Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 05:59

On ne cesse de dire que la maladie du siècle est le mal de dos.

En France 7 personnes sur 10 en souffrent. Les causes sont multiples :

traumatisme, blessure, hernie discale, arthrite,

arthrose, surpoids, sédentarité, mauvaise posture...

Mais il y a aussi l'expression populaire qui dit :

en avoir plein le dos !

être excédé, en avoir ras le bol...mal de dos qui casse une personne en deux...

Plus vous vous ployez, plus la charge augmente...

M.L.King dans sa lutte contre le racisme dit un jour :

Chaque fois que les hommes et les femmes redressent l'échine, ils peuvent aller où ils veulent ;

personne ne peut monter sur votre dos tant que vous vous tenez droit !

Repost 0
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 05:27

Qui vous a dit que la nuit ne se terminera jamais par le lever du jour ?

Qui vous a dit que l'océan de la vie allait se retirer jusqu'à ce qu'il ne reste que des étendues boueuses d'une horrible pauvreté ?

Qui vous a dit que l'hiver de votre insatisfaction continuerait de gelée en gelée, de neige, glace et grêle en neige plus profonde et en tempête de désespoir redoublée ?

Ne savez-vous pas que le jour vient après la nuit, que la mer revient à marée haute que le printemps et l'été succèdent à l'hiver ?

Espérez-donc !

 

J. Phelps a écrit :

Un homme qui ne fait pas d'erreurs ne fait certainement rien d'autre .

Repost 0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 05:47

Lorsque le cyclone ou le tourbillon de vent sera déchaîné, malheur à l'arbre qui n' aura pas sucé de la sève fraîche et qui n'aura pas étreint le rocher, avec de nombreuses racines entrelacées.

Quand les tempêtes se lèvent, malheur aux marins qui n'ont pas renforcés leur mât ni jeté leur ancre, ni cherché le port.

Le nuage le plus sombre s'éparpillera lui-même dans des averses de pitié.

La mélancolie la plus noire fera place au matin.

Quand les nuages noirs s'amassent le plus, la lumière nous est révélée avec plus d'éclat.

Ch. Spurgeon

 

R. Follereau a écrit :

L'homme est libre dans la vie comme le poisson dans la rivière :

entre la source et la mer ...

 

EXCELLENT WEEK-END A TOUS

Repost 0
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 05:34

Docteur H. raconte cette histoire qu'elle a vécue alors qu'elle travaillait dans un hôpital de brousse au Congo :

- Une nuit une femme donna naissance à un bébé prématuré, mais elle ne survécut pas à l'accouchement, nous laissant le bébé et sa grand soeur âgée de deux ans.

Nous  n'avions pas de quoi tenir le bébé au chaud, il nous fallait une bouillotte.

Nous ne pouvions qu'envelopper le bébé, le mettre dans une boîte et allumer un bon feu.

Lors d'une réunion, je fis part de cette histoire et de nos besoins...Quand soudain une petite fille de 10 ans se lève et dit :

"S'il te plaît Dieu, envoie une bouillotte cette après midi, pas demain parce que ce sera trop tard, le bébé sera mort.

Et tant que tu y es, envoie aussi une poupée pour la petite fille pour qu'elle sache que tu l'aimes !"

Dans l'après-midi j'appris qu'une voiture venait de laisser un gros paquet devant ma porte. C'était le premier colis que je recevais en quatre ans !...

J'appelai les enfants avant d'ouvrir le paquet. Imaginez 30 paires d'yeux rivés sur le colis !

Dedans se trouvaient des biscuits, des pansements, des fruits secs puis...une bouillotte en caoutchouc toute neuve et au fond du paquet,

une magnifique poupée !"

Repost 0
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 05:55

Quelqu'un a écrit :

Je n'ai pas un seul, mais de multiples visages,

celui d'un homme que je suis devenu et celui du nourrisson que j'étais,

celui de mes rires et de mes colères,

de mes peurs, de mes tristesses, de mes joies, de mes souffrances, de mes allégresses,

de mes nuits et de mes jours...

mille et mille faces de mon être toutes éphémères et, pour les désigner un seul nom...

...et demain l'habitant provisoire d'une tombe au cimetière...

VE Frankl a écrit :

La santé mentale est fondée sur un certain degré de tension

entre ce que nous avons déjà réalisé et ce qui nous reste à réaliser, ou sur la différence entre ce qu'on est et ce qu'on devrait être !

De tout coeur un excellent week-end à tous !

l

Repost 0
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 05:28

Le désespoir se produit souvent

face à un sentiment d'impuissance et de résignation, devant un évènement

qui paraît insurmontable et nous

ramène à nos propres limites.

Il est différent de l'absence d'espoir,

qui elle, fait référence à un bon sens

dans le discernement.

Notre réaction face à une épreuve est primordiale : soit nous acceptons de

lutter et d'espérer encore, soit nous nous

laissons aller et tombons dans le

désespoir.

Si cette réaction est inconsciente dans

notre vie intérieure, nous sommes appelés

à la rendre consciente et si besoin la

transformer....

Bergerac a écrit :

Ce qu'il y a de meilleur dans l'homme c'est ce qui lui reste de l'enfant, et l'erreur est de croire que nous soyons créés pour les ivresses.

Nous ne le sommes que pour les joies menues.

Repost 0
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 06:31

Il ne peut y avoir de frontière entre soi et les autres. Celui qui croit être le centre unique du monde,

celui qui refuse de comprendre qu'il fait partie de l'ensemble des hommes,

celui-là, un jour connaît la douleur de l'extrême pauvreté.

Martin Gray raconte :

- J'en ai souvent rencontré des hommes murés dans leur orgueil, les mains serrées sur leurs biens, essayant de ne rien laisser échapper de ce qu'ils imaginaient être leur éternelle richesse.

Ils avaient en eux reconnu la puissance d'une source mais ils voulaient s'en servir  comme d'une arme contre les autres, ou bien comme d'un bien à leur seul usage.

 

Il a encore écrit :

La vérité d'un homme est en lui.  Là est sa richesse. Là est sa force vraie.

Repost 0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 05:59

Ce jeune garçon cherchait à retirer un joyau magnifique d'une grande bouteille.

L'entreprise fut douloureuse, mais il parvint enfin à enfiler la main pour attraper le bijou.

Il tenta de sortir sa main de la bouteille mais, fermée sur l'objet, elle ne passait plus par le goulot !

Le seul moyen de retirer la main était de lâcher prise ....

 

C. Rambert a écrit :

- Les bonnes idées sont celles que l'on réalise.

- Une difficulté ne vient jamais pour nous barrer la route, mais au contraire, pour nous permettre d'évoluer.

A TOUS UNE EXCELLENTE FIN DE SEMAINE !

Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 05:57

Isaac N. était directeur des

publications d'une mission au

Rwanda à Mugonero.

Il se trouvait dans la capitale Kigali quand le génocide débuta en

avril 1994. Plusieurs familles y compris sa femme et ses enfants se

réfugièrent dans l'enceinte de la mission à Mugonero.

Mais une bande de tueurs pénétra dans le camp et se mit à les massacrer tous.   Cette boucherie dura toute une semaine.

En juillet quand le génocide prit fin, Isaac avait perdu sa femme, ses 9 enfants, ses parents, frères et soeurs...

Il était le seul à avoir survécu à cause de son voyage à Kigali.

Cinq ans plus tard, il reçut l'invitation la plus difficile à accepter :

Serait-il d'accord pour retourner à Mugonero en tant que directeur de la mission où toute sa famille avait perdu la vie ? ....

Arrivé à Mugonero, il invita les gens des environs à venir à un rassemblement au cours duquel il déclara :

- Je ne veux pas savoir qui a tué ma famille, je ne veux même pas que vous me disiez que vous êtes mes amis...Travaillons ensemble ....

 

Dicton :

Il faut éprouver les amis aux petites occasions et les employer aux grandes.

Repost 0
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 05:49

Ils se tenaient debout serrés l'un contre l'autre, devant la porte d'entrée, deux enfants misérables leurs manteaux déchirés.

- Vous avez de vieux journaux à jeter m'dame ?

J'aurai voulu leur dire non...mais je les fis entrer et leur servis, une tasse de chocolat bien chaud.

Je retourne continuer mon travail quand je fus soudain frappée par le silence qui régnait dans la pièce voisine. J'allai y jeter un coup d'oeil.

La petite fille tenait son bol vide entre les mains et semblait perdue dans la contemplation de la porcelaine bleue. Ce fut le garçon qui demanda brusquement :

- M'dame, vous êtes riche? Je regardai ma nappe aux couleurs ternies.

- Riche ? moi, oh non !

La petite fille reposa délicatement la tasse sur la sous-tasse.

- Mais vos tasses vont avec les sous-tasses ! murmura-t-elle d'une voix rauque...

Puis ils partirent dans une bourrasque de vent glacé, sans un mot, leur sacs plein de vieux journaux sur la poitrine pour se protéger ....

Devant le feu se détachaient encore les empreintes boueuses des petites sandales. Je décidai de ne pas nettoyer le tapis, je veux garder sous les yeux le souvenir de ces sandales, au cas où il m'arriverait d'oublier ...à quel point je suis riche !

 

 A TOUS UNE EXCELLENTE FIN DE SEMAINE  !

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche