Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 06:37

tigre-copie-1

Beaucoup de gens aiment le goût sucré du chocolat et l'énergie qu'il leur procure.

Cependant, des techniciens automobiles britanniques ont découvert une façon étonnante d'utiliser cet aliment sucré.

Des scientifiques de l'Université de Warwick ont fabriqué une voiture de course alimentée à l'huile végétale et au chocolat.

Ce carburant fournit de l'énergie permettant à la voiture d'atteindre une vitesse maximale de 217 km/h.

Il me semblait avoir entendu parler d'un tigre dans le moteur !!.....

 

IL A ECRIT

- Le trop d'attention qu'on a pour le danger fais le plus souvent qu'on y tombe.

- Chaque rat rentre dans son trou ; et si quelqu'un en sort, gare encore le matou !

 

SOURIEZ

- Paul sais-tu quel oiseau ne construit pas de nid ?

- Le coucou !

- C'est très bien ! et peux-tu me dire pourquoi ?

- Parce qu'il vit dans une horloge !

 

ET MOI JE VOUS DIS A TOUS : BON WEEK END !!

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 05:34

lune

Les spéléologues doivent observer une règle d'or : ne jamais s'aventurer seul dans une grotte. Mais c'était son dernier jour dans la région, et il n'avait pas réussi à convaincre ses amis de l'accompagner. C'était maintenant seul ou jamais.

Gary avança dans la grotte ;  à un moment donné, il s'arrêta comme cloué au sol. A ses pieds, une faille profonde d'environ quatre mètres de large.

Il ramassa une pierre qu'il jeta dans le gouffre béant. Silence. Il détacha une autre pierre qu'il lança dans le trou sombre. Il attendit une demi-minute. Pas de bruit.

     - Je pense qu'il serait préférable que je fasse demi-tour, se dit-il.

Sa lampe donnait des signes de faiblesse. Il était temps de mettre une nouvelle recharge de gaz. Il saisit dans son sac la boîte avec les recharges et la renversa malencontreusement. Les recharges de gaz tombèrent dans le néant.

Gary fut alors pris de panique...pas de compagnon, pas d'issue !

Il resta assis immobile une ou deux minutes et s'efforça de ne pas perdre en plus la raison...

     Puis, il tendit son bras et concentra toute son attention sur l'extrémité de ses doigts...une pierre qui s'était détachée de la paroi et juste à côté un objet cylindrique. C'était la dernière cartouche de gaz ; elle n'avait pas roulé dans le précipice.

Maintenant la lumière était de nouveau là, et avec elle l'espoir et la vie !

 

ILS ONT ECRIT

Shakespeare :

- C'est l'endroit où l'eau est profonde qu'elle est la plus calme.

Proverbe chinois :

- Reculez d'un pas et tout s'élargira spontanément.

 

SOURIEZ

A la libération, le général de Gaulle passe en revue un détachement de FFI. Alignés devant lui, bombant le torse, ce sont que des colonels ou des commandants, la poitrine couverte de décorations.

Puis tout au bout de la file, de Gaulle aperçoit un petit lieutenant et une unique décoration.

- Alors, mon gaillard ! fait le général en se plantant devant lui. On ne sait pas coudre ?

    

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 05:41

rejet

Lorsque vous arrivez à l'hôpital au service des urgences, on vous demande fréquemment d'évaluer la douleur que vous ressentez sur une échelle de 10 : 1 correspondant à une faible douleur et 10 à un degré de souffrance extrême.       Si la même chose vous était demandée, cette fois concernant votre souffrance morale, à quel niveau la situeriez-vous ? Et comment évalueriez-vous votre niveau de colère aujourd(hui ou de peur devant l'avenir ?

Par contre quel serait votre degré de satisfaction par rapport à votre vie présente ? Chacun réagit différemment devant les circonstances, de la même manière que chacun ressent la douleur différemment.

     Ce n'est pas parce que nous avons eu le même accident, que nous souffrons de la même maladie, que nous pouvons dire "ma douleur est pareille que la tienne". Peut-être que vous vous sentez mal compris par les autres, mal aimés. Vous en avez assez d'entendre les conseils ou subir les jugements des autres. Vous voulez vous réfugiez dans votre petit cocon, loin de tous !.....

 

IL A ECRIT

La Fontaine :

- Autrefois Carpillon fretin

Eut beau prêcher, il eut beau dire,

On le mit dans la poêle à frire.

Je fis voir que lâcher ce qu'on a dans la main,

Sous espoir de grosse aventure,

Est imprudence toute pure....

 

SOURIEZ

Avec quelle main dessines-tu Max ?

- Avec la mienne !

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 05:45

enfant gray0001

La petite Mina était très belle, vivante et d'une grande intelligence. Elle aurait pu avoir de nombreuses relations, mais elle n'avait aucune confiance en elle.

Elle doutait surtout à sa capacité d'être aimée. Sa non confiance remontait aux circonstances liées à la séparation de ses parents.

- Comment deux personnes qui se sont aimées, ont eu des enfants, qui ont vécu ensemble plusieurs années peuvent-ils se séparer ? ne plus s'aimer ?

S'il ne s'aiment plus alors qu'ils se sont aimés, c'est que l'amour n'est pas fiable,   qu'on ne peut pas lui faire confiance !....

Comment Mina pourra-t-elle retrouver cette confiance en l'amour ?

Elle devra s'appuyer sur deux racines importantes qui s'appellent "amour et respect de soi". Puis elle rayonnera et se consolidera avec un troisième ancrage qui se nomme "responsabilité " et plus tard encore un quatrième "fidélité à soi-même".....

J. Salomé.

 

ILS ONT ECRIT

Proverbe chinois :

- On peut être intelligent toute sa vie et stupide un instant.

Plation :

- On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation.

 

SOURIEZ

- Sortez vos affaires, dit la maîtresse

- Je n'ai pas mon cahier, dit Jules

- Eh bien, j'espère que tu as une bonne raison d'arriver les mains dans tes poches !

- Oui, j'ai perdu mon cartable ...

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 05:34

escalade abattu

Un jeune homme vint un jour trouver son pasteur pour obtenir des références nécessaires pour se joindre à une association d'aide aux désespérés.

Il avait assisté régulièrement aux réunions de l'église autrefois mais sans jamais s'engager. Il se mit par la suite à suivre des cours de philosophie, et expliqua avec courtoisie qu'il croyait auparavant comme son pasteur mais, maintenant, il avait évolué, et il espérait qu'un jour le pasteur y arriverait lui aussi !

     Celui-ci se contenta de lui proposer un test :

- Imaginons qu'un soir on t'appelle pour t'occuper d'un désespéré qui menace de se jeter du Pont-Neuf. La vie l'a traité durement et il ne voit plus la peine de continuer...Il est sur le point de sauter et s'écrie désespéré :

- Y at-il une réponse à tout cela ?

Tu disposes d'une minute ou deux, que lui diras-tu ?

- Ah ! mais j'aurais besoin d'au moins deux heures pour tout lui expliquer ! répond le jeune homme.

- Tu ne disposes que de quelques minutes, insista le pasteur, que lui diras-tu ?

Son interlocuteur sourit et reconnut :

- Je suppose que je vous appellerais rapidement....

 

ILS ONT ECRIT


Proverbe juif :

- Le sucre dans la bouche n'aide pas l'amertume dans le coeur.

Gibran :

- La tristesse est un mur élevé entre deux jardins.

 

SOURIEZ

Dans le square voisin, un fou ne cesse de courir autour d'un arbre suivi par un chien qui tente de le mordre.

Un homme arrive et s'adresse au fou :

- Prenez garde, ce chien va vous rattraper !

Le fou lui rétorque, dans un essouffement :

- Mais non, mais non, j'ai au moins 10 tours d'avance....

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 05:41

chemin cercueil

Ne juge pas l'homme qui boite ou qui trébuche le long du chemin, à moins, que tu n'aies marché dans ses chaussures, ou lutté en portant sur tes épaules le poids qu'il a porté....

Peut-être bien que tu ne les voies pas, les clous dans ses chaussures qui le font saigner et boîter de douleur....

Ou peut-être, le poids sur ses épaules, s'il avait été sur les tiennes, t'aurait-il fait, toi aussi trébucher !

Ne te moque pas de l'homme qui est abattu aujourd'hui à moins que tu n'aies ressenti le souffle qui l'a fait tomber ou ressenti la honte que seul celui qui est tombé connaît.

     Peut-être es-tu fort ! Cependant, si les coups qui se sont abattus sur lui t'avaient frappé de la même manière et dans les mêmes circonstances, peut-être aurais-tu chancelé aussi !

Ne sois pas dur avec l'homme qui pèche, ne le lapide pas avec des mots et des pierres à moins que tu ne sois sûr, oui, doublement sûr que tu n'as pas péché toi-même !

     Car si la voix du tentateur t'avait chuchoté aussi doucement, aussi tendrement qu'elle l'a fait pour lui, sans doute te serais-tu aussi égaré !

     Traduit et adapté d'un poème anonyme publié dans une revue

     médicale International Haert

 

ILS ONT ECRIT

H. de Balzac :

- La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent, mais à frapper juste.

Proverbe chinois :

Sourire trois fois tous les jours rend inutile tout médicament.

 

SOURIEZ

Dans le jardin de madame Denis, deux pinces à linge, l'une en bois, l'autre en plastique, font un brin de causette pour passer le temps.

- Ah, soupire la pince en bois, si je pouvais m'installer sur un fil électrique ? ça serait bien exitant ! ou sur les cordes d'une guitare : j'adore la musique !

- Moi, dit la pince en plastique, je rêve de me fixer sur un fil barbelé : j'aime le danger ! ou sur le câble du téléphone, pour espionner des conversations secrètes !

- Pas d'histoires ! dit madame Denis en suspendant une chaussette et un chiffon à poussière. Vous resterez sur mon fil à linge !

Et voilà : à cause d'elle, il ne se passe jamais rien...


UN AGREABLE WEEK-END A TOUS !

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 05:47

arbre reflet

Il fait nuit. Tu vas te promener en forêt. La nuit est faiblement éclairée par la lune, au point que tu ne distingues pas les formes. Tu entends des bruits qui te glacent le sang. Entre les arbres, quelque chose bouge, quelque chose de grand. Soudain, un grand chien noir vient à ta rencontre...

Ton corps est raidi. Tes yeux ont envoyé un message au cerveau : "c'est un ours !"

     Tu restes là planté, comme pétrifié. Pourquoi ?

Ce n'était pas un ours mais un chien. Il poursuivait une chienne et ne t'a même pas remarqué. Mais peu importe que vous regardiez un rocher, une ombre, un chien, un arbre ou un hamster, si vous croyez que c'est un ours, vous ne réagirez pas autrement que si effectivement un énorme grizzly était sur vos talons.

     Nous pouvons évidemment nous tromper dans nos pensées mais tant que nous y croyons dur comme fer, nous nous comportons comme si elles correspondaient à la réalité.

Salomon exprime cette même pensée sous une autre forme :

" car il est, tel que sont les arrière-pensées de son âme "

Tu es ce que tu penses, que tu sois en présence d'un ours ou d'un hamster, si tu crois que c'est un ours, tu te mettras à courir aussi vite que si c'était vraiment un ours....

 

IL A ECRIT

Prévert :

A l'enterrement d'une feuille morte deux escargots s'en vont

Ils ont la coquille noire du crêpe autour des cornes.

Il s'en vont dans le soir, un très beau soir d'automne.

Hélas quand ils arrivent c'est déjà le printemps

Les feuilles qui étaient mortes sont toutes ressuscitées

Et les deux escargots sont très désappointés.....

 

SOURIEZ

Deux fous sont dans une voiture. Celui qui conduit dit à l'autre :

- Les freins ne marchent plus !

- Ce n'est pas grave.

- Mais nous sommes dans une pente !

- La voiture va s'arrêter. Regarde, il y a un stop en bas de la rue !

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 05:23

éclairs ambroise

Par temps d'orage, l'équipement d'un paratonnerre au-dessus d'un château est indispensable pour éviter que la foudre ne provoque un incendie et la mort de ses occupants.

Il en est de même dans nos vies : une épreuve, un traumatisme peuvent s'abattre brusquement sur nous et sérieusement nous secouer, nous détruire en partie, mais si par prévention nous avions consolidé les bases de notre vécu intérieur, alors ce vécu jouera le rôle de paratonnerre.

     Il nous restera tout de même à affronter la tempête, les pluies violentes, la foudre et à nous accrocher ; la partie ne sera pas gagnée d'avance, ceux et celles qui ont trraversé de lourdes épreuves le savent.

Lorsqu'un traumatisme violent nous frappe alors une onde de choc se propage, assmilable à celle des tremblements de terre.

Les conséquences sont nombreuses, certaines sont cachées ou voilées dans notre inconscient et mettent du temps à se manifester... En fait nous devons réaliser dans notre vie consciente ce qui se passe réellement, l'accepter, l'intégrer, puis faire face.... Cela prendra du temps.....

Ph. Auzenet

 

IL A ECRIT

V. Hugo :

- Cette nuit, il pleuvait, la marée était haute. Un brouillard lourd et gris couvrait toute la côte,

Les brisants aboyaient comme des chiens, le flot au pleurs du ciel profond joignait son noir sanglot;

L'infini secouait et mêlait dans son urne les sombres tournoiements de l'abîme nocture ;

Les bouches de la nuit semblaient rugir dans l'air.....

 

SOURIEZ

Dans la rue, un jeune homme en aborde un autre :

- Sacré Duval ! Comme tu as changé ! Tu as teint tes cheveux et rasé ta barbe ?

- Monsieur excusez-moi, mais il y a confusion, je ne m'appelle pas Duval.

- Ce n'est pas vrai ! Et en plus tu as changé de nom !

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 05:02

cervin

Allez au printemps dans les prairies qui s'élèvent, des rives des lacs suisses, jusqu'au pied des premiers contreforts montagneux. Là, mêlée aux gentianes hautes et aux narcisses blancs, l'herbe croît épaisse et libre.

Et, quand vous suivez les sentiers sinueux de la montagne sous des branches arquées que les fleurs revêtent et font, ombreuses, les sentiers qui disparaissent et reparaissent sans fin aux flancs des talus de verdure et des tertres étagés en ondulations embaumées, s'en allant plonger dans l'eau bleue, interrompus ça et là par des tas de foins nouvellement fauchés qui emplissent l'air d'une senteur plus douce, regardez vers les montagnes plus hautes où les vagues du vert éternel roulent silencieusement en leurs golfes allongés parmi l'ombre des pins, et peut-être pourrez-vous comprendre la significaation de ces mots paisibles :

 Il a fait germer l'herbe sur les montagnes....

 

IL A ECRIT

V. Hugo :

- Sentiers ou l'herbe balance,

Vallons, coteaux, bois chevelus,

Pourquoi ce deuil et ce silence ?

- Celui qui venait ne vient plus.

Pourquoi personne à ta fenêtre,

Et pourquoi ton jardin sans fleurs,

O maison ! Où est ton maître ?

- Je ne sais pas, il est ailleurs.

 

SOURIEZ

Une baleine confie à une de ses congénères :

- ça me désole, toutes les baleines du monde expulsent de l'eau par un jet au-dessus de leur tête.

Moi j'ai 3 jets. Je songe à consulter un vétérinaire.

- Tu ferais peut-être mieux d'appeler un plombier !

 


Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 05:45

guerre

Durant la deuxième guerre mondiale, mon père a été fait prisonnier et a vécu pendant trois ans sous la menace constante de mourir de faim. Lorsqu'il ne dormait pas, il consacrait tout son temps à la recherche d'une maigre pitance.

Il stockait du riz pourri et même des insectes pour avoir quelque chose à se mettre sous la dent quand la faim le tenaillerait trop.

Lorsque le camp de prisonniers fut libéré, les sauveteurs jetèrent d'abord par avion des colis de nourriture. L'un d'eux tomba juste aux pieds de mon père où il éclata : des centaines de barres de chocolat se trouvaient là, éparpillées aux pieds des prisonniers affamés ! Curieusement, rares furent ceux qui se jetèrent dessus pour les manger tout de suite.

     Ils préférèrent en ramasser et en emmagasiner le plus possible dans leurs vieilles frusques pour "plus tard".

Les hommes savaient pourtant que la guerre était finie et que les secours arrivaient mais, ils n'arrivèrent pas à se débarrasser du jour au lendemaine d'habitudes forgées au cours des années de captivité....

 

IL A ECRIT

P. Corneille :

- Le temps aux plus belles choses

Se plaît à faire un affront ;

Il saura faner vos roses

Comme il a ridé mon front....

 

SOURIEZ

Jules étudie les nombres négatifs à l'école. Le soir, n'ayant pas compris cette leçon, il demande à son père de lui expliquer :

Le père :

- Bon écoute Jules, c'est très simple. Imagine quatre personnes dans un autobus. Si à l'arrêt suivant, huit personnes descendent, alors il faut qu'il y en ait quatre autres qui montent pour qu'il n'y ait plus personne dans le bus....


Partager cet article
Repost0