Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 05:49

agape30001

James raconte : Un jour, l'un de mes amis décida de punir sa fille âgée de trois ans qui venait de gaspiller tout un rouleau de papier d'emballage doré.

Ils étaient à court d'argent à ce moment-là et il s'emporta contre sa fille qui essayait d'emballer un cadeau à grand renfort de papier doré. Néanmoins le lendemain matin sa petite fille s'approche de lui pour lui remettre le fameux paquet en lui disant : "Joyeux anniversaire papa, j'ai préparé ce paquet exprès pour toi ! "

Il fut embarrassé par l'idée de s'être emporté la veille contre sa fille à propos de ses efforts pour emballer le paquet, mais lorsqu'il ouvrit la boîte qui se trouvait dans le paquet, sa colère refit surface !   la boîte était vide !

 

- Ne sais-tu pas qu'un cadeau ne doit pas être vide !  Si tu veux faire plaisir à la personne qui va ouvrir ton cadeau, ne serait-il pas mieux d'y mettre un vai cadeau ?

La petite fille leva les yeux pleins de larmes vers lui avant d'ajouter : oh papa ! la boîte n'était pas vide ! avant de la fermer, j'y ai enfermé tous les baisers que j'ai pu ! j'y ai mis tout l'amour que j'ai pour toi et j'ai emballé cette boîte le mieux possible juste pour toi !

 

Il sentit fondre son coeur. Il la prit dans ses bras, la serra le plus fort qu'il pouvait et lui demanda pardon.

Mon ami me dit qu'il garda cette boîte sous son lit pendant des années et chaque fois qu'il se sentait découragé, il ouvrait la boîte et en retirait un baiser imaginaire pour se souvenir de l'amour d'un enfant qui les avait entreposés là à son intention. D'une certaine manière, nous avons tous reçu un vase en or rempli de l'amour inconditionnel de nos enfants. Nous ne pouvons espérer plus précieux trésor !

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

O. Pirmez :

Vous ne toucherez point un papillon sans faire tomber la poudre qui colore ses ailes ; vous n'analyserez point l'amour sans en faire évanouir le charme !

Ch. Louis Philippe :

- Combien j'aime la tendresse des rythmes, c'est du charme sans nom, soupirer et vivre avec les génies que fit Dieu. La création n'est belle que parce qu'on peut la chanter.

 

 

SOURIEZ 

 

Tous les parents attendent leurs enfants à la sortie de l'école depuis un bon moment. Enfin le petit Benoît sort et court vers ses parents, en criant :

- les autres, ils sont tous punis !!

Il fait quelque pas avec ses parents et ajoute à voix basse :

- Et moi, je suis renvoyé....


Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 05:47

fillete amour0001

Line avait un père qui tenait des propos très durs .

- J'ai entendu tout ce que une fille peut entendre...tu es stupide, bonne à rien. Si seulement tu n'étais pas née...

J'ai grandi avec l'idée que je répugnais à mon père, j'ai donc fait mon possible pour qu'il m'aime.

Les pères abusifs sont hélas une horreur bien trop répandue. Les mères brisées et complices, une douloureuse réalité.

Ces pères et mères ont généralement grandi dans des foyers abusifs où le cycle de la souffrance se répète et se transmet. On ne peut pas vivre longtemps sans être blessé.

On ne peut empêcher les coeurs de se briser dans le monde merveilleux et cependant dangereux dans lequel nous vivons. Ce n'est pas le jardin d'Eden. Il en même très éloigné. Nous ne vivons pas dans le monde prévu pour notre âme...

Quelque chose est corrompu dans notre propre enfance. Nous la traversons comme un terrain inconnu pendant les jours et les mois qui forment notre vie....


La plupart des gens sont englués dans plus de souffrance qu'on ne l'imagine. Le chagrin n'épargne aucune d'entre nous, même si nous sommes peu nombreuses à savoir qu'il n'est pas forcément notre ennemi.

Parce que nous sommes aimées de Dieu et de Jésus Lui-même, qui est venu guérir les coeurs brisés et libérer les êtres que nous sommes, nous pouvons jeter un regard sur le passé.

Nous pouvons saisir Sa main et nous souvenir. Nous devons d'ailleurs le faire si nous ne voulons pas rester prisonnières de nos blessures .....

La souffrance que les pères absents causent à leurs filles est tout aussi dommageable mais plus

difficile à déceler.

 

Au Pakistant encore de nos jours, il y a dans les rues des berceaux où la mère dépose le bébé qu'elle veut abandonner pour diverses raisons.

Sur 10 bébés, 9 fillettes sont concernées !

 

 

ILS ONT ECRIT  - à propos du temps -

 

Charles Buxton : 

- Vous ne trouvez jamais le temps pour quoi que ce soit. Si vous avez besoin de temps, vous devez l'inventer !

Pierre Reverdy :

- J'ai tellement besoin de temps pour ne rien faire, qu'il ne m'en reste plus assez pour le travail !

Anonyme :

- Nous souhaitons d'avantage de temps, mais nous gaspillons celui qui nous est imparti.

 

SOURIEZ

 

-  Maman ? demande le petit Benoît. Tu peux me donner 20 euros ?

-  Certainement pas, pourquoi donc ?

-  Si tu me les donnes, dit le gamin, je te dirai ce que papa a dit à la bonne pendant que tu étais chez le coiffeur !

-  Ah ? dit la mère soudain intéressée et fouillant dans son sac pour donner un billet au petit Benoît. Qu'est-ce qu'il lui a dit?

-  Il lui a dit : " Repassez ma chemise bleue pour demain, j'en ai besoin !" 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 05:37

coucher soleil0001

Dans la vie, Claude est vendeur et son meilleur acheteur l'ayant laissé tomber, il craque : 

" Ce qui m'est arrivé c'est une dépression grave.....Quand cet acheteur m'a lâché, je me suis laissé envahir par le plus grand doute de ma vie. J'aurais dû freiner un peu, me détendre, et au contraire, je me suis dopé.

J'ai commencé par éprouver des tristesses inhabituelles, affreuses, des désespoirs, des crises de larmes. En famille automatiquement, l'ambiance changeait et ça me démolissait encore plus. Mes enfants ne savaient plus quelle attitude prendre.

Seule ma femme a tenu et m'a encouragé. J'étais entré dans une seconde phase : le dégoût de mon travail. Imaginez ! Puis le dégoût de tout, bricolage, musique, télé, sorties...

La plus petite décision à prendre me rendait malade...manque d'appétit, faiblesses, craintes...

Difficile de bloquer ces mécanismes de destruction.

Un matin, je suis parti pour aller livrer quelques dessins, mais à l'idée de me présenter, de parler...panique...J'ai fait demi-tour.


Là, j'ai vu la souffrance de ma femme, je me suis promis d'en sortir. C'est sur ça que je veux insister. Par amour pour ceux qu'on fait souffrir, et en prenant des moyens simples on peut s'en sortir.

Des moyens simples ?  D'abord des tranquillisants ordonnés par le spécialiste. Puis diminuer le travail ou plutôt le surmenage, mais surtout ne pas arrêter le travail, trouver de quoi s'occuper quand arrivent les moments d'angoisse, faire comme si ça allait, tenir, rester le moins possible seul, prostré, couché, parce qu'alors on reçoit au maximum l'assaut des idées noires.

Il faut bouger, s'aérer, rester patient et confiant, attendre sans panique que le mauvais moment passe, renforcer l'espoir de s'en sortir.

Et j'ai prié, ah oui, j'ai prié !  Je sais maintenant ce que cela veut dire arracher quelque chose au Seigneur Jésus !

Mais je voudrais aussi saluer la patience de mon épouse et juste ajouter ceci : "J'étais déprimé et tu m'as supporté, merci !" 

Claude A.

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Lama Thubten Yeshe :

- Si vous n'essayez jamais, vous ne réussirez jamais, mais si vous essayez vous risquez de vous étonner vous-même.

Confucius :

- Notre plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de nous relever après chaque chute.

 

 

SOURIEZ 

 

L'instituteur demande au petit Benoît pourquoi il est systématiquement en retard à l'école :

- C'est parce que je respecte le panneau indicateur !

- Quel panneau ? s'étonne l'instit.

- Celui qui indique : " Ecole : ralentir."

 

 


 

 


Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 05:02

pyramides vanité

Une peinture trouvée dans un tombeau égyptien nous montre comment les anciens Egyptiens se représentaient ce qui leur arrivent après la mort :

Le mort, vêtu d'une robe blanche est conduit par Anubis vers la grande "balance de la vérité" où le coeur du défunt est pesé. Alors Osiris, qui règne sur le royaume des morts, assis sous un dais supporté par d' élégantes colonnes en bois peint, décide du sort éternel du mort. 

Si la pesée de son coeur a révélé qu'il était innocent et pur, il va vivre au "Champ des Fèves", un champ merveilleusement fertile. Le livre des morts apprenait aux vivants ce qu'il fallait dire à Osiris pour être jugé favorablement : "Hommage à toi, dieu grand, seigneur de vérité et de justice. Je n'ai commis aucune fraude envers les hommes. Je n'ai pas tourmenté la veuve, pas menti devant le tribunal, je n'ai pas été négligent ni oisif, je n'ai pas fait pleurer, je n'ai pas tué,....je suis pur, pur, pur. J'ai donné du pain à l'affamé, de l'eau à l'altéré, des vêtements à celui qui était nu, j'ai offert des sacrifices aux dieux..."

 

N'est-ce pas ainsi que beaucoup de gens s'imaginent que cela se passera après notre mort, aujourd'hui encore ?

Quelle différence avec ce que la Bible nous apprend : Nous sommes tous comme des impurs, et toute notre justice est comme un vêtement souillé.

Elle dit aussi : celui qui n'a pas cru en Jésus est perdu, mais celui qui a été pardonné, à cause de sa foi en Lui, entre dans la présence de Dieu.

A. Kuen

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

H. Camara :

- L'espérance sans risque, ce n'est pas de l'espérance... L'espérance c'est croire en l'aventure de l'amour, faire confiance aux hommes, faire un saut dans le noir en s'abandonnant à Dieu.

G.K.Chesterton :

- La vie est une chose trop importante pour être prise au sérieux !

 

 

SOURIEZ 

Un moniteur de ski dit à son jeune élève :

- Pour tourner à droite, il faut planter le bâton de droite à droite et celui de gauche à gauche, c'est clair ?

- Oui, oui, pas de problème, répond le gamin.

Et il s'élance en plantant le bâton droit à droite et le gauche à gauche. Puis il se tourne vers le moniteur et lui demande :

- Et quand on n'a plus de bâtons, on fait quoi ? 


Partager cet article
Repost0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 05:42

quitter0001.jpg

Alain raconte : " J'habite au bord de la mer et ce soir j'ai marché sur la plage pour me remettre de l'ordre dans les idées.

Une vague plus téméraire que les autres a failli me mouiller les pieds, et je me suis souvenu des paroles de Dieu citées en Jérémie : "...C'est moi qui ai donné à la mer le sable pour limite..."

Ces limites données par Dieu à la mer sont rassurantes. Dès que l'océan dépasse ces limites habituelles de quelques mètres, c'est une catastrophe.

Dieu donne aussi aux homme des limites à ne pas franchir. Dès que nous dépassons ces limites, nos débordements vont vers une catastrophe prévisible.

La première vague nous mouille seulement les pieds, mais si nous continuons à mépriser les limites fixées par Dieu pour notre vie morale et spirituelle, nous courons vers l'irréparable. En nous éloignant de Dieu nous ouvrons la brèche à un océan de vide qui nous submergera bientôt.

C'est pourquoi Dieu nous invite à nous tourner vers lui pour retrouver la sécurité des limites qu'il a fixées pour nous.

En acceptant les limites fixées par Dieu, nous découvrons alors la dimension de l'éternité....

A. Monclair

 

 

CITATIONS :


Jacques Prévert :

- La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe.

Claude Lévi-Strauss :

- Le savant n'est pas l'homme qui fournit les vraies réponses, c'est celui qui pose les vraies questions.

 

SOURIEZ  - c'est pas permis  -

 

Un motard de la police arrête une voiture dont la conductrice...., était manifestement en excès de vitesse. Il lui demande :

- Montrez-moi votre permis !

- Alors ça ! s'indigne la jeune femme. Vous êtes gonflés, vous les filcs ! Il y en a un de vous qui me l'a pris il y a deux jours et maintenant vous me le réclamez ! 



 


Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 06:23

arc en ciel0001

Un jeune drogué que nous appellerons Marc, a souvent fait de courts séjours en prison. 


Un jour il a été mis en cellule avec un colosse de environ 130 kg qui avait la réputation d'être dangereux, et qui avait

 été plusieurs fois condamné à mort pour avoir tué ses codétenus pendant sa  période d'incarcération...! !


Ce jour-là, il regarde le jeune homme fixement et lui dit : " Maintenant je vais t'étrangler."

Effrayé Marc recule jusqu'au mur de la cellule....Personne pour le secourir !....Puis il se souvient...


Alors que le colosse mit ses mains autour de son cou, le jeune homme se mit à crier plusieurs fois le nom de Jésus !

A peine ce nom fut prononcé que le colosse est projeté à la renverse et cloué au sol sans pouvoir se relever ....

 

 

Je ne sais pas QUI A ECRIT :


- Il y a des personnes qui se présentent comme "l'Auberge de l'Ange gardien"...Ils prennent grand soin de l'extérieur ; ils veulent se faire estimer comme étant des personnes de grande moralité, mais au-dedans, ils sont remplis de méchanceté.

Pourtant, il arrive qu'on se trompe, il y a des personnes qui paraissent tristement mauvais sur le dessus, mais qui ont bon fond...


- Quand vous présentez vos fruits au marché vous n'arriverez pas à faire croire aux clients qu'il y a des bons au fond si vous mettez les pourris dessus.


- La conduite extérieure d'un homme n'est en général pas beaucoup mieux que son coeur. Peu de commerçants vendent de meilleures marchandises que celles qu'ils ont en vitrine.

 

 

Voyons du côté du SOURIRE :

Une petite vieille est seule dans son appartement. On frappe à la porte, elle ouvre et voit un jeune homme bien vêtu, un aspirateur à la main :

- Bonjour ! voici toute la technologie du XXI ème  siècle dans cet aspirateur à nul autre pareil !

- Pas la peine répond la dame, je suis fauchée, au revoir.

Et elle veut claquer la porte, mais le jeune homme a pris soin de caler son pied pour la maintenir ouverte :

- Allons ! Attendez au moins que je vous fasse une démonstration ! 

Et avant qu'elle ait pu dire un mot, il dépose au milieu de l'entrée de l'appartement un sac de déchets divers, assez peu ragoûtants.

Il ajoute en riant :

- Et si mon aspirateur n'aspire pas tout ça d'un coup, je mange ce qui restera !

- Ah bon ? dit la petite vieille. Alors je vais vous chercher une cuillère, parce qu'on m'a coupé l'électricité ce matin !


 

 


 

 


 

 


 


Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 06:29

ciel Jony

Le 18ème siècle était le Siècle des Lumières. Voltaire, un de ses plus brillants représentants, était virulent contre la religion. Cependant, admirant le mécanisme de l'univers, il lui était difficile de concevoir "que cette horloge existe et n'ait point d'horloger."  Alors pourquoi refuser de s'incliner devant le Dieu créateur ?

Un autre philosophe, Nietzsche, avait entrepris des études de théologie....qu'il interrompit, affirmant avoir perdu la foi. Il avait lu la Bible, Parole de Dieu.

Pourquoi s'était bouché les oreilles avec tout son savoir ?  Nietzsche alla jusqu'à proclamer la mort de Dieu, laissant ainsi la place à un surhomme. Cela revenait à adorer la créature au lieu du Créateur.

 

Ces penseurs éclairés sont inexcusables....Dieu se voyant à l'oeil nu dans ses ouvrages. Ayant connu Dieu, ils ne l'ont pas glorifié...Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous....

Fous ? Vraiment ? Mais comment qualifier autrement le pseudo-sage qui refuse la Lumière !

 

F. Schneider 

 

 

J'AI LU dans un magazine à vocation religieuse :

- Malgré les progrès étonnants de la science, l'homme peine à éclaircir les mystères du fonctionnement de l'univers ; et il prétendrait "comprendre" Celui qui l'a créé ?

 

ILS ONT ECRIT :

 

J.P.Sartre :

- L'essentiel n'est pas ce que l'on fait de l'homme, mais ce qu'il fait de lui-même à partir de ce qu'on lui a donné.

Proverbe Chinois :

- Pour bien faire mille jours ne sont pas suffisants, pour mal faire, un jour suffit amplement.

 

 

SOURIEZ 

Un conducteur va récupérer sa voiture chez le garagiste du coin ; celui-ci lui dit :

- Je n'ai pas pu réparer vos freins alors j'ai augmenté le volume de votre klaxon !

 


Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 06:23

chine obéir

Près de la fenêtre de sa cuisine, une vieille dame tricote. De temps en temps elle regarde, par-delà le jardin, une petite chaîne de montagnes aux sommets arrondis couverts de forêts. Toute sa vie, elle aurait voulu voir ce qu'il y avait derrière. Mais elle ne les avait jamais franchies. Soudain on frappe et la porte s'ouvre.

-  Bonjour, mamie, je reviens d'un long voyage et je passe t'embrasser.

- Ah, tu es gentil !  Mais d'où viens-tu ?

- De Chine. Je vais te raconter un peu ce que j'ai vu.

 

Elle écoute le récit enthousiaste de son petit-fils, et lui dit :  Merci de m'avoir transportée par la pensée bien plus loin que ces montagnes. Mais j'ai devant moi un voyage plus grand encore...

- A ton âge ?  Mais où vas-tu aller ?

- Dans un pays merveilleux, bien différent de ceux que tu connais. Là, il n'y a ni nuit ni soleil. Pas de cimetière non plus, car on y vit éternellement.

- Mais que fait-on là-bas ?

- Des gens de tous les pays chantent l'amour de Jésus, leur Sauveur, sa gloire. Sur son trône on le verra avec les marques de blessures qu'il a reçues sur la terre lorsque les hommes l'ont crucifié.

- Ce pays existe ?

- Oui, Jésus s'y trouve, avec tous ceux qui ont cru. Il va lui-même bientôt me dire : Aujourd'hui tu sera avec moi dans le paradis, tu sais, comme au brigand sur la croix. Si tu crois au Seigneur Jésus, on s'y retrouvera !....

 

 

ILS ONT ECRIT :


Oscar Wilde :

- La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue quand on les poursuit.

Proverbe Indien :

- Lorsque l'homme aura coupé le dernier arbre, pollué la dernière goutte d'eau, tué le dernier poisson, alors il se rendra compte que l'argent n'est pas comestible !

 

 

Vu ce qui se passe actuellement, je n'ai pas trop le coeur à sourire, alors

Je vous laisse réfléchir là-dessus....

- L'optimiste pense que c'est le meilleur des mondes possibles, le pessimiste craint que ce ne soit vrai !

- La dépression, c'est la colère, l'énergie en moins.


........

Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 07:08

Marguerita0001.jpg

Dans une maison isolée des Highlands écossais vivait une veuve seule et sans ressources, mais qui avait une confiance absolue en Dieu. C'était en plein hiver et les provisions manquaient. La réserve de farine d'avoine nécessaire au "porridge" quotidien était épuisée. La veuve se mit au lit, confiante que le lendemain elle aurait de quoi manger.

Mais le matin, une tempête de neige faisait rage dehors, les chemins étaient bloqués, pas moyen de chercher du secours.

Elle alluma son feu, mit l'eau et le sel dans la casserole..." Maintenant, se dit-elle, je vais aller demander le reste au Seigneur". Elle entra dans sa chambre, se mit à genoux et, après avoir remercié Dieu d'avoir toujours pris soin d'elle, elle lui présenta son souci.

Pendant qu'elle priait, il lui semblait entendre frapper. Oui, des coups retentissaient avec toujours plus de vigueur. Elle ouvrit et reconnut, toute couverte de neige, la fille d'un fermier voisin qui entra et jeta un sace à terre.

" Je ne sais pas ce qui a pris à mon père ce matin, dit-elle, mais il ne m'a pas laissée tranquille jusqu'à ce que je parte pour vous apporter ces provisions et..."

Mais soudain elle interrompit son discours et regarda avec stupeur la vieille croyante qui, sans l'écouter davantage, les mains jointes, remerciait déjà son Dieu à haute voix.


Beau témoignage n'est-ce pas ?

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

G. Le Bon :

- L'anarchie est partout quand la responsabilité n'est nulle part.

Coluche :

- On dit qu'il y a 3 millions de personnes qui veulent du travail. C'est pas vrai, l'argent leur suffirait !

 

 

SOURIEZ   - prescription -


Madame rentre chez elle harassée et dit à son mari, affalé sur le canapé :

- J'arrive de chez le médecin, il me dit que je suis surmenée, que je dois prendre des vacances !

Le mari ne dit rien. Elle lui susurre :

- Qu'est-ce que tu en penses . Où pourrions-nous aller ?

- Chez un autre toubib !


Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 06:21

vieillir0001

Quand votre voiture remonte l'allée qui mène chez un ami, l'accueil que vous fait le chien de la maison en dit long sur la façon dont il est traité. 

Deux cas typiques : ou il file la queue basse et tremblant de peur, ou bien vous avez à subir ses démonstrations intempestives d'affection : grosses lèches, queue frétillante et pattes sales.

Le chiot qui fuit les oreilles rabattues et ne veut pas se laisser convaincre de vous faire confiance a sans doute été maltraité.

L'animal exubérant qui vous plaque par surprise un bon coup de langue en plein visage, appartient vraisemblablement à une famille où l'on s'aime.

Telle est notre approche de Dieu bien souvent : nos expériences passées nous poussent à répondre d'une certaine façon au geste de Dieu envers nous.

Qu'est-ce qui engendre la méfiance dans le domaine de l'autorité ?  Quelques exemples nous le diront :

Ce petit garçon est brutalement réveillé en pleine nuit par la gifle que lui donne un homme ivre et hors de lui. L'enfant terrifié hurle sous les coups de cette forme sombre et trapue, celui qu'il appelle "papa".

Ou encore : une jeune fille de quinze ans, le regard vide et indifférent, subit passivement une nouvelle nuit de prostitution. Peu importe ce qui lui arrive : elle est souillée depuis le jour où son propre père l'a violée......

 

Mais Dieu est l'amour parfait. C'est lui qui dans les Ecritures donne cet ordre : "Pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur". 

 

 

ILS ONT ECRIT :

 

R. Tagore :

- Peut être qu'il existe une maison dans cette cité dont la porte s'ouvre pour toujours ce matin aux rayons du soleil levant, et leur message de lumière est accompli.

Sir Th. Overbury :

- L'homme qui n'a rien à se glorifier sauf de ses illustres ancêtres, est semblable à la pomme de terre : la seule qualité qu'il possède, se trouve sous la terre.

 

 

SOURIEZ 

L'hôpital est un établissement public où les malades ont leur maux à dire !

-  Docteur ! je perds la mémoire.

- Depuis quand ?

- Alors là, je ne me souviens pas.

        Encore plus fort :

Une dame se rend chez son médecin.

- Docteur, je suis très inquiète, je perds la mémoire.

- Depuis quand ?

- Depuis quand quoi ?

 

 


Partager cet article
Repost0