Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:44

Une montagne en mal d'enfant

jetait une clameur si haute,

que chacun, au bruit accourant,

crut qu'elle accoucherait sans faute

D'une cité plus grosse que Paris,

Elle accoucha d'une souris.

Quand je songe à cette fable,

dont le récit est menteur

et le sens est véritable,

Je me figure un auteur

qui dit : "Je chanterai la guerre

que firent les Titans au maître du tonnerre."

C'est promette beaucoup ; mais qu'en sort-il souvent ?

Du vent.     La Fontaine

 

Souriez     

Un pneu rencontre un autre pneu

- ça va ?

- Pfiou.............Je suis crevé !

 

Passez tous un excellent week-end !

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 06:16

Que lentement passent les heures

Comme passe un enterrement

Tu pleureras l'heure où tu pleures

Qui passe trop vitement

Comme passe toutes les heures.

J'écoute les bruits de la ville

Et prisonnier sans horizon

Je ne vois rien qu'un ciel hostile

Et les murs nus de ma prison.

Le jour s'en va voici que brûle

Une lampe dans la prison

Nous sommes seuls dans ma cellule

Belle clarté chère ...raison.

 

Souriez

Deux sardines s'ennuient

- Qu'est-ce qu'on fait ce soir ?

- Si on allait en boîte ?

Partager cet article
Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 05:40

Un animateur de radio libre a trouvé une place à France-Musique, et il s'entraîne dur pour ne pas rater sa première émission,

une spéciale consacrée au compositeur russe

Rimski-Korsakov.

A force d'entraînement, l'animateur parvient à prononcer le nom correctement.

Vient le jour de la première. Tendu à l'extrême, suant sang et eau, l'animateur se penche vers le micro et annonce :

- Aujourd'hui, notre émission est consacrée au grand compositeur Rimski-Korsakov.

Rassuré, le gars pousse un soupir de soulagement et parfaitement détendu,  poursuit :

- La première oeuvre du programme que nous allons entendre est le Bol du Vourdon  !

Belle journée à tous !

Partager cet article
Repost0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:00

Un jour Frédéric le Grand visita la prison de Posdam.

Tous les prisonniers déclarèrent qu'ils étaient innocents et ne méritaient pas d'être enfermés.

Sauf un, qui lui, déclara simplement :

- Moi, je suis coupable, je mérite ma punition.

Lorsque l'empereur entendit les paroles de cet homme il se tourna immédiatement vers le chef de la prison et lui déclara :

- Libérez cet homme sur le champ avant qu'il ne corrompe tous ces pauvres innocents.

 

Turenne a écrit :

- J'ai un avis à vous donner :

- toutes les fois que vous voudrez parler, taisez-vous !

 

Quant à moi, je vous souhaite plein de bonnes choses,

du soleil sur vos têtes et dans vos coeurs.

une petite pause s'impose, à bientôt !

Partager cet article
Repost0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 06:31

On raconte l'histoire de Louis, 10 ans qui n'avait pas proféré la moindre parole depuis sa naissance.

Un jour que sa mère lui eut servi plusieurs semaines d'affilée un bol de porridge pour son petit déjeuner il hurla :

- C'est déguelasse, je déteste cette saloperie !

Sa mère bouleversée de l'entendre enfin parler se précipita vers lui pour le serrer dans ses bras et s'écria :

- Nous pensions que tu ne pouvais pas parler, pourquoi n'as-tu jamais rien dit jusqu'à aujourd'hui ?

A quoi il répond sans détour :

- Parce que jusqu'à aujourd'hui je n'avais pas à me plaindre de quoi que ce soit.

Certaines personnes sont incapables d'exprimer autre chose que leur colère ou leur déception,

Quant à celui qui nous critique...

agit-il ainsi pour nous aider ou nous humilier ?

Quelqu'un a dit :

- Lors d'un conflit pose la question :

- Qu'est-ce qui est juste ? et non qui a raison ?

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 05:29

L'art, c'est la gloire et la joie.

Dans la tempête il flamboie ;

Il éclaire le ciel bleu.

L'art, splendeur universelle,

Au front du peuple étincelle,

Comme l'astre au front de Dieu.

L'art est un chant magnifique

Qui plaît au coeur pacifique,

Que la cité dit aux bois,

Que l'homme dit à la femme,

Que toutes les voix de l'âme

Chantent au choeur à la fois !

L'art, c'est la pensée humaine

Qui va brisant toute chaîne !

L'art , c'est le doux conquérant !

A lui le Rhin et le Tibre !

Peuple esclave, il te fait libre ;

Peuple libre, il te fait grand !

Victor Hugo

Il a encore écrit :

Jouissons ! l'amour nous réclame.

Chacun, pour devenir meilleur, cueille son miel, nourrit son âme,

L'abeille aux lèvres de la fleur, le sage aux lèvres de la femme !

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 05:22

Nadine posait sans arrêt des questions. Dès le matin en se levant, pendant le petit déjeuner, lors des repas, à tous moments de la journée et encore le soir dans son lit, juste avant de s'endormir :

- Qu'est-ce que j'étais avant d'être dans le ventre de ma maman ?

- Pourquoi les garçons bousculent-ils les filles qui parlent entre elles dans la cour de récréation ?

- Est-ce que à toi aussi, papa, le maître pinçait les fesses après la classe ?

- Comment il fait papy qui est au ciel pour ne pas tomber sur nous ?

A mesure que Nadine grandissait les questions devenaient plus complexes et plus gênantes :

- Où va la tendresse qu'on ne donne pas ?

- Que devient notre amour quand celui qu'on aime n'en veut plus ?

- Où va le bonheur quand le malheur arrive ?

Mais ce qu'il faut savoir c'est que Nadine ne se contentait pas de poser des questions. En fait pour chacune d'elles, elle avait une réponse qu'elle se hâtait de partager avec son chat !

Lui, l'écoutait ne lui coupait pas la parole et en plus, il la comprenait, car chaque fois, il clignait des yeux comme pour dire :

- Je suis bien d'accord avec toi !

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 05:41

En France, à la fin de la dernière guerre mondiale, un jeune homme traverse à bicyclette une zone occupée par l'armée allemande.

Il veut rejoindre sa famille.

En traversant un village, il fut arrêté à l'endroit ou un soldat allemand a été tué la veille.

Dix personnes furent alignées contre un mur face à un peloton d'exécution. Parmi ces personnes se trouve notre homme de passage.

Il demanda l'autorisation de prier avant l'exécution, autorisation qui lui fut accordée. L'officier allemand se fit traduire la prière...

Il pria à haute voix pour les victimes qui allaient perdre la vie, pour les soldats qui allaient exécuter l'ordre et pour l'officier qui allait donner cet ordre...

Lorsqu'il eut achevé sa prière, l'officier fit déposer les armes et donna l'ordre au peloton de quitter les lieux....

 

SUPERBE WEEK-END A TOUS !

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 05:24

Après que le Milan, manifeste voleur,

Eut répandu l'alarme de tout le voisinage,

Et fait crier sur lui les enfants du village,

Un rossignol tomba dans ses mains par malheur,

Le héraut, du printemps lui demande la vie.

"Aussi bien que manger en qui n'a que le son ?

Ecoutez plutôt ma chanson.

Je vous raconterai Térée et son envie.

- Qui Térée ? est-ce un met propre pour les milans ?

- Non pas c'était un roi dont les jeux violents

Me firent retentir leur ardeur criminelle.

Je m'en vais vous en dire une chanson si belle

Qu'elle vous ravira ; mon chant plaît à chacun."

Le Milan alors réplique :

"Vraiment, nous voici bien, lorsque je suis à jeun,

J'en parle bien aux roi - Quand un roi te prendra,

Tu peux lui conter ces merveilles

Pour un milan, il s'en ira,

Ventre affamé n'a point d'oreilles."

La Fontaine

Partager cet article
Repost0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 05:21

Sophie avait beaucoup d'amour pour son papa.

Il se trouve que celui-ci, très occupé par son travail et souvent en voyage, n'était pas capable de recevoir cet amour.

Pour tout dire, il n'avait pas le temps et ne voyait même pas que sa petite fille l'adorait, et était prête à tout pour obtenir un peu d'attention, un regard, un geste, un petit bisou.

Nous savons que l'amour parental (comme d'ailleurs l'amour amoureux) demande du temps. Hélas comme l'amour que la fillette avait pour son papa n'était pas reçu, il emplissait son corps.

Au point qu'elle était devenue énorme. Elle avait au moins 30 kg en trop, bien qu'elle ne mangeait pas beaucoup et ne se gavait pas de "cochonneries", pas du tout !

Elle mangeait normalement mais gardait tout en elle, et stockait.... avec l'espoir qu'un jour son papa pourrait recevoir son amour.

 

A. Lepsey a écrit :

Sur les épines du chagrin la rose fleurira !

Partager cet article
Repost0