Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 06:57

Plusieurs d'entre vous apprécient Victor Hugo, c'est pourquoi j'ai lu pour vous à son sujet le petit texte suivant :

 

L'histoire ne marche pas à reculons. On ne fonde pas un empire bourgeois sur les ruines d'une république.

Pour avoir clamé, V. Hugo est exilé par celui qu'il appelait Napoléon le Petit, caricature de l'autre, celui d'Austerlitz.

La République, croit-il, c'est le progrès moral, la vertu individuelle, la légitimité, le peuple justement représenté.

"Dix millions, cent millions de voix scrutinant en masse ne comptent pas devant cet atome, devant cette parcelle de Dieu, l'âme du juste."

Victor Hugo sera ce juste qui se dresse devant le coup d' Etat du prince Louis- Napoléon.

"Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pensée."

Il résonne encore dans ces vers grandioses et passionnés plein de rêve de justice et d'égalité.

Victor Hugo a écrit :

Qui peut, en cet instant où Dieu peut-être échoue,... Deviner

Si c'est du côté sombre ou joyeux que la roue...  Va tourner ?

Qu'est-ce qui va sortir de ta main qui se voile...O destin ?

Sera-ce l'ombre infâme et sinistre, ou l'étoile...Du matin ?

Je vois en même temps le meilleur et le pire ; ...Noir tableau !

Car la France mérite Austerlitz et l'empire ...Waterloo.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 06:21

Ma mère a été la plus grande, la plus douce et la plus permanente occupation de ma pensée.

J'espérais la conserver jusqu'à mes jours les plus avancés.

La jeunesse perpétuelle de son âme se communiquait à son visage.

Les années n'avaient laissé aucune trace sur ses traits : à 66 ans on la confondait avec ses filles.

Elle était conservée par l'atmosphère de résignation, de piété et de paix intérieure, dans laquelle elle s'enveloppait comme ces parfums fugitifs ou comme ces fleurs rares qu'on empêche de s'évaporer ou de se flétrir en les préservant du contact de l'air terrestre....

 

Il a écrit :

Si Dieu n'est pas au bout du chemin, alors à quoi bon marcher ?

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 06:37

On raconte l'histoire d'un mulet qui tomba dans un puits abandonné.

Le trou était trop profond pour pouvoir récupérer le malheureux animal.

Alors, pour essayer d'abréger son supplice le plus rapidement possible, le fermier appela tous ses amis pour l'aider à enterrer le mulet dans le puits.

Les hommes se réunirent et se mirent à remplir le trou avec de la terre.

Le mulet paniqua, secoua la terre de son dos et la foula à ses pieds afin de s'en libérer.

A chaque nouvelle pelletée le processus se répéta jusqu'à ce que le mulet sorte du trou et se retrouve sur la terre ferme !

 

Souriez

Jules interroge son père :

- Papa, pourquoi la mer est salée ?

- Je ne sais pas

- Et le ciel pourquoi est -il bleu ?

- Je ne sais pas

- Papa comment apparaît l'arc-en-ciel ?

- Je ne sais pas

- Papa est-ce que je t'embête avec mes questions ?

- Non, pas du tout ! continue à poser des questions, c'est comme ça que tu vas t'instruire.

 

JE VOUS SOUHAITE A TOUS UN EXCELLENT WEEK-END !

Partager cet article
Repost0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:19

Un incendie avait brûlé chaque pied de vigne de ce vignoble...

Seuls quelques bâtonnets de braises subsistaient.

Un par un, alors que le soleil du matin se levait, les membres de la famille très éprouvés se frayèrent un chemin vers la maison pour fournir un rapport.

Peut-être que l'un d'entre eux était parvenu à sauver une partie du champ ! mais tous, les vêtements carbonisés, les visages noircis, arrivaient à la même conclusion :

Tout était perdu !

Ils n'avaient pu sauver leur seul héritage, et le seul moyen de subsistance pour les générations.

Les vents avaient rapidement transformé le feu en une fureur déchaînée...

Puis soudain, un jeune homme bondit et courut à perdre haleine à travers les ruines jusqu'à un vieux mémorial de famille...là pris dans un bloc de béton et laissé intact par les flammes, il restait un tout petit  pied de vigne bien vivace,

un rejeton en hommage au père, qui avait planté cette vigne des générations plus tôt.  A partir de ce seul rejeton, le vignoble revivrait.

M. Gray a écrit :

La vie est indestructible malgré la mort.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 06:47

Ce petit garçon vient de découvrir qu'il avait plusieurs coeurs :

Rick croyait qu'il n'avait qu'un seul coeur. A la bonne place, là sur le côté gauche de sa poitrine, le coeur qu'il pouvait sentir battre sous sa main chaque fois qu'il le voulait, celui qui était dessiné dans les livres d'anatomie et dans les dictionnaires comme une sorte de poire à l'envers.

Le médecin disait qu'il avait un coeur solide...

Mais un jour qu'il avait mal au ventre, sa maman le voyant tout pâle lui demande : Tu as mal au coeur ?

Il apprit ce jour-là qu'il avait au moins deux coeurs : un dans la poitrine et un dans son ventre.

Un jour la grand-mère eut elle aussi mal au coeur et le médecin disait qu'elle avait le coeur fragile quand on a un coeur gros on a le coeur fragile !

Là Rick a eu du mal à suivre surtout qu'à l'école on lui demandait d'apprendre par coeur les fables de la Fontaine.

Il apprit également qu'un de ces petits camarades avait un coeur de pierre pour avoir frappé une petite fille sans défense et que le héros d'un livre qu'il lisait avait un coeur d'acier et que à la libération de Paris le coeur de la France s'était mis à battre.....

Une autre fois il entendit dire : J'ai demandé à ma fille de parler à coeur ouvert !

Et l'épicière disait : Je n'aurai pas le coeur en paix tant que mon mari n'aura pas réparé le toit !

La maman de son copain lui disait : Arrête de faire le joli coeur...

Et cet homme qui était vraiment sans coeur ! disait-on

Mon coeur bat la chamade et ce n'est pas fini je crois bien avoir un coeur d'artichaut.......

Partager cet article
Repost0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 06:30

De rage elle se précipita à la cuisine, s'y enferma à double tour, s'y promena de long en large à grand bruit, heureuse d'inquiéter son mari.

Il frappe à la porte, lui demande d'ouvrir. Elle sourit, ne répond pas. Il frappe plusieurs fois sans résultat.

Soudain de peur, un coup de sang le frappe à la gorge :

Elle a peut-être ouvert le gaz de la cuisinière pour se suicider et le punir...oh la cata !

- Ouvre ! ouvre !, sinon je défonce la porte !

Elle répond qu'elle n'ouvrirait pas, et qu'elle veut mourir....mais il devina à sa voix qu'elle était en train de manger.

Il se pencha, regarda par le trou de la serrure : Armée d'un long sandwich, elle mastiquait avec une sombre et égoïste animation.

Lorsqu'elle eut fini, elle se recoiffa, se poudra et ouvrit la porte....

 

François Mauriac a écrit :

L'épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 06:42

Il fait nuit, tu vas te promener en forêt. La nuit est faiblement éclairée par la lune, au point que tu ne distingues pas les formes.

Tu entends des bruits qui te glacent le sang. Entre les arbres, quelque chose bouge, quelque chose de grand.

Soudain un grand chien noir vient à ta rencontre...

Tout ton corps est raidi. Tes yeux ont envoyé un message au cerveau : "c'est un ours !"

Tu reste là planté, comme pétrifié. Pourquoi ?

Ce n'était pas un ours mais un chien. Il poursuivait une chienne et ne t'a même pas remarqué.
Mais peu importe que vous regardiez un rocher, une ombre, un chien, un arbre ou un rat, si vous croyez que c'est un ours, vous ne réagiriez pas autrement que si effectivement un énorme grizzly était sur vos talons.

Nous pouvons évidemment nous tromper dans nos pensées mais tant que nous y croyons dur comme fer, nous nous comportons comme si elles correspondaient à la réalité.

 

Tu es ce que tu penses

Que tu sois en présence d'un ours ou d'un rat, si tu crois que c'est un ours, tu te mettras à courir aussi vite que si c'était vraiment un ours....

PASSEZ TOUS UN SUPER WEEK-END... SI POSSIBLE  !

Partager cet article
Repost0
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 06:37

Le coucou a chanté, l'hiver tire à sa fin ;

La bise sur le Rouergue est lasse de souffler

Et porte ses soufflets dans le pays de l'Ourse.

Le printemps se prépare et commence sa course,

Trop longtemps éclipsé, le grand astre du ciel

Quitte sa cape sombre, ôte son noir mantel,

Et du tiède zéphyr déjà la douce haleine

Des ruisseaux prisonniers à faire fondre la chaîne.

De la cime des rocs, à toute heure, un par un,

On voit se détacher les pendants de cristal

Et la neige qui fond, en lessivant les rues,

Jusqu'au fond de leur lit va troubler les rivières.

Sans craindre de l'hiver le funeste retour,

L'amandier se déploie à l'éclat d'un beau jour

P. de Pradings

 

Souriez

- Qu'est-ce que la légitime défense ?  demande la maîtresse à Max

- C'est quand mes notes sont tellement mauvaises que je suis obligé de signer moi-même mon carnet.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 06:26

Les détenus se mirent lentement en colonne sous les ordres des gardiens.

Avec leurs têtes rasées et leurs yeux enfoncés, ils avaient l'air d'apparitions d'outre-tombe : chacun était vêtu de l'uniforme bleu de la prison.

J'en surpris plusieurs à regarder avec envie à travers les barreaux de fer, le bleu turquoise du ciel et le vert lumineux des champs.

Un des prisonniers s'approche murmurant : "Je dois encore faire vingt ans ici !"

Puis soudain, du coin de l' oeil, j'aperçus une élégante créature qui traversait le terrain.

La lumière jouait dans sa toison qui brillait comme l'or au crépuscule.

Contrairement aux prisonniers, elle était soignée, bien nourrie et chaudement enveloppée d'un manteau de fourrure qui la recouvrait de la tête aux pieds.

Avec grâce, elle déambulait dans l'enchevêtrement humain ; tous les yeux étaient rivés sur elle.

C'était un chat ! Avec dignité et élégance, il entrait et sortait de la prison, se pavanant entre les gros barreaux d'acier, totalement libre.

Les grilles et les murs, n'étaient pas un obstacle pour lui, car il vivait dans une autre dimension.

R.Lack

Partager cet article
Repost0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 06:54

L'histoire suivante c'est passée dans un pays en guerre. Les bombardements avaient malheureusement blessé gravement une jeune ado de l'école de l'orphelinat du village.

Sans une transfusion sanguine rapide, elle devait mourir.

Les responsables convoquèrent les quelques élèves dont le type sanguin était compatible avec celui de la jeune fille et leur demandèrent s'il y avait des donneurs volontaires parmi eux.

Après un silence prolongé le plus jeune s'avança troublé, tremblant. L'équipe le prit en charge et l'installa à côté de la jeune fille.

L'infirmière tenta de le rassurer mais le garçon lui dit : "Je n'ai pas peur d'avoir mal mais je vais bientôt mourir, n'est-ce pas ?"

- Mais non, tu vas récupérer très vite.

L'infirmière compris que le jeune garçon croyait qu'en donnant son sang il allait mourir à la place de la jeune fille.

- Puisque tu pensais que tu allais mourir pourquoi tu t'es proposé comme volontaire ?

Le jeune pointa son doigt vers la jeune blessée et dit :

- Parce qu'elle est mon amie !

Partager cet article
Repost0