Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 05:52

funambule

Jean témoigne : "Après une vie peu brillante, j'ai eu l'occasion, avec ma femme, d'acheter un bar restaurant. Au départ, tout allait plutôt bien. Mais très vite, cela a été la dégringolade dans l'alcool, j'ai suivi, en peu de temps, trois cures de déxintoxication, mais je retombais chaque fois. C'était affreux pour ma famille et pour moi.

     Un jour,  je suis tombé dans le coma ; mon foie ne pouvait plus supporter la dose quotidienne d'alcool que j'absorbais....des doses mortelles en principe. J'aurais dû mourir, mais je suis ressorti de l'hôpital.

Une belle-soeur chrétienne m'a téléphoné un dimanche matin et m'a dit : C'est aujourd'hui que tu dois faire le pas, aujourd'hui ! Elle m'invitait à une réunion chrétienne. L'après-midi, je m'y suis rendu et là, j'ai connu le grand choc de ma vie. Une phrase inscrite au mur, derrière l'estrade, m'a bouleversé : Rien n'est impossible à Dieu !

     Sans rien connaître à l'Evangile, j'ai mis toute ma confiance dans cette affirmation, sans même savoir que c'était Christ qui l'avait prononcée. Le jour même j'ai été entièrement délivré de l'alcool et depuis, je n'en ai plus jamais bu une seule goutte. Aujourd'hui, je suis un homme heureux et libre !

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

 - Le temps perdu est celui que l'on passe à se dire que l'on a perdu du temps !

 - Et si l'on écoutait les autres au lieu de finir les phrases à leur place ? 

 

SOURIEZ

Max pose une devinette à son copain Rémy :

- Quelle différence y a-t-il entre la lune, la guerre et la famille ?

- Heu ...je ne sais pas...

- Eh bien, la lune est un astre et la guerre un désastre !

- Oui, mais...Et la famille ?

- Elle va bien, merci !

 

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 05:30

homme-enfant

Ce père témoigne : Ce matin, mon enfant s'est mal conduit, et je l'appelle pour régler la chose entre lui et moi. Il s'approche, les yeux baissés. "Gauthier, regarde-moi s'il te plaît", lui dis-je. L'enfant lève les yeux, et nos regards se croisent. J'établis ainsi avec lui un contact personnel. Gauthier réalise qu'il est devant son papa.

     Il lit dans mon regard que je l'aime, et que je m'occupe de lui parce qu'il est mon fils. Il comprend aussi que je ne demande qu'à lui pardonner, s'il reconnaît ses torts. Et grâce à cet échange direct, les choses se règlent  paisiblement.

     Ce soir, c'est avec un jouet cassé que Gauthier se débat. L'air consterné, il le tourne et retourne en tous sens, et tente de l'arranger tout seul. Je suis là et j'attends....Finalement, je l'encourage : "Gauthier, regarde-moi, et explique-moi". Levant les yeux, gauthier découvre enfin que son papa est vraiment là. Voilà celui qui peut l'aider ! Il m'explique alors ce qui ne va pas, et j'ai vite fait d'arranger le jouet.

     Nous aussi nous pouvons tourner les yeux vers notre Père, lui parler et nos prières s'en trouveront transformées.

 

 

ILS ONT ECRIT :

L. Grabb :

- Les personnes qui aiment ont quelque chose de particulier. Elles manifestent une présence qui va au-delà des paroles qu'elles prononcent ou des actes qu'elles accomplissent.

C. Rambert :

- Chaque prise de conscience est douloureuse, mais c'est le prix à payer pour progresser.

 

SOURIEZ : 

 Max entre dans un magasin et demande : - Pouvez-vous me donner une paire de lunettes, s'il vous plaït ?

Le vendeur lui répond :

- Pour le soleil ?

- Non, cher monsieur, c'est pour moi.

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 04:45

enfants0001

L'histoire suivante s'est passée dans un pays en guerre. Les bombardement avaient malheureusement blessé gravement une jeune adolescente de l'école de l'orphelinat du village. Sans une transfusion sanguine rapide, elle devait mourir.Les responsables convoquèrent les quelques élèves dont le type sanguin était compatible avec celui de la jeune fille et leur demandèrent s'il y avait des donneurs volontaires parmi eux.

     Après un silence prolongé, le plus jeune s'avança. L'équipe médicale le prit tout de suite en charge et l'installa sur le lit voisin de celui de la jeune fille. Le jeune garçon semblait troublé et tremblait. L'infirmière esayait de le rassurer. Mais le garçon lui dit :

- Je n'ai pas peur d'avoir mal, mais je vais mourir bientôt, n'est-ce pas ?

- Mais non, tu vas voir que nous allons bien te nourrir et tu vas récupérer très vite !

- Ah bon ?

L'infirmière comprit alors que le jeune garçon croyait qu'en donnant son sang il allait mourir à la place de la jeune fille.

- Puisque tu pensais que tu allais mourir, pourquoi tu t'es proposé comme volontaire ?

Le jeune pointa son doigt vers la fille blessée et dit  :

- Parce qu'elle est mon amie ! 

 

ILS ONT ECRIT

C.Rambert :

- Les obstacles paraissent moins hauts lorsqu'on s'arme de volonté et de courage pour les affronter.

- Savoir ne désirer rien de plus que ce que la vie nous donne. Et s'en trouver bien.

 

SOURIEZ

Max se promène avec un énorme chien jaune. Il croise sa copine Béatrice..

- Il est bizarre ton chien, s'étonne-t-elle. Où l'as-tu déniché ?

- C'est un copain qui me l'a donné.

- Il a l'air costaud, c'est quoi comme race ?

- Je ne sais pas, quand le papa de mon ami l'a ramené d'Afrique, il avait une crinière mais c'était moche,

   alors je l'ai tondu  !

 

Repost 0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 05:39

bible

Sur la place du marché d'une ville du Chili, un chrétien distribue des évangiles aux passants. L'un d'eux prend le livre offert, le feuillette et en déchire avec rage toutes les pages. Le vent les emporte vers l'étalage d'une marchande de bonbons, contente de trouver à si bon compte du papier d'emballage. Un client s'approche, achète quelques bonbons et se trouve très surpris de constater que ceux-ci sont enveloppés dans une feuille imprimée.

     Il lit le texte avec un tel intérêt qu'il revient vers la marchande pour acheter tous les bonbons ainsi enveloppés. Il classe les feuilles et reconstitue presque tout l'évangile de Jean. Le dernier feuillet mentionne une adresse où l'on peut se procurer une Bible. Il en commande une aussitôt.

Aujourd'hui, il consacre une partie de son temps à annoncer dans son pays la bonne nouvelle du salut par Christ. 

     Les moyens qu'emploie Dieu sont extraordinaires : un chrétien qui répand l'évangile, un incroyant qui le déchire, une commerçante qui ne l'apprécie guère et puis un homme que Dieu appelle à son service.....

 

ILS ONT ECRIT

D. Mahoney :

- Il y a une grande différence si nous décidons de ne pas perdre un jeu ou si nous décidons de le gagner.

Inconnu :

- Ne considère pas le vase mais son contenu.

 

SOURIEZ

Le grand frère de Max est furieux :

- Tu as mangé tout seul cet énorme gâteau sans penser à moi ?

- Ne crois pas ça ! Bien sûr que si, j'ai pensé à toi...Pendant tout le temps où je mangeais, je pensais :

pourvu qu'il n'arrive pas tout de suite !  

Repost 0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 05:45

automne.jpg

Betty est atteinte d'une maladie nommée "pelade" ou alopécie" dont l'origine médicale est le stress, la tension nerveuse. Ce problème de santé entraîne une chute de cheveux plus ou moins sévère, fonctionnant par cycles réguliers selon son état de tension intérieure.

    " Voilà maintenant huit ans que je vis tant bien que mal avec ce handicap. Pour une jeune femme, le côté esthétique est important et avoir de beaux cheveux permet de se sentir bien dans sa peau.

     J'ai dû apprendre à vivre avec le regard des autres,...regard interrogateur, moqueur ou empreint de pitié. Par moments, je l'ai très mal vécu et la honte que je ressentais entraînait une véritable crise de confiance. L'image que j'avais de moi-même ne cessait de se détériorer...

     Avec le Seigneur j'ai découvert combien était grande ma tension intérieure et comment y remédier. Ma vie était remplie de craintes de toutes sortes qui entraînaient la chute de mes cheveux. Mais en apprenant chaque jour à me reposer sur Lui, j'étais libérée de mes craintes.     Mes cheveux repoussèrent doucement et je garde confiance pour la suite sachant que ce que Dieu a commencé dans une vie il promet de l'accomplir....".                                                    

 

ILS ONT ECRIT

Homère :

- Quand on a besoin des bras, les secours en paroles ne servent de rien.

Th. Herzl :

- Si vous le voulez ce ne sera pas un rêve.

 

SOURIEZ

Surprise d'entendre un gros mot,  maman interroge ses deux enfants :

- Qui a dit ce gros mot ?

Alors le petit Max répond :

- Moi, je ne peux pas dire de gros mots car j'ai une petite bouche ! 

 

 

 

Repost 0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 05:23

prison-corrie-copie-1.jpg

Christophe 10 ans, handicapé psycho moteur profond, était dans un fauteuil roulant. Des personnes rencontrées en vacances nous on parlé de leur foi et nous ont invité dans une de leur réunion. Nous portions Christophe dans nos bras, en demandant la prière pour lui.

Un jour quelqu'un nous a dit  : "Dieu a entendu vos prières, alors ne demandez plus et attendez sa réponse en lui abandonnant le fardeau !"

Quelque jours plus tard, à la fin d'une réunion, son père raconte : Tout à coup, il m'a échappé et a fait une quinzaine de mètres tout seul. Quelle émotion, quelle joie...Depuis il marche et a fait bien d'autres progrès. Il a maintenant 36 ans....

 

ILONT ECRIT

Inconnu :

- Le grand chêne était jadis un petit gland qui a tenu bon.

- Ne parle pas de tes problèmes, parle à tes problèmes.

 

SOURIEZ

Max ne comprend rien aux balbutiements de son petit frère qui commence à parler.

Il se tourne vers sa maman et lui demande :

- M'man, tu es sûr qu'il est français ?

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 05:29

Main.jpg

Un jour parce que telle est la vie, le destin nous foudroie, ou bien nous rencontrons le malheur. Et nous le rencontrons toujours puisque autour de nous, ceux que nous aimons sont condamnés à disparaître...

Alors, parce que nous n'avons jamais osé parler de ce qui compte vraiment, nous perdons pied.
Nous sombrons dans l'angoisse, nous ne savons plus comment faire face...

La vie n'est pas un chemin facile, les hommes sont mortels. Au coeur du bonheur peut surgir l'effroyable

    Mais le bonheur existe, l'espoir n'est pas seulement une illusion.

Frédéric Chopin est mort de tuberculose, ses dernières paroles furent :

- Maintenant, je suis à la source du bonheur !

Geoffroy Saint-Hilaire, naturaliste français a écrit :

- Si j'ai eu le bonheur de rendre service aux hommes : Gloire à Dieu !

Saint Exupery à écrit :

- Le bonheur n'est pas dans la liberté, mais dans l'acceptation d'un devoir !

Charles Spurgeon :

- Le plus court chemin pour arriver au bonheur, c'est de rendre les autres heureux.

 

D' autres ONT ECRIT :

Eistein :

- Nous aurons le destin que nous aurons mérité.

Faulkner :

- On accuse souvent le destin aveugle, mais ne vaudrait-il pas mieux, s'en prendre au manque de clairvoyance de l'homme ?

 

SOURIEZ

Observant sa mamn piquer un rôti et glisser de l'ail dans les trous qu'elle vient de créer, Max inquiet, la questionne :

- Maman, est-ce que le rôti souffre ?

- Bien sûr que non Max, pourquoi cette question ?

- Alors pourquoi tu lui mets des suppositoires ?

Repost 0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 05:45

Un

 

Elephant.jpg

Une histoire racontée par des Zoulous :

     Trois hommes aveugles avaient grande envie de "voir" un éléphant. Un jour, quelqu'un les amena à un parc en voiture. Là, on leur fit rencontrer un éléphant , on leur dit qu'il était grand, apprivoisé et qu'ils pouvaient s'approcher de lui sans crainte.

Comme un aveugle ne voit pas avec ses yeux mais avec ses doitgs, le premier alla toucher l'animal. Il tâta une de ses pattes arrière. Le deuxième s'approcha et toucha le ventre de l'éléphant,  le troisième sa trompe. Ils étaient tous enchantés et excités d'avoir "vu" un éléphant.

     Quand ils arrivèrent chez eux on leur demanda s'ils avaient vu un éléphant ! Le premier dit :

- C'est comme le tronc d'un gros arbre.  Le deuxième dit :

- Tu n'as rien vu, moi je l'ai vu, c'est comme  un gros ballon. Le troisième dit :

- Où étiez-vous, vous deux ? Moi, je l'ai touché, c'est comme un gros tuyau !

     Après cela, ils se mirent à discuter. Ils avaient tous vu l'éléphant ; le problème était que chacun d'eux n'en avait vu qu'une partie....

 

ILS ONT ECRIT

Jean Calvin :

- La pire des pestes est la raison humaine.

Mark Twain :

- Celui qui dit toujours la vérité n'a pas besoin d'avoir une bonne mémoire.

 

SOURIEZ

Max explique à son petit frère :

- Hier c'est le passé, demain, c'est le futur et aujourd'hui, c'est un cadeau :

  c'est pour ça qu'on l'appelle présent.

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 05:31

cyclone2

Erlo témoigne : "Nous avions préparé une jolie chambre avec de beaux meubles...puis  nous avons fait entrer la jeune fille et nous lui avions dit que nous allions prier pour ses problèmes.

A peine était-elle entrée qu'elle a commencé à démolir les chaises, à renverser la table.

Nous avons donc été obligés de sortir tous les meubles de la chambre et de n'y laisser que le lit.

Mais quand elle a commencé à déchirer les draps nous avons dû sortir le lit et nous lui avons laissé qu'une paillasse d'herbe et une couverture ...

Alors, elle a commencé à casser les vitres et les cadres des fenêtres...En quelques heures la chambre ressemblait à une porcherie, une porcherie avec non seulement un cochon mais des tas de cochons !

Elle n'a pas voulu qu'on prie pour elle, et nous, nous n'avions pas voulu de porcherie ! "

 

ILS ONT ECRIT

William Feather :

- La réussite est principalement due au fait que l'on continue là où d'autres ont abandonné.

Kenneth Hagin junior :

- Si tu sers dans ta maison et que tout est en ordre, tu peux commencer à sortir et servir le monde.

 

SOURIEZ

Moi dit Bastien, ma maman me fait manger beaucoup de viande !

c'est pour ça que je suis fort comme un boeuf !

Max :

- Ben la mienne me fait manger beaucoup de poisson ! Mais rien à faire,

  je ne sais toujours pas nager !


Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 05:14

colombe

Il a écrit : Il me vient à la mémoire le visage de tant d'hommes et de femmes que j'avais croisés le temps d'un regard....Le vie alors valait moins qu'une miette de pain.

Il y avait des hommes au visage maigre dans cette ville qui jadis avaient refusé le combat pour leur vie et qui avaient fuit la haine et allaient à la mort têtes baissés, tranquilles....

     J'ai appris, tout en me battant, à ne pas condamner ces hommes justes. Ils étaient notre part de bonté et témoignaient que l'homme peut, quelles que soient les circonstances, refuser de haïr.

Car celui qui se présente aux hommes avec la seule force de son moi, celui qui est vrai, celui qui parle sans artifice, celui qui refuse la haine, celui-là, le juste, celui-là est quel que soit son destin personnel, écouté par quelqu'un.

     Et sa source ne se tarit pas elle resurgit ailleurs.

 

ILS ON ECRIT

. Gray :

- Il faut toujours du courage pour être soi, pour construire sa vie en harmonie avec les exigences de cette voix qui est en nous, et qui est nous.

W. Churchill :

- C'est une grave erreur de regarder trop loin en avant. Dans la chaîne du destin, nous ne pouvons surmonter qu'un maillon à la fois.

 

SOURIEZ

Max passe le week end chez ses grands-parents.

Assise dans son fauteuil, sa mamie lui demande d'aller chercher son pull-over qui est dans la chambre.

Il revient les mains vides et dit :

- Désolé mamie, mais il n'y a qu'un "pullorouge" dans ta chambre....

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche