Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 05:34

pere-et-fils.jpg

Aux temps bibliques, le père plaçait sa main sur la tête de son fils et lui adressait certaines promesses qui se transmettaient ainsi de génération en génération. Ainsi, Isaac fit venir Jacob pour le bénir. Plus tard, Jacob refusa de mourir avant d'avoir béni ses petits-enfants.

Les temps ont changé, mais le principe perdure : les enfants dont les parents ne se sont pas occupés  passent leur vie à se chercher, à tenter de découvrir leur identité et leur vraie valeur.

 

Cette identité, ils croient trop souvent la trouver dans la compagnie de drogués, au sein de gangs de rues, ou autres révoltés contre la société. Au lieu d'accomplir la destinée que Dieu avait prévue pour eux, ils se cataloguent eux-mêmes parmi les parias, les laissés-pour-compte, les incompris ou les dissidents.

 

Avant d'être abattu d'une balle de révolver en 1996, Tupac Shukar, le chanteur de rap connu pour les paroles violentes de ses chansons, avait affirmé : " Je n'ai jamais connu mon véritable père...Je suis sûr que si j'avais eu un vrai père, j'aurai mieux discipliné ma vie, j'aurai joui de plus d'assurance....

Votre mère ne sais pas comment vous calmer, vous rassurer et faire de vous un homme. Il faut un homme pour vous apprendre comment devenir un homme...".

 

On amena un jour à Jésus un homme, dont nous ne connaissons rien, afin qu'il le guérisse. Mais avant de lui pardonner ses péchés et de le guérir, Jésus l'appela " Mon fils".

 

 

ILS ONT ECRIT :

Ed.John Phelps :

- Un homme qui ne fait pas d'erreur, ne fait certainement rien d'autre.

H.D. Thoreau :

- Nous pouvons uniquement atteindre la cible que nous avons visée.

 

 

SOURIEZ   - Premier secours

La vieille madame Cohen prend un taxi. Mais sur la route, le taxi a un accident et fait trois tonneaux ! Les secours arrivent assez rapidement et entendent le râle de la vieille femme :

-Aaaaaaaaah!

- Ne vous inquiétez pas madame, on est là répondent les secouristes. On va vous aider !

- Aaaaaaaaah !

- ça y est, on va vous dégager !

- Aaaaaaaaah ! Aaaaaaaaah ! Arrêtez le compteur !

 

 


Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 06:54

nature0001

Selon les spécialistes, la relation amoureuse semble passer par trois stades. D'abord le stade de la fusion : les amoureux se trouvent parfaits, sont d'accord sur tout, chaque éloignement est un déchirement. Cette symbiose repose en grande partie sur un leurre : chacun est persuadé que l'autre est le partenaire idéal, chacun est le support des projections de l'autre.

" Le retour à la réalité s'impose de lui-même et cette fusion si rassurante devient peu à peu étouffante, aliénante " écrit Laure Gannac.

Vient alors la différenciation : chacun découvre les défauts de l'autre et doit renoncer à l'image iéalisée qu'il avait de lui ; d'où souffrance.

Seule une saine et authentique communication permet à chacun de définir son territoire propre en douceur, et conduit  au  troisième stade. C'est celui du rapprochement au cours duquel on s'adapte à l'autre, on élabore des projets communs, on parle d'enfants, d'acquisition d'une maison....

Mais comment éviter la routine et l'ennui ? Pas facile, si on considère que le nombre de concubinage ne cesse d'augmenter au détriment des mariages, que plus d'un enfant sur deux naît hors mariage, et qu'un mariage sur deux finit par le divorce !

Le remède est en Dieu qui est source d'amour, de paix, de joie et de pardon mutuellement demandé et accordé.

Th. Hammann

 

 

ILS ONT ECRIT 

Ch. Spurgeon : 

- L'amour est le seul mouchoir qui sèche les larmes de ceux qui sont triste.

- Les erreurs sont toujours énormes là où l'amour est minuscule.

 

St.Fr. d'Assise :

- Trouver une erreur est facile. Mieux faire est plus difficule.

 

 

SOURIEZ

L'institutrice demande au petit Benoît de conjuguer le verbe "savoir" à tous les temps :

- Facile m'dame ! "Je sais qu'il fait beau", "je sais qu'il pleut", "je sais qu'il neige"........

 

 


Partager cet article
Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 05:31

ciel paradis

Dans un train régional allemand, deux hommes parlaient de l'au-delà. L'un d'eux affirmait avec assurance qu'après la mort tout est fini. L'autre en était moins sûr et avançait de prudentes objections.

Assis dans le même compartiment, un vieux paysan suivait la discussion avec intérêt. Son visage buriné portait les marques d'une vie de travail et de peine, mais aussi de réflexion et d'harmonie intérieure.

Le premier interlocuteur se mit à claironner :

" Si quelqu'un veut encore croire à ces vieilles histoires, libre à lui. Il peut bien croire jusqu'à sa fin. Aurait-il le courage de s'exprimer ici ? Mais pour moi, ce qui est certain, c'est que quand on est mort, on est bien mort, et qu'aucune porte ne s'ouvrira sur l'au-delà...

Ou alors ce sera la surprise !"

 

A ce moment-là, le vieil homme ne put plus se contenir : " Si  j'ai bien entendu, dit-il d'une voix profonde comme s'il se parlait à lui-même, on a débité de belles sornettes ! On pense que celui qui est mort et bien mort peut encore être surpris ? Tout n'est donc pas fini ....

Et cette surprise pourrait bien être celle d'un incroyant, en particulier de celui que nous venons d'entendre...Quand il mourra, et que s'ouvrira pour lui la porte de l'Eternité devant Dieu, je pense bien que là, ce sera vraiment la surprise. Et on ne pourrra pas plaisanter..... 

N'est-il pas écrit :  Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu ; car ce qu'un homme sème, cela aussi il le moissonnera."

Le silence tomba d'un coup sur le compartiment ; personne n'avait plus envie de rire....

 

 

CITATIONS :

Ed. Cole :

- Les vainqueurs ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui n'abandonnent jamais.

Jules Renard :

- Le bonheur, c'est d'être heureux : ce n'est pas de faire croire aux autres qu'on l'est.

 

SOURIEZ - vertigineux 

Une touriste à la tour Eiffel considère le sol depuis le haut du monument et dit au gardien :

- Les gens se jettent souvent d'en haut ?

- Oh non, madame, une seule fois.

 

 


 

 


Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 07:32

silhouette.jpg

Albert Camus disait : " L'habitude du désespoir est plus terrible que le désespoir lui-même."


Nombreux parmi nous sont ceux qui ont traversé les couloirs de la désespérance durant des années, et n'ont pas pu ou su remonter la pente. Ils ont alors perdu tout espoir et se sont lassés d'attendre quoi que ce soit de la vie.

Ils sont restés sans force pour affronter ce qui était devant, et ont même parfois pensé au pire, y compris de se laisser mourir ou de se donner la mort.


Leur faculté d'espérer s'est comme atrophiée, voir annihilée. Il conviendra alors de leur proposer de travailler sur les racines résurgentes de leurs difficultés : c'est parfois un travail de longue haleine sur leur identité qui les fera rebondir et se rétablir dans un mieux-être.

Car comment espérer contre toute espérance lorsque l'identité est détruite et ne permet même plus de réagir ?

Mais aussi comment oser conseiller à une personne d'espérer contre toute espérance lorsque l'on ne lui donne même pas les bases et les moyens de le faire, car son mal-être vient d'un problème d'identité non solutionné ?

 

L'on reste alors dans l'utopie : c'est comme demander à un handicapé physique de marcher soudain sans ses béquilles : le résultat serait désastreux.....

 

 

ILS ONT ECRIT 

E. Modersohn :

- Dieu connaît tes limites, donne-Lui ton aujourd'hui, Il s'occupe du lendemain.

R. Frost :

- Le monde est rempli de volontaires, certains sont volontaires pour travailler ; les autres pour les laisser travailler.

 

 

SOURIEZ

Déclaration :

Le président du tribunal dit au prévenu :

- Vous êtes donc accusé de fraude fiscale pour avoir déclaré vos chiens comme personnes à charge et vos pertes au jeu comme diminution de capital ! Reconnaissez-vous les faits ?

- Oui, monsieur le président.

- Quelque chose à déclarer avant que je fixe le montant de l'amende ?

- Euh, oui, pourrais-je déduire l'amende  de mes impôts ? 

 



Partager cet article
Repost0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 06:57

papillon0001

Quentin et Jérôme, deux étudiants discutent. Quentin affirme : "L'univers s'est formé par hasard, à la suite d'une série d'évènements que les scientifiques expliquent de mieux en mieux. Il faut être bien naïf pour croire encore au récit de la Genèse".

Avec un sourire, Jérôme rétorque : "A propos de hasard, j'ai lu hier un article original. Il paraît que, pour sa tour, Gustave Eiffel a fait appel au hasard. Il a convoqué tous ses ouvriers, leur a demandé d'apporter chacun un morceau de matériau, n'importe quoi. Chaque ouvrier devait ensuite poser son morceau, dans un ordre qu'Eifffel a tiré au sort.

 

Il se trouve que les ouvriers ont tous apporté du métal, que les morceaux se sont emboîtés merveilleusement, pour donner la Tour Eiffel ! Tout ça sans un calcul !"

Jérôme poursuit : "Toi qui apprécies l'art et la poésie, sais-tu que Victor Hugo a composé "Demain dès l'aube...", en tirant au hasard des lettres dans un grand sac ? Que Léonard de Vinci a peint "la Joconde" les yeux fermés, pour mieux laisser la place au hasard ? Le hasard est à la foi ingénieur, poète et artiste !"

- Tu te moques de moi ! répond Quentin, vexé.

 

De telles explications semblent ridicules et même insultantes envers des hommes comme Eiffel, Hugo et d'autres. Mais encore plus incroyable que le corps humain soit le fruit du hasard, que l'intelligence et toutes les facultés de l'homme soient issues du chaos.

 

- Pour ma part, dit Jérôme, je m'incline devant la sagesse de notre Dieu créateur.

 

 

PROVERBES

 

Proverbe chinois :

- C'est par le bien faire que se crée le bien être.

 

Proverbe arabe :

- Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse.

 

- Il y a deux sortes de gens : ceux qui peuvent être heureux et ne le sont pas, et ceux qui cherchent le bonheur sans le trouver.

 

 

SOURIEZ

 

Un vieux monsieur fréquente le même club du troisième âge qu'une veuve qu'il aime en secret. Un jour, prenant son courage à deux mains, il la demande en mariage, ce qu'elle accepte avec enthousiasme ! Le lendemain le vieux monsieur lui téléphone :

- Ecoutez, ce que j'ai à vous dire est embarrassant. Hier, je vous ai demandé en mariage, mais je ne me souviens pas si vous m'avez répondu oui ou non !

- Mais comme je suis contente que vous m'appeliez, répond sa promise, je me souvenais avoir dit oui, mais je ne savais plus à qui ! 

Partager cet article
Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 06:54

arbre mort

Dans un article intitulé "les déchets mortels de la guerre mettent en danger la vie de beaucoup d'Européens" daté de 1994, le journaliste Ch. Burns écrit : On les trouve ici ou là, 50 ans après la fin des hostilités, enterrées sur des chantiers de construction, prises dans des filets de chalutiers, ou pointant soudain du sable des plages.

Et parfois elles explosent. Des centaines de tonnes d'explosifs ont été ainsi récupérés sur le seul territoire français.

 

Durand l'année 1993 treize d'entre elle explosèrent accidentellement, tuant douze personnes et en blessant onze autres.

-  "J'ai déjà perdu deux de mes collègues, affirmait Y. Bouvet, chef de la mission gouvernementale chargé de déminer la région Champagne-Ardennes et rendre inoffensives les bombes de la Première et la Seconde Guerre mondiales qui y sont encore disséminées.

 

Les bombes qui n'ont pas explosé à l'époque deviennent dangereuses avec l'âge. Avec la corrosion qui les gagne, ces bombes sont de plus en plus instables, le détonateur étant exposé à la moindre influence extérieure ."

Ce qui est vrai des bombes des guerres passées est aussi vrai de toute colère qui boue sans s'extérioriser. Elle risque d'exploser au moment où l'on s'y attend le moins....

 

Toute colère qui s'attarde dans notre coeur fera mal à notre entourage, nous fera perdre tout respect aux yeux des autres, et fermera la porte au nez de toute opportunité qui aurait pu se présenter et nous placera sur un terrain très dangereux en ce qui concerne nos relations avec Dieu.

 

 

PENSEES 

- Inutile d'élever la voix quand on a raison. Laisser le temps être juge.

 

H.G. Thoreau : 

- Nous pouvons uniquement atteindre la cible que nous avons visée.

 

 

SOURIEZ ....OU PAS

Un homme revient de son travail et se met à table. Il prend une bouchée de son poulet et demande à sa femme :

- C'est délicieux chérie, mais qu'as-tu mis dedans ?

- Rien, il était déjà plein !

 

BON DIMANCHE MES AMIS !     MERCI DE VOTRE FIDELITE !

MERCI AUSSI A TOUS CEUX QUI PASSENT SANS LAISSER DE TRACE....

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 07:51

source" J'ai grandi dans un foyer loin de toute éducation religieuse. Le divorce de mes parents m'a déstabilisé. Une telle séparation est bien difficile à comprendre quand on est un petit garçon de 7 ans....Je me suis renfermé sur moi-même, et malgré les apparences d'un jeune sûr de lui, j'étais en constante recherche de ce qui pourrait combler le gouffre ouvert dans mon coeur.

 

Vers 11 ans j'ai commencé à fumer, à 14 ans à prendre des drogues douces et à boire de l'alcool, puis j'ai vécu une vie sale, tournée vers l'occultisme et le yoga. Mais à l'âge de 19 ans, j'ai entendu pour la première fois parler de l'amour de Jésus Christ par un oncle qui m'a offert une Bible.

 

En  lisant l'évangile selon  Matthieu, quelle surprise de m'apercevoir qu'au travers de cette lecture, Dieu répondait aux questions que je me posais !

 

Un jour, j'ai pris conscience de ma souillure, j'ai pleuré sur ma misère....J'ai alors demandé pardon à Dieu de ce que j'étais, des blasphèmes que j'avais souvent prononcés, de ma manière de vivre vide de sens.

Alors souvenir inoubliable, j'ai ressenti très intensément le pardon et la consolation de Dieu.

 

Jésus était devenu mon Sauveur, son sang versé à la croix m'a lavé de toutes mes souillures.

Cette expérience a transformé ma vie, car en Jésus Christ j'ai rencontré un ami de tous les jours, les bons comme les mauvais. Il m'a instantanément délivré de la cigarette, de la drogue, de l'alcool.

Il me fortifie et m'aide dans les jours lumineux comme dans les jours sombres de ma vie." 

 

 

PENSEES :

 

- Si l'on n'est pas capable de se détendre le soir, de mettre entre parenthèses ses tracas de la journée,

   Quand sera-t-on en mesure de le faire ?

 

- Bien souvent lenteur et méthode sont des clefs de réussite.

  A précipiter l'effort, on voit poindre l'échec.

 

 

SOURIEZ :

Deux bandits siciliens se rencontrent à une terrasse de café. Au bout de quelques temps, la conversation roule sur leurs enfants.

- Et le tien, Giuseppe, qu'est-ce qu'il devient ?

- Bah, le mien, il fait son service militaire, tu sais Gino.

- Ah bon ?   Et dans quelle arme ?

- L'aviation, Gino

- Et il vole beaucoup ?

- Oh, un bidon par-ci, un bidon par-là......

Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 06:41

bateau-c.seche.jpg

L'impatience est souvent un point faible dans la vie des jeunes, mais il est stupéfiant de constater ce manque d'équilibre également chez certains adultes, qui est alors lié à l'immaturité.

Dans la fable de Jean de la Fontaine, le lièvre et la tortue, c'est la tortue qui remporte la course, car elle avait fait des efforts constants et bien répartis. Elle a su s'armer de patience et de persévérance en gardant l'espérance de vaincre ce lièvre qui pour elle était totalement invincible.

 

A chaque pas, elle était freinée par le poids de sa lourde carapace, elle était essouflée et sans force. Mais elle était pleine d'espérance ! Si elle n'avait pas eu cette espérance et s'était appuyée, sur ce qu'elle sentait, voyait ou savait, elle n'aurait même pas pris le départ de la course et aurait refusé de concourir contre le lièvre !

 

Noé - comme Aaron qui n'a pas su attendre le retour de Moïse de la montagne du Sinaï, ce qui a provoqué l'idôlatrie du peuple et de nombreux morts - aurait pu s'impatienter, s'appuyer sur le fait que la pluie n'arrivait pas, qu'il n'y aurait jamais d'eau, et donc transformer son navire en musée ou en faire l'hôtel du coin !

Non, il a choisi de prendre tout son tesmps, de caler et de préserver le bâteau sur la terre sèche, et d'aller jusqu'au bout de l'exécution de ce que Dieu lui avait dit de faire.

Ph. Auzenet 

 

SOURIEZ - histoire pressée - Phil compte jusqu'à vingt !


Je suis entré dans le salon. Ma mère lisait un magazine. Elle n'a pas levé les yeux, elle ne m'a pas regardé.

Je me suis dit : Je compte jusqu'à 20, si à 20 elle ne m'a pas adressé la parole, je fais mon baluchon et je disparaîs pour toujours....je le jure !

1....2...3....4...5....

Je sais qu'elle ne m'aime pas;

6...7...8...9...

Si je n'existais pas, elle pourrait sortir, s'amuser, se remarier peut-être.

10...11...12...13...

L'autre jour, j'ai entendu ce qu'elle disait à sa copine Anne. "j'ai beaucoup de soucis avec lui." Voilà ce qu'elle a dit.

14...15...16...

ça fait des mois qu'elle ne m'a pas embrassé.

17...18...

Cette nuit, elle a pleuré.

19...2

 

- Mais qu'est-ce que tu fais là ? File te coucher !

Il était temps...........

Merci, maman !

 

 

PENSEES

 

- Le pire existe : le pire est toujours possible, bien sûr, il n'est jamais certain. Inutile de trop s'en tourmenter à l'avance.

 

- Avant de rentrer chez vous, posez vos soucis sur le pas de votre porte, comme on le fait d'un parapluie mouillé..

 

- La vie est remplie de tâches "urgentes" qui peuvent attendre..


 


 


Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 06:56

victoria.jpg

En 1869, Henri Stanley, correspondant du New York Herald, journal riche d'articles à sensation, reçoit une mission du directeur : "Trouvez David Livingstone".

Le missionnaire explorateur a été porté disparu depuis 1866 en Afrique Equatoriale, alors qu'il était à la recherche des sources du Nil.

En novembre 1871, Stanley retrouve enfin LIvingstone. Voici ce qu'il écrit dans un de ses carnets : 

-  "Je le vis, je l'écoutai. Etudier Livingstone en laissant dans l'ombre le côté religieux serait faire une étude incomplète. Il est missionnaire ; mais sa religion n'est pas du genre théorique. Elle parle peu, c'est une pratique sérieuse et de tous les instants. Elle se manifeste par une action bienfaisante et continue.

La piété règle sa conduite, non seulement envers ses serviteurs, mais à l'égard de tous ceux qui l'approchent. Elle a adouci cette nature ardente, cette volonté inflexible, et fait de cet homme, d'une effrayante énergie, le maître le plus indulgent, le compagnon le plus sociable.

Tous les dimanches, il réunit ses compagnons, leur fait la lecture d'un chapître de la Bible ; puis il prononce une courte allocution ayant rapport au texte qu'il vient de lire. Ces quelques paroles, en Kisahouahili, sont écoutées avec un visible intérêt.

 

De livingstone, l'explorateur célèbre pour sa découverte des chutes Victoria, nous aimons retenir avant tout la foi en action. Missionnaire infatigable, imitateur du Christ son Sauveur, il a été retrouvé mort à genoux dans sa tente, mort en priant ! "

 

 

PENSEES

- Pour réussir sa vie, il faut trouver l'audace de vivre à la mesure de son talent,  la hauteur de ses possibilités.

 

- Le passé est rempli de problèmes qui ont trouvé leur solution...Pourquoi s'inquiéter alors ?

 

 

SOURIEZ  :

Momo et ses parents s'apprêtent à aller dîner chez des amis. La maman de Momo l'avertit :

- Je te préviens, ce soir tu as intérêt à bien te tenir !

- Pourquoi ? leur maison est en pente ?

Partager cet article
Repost0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 07:05

Tadrart

Tout désert nous apparaît d'abord hostile : il enlève brusquement toutes nos sécurités, nos points de repère, sans rien donner à la place, si ce n'est un horizon mystérieux, sans limites, menaçant.

Il y a tant d'éléments au désert qui peuvent représenter des ennemis potentiels : les soudaines tempêtes de sable, la chaleur du soleil, le manque d'eau, les moustiques, les serpents, la perte d'orientation, les virus, la maladie, la nourriture, la solitude, le manque de confort...

 

Vivre dans un environnement hostile, s'apprend, que ce soit au désert ou dans la vie courante. Il faut d'abord faire l'effort de rester calme, lutter contre la peur, se détendre et évaluer sainement la situation, s'adapter.

Un ennemi devient réellement dangereux que s'il est actif. Inactif, il ne représente qu'un danger potentiel et non paralysant.

Le sentiment d'angoisse qui nous étreint lorsque nous nous fixons uniquement sur ce qui risque de nous nuire dans un environnement hostile doit être, lui aussi, maîtrisé.

Nous devons apprendre à vivre sereinement au milieu de l'opposition. Dieu nous aidera.

 

Il faudra alors faire un nouvel apprentissage : celui d'adopter un nouveau comportement plein de confiance ; se recréer une nouvelle sécurité avec de nouveaux points de repère. Cela prendra du temps, et ce  ne sera pas sans renoncements ni sacrifices ; mais au bout de quelque temps, nous retrouverons une certaine quiétude. Nous nous adapterons....

 

 

CITATIONS :

Albert 1er :

- L'ennui est la marque des esprits médiocres. Ils s'ennuient dans la solitude parce qu'ils rencontrent eux-mêmes.

 

Ch. Herald :

- Le poisson est un animal dont la croissance est excessivement rapide entre le moment où il est pris et le moment où le pêcheur en fait la discription à ses amis !

 

 

SOURIEZ :

Compte tenu de l'urgence des problèmes médicaux dans une république africaine, on a décidé de former à Paris des médecins en deux ans au lieu de sept. Arrive l'examen final et l'on demande au premier candidat africain :

- Qu'est-ce que c'est que ça ?

- C'est le coude.

- Non c'est la main. Vous êtes recalé.

Candidat suivant, l'examinateur montre son genou et demande ce que c'est.

- C'est le coude, répond l'Africain.

Arrive le candidat suivant à qui l'examinateur montre son pied.

- Qu'est-ce que c'est ça ?

- Le coude.

Ils sont ainsi deux cents à être recalés, l'un après l'autre. Arrive enfin le dernier candidat à qui l'examinateur épuisé montre sa main.

- C'est la main, dit le candidat.

Successivement, l'examinateur montre son genou, son pied, son épaule et chaque fois l' Africain répond parfaitement. Il est reçu avec les félicitations du jury.

- Comment se fait-il que vous soyez le seul reçu ? demande un journaliste.

- Tous les soirs, ils faisaient la fête et moi, Mamadou, je travaillais dur.

Et désignant sa tête, il conclut :

- Alors, maintenant, j'ai tout dans le coude.

 


Partager cet article
Repost0