Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 08:33

ange aide0001

Le célèbre leader noir américain Frederick Douglass, ancien esclave (1818-1895), prononça un discours émouvant à Boston alors que la situation des gens de couleur était particulièrement critique : " Nous ne pouvons aller en Afrique, cela ne résoudrait pas notre problème. Nous ne pouvons aller au Canada, le climat ne nous convient pas.

Et ici, privés de tous les droits, nous sommes menacés et maltraités...."

Quand il s'assit, il y eut un silence accablant. C'est alors qu'une femme âgée, usée par le travail, se leva et demanda d'une voix forte : "Frederick, Dieu est-il donc mort ?"

Un murmure d'espoir parcourut la salle. 

Une lumière avait brillé et le sombre tableau dépeint par Douglass s'était évanoui. Par la question de cette femme, l'attention de chacun se fixa sur le pouvoir du Dieu souverain qui peut inverser n'importe quelle situation, et répondre aux questions les plus difficiles.

 

N'en est-il pas ainsi dans nos vies quand nous voyons les soucis s'amonceler comme les nuages avant l'orage ?

Sommes-nous tellement préoccupés par une situation inextricable que nous sommes gagnés par le découragement ?

 

Dieu a pour tous les problèmes qui nous dépassent, des solutions inattendues et, quoi qu'il fasse - ou ne fasse pas - Il veut nous remplir d'une paix sans limite.....

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

A.Capus :

- Il est beau de courir après les malheureux pour leur faire du bien ; Je n'oserais te le conseiller. Contente-toi d'être bon pour ceux qui passent auprès de toi.

 

W.Goethe :

- L'air frais des champs, voilà notre vraie place, il semble que là l'Esprit de Dieu entoure l'homme de son souffle, et qu'il soit soumis à une influence divine.

 

SOURIEZ

 

Un Sénégalais a décidé de s'instruire et d'aller étudier à la Sorbonne. Au bureau des inscriptions on lui demande :

- Quelle branche choisissez-vous ?

- Ah non, là présentement, dit le Sénégalais indigné, je veux un banc comme tout le monde !

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 06:00

coucher soleil0001

Dans certaines régions, le mot "colère" désigne la crue d'un fleuve. Ainsi les "colères" de la Garonne sont-elles bien connues et redoutées des riverains.

Celle de 1875 fit, à Toulouse, deux cents morts et vingt cinq mille sans-abri.

"Que d'eau, que d'eau !" s'exclama Mac-Mahon en contemplant le triste spectacle qui s'offrait à ses yeux : les maisons du quartier Saint-Cyprien étaient englouties jusqu'au 2ème étage, bon nombre d'entre elles s'écroulaient.

 

L'apôtre Paul nous apprend que nos colères humaines peuvent faire autant de dégâts que les crues d'un fleuve.

Elles ouvrent une brèche par où notre ennemi Satan s'infiltre en nous, nous conduisant à accomplir les oeuvres de notre nature humaine, parmi lesquelles figurent les inimitiés, querelles, jalousies, animosités, disputes, divisions, meurtres....

Lorsqu'un débordement est mal maîtrisé, les maisons que sont nos vies et les communautés de croyants subissent plusieurs dégradations parfois longues à réparer.

 

Les disciples de Jésus sont invités à se souvenir que leur Maître leur a enseigné le pardon. Celui-ci est une digue insubmersible, parfaitement apte à contenir les eaux en furie de nos colère humaines.

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

B. Cyrulnik :

- La résilience, c'est l'art de naviguer dans les torrents.

E. de Girardin :

- Un soupir est un reproche au présent, un sourire au passé.

 

SOURIEZ

 

Un homme affolé aborde un paisible pêcheur :

- Vous n'auriez pas vu passer une femme blonde avec une jupe bleue et un chemisier blanc ?

- Oh si ! répond le pêcheur, ça fait à peine 10 minutes.

- Bon ça va dit le type, je vais pouvoir la rattraper !

- Oh oui, pas de souci ! confirme le pêcheur. Le courant n'est pas bien fort dans le coin !  !!

Partager cet article
Repost0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 05:38

femme-afrique0001.jpg

 

Mary est née en Ecosse. Son père alcoolique rendit la vie difficile à sa mère, femme très pieuse, qui élève ses sept enfants dans la crainte de Dieu. A la grande joie de sa mère, Mary se convertit jeune et put réaliser le désir de son coeur : partir comme missionnaire en Afrique.

Elle part comme institutrice et visiteuse des femmes dans les villages. A l'époque (1876) on n'avait jamais vu de femme blanche et sa venue excitait une si vive curiosité qu'il fallait que les spectatrices fussent dispersées à coup de fouet !

 

Elle fit un séjour dans une tribu très arriérée. Les Britanniques n'avaient pas réussi à supprimer les meurtres des jumeaux, ni les sacrifices humains, ni toutes les horreurs du cannibalisme.

Mary est profondément émue par le sort des jumeaux, elle réussit à en sauver, à en adopter.

Elle donne du travail à leurs mères que la tribu traitait comme des maudites.

 

Mary est pionnière dans l'âme, le sort des gens qui l'entourent, l'angoisse. Il faut qu'elle annonce l'évangile...et s'installe dans le centre d'un grand marché d'esclaves. Elle parle la langue indigène et acquièrt une telle notoriété que le gouvernement anglais la nomme Magistrat du Tribunal indigène d'Itu.

Elle accepta cette nouvelle charge pensant que cela faciliterait son travail d'Evangéliste et lui permettrait de prendre la défenses des opprimés....

A  sa mort en 1915 elle avait fondé plusieurs églises, quant à son influence, elle fut énorme, on venait de très loin pour lui demander conseil et aide.

 

B. GASS A ECRIT :

 

- Si vous esayez d'être quelqu'un, vous ne serez qu'une pâle copie. Soyez plutôt vous-même : vous êtes le mieux placé pour l'être.

- Vous serez étonné de découvrir ce que vous êtes capable d'accomplir lorsque vous n'êtes plus concerné par l'identité de celui qui sera chargé de porter la torche à travers la ligne d'arrivée.

 

Dans la vitrine d'un taxidermite se trouvait un énorme bar, la gueule grande ouverte avec une carte sur laquelle on lisait ces mots : si seulement j'avais gardé ma gueule fermée, je ne serais pas aujourd'hui dans cette vitrine !


Partager cet article
Repost0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 05:55

croix vie-copie-1

En Afrique, il fait pratiquement nuit vers 18 heures. A Bangui, les coupures fréquentes de courant, m'amène à évoquer la lumière....

 

Si nous voulons sortir du noir, allumons la lumière ! Ne chassons pas les ténèbres, la lumière s'en chargera en un clin d'oeil.

Ne restons pas le regard plongé dans le noir en cherchant à le cerner et à le dominer par nous-mêmes, dirigeons-nous en tâtonnant vers la source de la lumière et activons-la, nous économiserons alors beaucoup de temps et d'énergie. La lumière, nous permettra de voir plus loin. Car si nous désirons triompher des épreuves de la vie, il nous faut devenir visionnaires : voir par anticipation, nous diriger vers la source du changement et de la délivrance, sans nous forcer à tout vouloir comprendre.

 

Après la nuit vient le jour, après une période de mort vient la résurrection. Regarder le négatif au présent ou regarder en arrière ne fera qu'accentuer et cristalliser notre désespoir. Voir l'invisible et se l'approprier, c'est marcher sur un chemin d'espérance contraire à la raison, mais tellement libérateur !

 

Pour cela, il faut décider de changer notre système de pensée, ne plus écouter la voix du mensonge et préférer ce qui rassasie, ce qui relève, ce qui redonne la vie. C'est un choix profond de tous, les jours, sans lequel on ne peut qu'aller de défaite en défaite et se plaindre.

C'est la nuit qu'il faut croire au jour : cela s'apprend. Cela nécessite des choix, et une nouvelle orientation dont la foi est le moteur.

 

 

ILS ONT ECRIT

 

A. Poincelot :

- La délicatesse est à l'esprit ce que la saveur est au fruit.

J. Mermoz :

- Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir.

 

SOURIRE

 

Quel est le comble pour une araignée ?

- Exposer ses toiles au Louvre.

Quel est le comble du banquier ?

- Avoir son lit en portefeuille.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 05:43

aeroport.jpg

Après une semaine de réunions publiques, le prédicateur, qui avait été l'invité d'honneur, venait d'arriver à l'aéroport. Il acheta son billet de retour avant de prendre un siège dans la salle d'attente. Il jeta machinalement un coup d'oeil sur son ticket de carte bancaire et se rendit compte que l'employée avait fait une erreur : elle avait débité son compte que de la moitié du prix du billet. "Les voies du Seigneur sont vraiment mystérieuses ! pensa-t-il.

 

L'Eglise qui l'avait invité à prêcher tout au long de la semaine l'avait à peine dédommagé de son voyage et, chez lui, les factures ne cessaient de s'accumuler. Pendant près d'une heure, il essaya de se convaincre que Dieu venait de pourvoir à ses besoins financiers d'une manière inimitable, mais au fond de lui-même il savait très bien ce qu'il devait faire.

Il retourna enfin au comptoir de la compagnie aérienne pour retrouver l'employée qui lui avait vendu le billet d'avion.

" Je crois que vous avez fait une erreur sur le montant que vous avez débité de ma carte de crédit...commença-t-il.

" Oh non, interrompit la jeune femme avec un sourire, j'étais à l'église où vous avez prêché hier soir. 

Vous avez parlé d'honnêteté et je n'ai pu m'empêcher de vous metttre à l'épreuve pour voir si vous viviez ce que vous prêcher !"

Pourquoi devons-nous faire preuve d'honnêteté ?  Parce que beaucoup de gens nous observent ! Nos actions et nos attitudes, même dans leurs détails les plus insignifiants, façonnent l'opinion de tous ceux qui nous entendent proclamer que nous sommes disciples de Christ...

 

L'un des moments les plus remarquables de la vie du prophète Samuel eut lieu le jour où il annonça qu'il allait prendre sa retraite après quarante années de ministère à la tête du peuple d'Israël.

Debout devant l'immense assemblée, il demanda : "Ai-je exploité ou opprimé l'un de vous ? 

De qui ai-je accepté un présent pour fermer les yeux sur sa conduite ?  Dites-le, et je vous rendrai tout ce que j'aurai pris injustement.

Ils lui répondirent : Tu ne nous as ni exploités, ni opprimés, et tu n'as jamais rien accepté de personne.  .....

 

 

ILS ONT ECRIT

 

G Santayana :

- Le difficile, c'est ce qui peut être fait tout de suite ; l'impossible, ce qui prend un peu plus de temps !

Devise :

- A droit aller, nul ne trébuche !

 

SOURIEZ

 

Un vieil homme ayant des problèmes de surdité de plus en plus gênants, décide d'aller voir son médecin. Celui-ci lui fait faire l'acquisition d'une paire d'appareils auditifs dernier cri, presque invisibles, mais extrêmement performants. Un mois plus tard, le vieux monsieur retourne chez le docteur pour un contrôle, il dit au praticien :

- Je suis ravi de ces prothèses auditives ! Mon audition est parfaite !

- très bien dit le toubib, ça doit changer votre vie, votre famille doit être contente !

- Ma famille ? répond le papy. Pour l'instant, je ne leur ai rien dit ! Je m'assois et je les écoute parler. 

  En un mois, j'ai déjà changé trois fois mon testament !

 


SUR CE, JE VOUS DIS A BIENTOT !  MON BLOG SERA EN PAUSE PENDANT UN MOIS POUR CAUSE : VOYAGE  AU CENTRE AFRIQUE !

MERCI A TOUS POUR VOTRE FIDELITE ET J'ESPERE VOUS RETROUVER A MON RETOUR !

JE VOUS EMBRASSE

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 05:13

pecheur-mouche.jpg

Un pêcheur à la mouche artificielle a pris une semaine de vacances au printemps, pour pratiquer son sport favori dans les Pyrénées. A son arrivée il constate que le redoux s'est installé, les neiges fondent, et les gaves sont pleins à ras bord.

Le deuxième jour, certains affluents qui naissent à moyenne altitude roulent les eaux claires. Notre homme habitué à pratiquer dans les grandes rivières larges, décide d'attendre.

Le lendemain souffle le vent du nord, le froid pique. Le pêcheur se souvient du proverbe qui affirme : "Par vent du nord, rien ne mord ", et reste au gîte. 

Le quatrième jour le vent d'autan ( vent sec et chaud ) s'est levé, notre homme se dit : "l'autan n'est ni pêcheur ni chasseur ". La canne reste dans son fourreau. Au matin suivant, tous les cours d'eau débordent suite aux violents orages de la nuit. Il attend encore....Le sixième jour, les eaux de quelques ruisseaux des vallées voisines ont baissé, mais notre homme répugne à se déplacer. 

Le septième, les conditions sont parfaites pour pêcher...mais c'est le jour du départ.

Ce pêcheur n'aura pas trempé ses mouches un seul jour. Son histoire nous invite à réfléchir quant à notre relation avec Dieu : par quel préjugés qui ont une apparence de "sagesse", ou par quelles "traditions" cette relation est-elle entravée ?

Reconnaissons ces obstacles à la lumière de la Parole de Dieu, et prenons conscience que Jésus est Tout-Puissant pour nous en libérer. Cette démarche sera salutaire pour entrer dans le Royaume de Dieu, sans connaître les frustrations de notre pêcheur.

F. Praline

 

 

ILS ONT ECRIT

 

K. Gibran :

- Si c'est un souci que vous voulez écarter, sachez que ce souci a été choisi par vous plus qu'il ne vous a été imposé. Si c'est une crainte que vous voulez chasser, je vous dis que le siège de cette crainte est dans votre coeur et non dans la main de celui que vous craignez !


Dicton :  Le paresseux  est frère du mendiant.

 

  Petite devinette ferroviaire :

- Qu'est-ce qu'un lapide ?

- C'est un tlain qui va tlès tlès vite !

 

 

 


Partager cet article
Repost0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 05:02

albatros.jpg

C'est en passant le cap Horn à bord de la corvette "l'Héroïne", le 3 avril 1839, que Jean Marie le Bris eut l'idée de créer un engin volant pour porter secours aux marins en péril.

Le jeune Breton fut impressionné par le vol des albatros, il examina attentivement leurs ailes, et comprit, dit-il, le secret de l'oiseau.

En 1856 il fabrique "La barque ailée", qui, tirée par un cheval, prendra son envol d'une plage du Finistère. Douze ans plus tard il construira un nouvel aéronef : "L'albatros".

Le lycée de Douarnenez, ainsi que des rues de Brest et Concarneau honorent le nom de ce visionnaire du sauvetage en mer par la voie des airs.

Lorsque l'adversité et les épreuves nous cernent de toute part, que ce soit sur terre ou sur la mer, il ne reste plus qu'une issue de secours : le ciel. Dieu nous offre ce secours. Il peut franchir les montagnes d'hostilité qui nous cernent, survoler les vagues monstrueuses qui menacent de nous engloutir, et même nous voir dans notre nuit la plus obscure pour voler à notre secours. Il attend notre appel, c'est-à-dire notre prière, pour nous offrir la sécurité et le réconfort de son salut.

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Martin Luther :

- Aujourd'hui, j'ai beaucoup à faire, c'est la raison pour laquelle je vais prier beaucoup aujourd'hui.

 

- Il s'agit de transformer les obstacles que nous rencontrons en points de départ.

 

Paul Coelho :

- Le courage est la peur qui fait ses prières !

 

 

SOURIEZ

 

Pourquoi Fred fait-il vingt fois le tour de l'école sans s'arrêter ?

- Parce qu'il poursuit ses études......

 

Comment dit-on "déshabille-toi" en japonais ?

- Takatoutkité


Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 04:44

sel.jpg

Silvano Perotti raconte :

" Nous étions en train de discuter sur l'importance d'être accepté dans un groupe. Mon ami africain pensait que, dans la société occidentale, les liens entre les gens étaient trop impersonnels et superficiels.

Au cours de la conversation, je lui ai demandé s'il connaissait un pasteur en particulier. Sa réponse a accompagné depuis lors ma réflexion personnelle quant à mes relations :

 - Oui, je le connais, mais nous n'avons pas encore mangé un sac de sel ensemble.

On ne peut pas manger un sac de sel avec quelqu'un à toute vitesse. Il faut prendre du temps. Le sel ne peut être consommé qu'à petites doses.

Est-ce que je connais bien les gens ? 

Combien de temps suis-je prêt à consacrer pour apprendre à connaître une personne ?

Quelle est la profondeur de ma relation avec mes amis ?

Est-ce que je me connais ...?

 

Et qu'en est-il de ma relation avec Dieu ? Je le connais, mais quel est le degré de ma connaissance, d'intimité ?

Suis-je en train de "manger un sac de sel" avec Lui ?

 

 

ILS ONT ECRIT

 

E.Gibbon :

- Tout homme reçoit deux sortes d'éducation : l'une qui lui est donnée par les autres et l'autre, beaucoup plus importante, qu'il se donne à lui-même.

Mike Murdock :

- La semence qui quitte ta main, ne quittera jamais ta vie.

 

 

SOURIEZ

 

Dans une rue très huppée, un pauvre SDF s'approche d'une grande bourgeoise embijoutée qui fait du lèche vitrine, il lui demande :

- Une p'tite pièce, m'dame, je n'ai pas mangé depuis 4 jours !

- Incroyable ! répond-elle. Si seulement j'avais votre volonté !

 

POURQUOI  ?

- Pourquoi tout le monde veut-il aller au paradis alors que personne ne veut mourir ?

- Dans notre pays nous avons la liberté de parole, alors pourquoi y-a-t-il des factures de téléphone ?

- Pourquoi les pizzas rondes sont-elles vendues dans des boîtes carrées ?


Partager cet article
Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 05:43

hutte.jpg

Dans sa pauvre cabane solitaire, on entendait souvent chanter Lisbeth. Seule depuis bien longtemps, elle répondait à ceux qui s'étonnaient de la voir si heureuse : "J'ai mon Seigneur avec moi ". Un passant lui demanda un jour : 

- Si vous perdiez le peu que vous avez, chanteriez-vous encore ?

- Je ne pense pas à cela, car je sais que mon Seigneur fera tout pour mon bien, répondit-elle paisiblement.


Une autre chrétienne vivait encore plus pauvrement dans une hutte misérable au milieu d'une clairière. Son visage était ridé et son dos voûté par de durs travaux ; pourtant, dans ses yeux brillaient la joie et la paix.  un voyageur qui lui demandait si elle habitait seule dans cette grande forêt, elle répondit : " Oui, seule avec Jésus !"

 

Témoignage d'un autre siècle, direz-vous. Ils pourraient être actuels dans certaines régions du globe....

Mais partout, aujourd'hui, bien des croyants vivent seuls et isolés, dans une société où chacun court à ses affaires, à ses loisirs, et poursuit ses intérêts personnels. On trouve encore, heureusement, des chrétiens paisibles, forts de cette espérance dans le Seigneur qui leur a donné la vie éternelle et qui illumine leur coeur.

" le Seigneur s'est tenu près de moi et m'a fortifié", écrivait l'apôtre Paul, alors que tous ses amis l'avaient abandonné.

 

Souffrons-nous de la solitude ou d'un environnement social difficile ? Sommes-nous incompris de notre entourage ?

Confifons-nous en Dieu, remettons-lui toutes nos difficultés, il nous aidera à y faire face.

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

St.François de Sales :

- Une grande misère parmi les hommes, c'est qu'ils savent si bien ce qui leur est dû et qu'ils sentent si peu ce qu'ils doivent aux autres.

Th. Gautier :

- Marbre, perle, rose, colombe...Tout se dissout, tout se détruit ; La perle fond, le marbre tombe, la fleur se fane et l'oiseau fuit.

 

SOURIEZ  - tarif -

 

Un type va voir un avocat et lui demande :

- Quel est le montant de vos honoraires ?

- 3000 euros pour trois questions, répond l'homme de loi.

- Dites donc, c'est un peu excessif, non ?

- Non. Quelle est votre troisième question ?


 

 


Partager cet article
Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 05:03

siloam.jpg

Combien de temps pourriez-vous tenir ? "Telle était la question que les soldats de Babylone posaient aux habitants de Jérusalem, alors qu'ils s'apprêtaient à mettre le siège devant la ville encerclée. Nabucodonososr venait de couper l'acheminement de leur ravitaillement. Plus rien ne pouvait entrer dans Jérusalem. Combien de temps pouvaient-ils tenir ? Un mois s'écoula, puis deux, puis toute une année. Ils tenaient toujours, !  Comment cela était-il possible ? Le secret de leur résistance résidait dans leur approvisionnement en eau venue de sources cachées à l'extérieur des murs de la ville.

Le roi Ezechias avait fait creuser à travers le rocher, un aqueduc souterrain long de 600 mètres qui amenait l'eau des sources jusqu'à une citerne, appelée le Réservoir de Siloam, située à l'intérieur des murs. Sans cet aqueduc, le peuple de Dieu aurait été obligé de se rendre.

Nous pouvons dégager, de cette anecdote, une leçon importante pour nous aujourd'hui. Pour vivre une vie de victoires, il nous faut d'abord déterminer quelle est la véritable source de notre vie, ensuite y soutirer chaque jour l'eau nécessaire à notre survie, et la protéger envers et contre tout.

Si votre sécurité, votre force, votre assurance, votre statégie pour surmonter les difficultés dépendent d'une autre source que Dieu, vous êtes bien mal lotis et très vulnérables !

Tout ce dont vous avez besoin vient de Dieu : protégez jalousement vos relations avec Lui, car Satan fera tout pour les affaiblir.....

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

A.Dumas :

- Le devoir savez-vous ce que c'est ?  C'est ce qu'on exige des autres !

Washington :

- Aucune race ne peut prospérer si elle n'apprend qu'il y a autant de dignité à cultiver son champ qu'à composer un poème !

 

 

SOURIEZ 

 

Un tourisste japonais arrive à l'aéroport Charles-de-Gaulle de Paris et prend un taxi pour aller visiter le Stade de France. Sur l'autoroute, une grosse moto les double, le Japonais frappe alors sur l'épaule du conducteur et lui dit :

- Moto Kawasaki, très rapide ! Made in Japan !

Quelques minutes plus tard, une voiture les double. De nouveau le touriste nippon frappe sur l'épaule du chauffeur de taxi et dit : 

- Là, auto Toyota, très rapide ! Made in Japan !

Arrivé à destination, notre visiteur trouve le prix de la course un peu salé : 700 euros ! il s'en étonne au chauffeur qui lui rétorque :

- Et oui, compteur très rapide ! Made in Japan !

Partager cet article
Repost0