Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 05:31

Le secret d'une vieillesse bien vécue est de rester jeune dans son coeur.

Le miroir n'est pas votre ennemi !

Le seul danger est l'image que vous vous représentez de vous-même.

Si vous acceptez l'image de votre âge et si vous vous sentez confortable dans la saison que vous vivez à présent, ceux qui vous entourent ne manquerontt pas de se sentir à l'aise avec vous.

Bien vieillir exige aussi que nous demeurions flexibles et malléables.

" Quand les nuages sont gonflés de pluie, ils la déversent toujours sur la terre ; et les arbres demeurent toujours à l'endroit où ils sont tombés "....

Si tu passes ton temps à te faire du souci à propos du temps, tu ne sèmeras ni ne récolteras jamais rien...

Certaines choses dans la vie sont inévitables :

Les nuages apportent la pluie, les arbres tombent dans les tempêtes, et, comme le temps, certaines circonstances se développent que nous ne pouvons contrôler.

L'idée d'une vie facile et sans risque relève de la fantaisie, tout ce que nous entreprenons dans la vie comporte un certain risque.

Celui qui creuse un trou risque de tomber dedans, celui qui démolit un mur peut se faire mordre par un serpent, même celui qui fend du bois risque de se blesser.....

 

HEUREUX WEEK-END A TOUS !

Partager cet article
Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 05:54

" Déjà j'avais appris qu'il est des mots qui tuent. Ces ordres que les hommes lancent...ces mots qui suffisent pour que les hommes jusqu'alors innocents deviennent bourreaux, et d'autres mots transforment des innocents en coupables.

Je savais aussi qu'il est des mots de douceur et d'espoir, des mots de bonheur qui sont comme le soleil d'une vie.

Mais savoir n'est rien, il faut aussi que ce que l'on sait devienne votre sang.

Les mots peuvent tout quand ils ne sont pas seulement un assemblage de lettres mais la chair d'une existence.

Des rencontres se produisent ainsi qui modifient la couleur des choses, qui font éclater ce qui jusqu'alors est souterrain...."

 

Martin Gray a écrit :

Les mots et la parole ont une force insoupçonnée. Ils sont la tourmente ou la brise, la pluie qui dévaste ou l'eau qui irrigue.

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 05:38

Une question que l'homme se pose depuis la nuit des temps et se posera encore jusqu'à la fin des temps : qu'est-ce que la vérité ?

Maintes réponses sont proposées et restent insuffisantes.

La vérité est ailleurs ou nulle part, elle est multiple, elle est unique, elle est indéfinissable, 

elle est en toi elle est en tous...Et, in fine, tout le monde a tort en pensant avoir raison.

La vérité est insaisissable parce qu'elle échappe à tous. Il y a des formules ou des images qui peuvent sembler séduisantes et qui rallient bien des gens...

Avec une certaine clairvoyance le philosophe Maurice Clavel, initialement athée, touché brusquement par Dieu dans une expérience quasi mystique  a pu résumer son expérience ainsi :

Nous cherchons à saisir la vérité alors que c'est elle qui nous saisit. Nous voulons la posséder et c'est elle qui nous possède.

En vérité, la vérité nous dépasse parce qu'elle est l'expression même de Dieu.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 05:43

La mer est l'emblème du changement, avec ses flux et reflux, sa douceur transparente ou ses grandes vagues semblables à des montagnes,

ses murmures doux ou ses rugissements tumultueux, elle n'est jamais longtemps la même.

Esclave des vents inconstants et des changements de lune, son instabilité est proverbiale.

Belle est l'étoile solitaire qui sourit à travers les éclaircies des nuages orageux ; 

Magnifique est l'oasis qui sort du milieu du désert de sable, si beau et si lumineux est l'amour au milieu de la colère...

 

R. Herrick a écrit

Tu dis que ton affection pour moi est grande ; 

Je t'en prie, aime-moi moins, afin que tu m'aimes longtemps !

 

JE VOUS SOUHAITE à TOUS UN EXCELLENT WEEK-END  !

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 05:43

Le monde où nous vivons ressemble de multiples manières à un désert où le coeur de l'homme souffre d'une terrible soif.

Il est vrai que ce monde offre de nombreux plaisirs et consolations.

En cela aussi il ressemble au désert qui se joue des yeux du voyageur perdu et éreinté, en lui présentant ses mirages trompeurs

Il est donc bienvenu dans les étendues arides de la vie, de rencontrer des courants d'eau.

Leur vue fait bondir le coeur de joie comme s'il avait découvert un véritable trésor.

Hélas bien souvent la découverte ne livre pas les promesses qu'elle avait laissé espérer.

Là encore plus d'un mirage trompe les profondes attentes de celui qui recherche ce qui est vrai...

Ch.Spurgeon

 

William Feather a écrit :

La réussite est principalement due au fait que l'on continue là où d'autres ont abandonné.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2018 2 01 /05 /mai /2018 05:41

Ce qui est donné d'observer est le perpétuel reflux et flux de la vie prodigieusement imprévisible

Car on commence toujours par mourir avant de naître.

Dès que l'on existe on ne sort d'un état que pour en revêtir un autre...

En fait, on meurt toujours, d'abord, en chaque instant, à celui qu'on était, pour renaître en celui que l'on devient.

Quelqu'un me disait : "Je suis mort au spermazoïde et à l'ovule qu'il fécondait pour naître au foetus que je devenais, et, mort à celui -ci, pour naître à l'enfant qui lui-même se mourait chaque jour à lui-même....

 

Il est écrit :

La prudence pourrait bien être le propre du courage !

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2018 3 18 /04 /avril /2018 05:25

Nous n'avons ps besoin des réserves de demain, car le soleil n'est pas encore levé dessus, et ses besoins ne sont pas encore nés.

La soif que nous aurons à souffrir au mois de juin n'a pas besoin d'être étanchée en avril, car nous ne l'éprouvons pas encore ;

Si nous avons assez pour chaque jour comme le jours à venir, nous ne connaîtrons jamais de besoin.

Le suffisant pour le quotidien est 

"tout ce dont nous pouvons jouir"

 

Une canne peut aider le voyageur, mais un fagot de cannes devient un fardeau !

 

Souriez

- Je souffre d'une hernie fiscale.

- Vous avez mal aux fesses depuis que vous avez reçu vos impôts ?

Partager cet article
Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 05:51

Le nom est plus réel que la personne ou l'objet qu'il désigne. 

La table sur laquelle nous écrivons n'a pas toujours eu l'apparence de ce que nous voyons.

Un microscope nous enseignerait, sur la réalité éphémère, ce que nos yeux ne savent pas déceler.

Elle était un ensemble de planches et antérieurement un chêne qui devait étaler ses frondaisons sur quelque sommet...

Demain elle pourra brûler et devenir un petit tas de cendres. Demeure le nom qu'elle porte : une table.

Ainsi en est-il de tout homme.

Du jour de notre naissance à celui de notre mort, un même nom désigne la multitude des êtres humains qui nous habitent : un bébé vagissant, un enfant aux yeux de lynx et au front têtu, un malade sur son lit ;

un étudiant...un descendant de Vercingétorix !

Nous n'avons pas un seul mais de multiples visages : celui de la personne âgée, du nourrisson, des rires, des colères, des peurs, tristesses, joies, souffrances, nos allégresses...nos nuits, nos jours...

 

SUR CE JE VOUS SOUHAITE DE TOUT COEUR UN TRES BON WEEK-END !

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 05:36

C'était en juin 1924, il se souvient :

"Par une journée de fort sirocco, lorsque le vent du sud soufflait, sablonneux et brûlant, l'atmosphère de la ville et plus spécialement de l'école en était tout électrisée.

Un jeudi à 16 h après les classes, je rentrais tranquillement chez moi, lorsque soudain, je fus pris en chasse par une volée d'enfants qui m'assaillirent à coup de cartable sur la tête me réclamant de l'argent.

Seul, je n'avais pour tout recours que la fuite. Je courais de toute la force de mes jambes dont ce devait être l'ultime et misérable exploit sportif.

J'arrivai chez nous grelottant de peur et de fièvre.

Appelé à mon chevet le docteur tranquillisa mes parents :

- Cet enfant souffre de frayeur et d'une forte grippe....

Il me fit garder mon lit en me donnant quelques calmants, mais la grippe dégénéra rapidement en paralysie. Diagnostique : la poliomyélite  aiguë.

J'étais devenu une pauvre chose au fond d'un lit. Seuls mes yeux vivaient. Dans les nuits je continuais à jouer aux billes avec les étoiles ou, de jour, à danser sur le crâne du soleil, en attendant de m'y évanouir...

Lorsque je pus sortir de mon lit, je constatais que je ne tenais plus sur mes pieds. Le virus avait paralysé les muscles de ma jambe gauche qui pendait inutile au bout de mon corps ; le bras droit était également atteint...finie l'école !

Ma convalescence me priva une année durant de toute scolarité....

 

En période de tension mon père m'enseignait que la sagesse, si l'on était jeté dans une fosse aux lions, serait de s'entendre avec les fauves. 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 05:52

Comment pouvons-nous espérer une chose si nous ne savons pas qu'elle existe ?

L'espoir peut être le télescope, mais jusqu'à ce que nous recevions l'instruction, notre ignorance se place devant l'objectif de ce télescope et nous ne pouvons voir quoi que ce soit.

La connaissance supprime l'obstacle qui s'interpose, et lorsque nous regardons à travers le miroir optique nous discernons alors...les choses... 

 

Citation de JP. Sartre :

L'essentiel n'est pas ce qu'on fait de l'homme, mais ce qu'il fait de lui-même à partir de ce qu'on lui a donné.

Partager cet article
Repost0