Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 06:08

L'homme livré à lui-même, avec sa propre volonté, défie le ciel et oppresse la terre.

Il n'y a point de fin à sa rage de rébellion.

La mer obéit à l'attraction exercée par la lune, les jusants et le flot

lui font décrire une baisse et une montée d'une incessante régularité

et ainsi rend témoignage d'une activité aussi bien que passive obéissance....

Chaque goutte de l'océan, chaque bulle perlée, et chaque flocon d'écume au goût de levure, chaque coquillage et caillou éprouve la puissance de la loi et

cède ou se met en mouvement tout de suite.

 

Souriez

- Allez mon grand debout, c'est la rentrée des classes !

- Non, je ne veux pas y aller, ils sont pas gentils avec moi, ils ne me font que des misères

- Allons, allons c'est toi l'instituteur, quand même !

Partager cet article
Repost0
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 05:47

Les hommes peuvent être noyés dans des mers de prospérité

aussi bien que dans des fleuves de détresse.

Nos montagnes ne sont pas trop hautes et nos vallées ne sont pas trop basses pour les tentations :

Les épreuves se cachent sur toutes les routes....

Cependant nulle averse ne tombe sans autorisation du nuage menaçant ; chaque goutte reçoit son ordre avant d'être envoyée vers la terre...

 

J. Salomé a écrit :

Personne n'est plus exigeant que celui qui ne demande rien...et le dit.

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 05:38

En voyant son assiette pleine de rondelles de carottes Max appelle sa mère :

- Maman, j'ai mal au ventre !

Mais elle fait la sourde oreille.

- Tu veux un peu de sel ?  un peu de beurre ?

Max : De toute façon c'est pas bon !

Mais la maman ne se laisse pas fléchir.

- Allons, une fourchette pour les petits africains, deux fourchettes pour les petits chinois, trois fourchettes pour les tchétchènes...

Il reste à peu près 4 fourchettes qui serait pour le chat de la voisine qui mange de l'herbe quand son estomac est coincé..

Des petits tas s'amoncellent dans l'assiette.

- Non, ce n'est pas possible, il y en a encore trop, jamais je n'arriverai à vider cette méchante assiette qui le fait exprès ma parole !

Max décide alors de plier une de ses jambes sous ses petites fesses. Cette posture lui permet d'examiner la situation d'un peu plus haut.

Mais voilà que sa cheville se met à le gratter...Sans faire exprès, la fourchette tombe par terre,

- Cette fois c'est sûr, je ne peux pas manger, je ne vais quand même pas manger avec une fourchette sale ou pire...avec mes doigts !!

 

JE VOUS SOUHAITE A TOUS UNE EXCELLENTE FIN DE SEMAINE  !

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 05:34

Nous avons tous des cicatrices.

Ce médecin nous raconte que son ami Paul a passé toute sa vie dans un orphelinat.

Alors qu'il n'était qu'un enfant sa mère l'y a amené, l'a laissé debout sous un grand arbre... elle lui a dit qu'elle reviendrait dans l'après-midi, mais ne revint jamais.

Aujourd'hui c'est un homme d' âge mûr.

" Un jour, nous nous étions donnés rendez-vous pour déjeuner ensemble et je suis arrivé un peu en retard. Je l'ai trouvé dans un état de tension nerveuse incroyable. Il marchait de long en large sur le trottoir, transpirant à grosses gouttes, évidemment très troublé.

Un peu plus tard il me confia qu'il ne pouvait s'empêcher de penser à sa mère qui un jour l'avait abandonné.

Pourtant c'était un adulte, mais son âme portait encore de profondes cicatrices..."

 

B. Doing a écrit :

Ce n'est pas de tomber dans l'eau qui nous noie, c'est d'y demeurer !

Partager cet article
Repost0
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 06:26

La toute-puissance du mal n'a jamais abouti qu'à des efforts inutiles.

La pensée échappe toujours à qui tente de l'étouffer.

Elle se fait insaisissable à la compression ; elle se réfugie d'une forme dans l'autre.

Le flambeau rayonne ; si on l'éteint, si on l'engloutit dans les ténèbres, le flambeau devient une voix, et l'on ne fait pas la nuit sur la parole ;

si l'on met un bâillon à la bouche qui parle, la parole se change en lumière, et l'on ne bâillonne pas la lumière.

 

R. Follereau a écrit :

- Vous ne guérirez pas le monde avec des points d'exclamation.

- Méfiez-vous des mots qui sont d'autant plus sonores qu'ils sont vides !

Partager cet article
Repost0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 05:21

Mon beau tzigane mon amant

Ecoute les cloches qui sonnent

Nous nous aimions éperdument

Croyant n'être vus de personne.

Mais nous étions bien mal cachés

Toutes les cloches à la ronde

Nous ont vus du haut des clochers

Et le disent à tout le monde.

Demain Cyprien et Henri

Marie Ursule et Catherine

La boulangère et son mari

Et puis Gertrude ma cousine

Souriront quand je passerai

Je ne saurai plus où me mettre

Tu seras loin, Je pleurerai, J'en mourrai peut-être.

G. Apollinaire

W. Wordsworth a écrit :

Fuir ce qu'il craint, est plus dans la nature de l'homme,

que rechercher ce qu'il aime !

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 06:16

Barbara était au Texas pour intervenir lors d'un banquet.

" Alors que je m'avançais vers le podium, une dame agrippa mon bras :

- Attention à vos talons il y a un trou dans le tapis !

- Ne poussez pas le podium, il y a des fleurs qui risquent de tomber.

Juste avant que je me mette à parler, je vis l'homme de la maintenance s'avancer vers moi, un verre d'eau à la main :

- Faites attention notre dernier orateur a fait tomber de l'eau sur le micro et a failli être électrocuté...

Pendant tout le temps de mon discours....

heureusement mon talon ne s'est pas pris dans le tapis, les fleurs ne sont pas tombées du podium et je n'ai pas touché à l'eau de sorte que nous avons passé une bonne soirée ensemble !"

 

Chouraqui a écrit :

Etre compétent c'est se tromper selon les règles !

Partager cet article
Repost0
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 06:18

La ville, les villes trop grandes comme des excroissances malades, des énormes tumeur.

Là les hommes déracinés s'ignorent les uns les autres.

Et les villes croissent sans fin : elles sont des gouffres qui se creusent ou se perdent les habitudes fraternelles,

les regards lents et les sourires.

Ces villes où les hommes se heurtent comme des grains de sable, où ils ne sont rien, ces villes où il faudrait recréer la paix, la joie, les liens de la connaissance et de l'affection entre les hommes.

M. Gray 

 

Quelqu'un a écrit :

Se rencontrer pour pouvoir se séparer.

J'accepte de mourir parce que j'ai bien vécu

J'accepte de te perdre parce que je t'ai connu

J'accepte de te quitter parce que je t'ai rencontré

J'accepte d'être avec toi parce que je me suis trouvé.

 

BONNE FIN DE SEMAINE A TOUS !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 06:23

Couchons-nous sur le pavé

Par le soleil chauffé, par le soleil lavé,

Dans la bonne odeur de poussière

De la journée achevée,

Avant la nuit levée,

Et nous guetterons dans le ruisseau

Les reflets des nuages en assaut,

Le coup de sang de l'horizon

Et la première étoile au-dessus des maisons...

 

Souriez

Une femme regardait par la fenêtre chaque matin, et faisait immanquablement un commentaire désobligeant sur le linge "sale" étendu sur la corde de sa voisine. Un jour, elle remarqua que, pour une fois, il était étincelant de propreté : "Peut-être a-t-elle trouvé un nouveau détergent ? fit-elle remarquer.

- J'en doute fort " répondit son mari, "je me suis levé plus tôt ce matin et j'ai nettoyé les vitres de nos fenêtres !"

Partager cet article
Repost0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 06:23

Sans aucun doute vous savez qu'on peut être violé émotionnellement aussi bien que physiquement.

Le coeur d'une personne peut être violé par l'attitude trompeuse ou mal interprétée d'un autre.

Dans l'esprit d'une victime, mille "pourquoi" restent sans réponse.

Mais il se peut aussi qu'il n'y ait jamais eu de raison apparente derrière certains actes d'abus, de viol, de trahison, ou d'adultère.

La dévastation émotionnelle peut atteindre bien plus profondément qu'un abus physique, tout simplement parce qu'il est plus difficile de situer la source de la souffrance pour pouvoir la traiter.

Aucune des parties ne sort indemne

de ces rencontres douloureuses.

Malgré ce que peuvent être les apparences, les deux paient et ont désormais le potentiel de blesser les autres jusqu'à ce que la racine de leur colère soit réglée...

 

H. Hammond a écrit :

Lorsque vous en aurez par-dessus la tête d'en avoir par-dessus la tête, repoussez votre assiette et choisissez un autre menu !

Partager cet article
Repost0