Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 07:32

marguerite.jpg

Un jour, un amoureux cueillit dans son jardin une reine-marguerite. Il commença - c'était un amoureux bien peu original - à arracher un à un les pétales.

- Elle m'aime un peu, beaucoup...

- Mais arrêtez, ça fait mal ! hurle la marguerite.

- ...à la folie, passionnément, pas du tout ; Elle m'aime un peu..., continua le jeune homme.

- Bourreau, assassin, monstre sanguinaire, jardinier catastrophique ! gémissait la marguerite atrocement torturée.

On en dirait autant à sa place, je suppose !

Mais l'insensible amoureux récitait impertubablement :

- ...beaucoup, à la folie, passionnément...Jusqu'au dernier pétale :

- ...pas du tout !

- Bienfait ! dit la fleur. Et elle mourut dans un très long soupir.

Belle journée à demain !

Partager cet article
Repost0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 06:09

garcon-sac.jpg

Le maître a écrit au tableau :

Exercice : conjuguez au présent de l'indicatif le verbe "exister".

Ben lève le doigt. Timidement. Le maître ne voit rien. Il répond à Cécile qui demande un cahier.

Ben tend la main bien haut. Le maître cherche un cahier dans le tiroir de son bureau.

Ben tend les deux mains et claque des doigts. Le maître se lève pour fouiller dans l'armoire,

"Il m'a vu, se dit Ben, je suis sûr qu'il m'a vu !".

Le maître prend une pile de cahiers dans l'armoire. Ben se lève et sautille sur place en appelant :

"Monsieur ! m'sieur !"   Le maître dépose les cahiers sur son bureau et demande à Sophie d'apporter les protège- cahiers. Sans lever les yeux il dit :

- Oui Ben, qu'est-ce qu'il y a ?   Ben ne répond pas. Le maître soupire. Il regarde Ben et dit :

- C'est bon Ben, je t'ai vu, tu peux te rasseoir.

Ben s'assied et prend son stylo. Il regarde le tableau, réfléchit un instant et puis écrit :

            Conjugaison

    J'existe ..................

 

ILS ONT ECRIT

John Maxwell :

- N'envoyez pas les canards à l'école des aigles.

J. Prévert :

- Fort heureusement, chaque réussite est l'échec d'autre chose !

 

SOURIEZ

Jules a du mal à comprendre l'arithmétique. La maîtresse essaie de lui faire comprendre grâce à des exemples :

- jules ! si tu plonges la main dans ta poche de droite et que tu trouves une pièce d'un euro, puis si tu plonges ta main gauche dans ta poche de gauche et que tu trouves un autre euro, qu'est-ce que tu auras ?

- Le pantalon de quelqu'un d'autre Madame.

 

BONNES FETES A TOUS !

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 04:55

toscane.jpg

Il gravissait souvent le matin les sentiers rocaileux qui mènent au sommet des montagnes de la région de Toscane d'où il apercevait la mer de Pise.

- Rien n'était triste dans ma vie, rien vide dans mon coeur : un soleil répercuté par les cimes dorées des rochers m'enveloppait ; les ombres des cyprès et des vignes me rafraîchissaient ; l'horizon des mers m'élargissait le ciel et ajoutait le sentiment de l'infini à la voluptueuse sensation des scènes rapprochées que j'avais sous les pieds ; l'amitié, l'amour, le loisir, le bonheur, m'attendaient au retour à la villa Luchesini.

Je ne rencontrais sur les bords des sentiers que des spectacles de vie pastorale, de félicité rustique, de sécurité et de paix....

Des paysages de moissonneurs, vendangeurs, des boeufs accouplés ruminant à l'ombre, pendant que des enfants chassaient les mouches de leurs flancs avec des rameaux de myrte....

 

ILS ON ECRIT

Job :

- Tu viendras jusqu'ici pas plus loin. Ici s'arrêtera l'orgueil de tes flots.

A.Capus à propos de l'arriviste :

- Il est arrivé !...

- Oui, mais dans quel état !

 

SOURIEZ

Deux poux :

- Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu n'as pas l'air d'aller bien.....

- J'ai reçu un coup de peigne....

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 05:01

uniforme-marin.jpg

Maîtriser la foule n'est pas chose facile surtout quand il faut demander à des centaines de personnes qui attendent de monter à bord d'un paquebot, de se mettre en file indienne....

Cette année-là, Liliane faisait partie de l'équipage. Son travail consistait à pariticiper aux visites guidées. Elle tentait de conduire en bon ordre les gens sur les différents ponts.

Elle eut un mal fou à contrôler la situation, et faisait de son mieux pour faire face au brouhaha de la foule :

- S'il vous plaît, Mesdames, Messieurs, restez en ligne. N'allez pas ici, faites pas ci, restez-là...Mais les gens n'écoutaient pas, il était pratiquement impossible d'obtenir leur attention.

Alors elle eut une idée de génie. Elle était joliment habillée mais en vêtements civils. En un instant elle se précipita dans sa cabine pour enfiler son uniforme.

En quelques secondes elle fut élégamment vêtue d'une jupe bleue marine et d'un chemisier blanc. Une parure d'épaulettes était fixée sur chaque manche et les galons dorés indiquaient son rang d'officier.

Liliane fut rapidement de retour sur le pont bondé, prête à donner les mêmes ordres..... Mais quelle différence dans les réactions ! La foule se plaça rapidement en ligne bien droite et le silence se fit dès qu'elle se mit à parler.

Les gens la regardaient très attentifs respectant son grade...Ah l'uniforme !

 

ILS ONT ECRIT

Sir Overbury :

- L'homme qui n'a rien à se glorifier sauf de ses illustres ancêtres, est semblable à la pomme de terre : la seule qualité qu'il possède, se trouve sous terre.

Proverbe Arable :

- Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique !

 

SOURIEZ

- En 1940 on rapporta les cendres de Napoléon II, raconte l'instituteur.

- Ah bon ! dit Jules, je ne savais pas qu'il était mort dans un incendie !

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 05:34

auberge.jpg

Il y a des gens de ma connaissance qui se présentent comme l'Auberge de l'Ange Gardien, mais le propriétaire à l'intérieur est plutôt mauvais.

Il y a beaucoup de gens comme cela ; ils prennent grand soin de l'extérieur. Ils veulent se faire estimer comme étant des personnes de grande moralité mais au-dedans ils sont remplis de méchancetés.

J'ai pourtant entendu des personnes se tromper et s'exclamer : "Ah pauvre homme, c'est certainement un triste ivrogne, mais il a bon fond."

C'est une des choses les plus extraordinaires à dire au sujet d'un autre homme qu'il est mauvais sur le dessus mais bon au fond.

Quand vous présentez vos fruits au marché, vous n'arrivez pas à faire croire aux clients qu'il y en a des bons au fond, si vous mettez les pourris dessus !

La conduite extérieure d'un homme n'est en général pas beaucoup mieux que son coeur. Peu de commerçants vendent de meilleures marchandises que celles qu'ils ont en vitrine.

....Nettoyez la coupe et le plat, autant que vous le voulez, mais prenez soin que l'intérieur soit aussi propre ..........

Ch. Spurgeon

 

ILS ONT ECRIT

G. Le Bon :

- Pour progresser, il ne suffit pas de vouloir agir, il faut d'abord savoir dans quel sens agir.

La Fontaine :

- Les gens sans bruit sont dangereux ;  Il n'en est pas ainsi des autres.

 

SOURIEZ

Deux fous se baladent dans le désert.

- Il a gelé, dit l'un

- Ah bon, tu es sûr ? répond l'autre.

- Evidemment ! Tu vois bien qu'ils ont sablé la route !


Partager cet article
Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 06:35

voit.course.jpg

" Nous approchions de Rouen. Il faisait froid. En route depuis deux jours j'avais hâte d'arriver. Ma femme me dit :

-  Christine nous a demanddé d'aller prier pour son enfant malade. Nou sommes tout près. Pourquoi ne pas y aller ?

- Je suis épuisé ! Une autre fois !

- Et si on demandait au Seigneur ?

J'étais coincé à 130 à l'heure, et nous voilà en train d'écouter le Seigneur. J'en avais vraiment assez. Ce que j'entendis n'était pas à mon goût.

Peut-être Christine avait-elle reçu quelque chose d'autre ? Après tout était-ce bien le Seigneur qui m'avais parlé ?

- As-tu reçu quelque chose ?

- Oui, le Seigneur m'a dit de me conformer à ce que tu aurais reçu toi-même. Alors que t'a-t-il dit ?

- Il m'a dit que Lui n'avait jamais refusé à une demande de ce genre !

Nous y sommes allés. Nous avons eu beaucoup de mal à trouver l'immeuble dans le froid et l'obscurité. Le père de l'enfant était là. Un incroyant ! Je ne ressentais rien...mais je pris le bébé dans les bras et je fis une courte prière :

- Seigneur, guéris cet enfant, Amen !

Et je le rends à sa mère, content de repartir.

Le plus beau de l'histoire c'est que l'enfant fut guéri ! et le père se convertit ! ça vaut quand même la peine d'écouter le Seigneur, même à 130 à l'heure et même quand on est fatigué !

 

ILS ONT ECRIT

Proverbe :

- Un ami montre son affection en toutes circonstances. Un frère est là pour partager les difficultés.

Robert Browning :

- Chaque joie est un gain - Et un gain est un gain, si petit soit-il.

 

SOURIEZ

Qu'est-ce qui fait 3 mètres, qui a 4 machoires et 25 paires d'antennes ?

- Je ne sais pas, mais cours !!!


Partager cet article
Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 06:09

fauteuil.jpg

Rose était en fauteuil roulant depuis trente ans. Elle n'avait pas de bras et qu'une seule jambe.

Elle menait une existence misérable mais lorsqu'elle est devenue chrétienne, sa vie a été transformée et elle passait la plus grande partie de son temps à distribuer des tracts.

- Comment faites-vous donc sans bras ?

- C'est simple je les coince entre mes orteils et j'invite les gens à se servir !

Rose suivait des cours par correspondance. Elle tapait soigneusement ses exercices à la machine à écrire avec les  orteils de son seul pied ; tout était bien lisible.

Elle faisait preuve de beaucoup de courage et de détermination.

Quelle leçon pour nous autres en bonne santé !

Malgré ses limitations, Rose tirait le meilleur parti possible de ce qu'elle avait.

 

ILS ONT ECRIT

Marcel Proust :

- Il est rare qu'un bonheur vienne justement se poser sur le désir qui l'avait réclamé.

Lanza del Vasto :

- Mes plus belles journées sont celles où je n'ouvre pas la bouche. Où le silence doucement commence à remuer comme la mer à murmurer...Comme les vagues, à rouler et à reprendre sa guirlande d'écume...

 

SOURIEZ

Deux ballons se rencontrent et se bousculent :

- T'es gonflé ! dit l'un

- Et toi tu ne manques pas d'air !

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 05:07

petit-et-grd.jpg

Grandir, c'est parfois savoir tirer les leçons du passé et ne plus rentrer dans les mêmes pièges qu'autrefois. C'est opérer une réflexion sur soi-même, pour favoriser un mûrissement dans sa personalité, et essayer de devenir plus fort.....

Grandir, c'est  aussi accepter de nous dépouiller pour nous revêtir : l'épreuve nous rend plus fort si nous le désirons, elle enveloppe notre persévérance, notre sens du discernement, notre faculté d'écouter et d'aider ceux qui souffre.

      Grandir, c'est parfois aussi accepter de souffrir longtemps sans rien comprendre, sans rien voir, mais en restant disponible et ouvert, dans l'innocence. Notre disponibilité permettra un travail intérieur invisible mais toujours efficace.

Enfin grandir c'est apprendre à s'aimer soi-même à aimer les autres et la vie d'une manière inconditionnelle en transformant notre regard.

Ph. Auzenet

 

ILS ONT ECRIT

St Exupéry :

- L'essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu'avec le coeur.

Inconnu :

- Il faut laisser le temps au temps, et ne jamais essayer de brusquer ni les évènements ni les personnes.

 

SOURIEZ

Papi raconte à Jules :

- A ton âge ma maman m'envoyait à l'épicerie du coin avec 5 francs qui représentent 75 cts d'Euros aujourd'hui, pour faire les courses.

Je revenais à la maison avec une plaquette de beurre, Un litre de lait, un paquet de sucre, un morceau de fromage, une baguette et une douzaine d'oeufs !!!

Jules répond :

- Papi, à ton époque il n'y avait pas de caméras de surveillance ?


Partager cet article
Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 06:54

désert perdition

L'aveugle ou l'estropié n'ont que faire de  notre pitié ; ils s'efforcent d'être malgré leur infirmité, des hommes de pleine valeur et c'est comme tels qu'ils veulent être aimés.

Nous devrions voir la richesse du pauvre, la bonté du criminel, les possibilités du désespéré et lui en parler tout naturellement.

Vis à vis du malheureux, nous ne sommes pas seulement celui qui donne, mais aussi celui qui reçoit...

Duhamel raconte dans sa "vie des martyrs" la joie d'un prisonnier blessé qui un jour lui offrit une cigarette.

Mathilde Wrede nous décrit un condamné particulièrement fier et redoutable qui refusait sa visite, parce qu'il considérait toute aide pitoyable comme une offense.

C'est alors qu'elle le pria de lui offrir un peu de la bière de sa cruche, parce qu'elle avait soif. La communion qui s'établit subitement par cette demande gagna l'homme....

 

ILS ONT ECRIT

Bovet :

- Le vrai amour ne rend jamais aveugle, mais clairvoyant. Il voit l'autre avec sa destination propre et avec l'obstacle qui l'empêche encore d'y arriver. Il ne craint donc point la critique, mais sa critique est toujours constructive.

- L'amour ne peut exister qu'entre un "toi" et "moi" jamais entre deux moitié d'un même tout.

 

SOURIEZ

La maman de Jules lui demande de s'asseoir un instant pour discuter.

- Jules j'ai quelque chose de très important à t'annoncer : tu vas avoir une nouvelle petite soeur.

- Pourquoi ? Tu ne veux par garder l'ancienne ?

 

A TOUS UN TRES BON WEEK-END !

Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 05:55

enfant-reveur.jpg

L'enfant est maître en son imagination, mais en son imagination seulement, tandis que dans le monde réel un fossé infranchissable paraît le séparer des grandes personnes.

Les sentiments de supériorité et d'infériorité alternent dans son âme et contribuent de plus en plus à l'isoler du reste du monde.

     Ces enfants d'ordinaire fort malheureux, ont le sentiment d'avoir continuellement à cacher quelque chose que du reste personne ne pourrait comprendre et en vertu de quoi ils se sentent méprisables et "méchants".

Ce sentiment peut d'ailleurs être camouflé sous une attitude rebelle ou au contraire docile à l'extrême ; suivant son tempérament, cet enfant pourra être vantard ou couard.

     En tous cas, pour le pédagogue averti, toute attitude peu naturelle sera l'indice que l'enfant est en lutte avec lui-même et qu'il y a un écart entre sa vie intime et la réalité.

Ce n'est jamais par la sévérité que l'on corrigera un tel enfant mais en lui permettant de livrer son secret à quelqu'un.

 

ILS ONT ECRIT

R. Follereau :

- Le coeur, c'est la clef du ciel. C'est la grande force de l'Univers, la seule invincible, la seule créatrice. Aimons-nous, tout est là.

Will Rogers :

- Vous gagnerez plus la confiance des gens par l'exemple que vous leur donnez que par de grands discours.

 

SOURIEZ

La maîtresse demande à Jules :

- Qu'as-tu fait pendant les vacances ?

- Pas grand chose. En tout cas, sûrement pas de quoi faire une rédaction  !


Partager cet article
Repost0