement pour la secourir.On n'appelle même pas la police !

Par la suite, ces 38 témoins racontent aux enquêteurs qu'ils ne voulaient tout simplement pas s'engager....s'en mêler !

     Février 1965, une jeune fille monte dans sa voiture en sortant du travail et se fait attaquer par un homme avec un ouvre-boîte. Il l'oblige à conduire, l'ouvre-boîte à la gorge en pleine circulation, à une heure de pointe.

Aux feux rouges la jeune fille pousse des cris, des conducteurs la regardent et aperçoivent à ses côtés le fou furieux qui lui taillade la gorge et la poitrine avec l'ouvre-boîte et l'oblige à continuer.

     Personne ne fait le moindre mouvement pour lui porter secours. Finalement elle réussit péniblement à se mettre à l'abri dans la maison d'une amie......

Indifférence .... 

 

ILS ONT ECRIT 

Turenne :

- J'ai un avis à vous donner : toutes les fois que vous voudrez parler, taisez-vous ! 

Ch. Spurgeon : 

- Les erreurs sont toujours énormes, là où l'amour est minuscule.  

 

SOURIEZ

- Plus tard, Max tu seras facteur comme ton papa.

- J'aimerais mieux être Père Noël.

- Pourquoi ?

- Il  ne fait qu'une tournée par an ! 

 

 

    

Repost 0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 05:34

aiglon

Manu raconte : " A 16 ans, je fus libéré d'un centre de jeunes délinquants. Je devins vite le plus grand harnaqueur de ma ville et je pensais que j'étais le playboy suprême. Je voulais gagner de l'argent facilement et devint revendeur de drogue, un gangster...

Je ne réalisais pas que tout en étant né dans une famille chrétienne, j'étais devenu mauvais, cruel, grossier et malgré tout cela Dieu avait sa main puissante sur moi .

Ma vie dépravée m'avait conduit à l'alcool, au sida et en prison. J'avais plutôt été berné par le diable et maintenant être guéri du sida fut la chose la plus importante que j'espérais.

Je me mis à chercher des personne sérieuses dans leur marche avec Jésus et ils intercédèrent pour ma guérison. Dieu se mit à m'instruire, et ma foi monta en flèche quand je me mis à voir Sa guérison prendre effet sur mon corps. Il avait déjà opéré un miracle formidable dans ma marche spirituelle et je n'ai plus flanché ou manqué de foi. Il était celui qui me guérissait, et pouvait me délivrer de cette maladie mortelle ! "

 

ILS ONT ECRIT

E.. Phelps :

- Un homme qui ne fait pas d'erreur, ne fait certainement rien d'autre.

Marc Twain :

- Le courage n'est pas l'inverse de la peur, mais l'opposition à cette dernière.

 

SOURIEZ

L'instituteur demande :

- Peux-tu me dire ce qu'est un égoïste ?

Et Max de répondre

- Un égoïste, c'est quelqu'un qui ne pense jamais à moi ! 

 

SUR CE JE VOUS SOUHAITE UN EXCELLENT WEEK END A TOUS ET A LUNDI !

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 05:35

caroline du nord

Après une année passée en Californie et sur le point de sombrer dans la dépression nerveuse, je trouvai que ma vie était totalement dépourvue de sens. Comme je savais que je ne trouverais jamais la réponse dans les livres, je décidai de ne pas faire ma troisième année d'université avant d'avoir trouvé ce que je cherchais.

 L'automne suivant, je commençai à faire de l'auto-stop vers le Nord afin de me "trouver". Après plusieurs mois et des milliers de kilomètres, je n'étais pas plus près du but qu'au départ. De plus aucun de ceux à qui j'avais parlé n'avait cette réponse, et beaucoup d'entre eux étaient sérieusement en quête de solutions. Devant cet échec complet, je revins en Californie en février 1964.

 Peu de temps après, une équipe de la Croisage Universitaire pour Christ eut l'occasion de parler dans notre cercle.Ils citèrent les paroles de Jésus lorsqu'Il disait : "Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul de vient au Père que par Moi". Je compris alors, que je devais me décider...

 

ILS ONT ECRIT 

M. Gray :

- Il n'y a pas de plénitude si l'on est un arbre solitaire.

- C'est la forêt qui donne son sens à l'arbre et c'est elle qui le rend vigoureux.

 

SOURIEZ

La maîtresse demande à ses élèves de faire une phrase avec le mot "sucre".

Max lève la main et dit : Ce matin quand j'ai déjeuné, j'ai pris un bol de lait !

- Oui, mais...où est "sucre" ?

- Ben,..il a fondu dans le lait !

Repost 0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 05:43

arbre handicapé

Un être humain doit être un tout. Il est d'instinct et de raison. Il doit accepter le corps et l'esprit. L'arbre est fait d'écorce et de sève. Qu'on arrache l'écorce et l'arbre dépérit. Que la sève se tarisse, l'écorce pourrit et l'arbre meurt. Qui ne veut être que sève et qui ne connaît que l'écorce n'est pas vraiment un homme.

Il est difficile pour les enfants de la ville de découvrir leur corps, éprouver la fatigue des muscles, le goût des fruits cueillis sur l'arbre....

Ils ne se griffent jamais aux ronces, et leur corps ne sont pas confrontés au vent, aux plantes, au ciel qu'ils découvrent quand ils se lancent dans les vagues, quand ils s'accrochent aux branches...

 

IL A ECRIT

Lamartine :

Pourquoi bondissez-vous sur la plage écumante,

Vagues dont aucun vent n'a creusé les sillons ? 

Pourquoi secouez-vous votre écume fumante

En légers tourbillons ?

 

Pourquoi balancez-vous vos fronts que l'aube essuie,

Forêts qui tressaillez avant l'heure du bruit ?

Pourquoi  de vos rameaux répandez-vous en pluie

Ces pleurs silencieux dont vous baigna la nuit ?

 

Pourquoi relevez-vous, ô fleurs, vos pleins calices,

Comme un front incliné que relève l'amour ?

Pourquoi dans l'ombre humide exhaler ces prémices

Des parfums qu'aspire le jour ?

Repost 0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 05:38

cloclo2.jpg

On n'est jamais aussi seul qu'au milieu d'une foule.

Rock se souvient de ce clochard qu'il rencontrait à chacun de ses voyages à Paris, couché sur la grille d'une bouche d'aération du métro près de l'hôtel. Il écrira plus tard :

- Moi, j'arrivais de New York ou de Berlin, de Londres ou de Rome, et je le retrouvais blottti dans son manteau noir comme s'il n'avait pas bougé depuis une semaine.

     Et avait-il bougé ? Je passais près de lui, et des milliers d'autres le frôlaient de leurs pas pressés.... 

Le voyait-on ?  Savait-on qu'il s'agissait d'un homme ?  Je ne pouvais m'empêcher de penser à ces autres formes allongées.... des milliers que j'avais vues dans ma ville affamée, ces formes squelettiques d'un autre temps...

Ces hommes et ces femmes, abandonnés sur les trottoirs d'une capitale...Des vieux souvent, épaves que la vie, la malchance, les hasards laissaient ainsi mourir au milieu de l'indifférence. 

     Il n'est pire solitude que celle qui naît de l'indifférence des autres. Et chacun peut être victime un jour de l'indifférence et en souffrir. Alors pourquoi ne pas tendre la main à celui qui est seul ?  

 

ILS ONT ECRIT

W. Churchill :

- La réussite, c'est d'aller d'échec en échec sans jamais se décourager !

Turenne :

- Si j'ai un avis à vous donner : toutes les fois que vous voudrez parler, taisez-vous !

 

SOURIEZ

Un homme frappe à une porte.

- C'est qui ? fait Max de l'autre côté de la porte.

- Bonjour ! Je voudrais voir ta maman, s'il te plaît !

- Elle n'est pas là !  Répond Max. Elle est sortie quand papa est rentré.

- Ah...Pourrais-je voir ton papa, s'il te plaît ?

- Il n'est pas là ! Il est sorti quand je suis rentré.

- Ah ? Mais alors tu es tout seul à la maison ?

- Non, répond Max, ici ce n'est pas la maison : Ce sont les toilettes !  

 

 

 

Repost 0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 05:34

blé ivraie0001

" J'ai toujours su que la bonté existe, nous dit Martin, qu'en l'homme il y a le bien possible...je le dois à ma mère et à mon père. Les parents sont la semence de l'enfant et la terre dans laquelle il pousse. Pour lui, ils sont le monde, l'image de ce qu'il va, de ce qu'il doit être ou ne pas être.

Ce q'ils font, ce qu'ils disent, ce qu'ils sont, demeure en lui, et même s'il l'ignore. Car l'enfant est toujours présent en l'adulte.

Ma mère était la douceur, le silence qui est richesse. Elle n'avait pas besoin de dire ; elle faisait et chacun de ses actes était plein d'amour. Elle étendait la main vers mon visage ; avant qu'elle ne touche ma joue je sentais le chaleur en moi, j'étais enveloppé par elle.

Nous n'étions séparés par rien. J'étais elle, elle était moi...."

 

ILS ONT ECRIT

M. Gray :

- Si on gonfle les jeunes voiles d'un enfant on souffle de la force, du courage et de la droiture, alors il vogue et sait affronter la tempête.

- Eduquer un enfant, c'est s'offrir à lui en exemple. 

 

SOURIEZ

Max se rend chez le dentiste. Sa maman se fâche :

- Allez, Max ! Maintenant, sois gentil :

  desserre les dents et ouvre la bouche que le docteur puisse retirer ses doigts ! 

Repost 0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 05:29

horizon

Personne n'entendit le bruit du coup de feu. Aucune arme ne fut découverte. Pas d'empreintes digitales. Personne ne vit le meurtrier sortir de chez la victime qui était étendue, morte. On aurait pu parler de crime parfait.

    Mais les policiers remarquèrent un minuscule micro dissimulé dans un plumier sur le bureau de la victime. Un fil très fin conduisait à un enregisteur caché dans un tiroir. Les enquêteurs purent ainsi écouter l'enregistrement du crime. Chaque terrible détail avait été enregistré.

      Le meurtrier qui s'était efforcé de ne laisser aucune trace croyait que son crime resterait à jamais caché. Mais l'enregistrement révéla toute l'histoire dans les moindres détails....I

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- Un problème non réglé nous revient tôt ou tard comme un boomerang. Mais plus fort et plus gros.  

Cicéron :

- L'existence de Dieu est si claire que je me demande si celui qui la nie n'a pas perdu la raison.

 

SOURIEZ 

Max revient très fier de l'école :

- Papa ! Aujourd'hui, j'ai fait une très bonne action !

- Ah c'est bien ! Qu'as-tu fait ?

- Eh bien, Rémy a mis une punaise sur la chaise de la maîtresse...

- Oh !

- Alors moi, au moment où la maîtresse allait s'asseoir, j'ai enlevé la chaise !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche