Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 06:45

croix

Au cours des années 90 le Sida a frappé l'Ouganda comme une bombe. Marilyn et son mari dirigeaient alors une église florissante et pensaient bien remplir la mission que Dieu leur avait confiée.

Un jour, Marilyn a été invitée par une grand-mère à boire une tasse de thé chez elle. Au cours de cette visite la vieille dame a demandé à Marilyn de l'accompagner jusque dans son jardin.

     Là se trouvaient 6 tombes qui correspondaient à 5 de ses enfants et à celle de son mari. Elle s'est effondrée en larmes après avoir expliqué que son 6ème enfant était en train de mourir également du Sida et qu'elle avait 26 petits enfants à élever toute seule !

Marilyn a décrit cet instant où la vieille dame s'est effondrée "comme un moment où on a l'impression que des projecteurs ont été soudain allumés pour illuminer quelque chose d'important."

A cet instant elle crut percevoir :

- Prends soin de Mes enfants !

Elle décida d'obéir et adopta d'abord un enfant puis fonda un peu plus tard un orphelinat....

 

ILS ONT ECRIT

J.P. Sartre :

- L'essentiel n'est pas ce que l'on fait de l'homme, mais ce qu'il fait de lui-même à partir de ce qu'on lui a donné.

Prévert :

- Entre les rangées d'arbres de l'avenue des Gobelins

Une statue de marbre me conduit par la main

Aujourd'hui c'est dimanche les cinémas sont pleins

Les oiseaux dans les branches regardent les humains

Et la statue m'embrasse mais personne ne nous voit

Sauf un enfant aveugle qui nous montre du doigt.


Partager cet article
Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 06:29

rejet

Ce jour-là, Eric avait bien vu la grosse automobile arriver. Il aurait voulu crier pour avertir sa soeur, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Il entendit les pneux crisser, il vit le corps de sa soeur se soulever et retomber sur le ciment du trottoir. Il y eut un grand cri dans son coeur, il s'avança tout tremblant vers elle, qui , étendue au sol, ne bougeait pas.

Il crut qu'elle était morte et surtout qu'elle était morte par sa faute. Sa première pensée fut : "Que va dire maman ?"         Une ambulance arriva et transporta la petite fille, ainsi que son frère très secoué, jusqu'aux urgences....

Il y eut beaucoup d'agitation, puis un grand silence, des coups de téléphone, encore de l'agitation avec l'arrivée d'une vieille dame qui s'était brûlée en tombant contre sa cuisinière.

     Le petit Eric s'était assis par terre, serrant son cartable et celui de sa soeur tout contre lui, le regard vide...pourvu qu'elle ne meurt pas ! pourvu....... Quand la maman arriva on lui demanda d'attendre. Elle prit alors son fils dans ses bras :

- Je suis là, tu as été courageux, je t'aime très fort !

Puis soudain, le docteur en blouse verte, avec un masque qui pendait sur sa poitrine :

- Nous avons stabilisé sa tension, cousu la blessure de sa tête, mais nous ne savons pas encore ce qui a été endmmagé à l'intérieur de son crâne. Nous avons la garder sous surveillance toute la nuit....

Avec les enfants il y a souvent des miracles !

Eric réfléchit intensément :....les miracles ne sont pas à vendre ?

- Maman, dis à ma soeur que je l'aime que tu l'aimes, que papa l'aime...que nous l'aimons très fort !

Le lendemain la petite sortit du coma...on appela cela : le miracle de l'amour.

 

ILS ONT ECRIT

L.T.Yeshe :

- Si vous n'essayez jamais, vous ne réussirez jamais, mais si vous essayez, vous risquez de vous étonner vous-même.

O. Wilde :

- La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue quand on les poursuit.

 

SOURIEZ

Le juge au témoin :

- Avez-vous des raisons valables pour affirmer que le prévenu était ivre ce soir-là ?

- Et comment donc ! Il est entré dans la cabine téléphonique et quand vingt minutes plus tard il en est sorti, il se plaignait que l'ascenseur était en panne ...



Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 07:19

aube

Il y a toujours une issue, une compréhension possible aux malheurs qui nous arrivent.

La tristesse est comme un tunnel, le noir s'épaissit, on tâtonne maladroitemenet, en trébuchant, en cherchant ses repères avec les mains. On ne voit rien et même si on sait qu'au bout du tunnel il y a la sortie, avec certainement la lumière du jour qui nous attend, on doute, on redoute l'inconnu, on a peur de ce que l'on peut rencontrer dans le noir, on est inquiet de ce qui peut surgir de l'obscurité.

     Et on imagine que tout peut arriver dans ce noir qui nous enveloppe. A certains moments, on peut même craindre de rester des jours entiers coincé dans le tunnel, sans pouvoir sortir.

Et puis nos yeux s'habituent progressivement à l'obscurité, ils distinguent quelques formes. On continu à avancer, on finit par apercevoir une petite lueur qui s'agrandit, s'agrandit.

     Puis vient un moment où l'on constate que l'on est sorti du tunnel, on découvre tout surpris un autre paysage,  un autre climat ou d'autres personnes que nous allons pouvoir rencontrer....

J. Salomé

 

ILS ONT ECRIT

Proverbe arabe :

- Qui veut faire quelque chose trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve une excuse.

Platon :

- L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance.

 

SOURIEZ

Une girafe et un chien veulent se baigner. La girafe entre dans la rivière pour voir si l'eau est profonde.

L'eau monte jusqu'à son cou. Elle se retourne et dit alors au chien :

- Tu peux venir : on a pied !

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 06:20

chalutier2

La catastrophe du paquebot de croisière, le Concordia, au large d'une île italienne, est encore dans beaucoup de mémoires. Pourquoi ce géant des mers a-t-il pu s'approcher si près de récifs et s'y échouer si vite ? Qui tenait le gouvernail à ce moment-là ?

Normalement lorsqu'un navire de fort tonnage doit naviguer dans une passe peu familière ou entrer dans la rade d'un port étranger, les autorités maritimes envoient un petit bateau vers le gros navire, alors qu'il se trouve encore au large, avec à son bord un pilote expérimenté. Ce dernier, habitué aux moindres dangers de la côte, s'empare du gouvernail et guide le paquebot à travers la zone difficile.

L'équipage et le capitaine du grand navire se fient entièrement à son expérience des lieux. Personne n'oserait mettre en doute son autorité.

Qui tient la barre de votre narire à travers les tempêtes de la vie ?.....

 

ILS ONT ECRIT

Victor Hugo :

- la volonté trouve, la liberté choisit. Trouver et choisir c'est penser.

Simone Weil :

- Quand on rentre en soi-même, on s'aperçoit qu'on possède exactement ce que l'on désirait.


SOURIEZ

Un agent arrrête deux personnes sur une moto :

- Excès de vitesse, messieurs ! Je vais devoir vous mettre une amende !

- Mais monsieur l'agent, nous ne risquons rien ! Le Bon Dieu est avec nous !

- Ah oui ? Vous n'avez pas le droit d'être 3 sur une moto !



Partager cet article
Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 07:06

automne

Sur une assiette bien ronde en porcelaine réelle

une pomme pose

Face à face avec elle, un peintre de la réalité, essaie vainement de peindre la pomme

telle qu'elle est

Mais, elle ne se laisse pas faire, la pomme

Elle a son mot à dire et plusieurs tours dans son sac de pomme, la pomme

Et la voilà qui tourne dans son assiette réelle sournoisement sur elle-même

Doucement sans bouger et

comme un duc de guise qui se déguise en bec de gaz

parce qu'on veut malgré lui lui tirer le portrait

la pomme se déguise en beau fruit déguisé et c'est alors

que le peintre de la réalité commence à réaliser  que

toutes les apparences de la pomme sont contre lui....

Prévert

 

ILS ONT ECRIT

Salomé :

- La jalousie n'est pas de l'amour mais une maladie chronique de l'amour.

- La jalousie est comme un poison qui ronge l'esprit et le coeur si on n'arrive pas à la sortir de sa tête.

 

SOURIRE et REFLECHIR

- L'optimiste pense que c'est le meilleur des mondes possibles,

 Le pessimiste craint que ce ne soit pas vrai.

- C'est très difficile de faire un come-back quand vous n'avez jamais été nulle part.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 07:04

éclairs ambroise

L'homme ne peut trouver le vrai bonheur qu'après avoir vaincu le mal et après avoir souffert ; le bonheur est un point d'arrivée et non un point de départ.

Souffrir et lutter sont des épreuves, ce ne sont pas des maux ;

Sur la route de la vie humaine souffle parfois un vent d'hiver en même temps que luit un divin soleil....Prenons garde que notre repos ne devienne semblable au repos des pierres qui conservent leur majesté tant qu'elles sont roulées par le torrent et frappées par la foudre, et qui, une fois le torrent silencieux et l'orage passé, souffrent que l'herbe les couvre, que le lichen les ronge, puis se désagrègent et tombe en pousssière....

Ruskin

 

ILS ONT ECRIT

Ruskin :

- Une nation n'est pas riche par l'importance de ses possessions et de ses industries, mais par la force des hommes qu'elle compte.

- Il n'y a de richesse que la vie.

 

SOURIEZ

Le père de Jules se fâche après son fils.

- Mais enfin, qu'est-ce que je dois faire pour que tu cesses, une bonne fois, de jouer avec les allumettes ?

- Je ne sais pas, moi, répond Jules. Peut-être m'acheter un briquet ?

 

BON WEEK-END A TOUS !!

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 06:34

brebis

Tom a grandi dans une ferme :

- Nous avions un mouton assez agressif et très désagréable du nom de Hermann.

Un jour où je m'étais glissé sous un grillage, Hermann qui se trouvait à une centaine de mètres, fonça sur moi tête baissée et me coinça contre le grillage constitué de fil de fer barbelé et électrifié !

De plus je portais deux seaux d'eau. Ce jour-là, j'ai découvert la danse de Saint-Guy !   Hermann me poussa trois ou quatre fois contre le grillage ; à chaque décharge électrique, mes muscles se contractaient, m'obligeant à sursauter.

S'il y avait eu un concours, je l'aurais certainement remporté. Coincé contre le grillage je jurai une chose :

- Tu ne perds rien pour attendre, sale bête ! je t'aurai !

Quelques jours plus tard, je me trouvai dans la grange et aperçu Hermann qui tournait au coin. C'était ma chance, je regardai fièvreusement autour de moi à la recherche d'un objet pour tabasser l'animal...Rien.

A cet instant, Hermann apparaît sa tête au coin de la grange, mais je n'avais rien pour le frapper. Alors je criai : "Wouah !"   Le mouton tomba raide mort ! Avant de s'affaler l'animal regarda autour de lui ; dans ses yeux, je crus deviner : "Tu m'as eu !"        Wouah ! rien d'autre !

Ce jour-là j'ai appris que les moutons étaient fragiles et qu'il en fallait peu pour les faire mourir ....

 

ILS ONT ECRIT

Marc Aurèle :

- Tu peux à l'heure que tu veux te retirer en toi-même. Nulle part, en effet, l'homme ne trouve de plus tranquille et de plus calme retraite que dans son âme.

M. Yourcenar :

- Quand on aime la vie, on aime le passé, parce que c'est le présent tel qu'il a survécu dans la mémoire humaine.

 

SOURIEZ

Jules fait du shopping avec sa copine. Il repère un tee-shirt en vitrine mais il n'a pas assez d'argent pour se l'offrir.

- Tu as 10 euros sur toi ? dit-il

Et la copine de s'écrier :

- Ah bon, où ça, où ça ?

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 06:34

monde

Qui ne s'est pas passionné un jour à la découverte de l'univers qui l'entoure ? Certains parcourent la terre et la fouillent, sondent les océans, suivent dans l'espace le chemin des astres. D'autres se penchent sur le grain de poussière, y découvrent un monde.

Ils cherchent dans la plante, chez l'animal, en eux-mêmes, le mystérieux secret de la vie. A mesure que ses efforts font reculer les bornes de son domaine exploré, chacun s'étonne des horizons que son regard entrevoit.

Si nous cherchons à sonder le monde où se joue notre destinée, malgré les extraordinaires résultats obtenus, l'énigme de notre propre exisence ne nous est pas connue. Pouvons-nous en percer les secrets ?

Le secours de Dieu nous est indispensable. L'homme ne peut avoir que le regard d'une créature sur le monde créé. Les intentions, le mode opératoire de son Créateur lui échappent, comme aussi les origines de l'univers....

Ext. de la Bonne Semence

 

ILSONT ECRIT

A. Vlahuta :

- La chance est un hasard, le bonheur est une vocation.

Sénèque :

- Seul l'arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux. C'est dans cette lutte que ses racines mises à l'épreuve, se fortifient.

 

SOURIEZ

Une femme raconte à une de ses copines :

- C'est grâce à moi que mon mari est devenu millionnaire.

- Et avant de le rencontrer, qu'est-ce qu'il était ?

- Milliardaire.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 06:14

Groenland0001

Dernièrement j'ai entendu parler d'un sport qui défie mon imagination et dont je ne vois pas l'intérêt :

"la lutte d'orteils". Chaque année, des gens du monde entier se réunissent en Angleterre pour participer au championnat mondial. Les adversaires s'assoient à même le sol, face à face, puis bloquent le gros orteil du pied nu de l'autre.

Le but de ce sport consiste à coincer le pied de son adversaire un peu comme on fait dans une partie de bras de fer où l'on coince le poignet de son adversaire. Tout cela me semble bien étrange. Dans un sens, cette compétion inhabituelle rend honneur à une partie du corps à l'aquelle on accorde très peu d'importance, du moins jusqu'à ce que, par mégarde, on laisse tomber quelque chose dessus. Nos orteils et nos pieds sont des parties vitales de notre anatomie, mais nous n'y accordons que peu d'attention, à moins qu'ils nous fassent mal....qu'ils gèlent par exemple...

 

ILS ONT ECRIT

Mermoz :

- Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir.

C. Rambert :

- Quand on imagine que l'on n'a plus rien, chaque petit peu semble alors une immense richesse !

 

SOURIEZ

A la fin des cours de sciences naturelles, le professeur décide de faire une courte révision des sujets abordés. Il interroge Jules, qui dort au fond de la classe :

- Jules, qu'est-ce que l'eau potable ?

- L'eau potable est celle que l'on peut mettre dans un pot, Monsieur !

 

PASSEZ TOUS UN AGREABLE WEEK-END !



Partager cet article
Repost0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 06:31

cyclone2

C'est un phénomène qui se déclare souvent au cours des premières années de la vie. Elle peut revêtir différentes formes. Il est clair également que ces diverses formes de maltraitance se retrouvent au sein du couple....

Verbale ou mentale elle correspond à toute forme de pression négative exercée par des pensées ou des paroles. Les adultes tout comme les enfants peuvent facilement ête humiliés par des mots ou par la pression mentale subie lors des longs silences ou de conversations où ils font l'objet d'une indifférence totale.

Cela crée un terrain propice aux blessures intérieures, particulièrement chez l'enfant, et la personne finit par être meurtrie, complètement renfermée sur elle-même.

La maltraitance physique est présente partout de nos jours à toute période... tant au sein que hors mariage et  engendre de profondes blessures.

La plupart des abus sont refoulés et enfouis au plus profond de la victime, pour la bonne raison que, dans la majorité des cas, le problème réside au sein même de la famille ! séquelles, culpabilité, trouble, honte, menace  haine méfiance.....

ILS ONT ECRIT

Saint-Exupéry :

- L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Proverbe arabe :

- Jette le chanceux dans la rivière, il en ressortira avec un poisson dans la bouche.

 

SOURIEZ

On raconte l'histoire de ce chien en train de traverser un pont, un bel os dans la gueule. Arrivé au milieu il regarde la rivière et voit son image reflété dans l'eau. Il s'imagine alors que c'est un autre chien, avec dans sa gueule, un os encore plus gros que le sien. Il se jette alors dans la rivière pour s'emparer de cet os....et se noie !

Partager cet article
Repost0