Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 05:51

nature0001

Une chrétienne témoigne :

"Très jeune j'étais responsable de ma vie :  Petit Rat  à l'Opéra, dès  huit ans, je gagnais mon argent et je rentrais seule le soir après le spectacle. C'était la belle époque...cinéma, théâtre, télévision....

Très vite, je suis sortie avec un homme milliardaire, plus âgé que moi. Il travaillait sur le plan international. Difficile d'imaginer une telle vie : des voyages dans le monde entier, des maisons en Floride, un chalet en Suisse, des appartements en France, voitures chauffeurs....

Pas de limite et cependant j'avais beaucoup de mal à vivre et tout l'argent n'apportait aucune réponse à mes peurs  mes insécurités, mes attentes....

     Alors, j'ai cherché une solution dans divers domaines : méditation transcendantale, médium, guérisseurs...jusqu'à la magie...pilules, tentatives de suicide : hospitalisation, psychiatrie...J'avais honte de ma vie et la relation avec mon mari était devenue si mauvaise que j'ai décidé de partir aux Etats-Unis. Bien sûr rien ne s'est arrangé. Mon état psychique a empiré et ma situation sociale ne valait guère mieux.

     Un jour une voisine est venue me souhaiter la bienvenue. Elle est devenue mon amie, mais je n'avais rien à lui offrir ; bien au contraire, j'étais agitée et même impolie avec elle car je ne supportais personne. Pourtant elle s'occupait de moi, essayait de me trouver des amis. Je lui ai demandé ce qui la rendait si joyeuse et paisible ?

- C'est parce que Jésus est dans ma vie. J'ai éclaté de rire : "Je ne crois pas en Dieu, aussi ton Jésus tu te le gardes !"

Elle n'a pas été fâchée, et a continué à être mon amie.

Puis un jour, j'ai décidé de m'entretenir avec le Seigneur :

- Hum !  Jésus tu es censé être là et moi je suis censée te demander la foi. Alors voilà : je te demande la foi !

Rien ne s'est passé tout de suite. Mais huit jours plus tard, à mon réveil, j'ai senti que le poids que j'avais sur le coeur depuis des années était parti !  Très sceptique, je me suis dit que j'étais dans une période de rémission...

     Pourtant, un sentiment de liberté m'envahissait. Ce même matin, j'ai remarqué qu'il faisait soleil et que les oiseaux chantaient. Je me sentais légère, pure, propre. J'étais bien vivante...."

 

ILS ONT ECRIT

Bonhoeffer :

- Seule est perdue la bataille qu'on abandonne.

Proverbe français :

- Le navire qui n'obéit pas au gouvernail devra bien obéir au récif !

 

SOURIEZ

Ecoute, dit la maman à Max, si tu es sage, tu iras au ciel, mais si tu n'es pas sage, attention tu iras en enfer.

- D'accord, mais qu'est-ce que dois faire pour aller à la piscine ?

 


Repost 0
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 05:22

papillon0001

Par un bel après-midi ensoleillé du mois de juin, Jean, âgé de trois ans, courut vers l'orangeraie du quartier. Ces orangeraies fournissaient un environnement idéal pour l'apiculture. Les jardins avoisinants étaient constellés de ruches qui abritaient des colonies d'abeilles et leurs rayons riches en miel.

     La maman de Jean qui était partie à la recherche de l'enfant, entend soudain des hurlements venant d'un jardin voisin. Elle courut et trouva le petit garçon terrorisé, battant l'air devant un essaim d'abeilles qui s'acharnaient sur lui. Elle le ramassa, chassa les abeilles et se dépêcha de rentrer à la maison.

     En chemin, elle vit les enflures rouges et menaçantes qui se formaient partout. Tout son corps était constellé de vilaines piqûres. L'état d'urgence de Jean appela la maman immédiatement à la prière. Elle implora Dieu de guérir son fils. Plus elle priait plus elle sentait la confiance monter en elle....Elle sentait se libérer en elle, la foi pour la guérison et pendant qu'elle priait l'enfant s'endormit paisiblement, et elle vit les marques des piqûres disparaître une à une, en l'espace de cinq minutes.

     Quand Jean se réveilla quelques heures plus tard il n'avait plus une seule petite enflure rouge sur le corps. Il était guéri !

 

ILS ONT ECRIT

Robert Lalonde :

- Le bonheur est comme un papillon : il vole sans jamais regarder en arrière.

Cl. Bernard :

- Nous avons besoin de croire comme nous avons besoin de manger.

 

SOURIEZ

Le curé demande à Max s'il fait bien sa prière tous les soirs...

- Oh non, c'est ma mère qui la fait.

- Ah oui et que dit-elle ta maman ?

- Elle répète : "Enfin il est au lit, Merci mon Dieu " !

-

Repost 0
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 05:31

aiglon

Beth Anne devait parcourir un marathon de 42 km en moins de 2 h et 45 minutes pour se qualifier pour les jeux olympiques. Elle entra dans la dernière ligne droite après  2 h et 43 minutes de course. Il lui restait 2 minutes pour terminer le marathon et se qualifier, mais avant la ligne d'arrivée elle trébucha et tomba.

     Bouleversée elle resta prosternée dans la poussière pendant 20 secondes.

La foule cria pour l'encourager :

"Relève-toi ! relève-toi ! "   Il lui restait moins d'une minute.  Beth se redressa et commença à marcher douloureusement. A 5 mètres de la ligne  et 10 secondes restantes au chronomètre, elle tomba à nouveau.  Sous les cris d'encouragement de la foule, elle rampa les derniers mètres et franchit enfin la ligne d'arrivée.

     Son temps : 2 h 44 minutes et 57 secondes !

Quelque soit la situation, relevez-vous et continuez !

 

ILS ONT ECRIT

B. Shaw :

- Le succès ne consiste pas à ne jamais faire d'erreur mais à ne jamais faire la même erreur deux fois.

P. Coelho :

- Ce qui  noie quelqu'un, ce n'est pas le plongeon, mais le fait de reter sous l'eau.

 

SOURIEZ

Max a de mauvaises notes à l'école. Son père s'inquiète :

- Tu as bien appris tes leçons, mon chéri ?

- Oui papa, je les connais sur le bout des doigts.

- On va voir ça. Peux-tu me dire où est mort Napoléon ?

- A la page 20 de mon livre d'histoire.

Repost 0
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 05:51

brebis fidèle

L'auteur C.S. Lewis dit que les concepts religieux sont comme des potages : certains sont consistants et d'autres sont clairs. Il y a effectivement des concepts plus difficiles à comprenddre dans la Bible : des mystères, des subtilités et des complexités qui sont une gageure même pour l'esprit le plus accompli.

Par exemple : "Ainsi, Dieu fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut ". Et pourtant dans le même livre il y a des pensées on ne peut plus claires : simples et faciles à saisir : "Dieu est amour".

     John Cameron, un auteur du XVe siècle, suggère ceci : " Dans le même pré, le boeuf peut brouter de l'herbe, l'oiseau peut picorer des graines, et un homme trouve une perle ; dans la seule et  même Ecriture, il peut donc se trouver toutes sortes de passages abordant toutes sortes de conditions. En elle, la brebis peut barboter, l'éléphant peut nager, des enfants peuvent être allaités et de la viande peut être consommée pour fortifier des hommes....".

     Tous les trésor de la sagesse et de la connaissance sont dans la Bible - des océans profonds pouvant stimuler l'esprit le plus averti et des endroits peu profonds où toute âme simple peut naviguer.

 

ILS ONT ECRIT :

Baden Powell :

- L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres.

- Les connaissances sans le caractère ne sont que la croûte sans le pâté.

 

SOURIEZ

A l'approche du 15 septembre, une maman interroge son fils :

- Tu as enfin choisi ce que tu veux pour ton anniversaire Max ?

- oui.

- Et alors qu'est-ce qui te ferait plaisir ?

-Je voudrais le camion  de pompier que tu as caché dans le placard !

 

 

Repost 0
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 05:27

chutes-niagara-copie-1.jpg

A quelques kilomètres en amont des chutes du Niagara, l'eau du fleuve court tranquille...  Pendant la belle saison, on peut s'asseoir au bord de ses rives fleuries, écouter le chant des oiseaux ou même le clapotis des petites vagues qui viennent mourir sur les cailloux du bord... C'est une scène pleine de charme et de douceur et qui serait toute pareille à ce qu'on peut voir au bord de tous les fleuves, si l'on n'entendait incessamment monter de là-bas le sourd mugissement de la cataracte.

     On songe alors que les eaux paisibles vont tout à l'heure devenir torrentueuses, que tout ce calme va se changer en catastrophe et l'on est saisi à la fois par le contraste entre deux aspects si différents du même fleuve en marche et par l'union profonde, l'identité absolue qui règne entre les deux...

     Comme le fleuve roule vers l'abîme, ainsi les récits sacrés roulent vers la croix.

La croix n'est pas l'une des doctrines de l'Evangile, elle en est l'âme comme le soleil est l'âme du monde vivant...

 

ILS ONT ECRIT

Jonathan Swift :

- Nous avons juste assez de religion pour nous haïr, mais pas assez pour nous aimer les uns les autres.

D. Bonhoeffer :

- Si vous prenez le mauvais train, il est inutile d'arpenter les couloirs dans la bonne direction.

 

SOURIEZ

Max va chercher une pizza 

Le marchand lui demande :

- Je te la découpe en quatre ou en huit parts ?

- Oh en quatre parce que je ne pourrai jamais en manger huit !

Repost 0
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 05:02

a-haiti.jpg

Après le tremblement de terre de 2010 en Haïti, nous avons tous été bouleversés de voir les images de la destruction et de la souffrance que le peuple de ce minuscule pays subissait. Parmi les nombreuses images à fendre le coeur que j'ai vues, il y en a une qui a particulièrement retenu mon attention.

Elle montrait une femme en train de pleurer en fixant du regard la destruction massive qu'elle avait sous les yeux. Son esprit  ne parvenait pas à gérer la souffrance de son peuple et le coeur pris en étau, ses larmes se sont mises à couler. Sa réation était compréhensible.Parfois les larmes sont la seule réaction qui convient aux souffrances que nous connaissons.

     En examinant cette image, nous pouvons penser à la compassion de notre Seigneur : En approchant de Jérusalem - marquée par la corruption, l'injustice et la douleur qui font verser des larmes - il a pleuré....

Face à l'inhumanité, aux souffrances et au péché qui détruit tout dans le monde, quelle réaction adopter ? Si l'état de notre monde chavire le coeur de Christ, ne devrait-il pas chavirer aussi le nôtre ?

 

ILS ONT ECRIT

- La compassion offre tout le nécessaire pour guérir les blessures des autres.

Paul Bourget :

- La pire misère du coeur n'est pas de saigner mais d'être paralysé.

 

SOURIEZ

Max demande à son père :

- Papa le blanc, c'est une couleur ?

- Oui

- Et le noir ?  Le noir c'est une couleur ?

- Euh...oui

- Ah je le savais bien que la télé noir et blanc de mamie, c'est une télé couleur !

 

Repost 0
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 04:51

Abidjan

Elle se sentait toujours mal à l'aise et hors de son élément à l'école. Il s'agissait d'une grande fille de ferme aux cheveux raides et aux robes en toile de sac qui devait immédiatement après la classe, traire les vaches, nourrir les volailles, sarcler les mauvaisses herbes et porter le bois...

     A l'âge de onze ans, quand elle a appris que Jésus offrait le pardon des péchés et la vie éternelle à celui qui le lui demandait, elle a su ce qu'elle avait à faire...et c'était pour elle comme découvrir une mine d'or ! 

Voici ce qu'elle a écrit : " Un dimanche un missionnaire est venu parler dans notre église. Il a dit que 90 % de ceux qui "allaient "prêcher et "faisaient" des disciples, se concentraient sur à peine 10 % de la population mondiale. Je me suis dressée sur ma chaise. Cela signifiait que les 10 % restants devaient s'intéresser à 90 % du monde !

     Il me fallait devenir missionnaire, peu importe ce que cela signifiait. Plus tard, lors d'un camp d'été, un missionnaire nous dit que, si nous projetions de devenir missionnaires, nous ferions bien de commencer à prier sans tarder pour ces gens vers lesquels Dieu nous enverrait un jour...

Mais je me posais de nombreuses questions : que font les missionnaires exactement ?   Comment savent-ils quand leur travail est terminé ? Je ne me sentais pas à la hauteur de la tâche...aller dans le monde entier !!

     Alors j'ai discuté avec Dieu : " Et mon rêve de ferme, d'infirmière ? Dans quel pétrin me suis-je fourrée ?" 

J'ai lutté. Je lui ai dit et répété : "Tu as dû te tromper de personne, je ne peux pas faire cela. Je ne sais même pas exactement ce qu'est un missionnaire !. Mais cela semble laisser Dieu indifférent, il n'acceptait pas mes lacunes pour excuse.

Après des mois de lutte, j'ai capitulé et j'ai finalement dit à Dieu : "D'accord, je le ferai, je le ferai même si j'en ai horreur !"

J'ai dit adieu à ma ferme, à ma carrière, à ma famille, à tout ce que j'avais toujours désiré. J'ai laissé mourir mon rêve..."

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- La sagesse consiste à demander à soi davantage qu'aux autres .

- Ne pas confondre fuir et partir. Le destin finit toujours par rattraper ceux qui avaient tenté de lui échapper.

 

SOURIEZ

Max écrit une lettre à sa petite amie :

- Le midi je ne mange pas car je pense à toi, le soir je ne mange pas car je pense à toi,

et le soir je ne dors pas car ...j'ai faim !

 

Repost 0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 04:58

fleuve-Dieu-copie-1.jpg

Dans la petite église de son village, Mary avait la charge d'un couple âgé qui aimait beaucoup le Seigneur. Ils avaient perdu leur fille unique Dory qui possédait une très jolie voix et chantait souvent comme soliste dans leur assemblée :

Un jour Dory alla dans le jardin pour y prendre quelques photos..... 

Le lendemain elle tomba malade et mourut deux jours plus tard...foudroyant !

Les parents furent accablés de douleur...ils étaient inconsolables.

Plus tard, se souvenant de l'appareil photos, ils sortirent le film avec soin afin de le faire développer.

On peut imaginer leur surprise en voyant une belle photo de leur fille, debout dans le jardin, sa longue chevelure reposant sur son épaule gauche, et au-dessus de l'épaule droite ...la présence d'un magnifique chérubin ailé !

La découverte de cette photo et de son contenu les a considérablement réconfortés !

 

ILS ONT ECRIT

Ch. Spurgeon :

- L'amour est le seul mouchoir qui sèche les larmes de ceux qui sont tristes.

Mike Murdock :

- Quand vous ressassez le passé, vous empoisonnez le présent.

 

SOURIEZ

- Max où est passé le paquet de bonbons qui était sur l'étagère de la cuisine ?

- Je l'ai donné à un pauvre enfant qui avait très faim, maman.

- Ah ! dans ce cas, c'est plutôt une bonne action. Et qui était cet enfant qui avait faim ?

- Ben ...moi !


Repost 0
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 04:27

cadeaux.jpg

Remercier quelqu'un pour son cadeau nous sert en réalité à lui indiquer combien son geste nous a plu. L'auteur G.B Stern a dit un jour :

- La gratitude silencieuse n'apporte pas grand-chose à qui que ce soit !

Lorsque notre fils était jeune, il fallait parfois lui rappeler qu'il ne remerciait pas correctement les gens en évitant de les regarder dans les yeux, en se regardant plutôt les pieds et en marmonnant quelques mots inintelligibles. Et après plusieurs années de mariage, ma femme et moi apprenons encore qu'il est important que nous nous exprimions sans cesse de la gratitude l'un envers l'autre. Lorsque l'un de nous ressent de la gratitude, il essaie de la verbaliser - même s'il l' a déjà fait plusieurs fois au sujet de la même chose. "Ressentir de la gratitude sans l'exprimer équivaut à emballer un cadeau sans le donner."

     Il est manifestement important de démontrer notre gratitude dans nos relations humaines, mais cela est encore plus important dans notre relation avec Dieu."

 

ILS ONT ECRIT :

C. Rambert :

- Qu'est-ce que la gentillesse ?

une attention à autrui, une suspension du jugement moral.

- Accueillir les leçons de la vie en les identifiant et en acceptant leur message, est une preuve de sagesse...

 

SOURIEZ

Fred voit son ami Max attablé devant une énorme pizza :

- Tu ne vas pas manger ça tout seul ?

- Bien sûr que non !  les frites que j'ai commandées arrivent !


 

Repost 0
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 05:34

horloge.jpg

En 1876, Henry Clay Work a composé une chanson intitulée "My Grandfathers's Clock" décrivant l'horloge qui rythme par son tic tac la vie du grand-père qui en est le propriétaire. Il voit toute sa vie - enfance, vie d'adulte et vieillesse - selon son horloge bien-aimée. En voici le refrain :

     "Quatre-vingt-dix ans sans prendre de retard ; tic, tac, tic, tac, ; les secondes de sa vie elle égrène ; tic tac, tic tac ; mais elle s'est arrêtée net, pour ne jamais plus se remettre en marche, quand le vieil homme est mort."

     Le tic tac inlassable de l'horloge nous rappelle que notre temps sur la terre est limité. Malgré les joies et les douleurs de la vie, il ne cesse de passer. Pour le croyant, son temps ici-bas est l'occasion d'acquérir de la sagesse.

Peu importe à quelle étape de la vie on se trouve - enfance, adolescence, vie d'adulte, ou vieillesse - la vie offre toujours des occasions de grandir....

     Pour progresser dans la vie, il est sage de compter ses jours.....

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- Après une journée de travail, trouver le temps, la force et le talent...de rire.

- Cesser de regarder sa montre. La comptabilité du temps est un facteur de stress.

 

SOURIEZ

La maîtresse explique à ses élèves :

- Dans la vie, ce qu'il faut, c'est poser des questions au bon moment.

Alors Max lève la main

- Pourquoi ?

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche