Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 07:46
A propos de chaînes

Dans le Musée de Liverpool, on se remémore la dévastation que des générations d'esclaves hommes, femmes et enfants ont subie.

Le prix que des innocents ont payé pour l'avarice d'autres personnes est horrible, mais ils ne sont pas les seuls à en avoir payé le prix.

Gravée dans un mur du musée, on peut lire une remarque profonde de F. Douglass, un ancien esclave et défenseur des droits de la personne :

" Aucun homme ne peut mettre de chaîne à la cheville d'un homme sans trouver en définitive l'autre bout à son cou."

Victor Hugo a écrit :

L'art, c'est la pensée humaine

qui va brisant toute chaîne !

L'art, c'est le doux conquérant !

A lui le Rhin et le Tibre !

Peuple esclave, il te fait libre ;

Peuple libre, il te fait grand !

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 07:35
Semer la zizanie

L'ivraie est une sorte de graminée qui ressemble assez au blé en ce sens que c'est une herbe qui forme des épis. Il existe plusieurs sortes d'ivraie.

L'une d'elles est à la base de l'herbe utilisée pour les pelouses modernes ; l'autre est une herbe qui fournit un excellent fourrage pour les animaux.

Il existe encore une ivraie qui prolifère beaucoup et qui germe longtemps (d'où la difficulté de s'en débarrasser), de plus cette ivraie-là est toxique pour l'homme.

Consommée avec modération, elle entraîne l'ivresse.

Son nom d'ivraie est d'ailleurs de la même racine que ivre, ivresse, ivrogne.

Le terme "ivraie" est celui qui définit l'herbe mauvaise, en général et en opposition avec les céréales. En grec, le terme est zizanion, une herbe qui fait penser au riz.

Mais zizanion a surtout donné en français le mot zizanie. Et semer la zizanie est devenue une expression populaire et proverbiale pour dire :

semer la discorde, la dispute, le désaccord....

J. Ruskin a écrit :

Il n'y a pas d'autre richesse que la vie, comprenant toute la puissance d'amour, de joie et d'admiration.

Passer tous un excellent week-end, si possible en paix !

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 06:23
Les mots, la parole

Les mots et la parole ot une force insoupçonnée.

Ils sont la tourmente ou la brise.

La pluie qui dévaste ou l'eau qui irrigue.

Il y a des mots qui tuent.

Il y a des mots de douceur et d'espoir, des mots de bonheur qui sont comme le soleil d'une vie.

Les mots peuvent tout quand ils ne sont pas seulement un assemblage de lettres mais la chair d'une existence.

Il y a des mots qui entrent en nous et nous donnent la paix, force et pouvoir quand ils sont vrais.

Mais qui se parle encore ?

Qui ose poser les questions que chacun porte en soi ?

M. Gray

Ch. Spurgeon a écrit :

Les fils de la lumière ne doivent pas fraterniser avec des actions, doctrines ou supercheries qui touchent à l'obscurité.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 06:44
A propos violence

La violence : maladie de la ville trop grandie, explosion folle de la révolte de l'homme contre la vie vide et absurde qu'il mène.

La violence qui s'en prend aux autres, qui s'en prend à soi. Destruction et autodestruction,

la violence qui choisit l'autre comme sa victime, sa cible, parfois à cause de la couleur de sa peau, ou bien par hasard.

La violence comme la drogue de notre temps, comme une énergie dévoyée, comme un torrent fou, une eau dévastatrice qu'il faut endiguer....

M. Gray

Il a encore écrit :

Protéger un être, un enfant ou un homme, ce n'est jamais lui masquer les risques de l'existence.

La part de malheur qu'elle contient. Protéger quelqu'un, c'est d'abord lui apprendre à voir, lui montrer le danger en lui, autour de lui.

C'est le rendre capable de l'affronter et de le vaincre...

Si possible passez tous un week-end dans la paix

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 07:03
Plus jamais

Dans une province de l'Inde, les jeux de hasards étaient interdits. Une amende de 500 roupies punissait les contrevenants.

Or deux jeunes gens avaient trouvé une cachette et s'adonnaient à cette passion.

L'un était fils d'un riche commerçant, la mère de l'autre était veuve, pauvre et âgée.

Un jour, ils furent surpris par la police et se retrouvèrent en prison.

Le fils du riche fut libéré après le versement de l'amende, mais la pauvre veuve en était incapable et se mit à travailler dur pour gagner l'argent nécessaire.

Elle transportait de lourdes pierres qui parfois retombaient sur ses mains, les déchiraient et les faisaient saigner.

A travers la fenêtre de sa prison, le jeune homme vit les mains de sa mère :

- Mère quelles sont ces blessures ?

- Je travaille pour te délivrer mon fils !

Enfin elle put réunir les 500 roupies et libérer son fils.

Quelques temps après le jeune homme rencontre son compagnon de jeu qui l'invite à une nouvelle partie de dés :

- Je ne pourrais plus jamais jouer !

Ton rachat a été facile, mais moi, j'ai été sauvé par le dur travail de ma mère...par sa peine et ses blessures........

P.J. Toulet a écrit :

Dans le silencieux automne

D'un jour mol et soyeux

Je t'écoute en fermant les yeux

Voisine monotone.....

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 07:31
L'amour de la mer

" Je traversai pour la xème fois cette Méditerranée, par mer et par air, du nord au sud, d'est en ouest.

Je plongeais sans fin mon regard dans l'azur de ses flots, et l'écume jaillissante de son sillage, que suivaient des bancs de marsouins, en quête de quelque nourriture.

Pour moi la Méditerranée était ma mer. A force d'y vivre, je finis, sur toutes ses rives par m'en sentir le fils...

Non loin des côtes, des mouettes avides accompagnaient de leur vol notre navire.

Sous le frémissement de leurs ailes, sur le pont du navire, je découvrais que la personne la plus difficile à connaître et à guider était soi-même...."

Ch. Spurgeon a écrit :

Les "si" les mais" les "peut-être"....sont des meurtriers assurés de la paix et du réconfort.

Sortez du désert des doutes et des craintes.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 07:14
Pourquoi ?

Ce soir, je regardais le ciel, allongé sur la terre, dans le silence. Mes yeux se perdaient dans la voie lactée.

Je suivais la chute d'une étoile, et je comprenais.

A peine un souffle plus frais qui montait de la vallée.

" Je restais immobile, écrira Martin, seul, comme si j'avais été le premier ou le dernier des hommes à regarder le ciel sous lequel tant de vies avaient glissé, tant d'autres à venir, à commencer à finir, à souffrir.

Tant de vie qui comme la mienne, si longtemps, refusaient de regarder le ciel, parce qu'il aurait fallu affronter la question :

Pourquoi ?

Pourquoi le ciel, pourquoi l'homme, pourquoi moi, pourquoi la vie, pourquoi la mort, pourquoi des bourreaux et des victimes, pourquoi le bonheur et le malheur ?"

Ch. Spurgeon écrit :

Une conscience au repos est la plus douce musique disponible pour bercer l'âme dans le sommeil.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 06:49
J'ai lu pour vous

" Ma communion avec mon amie restait vivante dès que nous admirions d'un même regard une fleur, un arbre, un lac, un flocon de neige.

Nous étions saisis d'une même extase qui nous emportait dans un au-delà où nous nous rencontrions sans que nos corps fassent obstacle à notre chant.

Nous étions au-delà du désir qui, proches l'un de l'autre, ou éloignés à des centaines de lieues, ne nous avait jamais saisis d'aucune de ses morsures.

Une paix enfantine était notre lot."

A. Chouraqui

Paul Valéry a écrit :

L'Histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne absolument rien, car elle contient tout et donne des exemples de tout.

Elle est le produit le plus dangereux que la chimie de l'intellect ait élaboré.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 07:09
Il est écrit

Nous sommes placés en face d'un monde qui exclut l'indifférence. Il y a deux voies non pas trois ou quatre ou autant que l'on voudra...

Le monde est cassé en deux. Le choix devient nécessaire ; il est l'exigence et le risque de cette brisure.

La poésie n'est que la parure de l'enseignement : la voie des Ténèbres et la voie de la Lumière se partage l'universalité du réel.

Deux voies inégales et ennemies, mais qui coexistent dans le temps et dans l'espace où elles définissent la frontière d'une guerre ; sur cette ligne s'inscrivent les déchirements de l'Histoire.

La plénitude des temps, la réalisation des promesses messianiques pourra seule faire cesser le meurtrier combat dont l'innocent demeure l'otage....


Le Psalmiste a écrit :

Tu domptes la frénésie de l'océan, tu apaises l'assaut de ses vagues....

( ta main me conduira et ta droite me saisira)

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 06:48
Du côté de l'Ecclésiaste

Il y a pour toute chose un temps et un jugement, quand le malheur accable l'homme. Mais il ne sait point ce qui arrivera, et qui lui dira comment cela arrivera ?

L'homme n'est pas maître de son souffle pour pouvoir le retenir, et il n'a aucune puissance sur le jour de la mort ; il n'a point de délivrance dans ce combat, et la méchanceté ne saurait sauver les méchants.

J'ai vu cela, et j'ai appliqué mon coeur à tout ce qui se fait sous le soleil....

Lorsque j'ai appliqué mon coeur à connaître la sagesse et à considérer les choses qui se passe sur terre, car les yeux de l'homme ne goûtent le sommeil ni le jour ni la nuit,

j'ai vu que l'homme ne peut pas trouver ce qui se fait sous le soleil ;

il a beau se fatiguer à chercher, il ne trouve pas ; et même si le sage veut connaître, il ne peut pas trouver...

Il a encore écrit :

Les mouches mortes infectent et font fermenter l'huile du parfumeur...

Partager cet article
Repost0