Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 05:38
Petite fable qui mérite réflexion

Il était une fois un joyeux petit étang et cet étang avait de gentils petits amis. Cet étang se réjouissait d'être avec ses amis, sous les doux rayons du soleil.

Une grenouille en profitait pour s'asseoir sur les nénuphars. Il y avait des canards et des poissons qui nageaient dans l'étang. C'était une époque merveilleuse, et un merveilleux étang. Mais un jour l'étang a commencé à se demander :

- Pourquoi cette grenouille est-elle si joyeuse dans mon eau ? Pourquoi les canards sont-ils si joyeux dans mon eau . Et pourquoi les poissons semblent tellement heureux ? Je pense que c'est à cause du soleil. Ils ne viennent pas ici pour moi, mais pour profiter des rayons du soleil. Ils semblent fortement aimer les rayons du soleil.

Et alors l'étang a dit au soleil :

- Ne brille plus sur moi ! Je ne veux plus de ta chaleur.

Mais le soleil lui demanda :

- S'il te plaît, je me réjouis de te voir ainsi que ces canards, ces poissons, et cette grenouille. Laisse moi briller sur toi.

L'étang s'entêta et dit :

- Non, ne brille plus sur moi.

Aussi, pendant un certain temps, le soleil ne brilla plus et mit un nuage devant l'étang. Mais il arrivait parfois au soleil de briller et cela fâchait l'étang. Finalement le soleil dit :

- Très bien, si tu ne désires plus que je brille, je ne brillerai plus.

Et l'étang fut heureux. Mais les jours passant l'étang devint toujours plus froid. Après un certain temps, la petite grenouille décida de partir...et bientôt les canards s'envolèrent au loin.

Devenant de plus en plus froide, l'eau de l'étang se transforma bientôt en glace.

La glace devint de plus en plus épaisse et malheureusement les petits poissons moururent.

Qui a endurci l'étang ? Est-ce l'étang qui s'est endurci lui-même ? Ou est-ce le soleil qui l'a endurci, en refusant de le réchauffer ? Il y a du vrai dans les deux interrogations.....

Partager cet article
Repost0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 05:16
Ce qui compte pour certains

Certains aiment les solutions de facilité où ce qui compte le plus c'est le plaisir :

plaisir de paraître, de sentir, de posséder, d'être servi, de réussir....

Leur vie se résume ainsi : profiter et amasser du plaisir.

L'homme doit conserver sa capacité de s'aimer lui-même, cela est nécessaire pour son épanouissement, car s'il se hait, il ne peut aimer les autres.

Cependant il n'a pas été crée pour qu'il devienne égoïste et tourne vers lui-même, mais pour qu'il soit ouvert aux autres et s'intéresse à eux.

Qu'il se donne à eux et pour eux.

Il est un être social capable de se donner et d'aimer...

Ph. Auzenet

Il a encore écrit :

Le bonheur est la recherche de celui des autres et ce n'est pas d'abord prendre mais donner.

Corneille disait :

Tel donne à plusieurs mains qui n'oblige personne : la façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 05:30
Le vide en soi

Le vide en soi, la peur de soi, l'absence comme dans un arbre dont il ne resterait que l'écorce, l'absence d'âme, voilà ce qui pousse à rechercher la gloire, le bruit des honneurs, la rumeur de la notoriété.

Mais ils ne sont jamais suffisants pour couvrir l'énorme grondement de ce vide intérieur.

Alors on essaie de le couvrir par une plus grande gloire, par des honneurs, une notoriété plus bruyante encore. Mais en soi, le vide s'accroît lui aussi, au même rythme.

Et vient un jour, plus tôt, plus tard, et cela dépend de la chance et ce peut être quand commence la deuxième moitié de la vie, et ce peut être au temps de la vieillesse, vint le temps où le vide est le plus fort : il est là comme un gouffre.

Que la gloire, la notoriété, l'ambition n'ont jamais pu combler, qu'elles ont creusé au contraire, chaque jour......

M Gray

R. Follereau a écrit :

L'amour n'est pas un mot guimauve, voltigeant sur les lèvres parfumées, mais du travail, des larmes. Parfois du sang.

Méfiez-vous des mots qui sont d'autant plus sonores qu'ils sont vides. Il ne suffit pas de leur mettre des majuscules pour qu'ils reflètent le visage de Dieu.

Vous ne guérirez pas le monde avec des points d'exclamation.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 05:53
Danger ou pas

Il a écrit : "Je suis un reporter, pas un diseur de bonne aventure. Je ne voulait pas faire de prédications. Je ne voulais pas être l'homme qui parcourait la Terre en criant : Méfiez-vous des ides de Mars.

Et j'ignorais entièrement si le danger d'un holocauste atomique existait !

Des experts américains du terrorisme nucléaire m'informèrent qu'il était plus que plausible.

En fait, disaient -ils, c'était un miracle qu'il ne se fût pas déjà produit. L'ancienne Union Soviétique était un marché libre, les Etats arabes extrémistes étaient des acheteurs les plus vraisemblables et Israël était la cible évidente."

- "Jamais auparavant un empire ne s'est écroulé alors qu'il disposait de X armes nucléaires, de X tonnes de matériaux fissiles et de X savants et techniciens qui savaient fabriquer ces armes et qui ne parvenaient pas à gagner leur vie !"

déclarait un rapport du Sénat américain sur le marché noir ex-soviétique.

Un fonctionnaire russe qui a effectué une enquête sur les vols d'uranium enrichi de la base de sous-marins nucléaires ....a dit cela plus simplement :

" Même les pommes de terre sont mieux gardées "

Souriez

Des écoliers visitent un musée.

Jules fatigué de piétiner devant les oeuvres, s'assied dans un fauteuil. Le gardien arrive en courant :

- Jeune homme levez-vous immédiatement, vous êtes assis dans le fauteuil du roi Arthur !

- Oh ne vous inquiétez pas, msieur, dès qu'il revient, je lui rends sa place.

Bon week-end à tous !

Partager cet article
Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 05:59
L'histoire courte de Martin

Il y a un dicton qui dit : on n'est jamais heureux tout seul.

C'est vrai, le bonheur, c'est aussi la recherche de celui des autres, et ce n'est pas d'abord prendre mais donner.

Martin qui devint l'évêque de Tours se dépouilla afin de revêtir....

Par un hiver de grand froid alors qu'il était soldat et avait 18 ans, il vit un pauvre qui mourrait de froid, et n'ayant plus d'argent à lui donner, il prit son épée, partagea son manteau en deux, lui en donna une moitié pour se réchauffer...

Il a écrit :

- L'homme est libre dans la vie comme le poisson dans la rivière : entre la source et la mer.

Souriez :

Une famille de six enfants traverse la rue sous la conduite de la maman.

Une dame lui dit : "Mais vous avez trop d'enfants !"

La maman lui montrant ses bambins répond :

- Dites-moi lequel est de trop ?

Silence de la dame. Et la famille de continuer son chemin dans le bonheur d'être ensemble....

Partager cet article
Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 06:15
Mauvaises habitudes

Les brebis sont des créatures aux habitudes fortement ancrées. Si elles sont laissées à elles-mêmes elles suivent les mêmes pistes jusqu'à les creuser d'ornières, broutent les mêmes herbages jusqu'à les épuiser.

Elles polluent leurs propres terrains jusqu'à les corrompre par la maladie et les parasites.

Plusieurs pâturages des plus réputés ont, de la sorte, subi une ruine définitive du fait de propriétaires ignorants ou indifférents qui les ont fait brouter trop longtemps et n'ont pas su diriger leurs troupeaux.

Il faut voyager dans les pays comme l'Espagne, la Grèce, la Mésopotamie, l'Afrique du Nord et même certaines parties de l'Ouest des Etats-Unis, la Nouvelle Zélande ou l'Australie, pour voir les ravages que peuvent opérer les troupeaux.

Dans ces pays, certains naguère prairies grasses et opulentes, ont été progressivement réduits à l'état de terres en friche.

Trop de moutons, pendant trop d'années, sur des pâturages mal gérés, ont semé pauvreté et désastre sur leur passage....

Un berger intelligent est pleinement conscient de tout ceci, non seulement pour le bien-être du troupeau, et la fertilité du terrain, mais aussi pour sa réputation d'éleveur.....

John Ruskin a écrit :

Le soleil est merveilleux, la pluie rafraîchissante, le vent fortifiant ; il n'existe pas de mauvais temps, juste différentes sortes de beau temps.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 05:57
La vie

La vie changeante comme le ciel, la vie claire puis orageuse, la vie généreuse, pareille aux pluies de printemps, la vie sauvage, cruelle comme un ouragan, la vie qui dévaste et qui comble,

la vie, il faut l'aimer, savoir reconnaître sa beauté, ses éclaircies dans la tempête, et sa grandeur et sa majesté,

parce qu'elle est l'homme et l'univers.

La vie, chacun de nous en fait une expérience nouvelle, personnelle. Et de toute expérience, dure ou douce, l'homme doit en tirer un bien.

Il n'y a pas d'évènement qui soit vain dans une vie.

Pas de jour, pas d'épreuve qui soient inutiles, à condition qu'on ne les contemple pas, fascinés immobiles comme l'est la proie d'un serpent, mais qu'on se serve d'eux comme d'un appui pour aller de l'avant.

M. Gray a écrit :

Il n'y a pas de plénitude si l'on est un arbre solitaire.

C'est la forêt qui donne son sens à l'arbre et c'est elle qui le rend vigoureux.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 05:29
Il décida d'aller jusqu'au bout

"Lorsqu'il était jeune, il n'était pas vraiment bon en sport et il a donc rejoint une équipe de course à pied.

" Je pensais disait-il, être au moins capable de courir, car c'est un sport individuel qui n'implique pas de mémoriser toutes sortes de règles. J'étais un des plus mauvais coureurs de toute l'équipe.

Lors d'une de mes premières courses de fond dans le stade, je suis arrivé exténué près de la ligne d'arrivée, près à m'effondrer, mais j'étais tout content qu'il y ait quelqu'un derrière moi, j'ai donc décidé que j'allais au moins le battre lui.

Mais tout d'un coup il s'est mis à accélérer, je ne sais pas d'où lui venait toute cette énergie. J'ai utilisé le peu de force qui me restait encore pour arriver juste avant lui.

J'étais vraiment fier de n'être pas arrivé dernier et d'en avoir au moins battu un. Plus tard j'ai appris qu'il passait la ligne pour la seconde fois ! C'est pour cela qu'il était derrière moi.

C'est parce qu'il était si loin devant moi qu'il est arrivé derrière moi ........."

Quelqu'un a écrit :

- C'est quand le fleuve se perd dans l'océan, quand ses eaux n'ont plus ni forme ni nom qu'il devient vraiment grand.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 05:28
Le système de pensée, c'est quoi ?

C'est la combinaison d'un ensemble de réflexions en chaîne, de prises de position personnelles, de conclusions relatives à un élément donné.

Cette combinaison est liée à un ensemble de croyances souvent subjectives.

Par exemple : les études, c'est formidables ! ou les études c'est épouvantables !

Notre système de pensée s'est forgé avec le temps. Il a également subi les influences de nos parents, professeurs, amis, médias et de notre culture....

Ainsi notre système de pensée nous porte peut-être à croire qu'un chien c'est méchant et dangereux parce qu'un jour nous nous sommes fait mordre....

Mais si nous avons fait récemment un séjour en montagne, que nous sommes restés ensevelis sous une avalanche de neige, et que c'est un chien qui nous a sauvé in extremis, alors notre système de pensée va s'inverser...

Un chien c'est formidable !

Colette Nicolas a écrit :

- La vie est jalonnée d'évènements heureux ou malheureux et lorsque l'on arrive à son terme on a souvent l'impression d'avoir feuilleté un livre d'images.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 05:46
Le grand saut

A notre époque, 18 ans c'est le grand saut ! l'âge où tout est permis, où l'on devient adulte d'après la loi, où nous parents, nous sommes relégués dans le placard à principes.

Nous sommes les empêcheurs de tourner en rond, et l'on a souvent l'impression que c'est nous qui avons tout à apprendre............

En fait, c'est surtout un grand saut pour nous, l'instant ou notre cher petit ne nous appartient déjà plus, où l'on voit s'éloigner sur le chemin de la vie, non plus un enfant, mais un homme ou une femme responsable, qui va construire à son tour..

oui le grand instant est là !

SOURIEZ

Le parachutisme en trois leçons

1) quand tu vois les vaches comme des fourmis, il n'y a pas de danger

2° quand tu commences à voir les vaches comme des vaches, il est temps d'ouvrir ton parachute

3) quand tu vois les fourmis comme des vaches.il est trop tard.

Partager cet article
Repost0