Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 05:36
L'enfant adopté

Babette ne pouvait pas avoir d'enfant. Ils ont donc essayé d'en adopter un, mais ils avaient rencontré de nombreux obstacles.

Ils attendaient patiemment, calmement... Un jour enfin, quand nous leur avons rendu visite nous avons klaxonné devant leur maison comme à l'habitude.

Dave est venu vers nous en courant, il faisait de grands gestes.

- Vous allez la réveiller, nous a-t-il dit à voix basse.

Babette était assise près d'un petit lit. Sur les couvertures, couchée, recroquevillée, une fillette de race jaune, la peau très foncée...

Babette souriait

La petite fille à la place de la main avait un moignon.

- La guerre, nous explique Dave. Elle vient du Viet-Nam. Orpheline, elle n'a vraiment plus rien. A elle, nous pouvons donner quelque chose....

M. Gray a écrit :

L'amour, c'est sentir qu'on est une parcelle agissante du monde, et responsable de lui.

L'amour c'est comprendre qu'on vit des autres, qu'on est un moment du monde. Alors cet amour du monde, cet amour de la vie totale permet de combattre en soi la mort.

Aimer le monde, les autres, c'est abolir la mort.

Belle fin de semaine à tous !

Partager cet article
Repost0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 05:29
L'enfant présent dans l'adulte

Les parents sont la semence de l'enfant et la terre dans laquelle il pousse.

Pour lui, ils sont le monde, l'image de ce qu'il va, de ce qu'il doit être ou ne pas être.

Ce qu'ils font, ce qu'ils disent, ce qu'ils sont, demeure en lui.

Et même s'il l'ignore, car l'enfant est toujours présent en l'adulte.

Ce que l'on donne à un enfant, il le rend un jour.

Et ce qu'on lui refuse, il le refuse.

Et le mal qu'on lui fait, il peut le faire.

Mais si on gonfle ses jeunes voiles au souffle de la force, du courage et de la droiture, alors il vogue et sait affronter la tempête.

M. Gray

IL A ECRIT :

Les vraies leçons, celles que l'enfant écoute, celles qui modèlent sa personnalité, sont des actes que l'adulte accomplit.

Eduquer un enfant, c'est s'offrir à lui en exemple.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 05:31
Le pauvre

Le pauvre, il ne s'agit pas de lui donner un peu de notre superflu, mais de lui faire sa part dans notre vie.

Il faut avoir le courage de le reconnaître : on ne résoudra pas la question sociale avec des arbres de Noël, ni le problème de la faim avec des quêtes.

Le pauvre, le malade, le persécuté, a une soif obscure de se retrouver. D'avoir conscience qu'il est un homme comme les autres, qu'il a le droit de vivre et le devoir d'espérer.

Lui procurer le moyen d'assurer par lui-même son existence et celle des siens, ne pas se contenter de lui abandonner la monnaie de notre porte-monnaie, mais partager sa souffrance, sa colère, son désir ou sa joie, et lui donner une part des nôtres : c'est cela vraiment l'aimer.

R. Follereau 1966

IL A ECRIT :

- L'homme est libre dans la vie comme le poisson dans la rivière : entre la source et la mer.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 06:06
Dans le terrain de notre vie

On ne peut récolter des pommes sur un citronnier, on ne peut arracher des asperges là où l'on a planté des carottes.

Ainsi en est-il dans le terreau de notre vie intérieure personnelle.

Notre enfance a semé en nous différentes graines : des bonnes mais aussi de l'ivraie.

Notre responsabilité, en tant qu'adultes est de remettre notre champ en état lorsque nous prenons conscience qu'il est partiellement en friche, d'arracher l'ivraie, puis de semer de ce qui a manqué, s'il est encore possible de le faire....

Là où la vie n'a pas bien semé et a fait des ravages, elle nous a laissés avec un manque, ou tout simplement un vide....

Ph. Auzenet

EJ. JONG A ECRIT :

Ce sont l'innocence et la spontanéité qui exigent le vrai courage quelles que soient les blessures qui en résultent souvent pour nous.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 05:19
Les influences que nous subissons

En tant qu'enfant, nous grandissons comme une plante le long d'un tuteur. Ce tuteur est en fait symbolisé par nos parents, nos frères et soeurs, nos professeurs, nos amis intimes et les modèles ou guides de vie qui ont une influence sur nous.

A tout cela, il faut ajouter les influences de la cité dans laquelle nous habitons, de la région, du pays et de la culture dans lesquels nous évoluons.

Plus tard, nous reproduiront ce que la vie a fait de nous, mais aussi ce que nos idées, nos choix et nos comportements personnels ont généré au travers de nous.

Nous ne sommes pas exclusivement le pur produit des autres : nous sommes aussi ce que nous sommes, revêtus de notre identité propre....

LAMARTINE écrit :

La rosée en pluie

Brille à tout rameau ;

Le rayon essuie

La poussière d'eau ;

Le vent, qui secoue

Les vergers flottants,

Fait sur notre joue

Neiger le printemps.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 04:54
Ils ont écrit

MARTIN GRAY :

- L'homme peut quelles que soient les circonstances refuser de tuer ou de haïr.

Celui qui se présente aux hommes avec la seule force de son moi, celui qui est vrai, celui qui parle sans artifice, celui qui refuse la haine, celui-là qui est en harmonie avec lui-même, celui-là est, quelque soit son destin personnel, écouté par quelqu'un.

Et sa source ne se tarit pas. Elle resurgit ailleurs.

GUSTAVE FLAUBERT :

- Mais il n'y a qu'un temps pour être heureux : Celui où sans être désespéré, on sait accueillir le bonheur de vivre.

Souriez :

Les enfants ! que faut-il faire pour que vos parents vous excusent quand vous avez fait une bêtise ?

Jules lève le doigt : Il faut d'abord faire une belle grosse bêtise, maîtresse !

Quant à moi, je suis contente de vous retrouver après quelques problèmes de serveur et autre, belle semaine à tous !

Partager cet article
Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 15:57
Le vrai bonheur

C'est surtout dans l'instant présent que nous pouvons le vivre, et non pas en nous projetant exclusivement vers l'avenir. Ce qui pourrait devenir une fuite de la réalité....

Le bonheur c'est aussi de se fixer des objectifs et escalader de nouvelles montagnes.

C'est apprendre à se dépasser, à s'améliorer, à scruter de nouveaux sommets.

Pour aller de sommet en sommet, il faut d'abord avoir réussi avec succès une première escalade, puis une deuxième et une troisième.

Beaucoup de personnes n'y arrivent pas, car elles ne sont pas suffisamment armées pour affronter les épreuves....

Souriez

- Jules que se passe-t-il ? Tu avais toujours 20 en dictée et depuis quelques semaines, tu n'as même plus la moyenne ?

C'est pas ma faute m'dame, c'est Julie qui a changé de place ....

Excellent week-end à tous !

Partager cet article
Repost0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 06:17
La bonne et mauvaise solitude

- Chez l'enfant et l'adolescent à cause d'une mauvaise relation avec les parents, ou une absence réelle de relation et de communication avec eux.

- A cause de notre célibat qui se prolonge indéfiniment.

- Dans le couple, car il y a trop de mésententes

et de problèmes conjugaux non résolus.

- A cause d'une séparation, ou d'un divorce, à cause d'une maladie chronique, ou sans rémission.

- A cause d'un deuil, d'un problème intérieur que nous sommes obligés de gérer seul.

Mais il y a aussi la bonne solitude

Celle qui nous aide à nous (re) construire, celle qui est indispensable, vitale et nous atteint positivement :

- celle qui nous permet de nous reposer après une dure journée de labeur.

- celle qui nous permet de réfléchir, de méditer, de prier, d'approfondir le sens de notre vie, la qualité de notre foi.

- celle qui nous révèle notre manque de Dieu, et nous rapproche de Lui.

- celle qui nous permet de prendre des décisions profondes, essentielles pour notre avenir, celle qui nous permet de créer : la solitude de l'artiste et celle du visionnaire sont bien connues.

- celle qui nous permet de nous retrouver après une période où nous avons beaucoup donné de nous-mêmes.

- celle qui nous protège des autres et de leurs mauvaises intentions, de leur superficialité....

DANS LE MIROIR DE L'AMOUR IL EST ECRIT :

- Dans le silence intérieur, je vis le monde différent

j'entends l'autre s'adresser à moi, je le comprends mieux, je l'accepte ;

Ai-je grandi ?

Partager cet article
Repost0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 05:45
La souplesse du roseau

La plupart d'entre nous, nous connaissons cette Fable de La Fontaine : "Le chêne et le roseau"

Dans la fable, le chêne est solide comme les siècles, il est épais, dur invincible, il a d'énormes racines pivotantes, résiste au vent, tandis que le roseau est frêle, fragile et souple ; ses racines sont fixes et traçantes.

La fable montre que c'est le roseau fragile qui peut mieux traverser toutes les tempêtes, car il sait se plier et se courber au vent, tandis que le chêne invincible ne le peut ;

certes il résiste à beaucoup d'épreuves victorieusement, mais il est cependant abattu d'un coup sec par un vent très violent qui le fait tomber à terre dans un vacarme assourdissant.

Les racines du chêne étaient pourtant solides profondes : cependant il lui manquait une qualité essentielle : la souplesse...

Ph. AUZENET A ECRIT :

Si nos racines personnelles sont nombreuses, profondes et étendues, elles nous tiendront au moment de l'épreuve ; et si de plus, notre personnalité est souple, alors même les vents les plus violents ne pourront nous déraciner.

Le plus important reste caché en nous, c'est ce que nous aurons pris soin de développer avec les années....

Partager cet article
Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 05:52
Blessure de trahison et conséquences

Ce jeune homme, ancien drogué, n'était depuis longtemps plus réceptif à l'amour.

Il était devenu dur, rigide, méfiant depuis ce fameux jour de ses 7 ans ..

Que s'est-il passé ce jour-là ?

Juste un vase cassé dans le couloir d'entrée de la maison....

Son père avait réuni ses frères et soeurs avec lui, et les avait questionnés pour savoir qui avait cassé le fameux vase.....Pas de réponse.

Alors le père utilisa la ruse : "Si le coupable se dénonce, je ne le punirai pas, je ne lui dirai rien".

Le jeune garçon s'avance alors confiant vers son père, lui disant : "c'est moi, papa".

Le père prit son enfant à part dans une autre pièce, le réprimande sévèrement, et lui inflige la raclée de sa vie.

Le soir même, le jeune garçon pleurant amèrement sur son lit, jura de ne plus faire confiance à personne, et surtout pas à ceux qui disent l'aimer...

Il commença à se droguer à l'âge de 12 ans.

LAMARTINE A ECRIT :

- Fuis ces champs de bataille

Où l'insecte pensant

s'agite et se travaille

Autour d'un brin de paille

Qu'écrase le passant.

Partager cet article
Repost0