Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 05:27

desert0001

L'auteur Barbara Johnson se sentait irritée : elle était en retard et n'avait pu trouver de place assise dans l'autobus. Tout à coup une voix enjouée, venue de l'avant, déclara à la cantonade : "Quelle belle journée n'est-ce pas ! !"  Elle ne pouvait pas apercevoir l'homme qui venait de parler, mais elle ne put s'empêcher de prêter attention à sa vibrante description du paysage qui défilait sous leurs yeux : le parc, l'église, le cimetière, la caserne des pompiers.....

Il semblait tellement reconnaissant de ce qu'il voyait !  Tout le monde autour de lui semblait partager sa gaieté. Puis l'autobus s'arrêta et Barbara Johnson, en descendant, put entrevoir le voyageur inconnu : un homme ordinaire au regard caché derrière des lunettes noires, qui brandissait une canne blanche d'aveugle !....

 

ILS ONT ECRIT

- La reconnaissance est un boomerang : après avoir enrichi le bénéficiaire, elle revient bénir le lanceur.

- Jour après jour profite de la minute présente pour t'épanouir et épanouir l'autre.

 

SOURIEZ

Dans les vestiaires, Max et ses copains se mettent en tenue pour disputer une partie de football....

- Hé ! Tu as  les pieds encore plus sales que les miens ! dit Rémy à Max.

- C'est normal, j'ai un an de plus que toi !


Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 05:43

orage steve

Savez-vous qu'on peut être violé émotionnellement aussi bien que physiquement ?  Le coeur d'une personne peut être violé par l'attitude trompeuse ou mal interprétée d'un autre. Dans l'esprit d'une victime, mille "pourquoi" restent sans réponse.

Mais il se peut aussi qu'il n'y ait jamais eu de raison apparente derrière certains actes d'abus, de viol, de trahison ou d'adultère. La dévastation émotionnelle peut atteindre bien plus profondément qu'un abus physique, tout simplement parce qu'il est plus difficile de situer la source de la souffrance pour pouvoir la traiter.

     Aucune des parties ne sort indemne de ces rencontres douloureuses. Malgré ce que peuvent être les apparences, les deux paient, les deux perdent des parties d'eux-mêmes. Les deux ont désormais le potentiel de blesser les autres sans arrêt, et cela jusqu'à ce que la racine de leur colère soit réglée.

     Cependant, la puissance de guérison de Dieu est toujours disponible. Mais si nous nous laissons devenir prisonniers du non-pardon et de l'amertume, nous sommes condamnés à vivre une vie de solitude de haine et de désespoir....

 

ILS ONT ECRIT

C.J. Wilson :

- Ce n'est pas l'amour qui perd, mais c'est vous-même. Et la douleur qui vous ronge ne vient pas de la trahison mais de l'amertume qui vous empêche d'aimer à nouveau.

Inconnu :

-Souris au monde et le monde te sourira !

Qu'à chaque instant, notre sourire fasse jaillir des étincelles de joie !

 

SOURIEZ

Un représentant sonne à la porte de Max.

Ce dernier lui ouvre avec une canette dans une main, une glace à la fraise et le visage tout barbouillé de chocolat...

- Heu ...Bonjour petit. Est-ce que ta maman est là ?

- A votre avis ...



Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 05:49

vache.jpg

Martin nous raconte, qu'un jour une de ses vaches était tombée malade : "Je me rendis à l'étable et priai pour elle; Dieu entendit ma prière et guérit l'animal . Une de nos voisines, qui passait devant l'étable, m'entendit prier pour la bête malade, et, rentrée chez elle, raconta le fait dans tout le voisinage avec mépris et ironie.

     Elle s'ingéniait méchamment à ridiculiser ma simplicité ; pourtant elle se disait chrétienne ! Mais qu'on puisse prier pour des gens et même des animaux malades, voilà qui était vaiment par trop cocasse à ses yeux.

     Huit jours plus tard, une de leurs truies portantes tomba gravement malade. Tout naturellemens ils appelèrent le vétérinaire qui arriva le soir et resta à l'étable. Mais en dépit de tous ses efforts, truie et gorets moururent à l'aube...

Malheureusement la femme avait tourné en ridicule ma prière....

     Quinze jours plus tard, dans la même ferme une seconde truie tomba gravement malade, plongeant cette famille dans le désaroi le plus total. Que faire ?  La perte de cette truie leur porterait un coup fatal, car si tout ne marchait pas bien dans leur exploitation, ils n'arriveraient pas à joindre les deux bouts.

     A dix heures du soir on frappe à notre porte....Quelqu'un avait compris....et après avoir demandé pardon, nous avons demandé la clémence de Dieu, Le lendemain la fièvre avait quitté la truie, elle reposait à présent paisiblement."

 

ILS ONT ECRIT

M. Tricky :

- La peur, c'est croire que ça ne fonctionnera pas.

G.S Patton :

- Prendre des risques calculés, c'est tout à fait différent que d'agir avec précipitation.

 

SOURIEZ

La maman de Max se fâche :

- Max ! Tu ne vois pas que ton petit frère est en train de manger le journal !

- C'est pas grave maman, c'est celui d'hier !

Repost 0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 05:34

funambule.jpg

P. Briscoe raconte l'histoire de ce funambule français qui émerveillait les foules  par ses acrobaties. En 1859 il traversa de nombreuses fois les chutes du Niagara sur un filin d'acier tendu entre les rives. A chaque fois il essayait quelque chose de nouveau : il traversa une fois les yeux bandés, une autre fois il porta l'un de ses amis sur les épaules, et osa un jour s'arrêter en plein milieu pour se cuire une omelette !

Somme toute un français typique ! Il alla jusqu'à pousser une brouette au-dessus des chutes. Mais là nous entrons dans la partie  "nébuleuse" de l'histoire ! Pendant des décennies des prédicateurs américains se sont servis de cette histoire pour illustrer le concept de la foi.

Ils racontaient que le funambule se serait adressé à la foule avant de s'engager sur le filin avec sa brouette, pour demander : "Vous croyez que c'est possible ? Et la foule de crier d'une seule voix : "oui, nous le croyons!"  Sur ce il aurait rétorqué : "Dans ce cas, qui va venir s'y asseoir ? ?"

Un seul homme paraît-il, eut assez de "foi" pour embarquer dans la brouette. Une autre version de l'histoire ajoute qu'au milieu de la traversée un mauvais garçon qui avait parié sur la chute du funambule, sectionna un des cables de soutien du filin provoquant un dangereux mouvement d'oscillation.

Terrifié, le "voyageur" de la brouette sauta dans les bras du funambule qui, imperturbable continua son chemin tandis que la brouette s'enfonçait dans les eaux tumultueuses du Niagara !...

 

ILS ONT ECRIT

Luc :

- Si vous aviez de la foi gros comme un grain de moutarde...

Inconnu :

- Ce n'est pas lorsque vous tombez que vous essuyez un échec, mais lorsque vous ne vous relevez pas !

 

SOURIEZ

La maîtresse explique à Max :

- Une très grande rue, on appelle aussi ça une artère !

- Oui, et si on la traverse sans se faire renverser, répond Max, c'est une veine !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 05:49

tempête germain

Paul Harvey a raconté l'histoire de ce père un peu trop porté sur l'alcool qui avait laissé son fils dans sa camionnette, le temps d'aller boire un coup dans le bar du coin. Deux heures plus tard, passablement éméché, il finit par revenir à son véhicule, pour le découvrir vide.

Après pas mal de recherche, il découvrit son fils dans le même bar, en train de boire en compagnie de deux jeunes voyous, tous les trois à peu près saouls. Une bagarre éclata alors et le père du jeune garçon se retrouva au sol, le visage en sang,  son fils soudain dessoulé et en larmes, à genoux devant lui, le suppliant de lui pardonner : "Papa, ne m'en veux pas : je ne faisais que suivre ton exemple."....

 

ILS ONT ECRIT

Paul Lewis :

- Les paroles d'un père sont comme un thermostat, il détermine la température à la maison.

Inconnu :

- Le meilleur moyen pour communiquer du caractère, c'est d'en posséder soi-même.

 

SOURIEZ

Max téléphone à sa grand-mère :

- Allô Bonjour !

- Bonjour...Mais qui est à l'appareil ? demande la mamie.

- C'est moi Max !

- Ah ! Excuse-moi, je ne t'avais pas reconnu !

- C'est normal, je me suis fait couper les cheveux !

Repost 0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 05:45

neige-copie-1.jpg

Dans une maison isolée des Highlands écossais vivait une veuve seule et sans ressources, mais qui avait une confiance absolue en Dieu. C'était en plein hiver et les provisions manquaient. La réserve de farine d'avoine nécessaire au "porridge" quotidien était épuisée.

La veuve se mit au lit, confiante que le lendemain elle aurait de quoi manger. Mais le matin, une tempête de neige faisait rage au dehors, les chemins étaient bloqués, pas moyen de chercher du secours.

Elle alluma son feu, mit l'eau et le sel dans la casserole...." Maintenant se dit-elle, je vais aller demander le reste au Seigneur". Elle entra dans sa chambre, se mit à genoux et, après avoir remercié Dieu d'avoir toujours pris soin d'elle, elle lui présenta son souci.

Pendant qu'elle priait, il lui sembla entendre frapper. Oui, des coups retentissaient avec toujours plus de vigueur. Elle ouvrit et reconnut toute couverte de neige, la fille d'un fermier voisin, qui entra et jeta un sac à terre.

" Je ne sais pas ce qui a pris à mon père ce matin, dit-elle, mais il ne m'a pas laissée tranquille jusqu'à ce que je parte pour vous apporter ces provisions." ....

 

ILS ONT ECRIT

Salomon :

- La tristesse regarde en arrière, l'inquiétude regarde tout autour mais la foi regarde en haut.

Inconnu :

- Donnez ce que vous avez reçu gratuitement comme la rose donne son parfum sans en préciser le prix ...

 

SOURIEZ

Le grand-père de Max lui demande :

- Comment ferais-tu pour capturer un lapin ?

- Eh bien...Je me cacherais derrière un buisson et, j'imiterais le cri de la carotte !

- Ah ! ah ! ah ! Très bonne idée ! Et quel cri ça fait, une carotte ?

- Beurk ! beurk ! beurk !


Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 05:37

nature0001

Daniel et Geneviève se sont rencontrés en stop sur l'autoroute. Etudiante, en histoire, elle avait complètement rejeté son éducation et la foi. A partir de ce moment-là, raconte Daniel, j'ai cheminé avec elle :

" Nous vivions ensemble à la cité universitaire. Pour nous la foi était dépassée, l'homme n'avait pas de salut en Dieu, mais en lui-même. S'Il avait été capable de sauver l'homme, on n'en serait pas là aujourd'hui !  C'est à l'homme de construire un monde meilleur ! Nous avons été interpellés par une rencontre, celle d'un professeur de Psychologie qui devait de découvrir la Bible.

     Il était devenu chrétien et à peine un mois plus tard nous témoignait déjà...Il nous a dit : La psychologie, c'est mon métier, mais il y a bien mieux, il y a Jésus. Ses paroles ont eu sur nous l'effet d'une bombe.

Par la suite il s'est passé quelque chose d'extraordinaire en moi. Certains domaines très profonds de ma vie de ma personnalité qui étaient figés et durcis, ont commencés à se modifier....une métamorphose se faisait à l'intérieur en profondeur.

     Ensuite, j'ai prié dans des cas très précis, très concrets et dans sa grâce Dieu a répondu d'une façon très tangible et évidente...Oui, d'une façon irrévocable. Alors j'ai plié le genou et j'ai cru.

J'étais démolisseur et consommateur, je suis devenu acteur !"

 


ILS ONT ECRIT

B.Gass :

- La plupart des gens savent tirer les leçons de leurs erreurs, seuls les plus sages savent tirer les leçons des erreurs des autres !

Inconnu :

- Les doutes sont des visiteurs terribles au jour de la tristesse. Ils piquent l'âme comme autant de guêpes.

 

SOURIEZ

Max entre en pleurs dans une boulangerie.

- Pourquoi tu pleures petit ? demande la boulangère.

- J'ai perdu la pièce pour acheter une baguette et mon papa va me gronder !

- Ce n'est pas grave, tiens je t'en offre une...

Max continue de pleurer :

- Qui a-t-il encore ? petit !

- Ma...ma monnaie !


Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 05:43

cheval-bandit

"J'étais dan une grande détresse financière, raconte Martin, et suppliais Dieu de m'aider. Une nuit, Sa voix retentit en moi : va de bonne heure ce matin  chez le cultivateur de la commune voisine et offre-lui ton cheval brun. Il te l'achètera et tu pourra payer tes factures.

Il arrive parfois que Dieu nous soumette à une épreuve pour voir si nous acceptons d'offrir ce qui nous tient à coeur....

Je raconte donc à ma femme ce que le Seigneur m'avait dit et de suite elle était d'accord qu'il valait mieux obéir...

Quand j'arrive chez mon acheteur éventuel, il était prêt à sortir pour aller prendre le train. Je réussis quand même à lui demander s'il voulait acheter un cheval ; il me répondit par l'affirmatif, mais à la condition que le cheval soit brun....

Rendez-vous fut pris pour le lendemain.

Avant de partir il m'invita à entrer et boire une tasse de café avec sa femme. Hésitant et gêné, je finis par pénétrer dans la maison.

Je remarquai soudain que la femme du cultivateur était assise près de la fenêtre tout en larmes. Mal à l'aise, je décidai de partir au plus vite mais elle vint vers moi et me dit :

- On m'a dit que vous étiez chrétien, et les gens du village m'ont parlé de vous, de la manière dont vous viviez autrefois et de votre nouvelle vie. Ne voulez-vous pas m'en parler un peu ?

Ces paroles me délièrent sans doute la langue, car je restai là une bonne partie de la matinée à raconter à cette femme ce qu'était ma vie.... Son coeur fut touché, et le jour même elle remettait la sienne au Seigneur !"

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- Il suffit parfois de décider qu'un évènement n'est pas grave pour qu'il soit aussitôt moins sérieux qu'on ne le craignait.

- Si l'on ne fait pas soi-même l'effort de changer, pourquoi vouloir alors que les choses changent autour de nous !

 

SOURIEZ

Max arrive en courant chez lui :

- Maman ! Maman ! En revenant de l'école, j'ai marché sur le pied d'un monsieur sans le faire exprès !

- Oh ! Que lui as-tu dit ?

- Je lui ai demandé pardon et...regarde ! Il m'a donné une pièce de 2 euros !

- Que c'est gentil ! Qu'as-tu fait après ?

- Ben... je lui ai marché sur l'autre pied !

Repost 0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 05:28

coeur-copie-1.jpg

Les peines de coeur nous disent ce qui est important pour nous et ce à quoi nous n'avons pas encore renoncé. Elles nous disent ce après quoi nous languissons en secret comme ce que nous désirons ouvertement. Elles exposent nos attentes, même celles que nous nions, qu'elles soient bonnes ou bien mal placées.

     La douleur nous ramène à la réalité. Elle nous arrache aux rêves qui nous en éloignent. Elle crie plus vort que tous les murmures que nous n'avons pas entendus. La douleur ne se laisse pas oublier. Elle insiste pour que nous regardions de plus près. Elle pointe un doigt intransigeant sur les choses que nous devons régler.

Elle ne diminue jamais...jusqu'à ce que nous abdiquions.

     La douleur exige du changement, ou bien elle criera de plus en plus fort, frappant au même endroit jusqu'à ce que nous admettions où nous en sommes et changions de direction. Elle nous enseigne, elle est inflexible. Elle nous ramène là où nous devons être : en fait, elle nous conduit à Dieu....

 

ILS ONT ECRIT

Proverbe chinois :

- Ce ne sont pas les puces des chiens qui font miauler les chats.

A. Companjen :

- Mais les plus grandes joies de la vie côtoient parfois les plus grandes douleurs !

 

SOURIEZ

Max rentre de l'école et annonce fièrement à son père :

- Papa ! j'ai des poils qui poussent !

- Ah bon ? et depuis quand ?

- C'est la maîtresse qui l'a dit !

- Comment ça ?

- Elle m'a dit : Tu as un poil dans la main, un cheveu sur la langue et tu es toujours de mèche

   avec quelqu'un pour faire des bêtises !

Repost 0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 04:51

base-ball.jpg

Dans les 135 dernières années du base-ball professionnel, seuls 20 lanceurs ont disputé un match parfait. Le 2 juin 2010, Armando Galarraga des Tigres de Detroit serait devenu le 21 ème, si l'erreur d'un arbitre ne lui avait dérobé le titre  dont tout lanceur rêve.

La reprise de la vidéo a montré la vérité. Même si l'arbitre a ultérieurement reconnu son erreur et a demandé à Galarraga de l'en excuser, il était impossible de changer le jugement rendu sur le terrain.

Durant cette situation, Galarraga a gardé son sang-froid, a usé de sympathie à l'égard de l'arbitre et ne l'a jamais critiqué. Le refus d'Armando d'user de représailles a émerveillé tout le monde : partisans, joueurs et chroniqueurs sportifs.

Si nous exigeons d'être traités avec justice, nous risquons de céder à la colère et à la frustration. Cependant si nous adoptons la sagesse de la Bible, nous chercherons le bien des autres....

 

ILS ONT ECRIT

Oswald Chambers :

- Ne recherchez jamais la justice, mais ne cessez jamais de l'accorder ; et ne laissez jamais rien ternir votre relation avec les hommes ....

Proverbe chinois :

- Aimez vos voisins mais ne supprimez pas votre clôture.

 

SOURIEZ

La maîtresse devant sa classe annonce :

- les enfants, nous allons revoir notre cours de grammaire d'hier.

Quelqu'un peut-il me faire une phrase avec un adjectif épithète ?

Max, nous t' écoutons :

- S'il fait beau, nous irons pêcher, épithète demain aussi.

 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche