Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 07:06

coucher confiance

Voici un extrait de la lettre d'un jeune garçon :

- Une très jolie femme habite dans la même rue que moi. Je lui rends visite tous les jours. Auprès d'elle, j'ai l'impression d'être l'enfant le plus important du monde. Nous jouons ensemble au jeu de dames et elle m'écoute avec attention lorsque je lui parle de mes problèmes. Je sens qu'elle me comprend. Au moment de la quitter, elle me déclare chaque fois combien elle est fière de moi...

     Le garçon terminait sa lettre en disant :

-Sur cette photo vous verrez vraiment la femme la plus belle du monde. Un jour, j'espère me marier avec une femme aussi jolie qu'elle.

Sur cette photo, une femme âgée au sourire édenté, assise dans un fauteuil roulant. Ses cheveux gris étaient ramenés en petit chignon. Mais les rides profondes qui sillonnaient son visage ne pouvaient faire oublier l'étincelle pétillant au fond de ses yeux....

 

ILS ONT ECRIT

B. Gass :

- La plupart des gens savent tirer les leçons de leurs erreurs, seuls les plus sages savent tirer les leçons des erreurs des autres.

G.Jung :

- Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l'apathie en mouvement.

 

SOURIEZ

Deux amis discutent :

- Moi ça fait au moins 10 ans que je n'ai pas parlé à ma femme !

- Pourquoi vous êtes fâchés ?

- Non, mais je n'ai jamais osé l'interrompre !


Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 07:19

araignée

La maîtresse a hurlé :

- Silence ! Taisez-vous ! Excercice 6 page 23 ! Silence ! J'ai dit SILENCE !

J'ai compté : c'était la quarante-septième fois qu'elle hurlait aujourd'hui. Et j'ai pensé :

"Si elle continue, elle va me transpecer la tête, je le sens, ça va éclater comme une fusée."

On s'est tous mis à écrire dans nos cahiers. On osait à peine respirer; je crois bien qu'on allait étouffer.

     Et puis, Marie a laissé tomber sa gomme.

- SILENCE ! a hurlé la maîtresse. Taisez-vous et travaillez !

Alors moi, Jules, je me suis levé et j'ai respiré autant que j'ai pu. J'ai regardé la maîtresse et j'ai hurlé :

- SILENCE ! Taisez-vous et laissez-nous travailler !

Elle a ouvert très grand la bouche et elle a mis la main sur son coeur. Et puis elle a fermé la bouche, ouvert la bouche, fermé la bouche.....

On a compris qu'elle allait étouffer. On a vite cherché un bocal et on l'a rempli d'eau. On a mis le bocal sur le bureau et la maîtresse a plongé dedans. Elle nageait furieusement dans l'eau et tournait à toute vitesse en ouvrant et en fermant la bouche...ça faisait des bulles.

On s'est remis au travail. J'ai fini mon exercice et puis j'ai écrit un texte. Une histoire de pirates. Ensuite avec David, on a cherché dans un livre des renseignements sur Marco Polo. Et j'ai pensé : "Si elle reste encore un peu dans son bocal, j'aurai le temps de faire des mathématiques.

Et peut-être, même, d'écouter de la musique."....

 

Prenez soin de vous et bon Week-end  à tous !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 07:33

ciel étoilé

On raconte que Voltaire, le célèbre philosophe, au cours d'un banquet, voulut amuser les convives en s'écriant : "Je vends ma place au paradis pour un louis d'or !"

Après un long silence, quelqu'un se leva : "Monsieur, toute personne qui désire vendre quelque chose doit d'abord prouver qu'elle en est bien propriétaire.

Si vous me montrez votre titre attestant que vous avez une place au paradis, je l'achète pour la somme demandée."

Voltaire, dont l'intelligence avait habituellement réponse à tout, fut réduit au silence.

Cette plaisanterie provocatrice montre toutefois que son auteur était préoccupé par ce qu'il y a au-delà de la mort, et n'avait pour lui-même aucune certitude....

 

ILS ONT ECRIT

Câmara :

- S'ouvrir aux idées, y compris à celles qui sont contraires aux nôtres, c'est avoir le souffle d'un bon marcheur.

- Heureux qui comprend et vit cette pensée : "Si tu n'es pas d'accord avec moi, tu m'enrichis."

 

SOURIEZ

Jules ! n'oublie pas que nous sommes sur terre pour travailler !

- Bon, alors moi c'est décidé, plus tard je serai marin !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:08

chat

"J'ai tout de suite compris qu'il s'était passé quelque chose de grave. Dès que je l'ai vu. Il avait sauté sur mon lit et il se léchait les babines d'une manière qui m'a semblé bizarre. Je ne saurrais expliquer pourquoi, mais ça me semblait bizarre. Je l'ai regardé attentivement, et lui me fixait avec ses yeux de chat incapables de dire la vérité.

Bêtement, je lui ai demandé :

- Qu'est-ce que tu fais ?

Mais lui, il s'est étiré et a sorti ses griffes, comme il fait toujours avant de se rouler en boule pour dormir. Inquiet, je me suis levé et je suis allé voir le poisson rouge dans le salon. Il tournait paisiblement dans son bocal, aussi inintéressant que d'habitude....J'ai pensé à ma souris blanche. J'ai essayé de ne pas m'affoler, de ne pas courir jusqu'au cagibi où je l'ai installée. La porte était fermée....J'aurai dû être soulagé. Mais en regardant ma chambre, j'ai vu la porte du balcon entrouverte....je me suis avancé et j'ai ouvert complètement la porte du balcon. J'ai levé les yeux vers la cage du canari suspendue au plafond par un crochet...il ne lui manquait pas une plume.

Je suis retourné dans ma chambre et j'allais me rasseoir à mon bureau lorsque j'ai vu le chat soulever une paupière et épier mes mouvements. Il se moquait ouvertement de moi.

Alors j'ai eu un doute. Un doute horrible, je me suis précipité dans la cuisine et j'ai hurlé quand j'ai vu... Le monstre il a osé ! Il a dévoré...

Je me suis laissé tomber sur un tabouret épouvanté, anéanti. Sans y croire, je fixai la table et l'assiette retournée.....Il a dévoré mon gâteau au chocolat !"

 

IL A ECRIT

Proverbe africain

- Quand un arbre tombe, on l'entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit.

 

SOURIEZ

La maman de Jules explique à son fils.

- Dans la vie, ce qui est important, c'est de faire son devoir et de se moquer du reste.

- Alors, il va être content papa ! J'ai fait un devoir à l'école, j'ai eu un zéro, et je m'en moque !

 

EXCELLENT WEEK-END A TOUS !!

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 06:35

terre-copie-1

Le 28 janvier 1986, six membres d'équipage et une institutrice avaient pris place dans la navette spatiale Challenger sur son pas de tir de la base spatiale Kennedy. L'intérêt particulier de ce vol résidait dans la présence pour la première fois, d'une civile qui n'était pas astronaute, Krista Mc Auliffe. C'est pourquoi tous les écoliers des Etats-Unis étaient devant leur petit écran et virent la navette s'arracher à sa rampe de lancement.

     Moins de deux minutes après le départ, des dizaines de milliers d'élèves et d'innonbrables spectateurs assistèrent consternés à l'explosion de la navette et à sa retombée sur la terre en une immense gerbe de feu.

Celui qui a été témoin de ce spectacle ne l'oubliera plus jamais...

Les sept occupants de la navette ont péri à l'apogée de leur mission. Ils s'étaient préparés pendant des années pour ce vol spatial. Bien que leur mission ne fût pas tout à fait achevée, ils avaient déjà apporté une contribution à la science.....

Ils sont morts en héros et non en ratés. Leur engagement les a amenés au bord du succès....

 

ILS ONT ECRIT

- Vivez comme si vous deviez mourir demain, apprenez comme si vous deviez vivre toujours.

Woody Allen :

- L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible.

 

SOURIEZ

Le médecin demande à Jules :

- Pour remplir cette fiche, j'ai besoin de quelques informations.

Tout d'abord, quel est le jour de ton anniversaire ?

- Le 10 février

- Oui très bien, mais quelle année ?

- Ben m'sieur, tous les ans !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 06:39

jungle-copie-1

On raconte l'histoire trragique qui s'est déroulée autrefois sur le Morne Brabant montagne du sud de l'île Maurice, aux falaises presque verticales.

Des esclaves en fuite étaient parvenus à escalader ses versants, et à installer une petite communauté sur son sommet boisé. Ils vécurent là de nombreuses années, se nourrissant de sangliers, de singes, de fruits et de miel sauvage.

En 1832, tous les esclaves de l'île furent affranchis. On envoya donc une compagnie de soldats pour annoncer la bonne nouvelle à la communauté...et ce fut le drame ! Les anciens esclaves, pensant qu'ils allaient être repris, se jetèrent dans la mer à des centaines de mètres plus bas, choisissant une mort certaine....

Ext. La Bonne Semence

 

ILS ONT ECRIT

Proverbe japonais :

- Mieux vaut voyager plein d'espoir que d'arriver au but.

Stendhal :

- La chance s'attrape par les cheveux, mais elle est chauve.

 

SOURIEZ

- Jules !  par quelle lettre commence "hier"?

- Par un "D", madame !

- Par un "D" ?  Tu en es certain ?

- Oui ! Hier, on était dimanche !

 

 

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 06:56

détenu0001

Inventaire

Une pierre, deux maisons, trois ruines, quatre fossoyeurs

un jardin, des fleurs, un raton laveur

Une douzaine d'huîtres, un citron, un pain, un rayon de soleil, une lame de fond

Six musiciens, une porte avec son paillasson, un monsieur décoré de la légion d'honneur

un autre raton laveur.....

 

IL A ENCORE ECRIT

Le bouquet

Que faites-vous là petite fille

Avec ces fleurs fraîchement coupées

Que faites-vous là jeune fille

Avec ces fleurs ces fleurs séchées

Que faites-vous là jolie femme

Avec ces fleurs qui se fânent

Que faites-vous là vieille femme

Avec ces fleurs qui meurent

    J'attends le vainqueur .....

 

SOURIEZ

- Jules où est la passoire ?

- Je l'ai jetée, elle était pleine de trous !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 06:52

 gorets

     Entrée

Les asperges trempaient mollement dans une sauce mousseline légère onctueuse.

     Plat principal

Arriva un rosbif. Un rosbif saignant très imposant, ficelé comme un général en uniforme et accompagné d'une armé de petits pois carottes. Sans sommation et sans dclaration de guerre, le général rosbif lança ses troupes à l'assaut et une grêle de petits pois s'abattit sur les innocentes asperges.

     Fromage

Les asperges, à la hâte, construisirent un fortin avec une pointe de brie, un morceau de gruyère et un munster très odorant. Malheureusement, le brie était coulant, le gruyère plein de trous et le munster un peu trop mou.

     Dessert

Soudain, une tarte aux pommes apparut dans le ciel. Elle descendit lentemnet, sans bruit, et atterrit près du fortin où s'étaient réfugiées les asperges. Deux quartiers de pomme lancèrent une échelle de corde. Sans perdre de temps, les asperges grimpèrent sur la tarte.

Quand elles furent toutes à bord, les quartiers de pomme retirèrent l'échelle et donnèrent le signal du départ. Et la tarte volante s'éleva dans les airs à une vitesse prodigieuse, laissant le rosbif et ses troupes abasourdis et furieux...

 

ILS ONT ECRIT

Tristant Bernard :

- La paresse est utile à cause de l'effort qu'elle demande pour être surmontée.

 

SOURIEZ

Un jour un pasteur qui descendait une rue remarqua Jules qui sautait devant une porte d'entrée pour essayer d'atteindre la chaîne d'une ancienne cloche faisant office de sonnette. Parce qu'il avait pitié de lui, le pasteur s'approcha et tira la chaîne de la cloche. Puis souriant à Jules, il lui demanda ce qui allait se passer.

Celui-ci s'exclama :

- On se taille le plus vite possible !


ET MOI JE VOUS SOUHAITE UN EXCELLENT WEEK-END !!



Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 07:36

coeur rose bleu

Ernest Gordon raconte les années qu'il a passées en tant que prisonnier de guerre durant la Seconde Guerre mondiale. L'homme a alors souffert de paludisme, de la diphtérie, de la typhoïde, du béribéri, de la dysenterie et d'ulcères, sans compter que les gros travaux et la rareté de la nourriture ont eu tôt fait de réduire son poids à moins 45 kg pour 1m88.

L'insalubrité de l'hôpital de la prison a poussé Ernest désespéré à demander qu'on l'envoie dans un lieu plus propre : la morgue. Là, il attendait de mourir.

Chaque jour toutefois, un autre prisonnier venait laver ses plaies et l'encourager à manger une partie de sa propre ration. Et tandis que cet homme discret et modeste, ramenait Ernest à la santé, il lui parlait de sa foi et lui montrait que, même au coeur de la douleur, il y a des raisons d'espérer...

 

ILS ONT ECRIT

A. France :

- L'artiste doit aimer la vie et nous montrer qu'elle est belle. Sans lui, nous en douterions.

Proverbe africain :

- Il n'y a pas qu'un jour, demain aussi le soleil brillera.

 

SOURIEZ

Un homme novice décide d'acheter un cheval. L'ancien propriétaire du cheval lui précise quelques règles élémentaires de dressage :

- Pour le faire avancer il faut lui dire "ouf" et pour l'arrêter dans sa course "oh".

Il propose de l'essayer et s'en faire une promenade.

Une fois lancé au galop, il aperçoit au loin une falaise dangereuse. Il se rapproche sans pouvoir même arrêter l'étalon. D'un seul coup, le mot magique lui revient et s'écrie "oh".

Le cheval s'arrête net avant la chute. Le cavalier, ayant échappé au pire respire d'aise : "ouf" .......


Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 07:02

araignée

Un bloc de marbre était si beau

Qu'un statuaire en fit l'emplette.

Qu'en fera, dit-il, mon ciseau ?

Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?

Chacun tourne en réalité,

Autant qu'il peut, ses propres songes ;

L'homme est de glace aux vérités ;

Il est de feu pour les mensonges....

 

IL A ENCOR ECRIT

- Autrefois Carpillon fretin

Eut beau prêcher, il eut beau dire,

On le mit dans la poële à frire.

Je fis voir que lâcher ce qu'on a dans la main,

Sans espoir de grosse aventure

Est imprudence toute pure....

 

SOURIEZ

Le général Jaruzelski, maître de la Pologne arrive un jour dans son bureau avec une écharpe et un gros manteau de fourrure, alors qu'il fait plutôt beau temps à Varsovie.

- Que se passe-t-il, camarade général ? demande l'un de ses adjoints. Tu as pris froid ?

- Non réppond Jaruzelski, mais il neige à Moscou !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche