Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 06:29

banian

Depuis plus de six ans Peter souffrait d'une grosse tumeur à la jambe. Son médecin refusait de le soumettre à une opération ne trouvant aucun remède aux violentes douleurs qui torturaient le malheureux par intermittences.   

Le pasteur du village qui lui rend visite, raconte :

- Je parlais un peu à cet homme ; mais ses souffrances étaient telles qu'il ne parvenait pas à rassembler ses pensées et à saisir ce que je lui disais ; comme c'était en outre une nature renfermée, notamment quand il s'agissait de questions spirituelles, je n'obtins aucune réponse à mes paroles. 

Ce jour-là, les douleurs étaient si intenses que sa femme lui demanda s'il ne fallait pas que je prie pour lui... L'homme répondit par un grognement suivi d'un grand silence.

Mais les douleurs reprirent avec une telle violence que le malheureux se tordit comme un ver et se dressa soudain d'un bond : "Alors prie donc !"

Je le pris au mot et sur-le-champ posai mes mains sur sa jambe malade....à l'instant même les douleurs le quittèrent et à partir de ce jour la tumeur disparut progressivement.

 

ILONT ECRIT

Malraux :

- J'ai appris qu'une vie ne vaut rien, mais que rien ne vaut une vie.

Dostoïewski :

- L'homme est malheureux parce qu'il ne sait pas qu'il est heureux !

 

SOURIEZ

Pourquoi les souris détestent-elles les devinettes ?

- Parce qu'elles n'aiment pas donner leur langue au chat

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 06:38

missouri.jpg

Il y a très longtemps, un chrétien nommé David devait traverser une région du Missouri infestée de brigands. On lui avait dit que leur chef, nommé Jim Stephens, n'hésitait pas à tuer ceux qu'il voulait dévaliser, et qu'il avait son repaire en pleine forêt. 

Comme la nuit venait, David vit une lumière près du chemin : cela devait être la retraite du bandit. Mais comme il faisait froid, il se dirigea courageusement vers cette maison et demanda l'hospitalité. On lui offrit à manger et il s'entretint avec les voleurs une partie de la nuit.  

Enfin le chef des brigands Jim, arrive...

- Eh bien mon vieux, dit-il à David, tu n'as pas peur de voyager seul et sans arme dans cette contrée infestée de brigands ?

- Non, répondit David en tirant sa Bible de sa poche. Voici mon arme défensive. J'en lis toujours un chapître avant de faire ma prière du soir. Je sais qui vous êtes, mais cela ne m'empêchera pas de lire et de prier ce soir. 

Toute la bande partit d'un éclat de rire...mais cela ne dérouta pas David qui lut sa Bible à haute voix. Peu à peu, tous ces hommes devinrent silencieux et lorsqu'il se mit à genoux pour prier, tous se découvrirent.  

Quand il eut fini, on le conduisit vers un lit où notre homme goûta le sommeil du juste. Le lendemain, il lut encore un chapître de la Bible et pria. 

Ses hôtes le laissèrent partir en refusant tout paiement...Ils le remercièrent d'avoir prié pour eux, et David, lui poursuivit son voyage.....

 

ILS ONT ECRIT 

J. Salomé :

- Le piège le plus fréquent est peut-être que je ressens ce que l'autre tente de me communiquer comme si c'était un reproche.

Proverbe chinois :

- Ne craignez pas d'être lent, craignez seulement d'être à l'arrêt.

 

SOURIEZ

Es-tu coiffeur ? demande Jules à son grand-père.

- Non, pourquoi ?

- Parce que maman a dit que tu frisais la cinquantaine, et papa que tu allais nous raser tout l'après-midi.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 06:43

Forsan était une pauvre vieille femme tourmentée par des esprits. Un jour elle demanda à un médecin missionnaire :  "Que faut-il dire à ton Dieu pour lui demander de chasser les esprits ?"

- Tu peux dire : ô Dieu, éloigne les esprits, au nom de Jésus !

Aussitôt dit, aussitôt fait.

Alors elle expliqua comment les esprits avaient mis un bracelet de perles autour de son bras disant qu'ils la feraient mourir si elle l'ôtait.

Le missionnaire raconte dans  une interview que Forsan un jour était à l'article de la mort. Il n'arrivait pas à savoir pourquoi - Que s'est-il donc passé avec cette vieille femme ?

En général, il conseillait un traitement ...mais cette fois-ci, il se sentait complètement pris au dépourvu. Il dit à la mourante

- Forsan, si seulement tu faisais confiance à Jésus, il pourrait t'aider, car moi, je ne sais que faire !

Forsan souleva alors son bras ridé et décharné. Le bracelet des esprits avait disparu.

- J'ai mis ma confiance en Jésus. Voilà ce qui ne plaît pas aux esprits !

Cependant rien ne s'est produit..... et dès le lendemain, plus de 200 personnes assistèrent à une réunion  tous curieux de savoir qui est ce Dieu qui est plus puissant que les esprits !

 

ILS ONT ECRIT

J. Salomé :

- Le langage est une tentative pour recontruire une vérité toujours inachevée, pour bâtir un message où il manque toujours un sens parmi tous les sens possibles.

- La liberté la plus difficile c'est d'avoir à choisir entre plusieurs plaisirs, plutôt qu'entre plusieurs contraintes.

 

SOURIEZ

Un homme sur une branche qu'est-ce que ça fait ?

- Un homme en moins sur la terre.

Deux hommes sur une branche, qu'est- ce que ça fait ?

- Deux hommes en moins sur la terre.

Et trois hommes sur une branche, qu'est-ce que ça fait ?

- "Crac !!!"

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 07:01

perles

K'Sup travaillait dur pendant que son époux était incarcéré. La vie était incroyablement difficile,  son mari lui manquait beaucoup...jamais un mot, ni une visite...Après des années d'incertitude, les autorités du pays vinrent chez elle l'informer que son mari était mort. 

Alors K'Sup craqua totalement. Elle s'effondra et l'annonce de la mort de son bien-aimé lui porta le coup fatal. Tout ce en quoi elle croyait s'effondrait. Dans sa foi d'enfant elle avait cru que le Seigneur préserverait son mari. Elle avait travaillé jour et nuit pour nourrir et abriter sa famille ; son corps souffrait autant que sa tête et son coeur.  

Désepérée elle s'écria :

- Dieu j'ai besoin d'un mari ! Je ne peux pas continuer comme cela !   

La douleur et la confusion spirituelle la submergea. Sa foi était érodée par le doute et le désespoir... 

    Un jeune officier communiste entra alors en scène. Il lui vint en aide, l'écouta lui manifesta de l'intérêt et naturelle K'Sup y fut sensible. Il n'était pas chrétien bien sûr et elle ne demanda pas à Dieu de lui donner de la sagesse. Finalement elle céda à la demande en mariage.

     Quelques mois plus tard, un prisonnier libéré vint la voir pour lui annoncer que son mari était vivant et qu'il servait le Seigneur dans son lieu d'incarcération....  Elle en vint à suspecter les autorités de l'avoir trompée. Cela faisait partie d'un complot visant à miner la vie et la foi de son mari... 

C'en était trop pour elle. "Comment ai-je pu être aussi stupide ?"  Une nuit tragique, elle s'empoisonna. Au petit matin on la trouva morte...  

 

ILS ONT ECRIT

G. Greene :

- Il y a toujours dans notre enfance, un moment où la porte s'ouvre et laisse entrer l'avenir.

E. Bergen :

- Travailler dur n'a jamais tué personne, mais pourquoi prendre le risque ? 

 

SOURIEZ 

Un garde-pêche se fâche

- Hé ! vous n'avez pas le droit de vous baigner ici !

- Mais je ne me baigne pas ! Je me noie !

- Ah bon ! Alors s'est différent. Excusez-moi,

  Bonne journée,  monsieur !

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 06:39

avion volé

Karl a fait le tour du monde. C'était un homme qui s'était laissé prendre par le monde des affaires et sa vie spirituelle s'était considérablement refroidie.  Pourtant le Seigneur l'avait appelé pour le servir à plein temps. 

Un jour, il vendit son affaire et décida de partir avec son ami en croisière ; c'est ce jour-là que se produit l'accident : 

    Deux avions se heurtèrent et s'enflammèrent, les personnes qui étaient assises près de Karl furent tuées presque instantanément, ainsi que son ami, juste devant lui. Mais quelque chose....ou quelqu'un avait protégé Karl des flammes...Et à l'instant même plusieurs promesses de Dieu lui vinrent à l'esprit.... 

     Ses yeux furent alors attirés vers le haut et il aperçut un trou au-dessus de sa tête....Mais il avait 52 ans et pesait 120 kg ; il était donc incapable de se soulever jusqu'à l'orifice. Cependant, d'une manière miraculeuse quelqu'un le souleva et le fit traverser.  Une fois dehors, il se trouva sur une aile à quelques mètres du tarmac.  

     Il saute et se blesse à la cheville, la seule marque qu'il garda de l'épreuve...   Il n'avait besoin d'aucun autre appel du Seigneur, il savait que sa vie avait été épargnée dans un but précis...  

 

ILS ONT ECRIT  

Horace :

- Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur.

Spurgeon :

- Les promesses de Dieu n'ont jamais été prévues pour être mises de côté comme du vulgaire papier d'emballage usagé ; Dieu a eu l'intention de les réaliser.  

 

SOURIEZ 

La Maîtresse demande à Sylvain :

- Sylvain, pour bien commencer cette journée, peux-tu nous citer les quatre éléments ?

- Euh...oui. Le feu.

- Très bien et ensuite ?

- La terre.

- Parfait.

- Le vent.

- Exact !

- Et  euh...

- Pense à celui qui te sert à te laver, ajoute la maîtresse pour mettre Sylvain sur la voie...

- Ah oui ! le savon !   

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 06:31

tableau 13

Cet homme témoigne : "Lors d'une campagne d'évangélisation, au large de la côte suédoise, nous avions, un de mes bons amis et moi, dressé la tente près d'un village de pêcheurs. Après avoir terminé les préparatifs de la réunion, nous décidâmes de prendre un bain rafraîchissant dans les vagues de la Baltique. Le vent soufflait un peu ce jour-là et j'eus de la malchance d'être pris par un violent courant sous-marin qui m'entraîna loin de la côte ; voyant que je ne pouvais m'en sortir tout seul, je me mis à crier au secours.  

     Mon compagnon ne réalisait pas que ma vie était en danger ; quand enfin il comprit que j'étais en détresse, il tenta naturellement de me venir en aide ; mais dès qu'il essayait de prendre pied sur le fond, ses jambes étaient projetées sous lui, tant le courant était violent ; toute tentative de sauvetage semblait désespérée. 

     Pendant ce temps, je livrais un terrible combat. J'étais convaincu que ma dernière heure avait sonné... Quand enfin je fus ramené au rivage, que j'eus vomi mon eau et repris conscience....je me rendis compte que mon vaillant sauveteur avait livré une lutte acharnée et s'il n'avait pas reçu des forces surnaturelles, jamais  il n'aurait pu vaincre le courant..."

 

ILS ONT ECRIT

R. Char :

- Nous demandons à l'imprévisible de décevoir l'attendu.

Elbert Hubbard :

- Certains hommes ont du succès grâce à ce qu'ils savent ; d'autres, grâce à ce qu'ils font ; moindre en est le nombre, grâce à ce qu'ils sont.

 

SOURIEZ

Deux escargots grimpent sur un mur. Le mur est très haut et l'ascension difficile.

Arrivés en haut, l'un des deux dit :

- Vraiment, on pourra dire qu'on en a bavé ...

-  

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 06:39

Main

Madame Green était une dame âgée qui vivait de sa retraite. Chaque année, elle envoyait un dollar à la Convention Nationale des Républicains. Un jour elle reçut une invitation à rencontrer le Président Reagan. La dame ne savait pas que la réponse qu'il lui fallait envoyer, devait être accompagnée d'un don généreux. 

Elle racla donc ses fonds de tiroirs et acheta un billet  de train dont le trajet allait lui prendre quatre jours...Lorsqu'elle arriva à la Maison Blanche et découvrit que son nom ne figurait pas sur la liste des invités, elle en eut le coeur brisé. 

Après avoir entendu son histoire, un directeur de chez Ford contacta un assistant du président qu'il connaissait et obtint l'autorisation d'accompagner la dame pour une visite guidée de la Maison Blanche le lendemain matin, à l'issue de laquelle il lui présenterait le Président.

Mais le Président avait dû s'absenter, alors on lui fit visiter les lieux puis s'approcher du fameux Bureau Ovale afin qu'elle ait un aperçu du Président derrière son bureau. Alors qu'ils passaient devant, le Président leva les yeux et s'écria : Ces sacrés ordinateurs ont encore fait leurs siennes ! Si j'avais su que vous veniez aujourd'hui, je serai venu vous chercher moi-même ". 

Ce jour-là, la vieille dame de Californie n'avait rien à offrir au Président. Par contre, lui avait quelque chose à lui donner , et il fit en sorte de lui accorder quelques minutes en dépit de son horaire chargé.... 

 

ILS ONT ECRIT 

J. Salomé :

- Communication...un espace de possible entre l'irrésistible besoin de la rencontre et l'inéluctable évidence de la séparation.

M. Duchamp :

- Le mot est un galet usé, qui s'applique à trente six nuances d'affectivité.

 

SOURIEZ

Dans le quartier chic de la ville, un clochard s'avance vers une femme distinguée qui fait du lèche-vitrines,

et lui dit d'un air implorant :

- Je n'ai pas mangé depuis quatre jours !

-  Ah ! si seulement j'avais votre volonté !    

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 06:44

croix

M. Gray :   

La vie, la vie changeante comme le ciel, la vie claire puis orageuse, la vie généreuse, pareille aux pluies de printemps, la vie sauvage, cruelle comme l'ouragan, la vie qui dévaste et qui comble, la vie, il faut l'aimer, savoir reconnaître sa beauté, ses éclarcies dans la tempête, et sa grandeur et sa majesté, parce qu'elle est l'homme et l'univers.  

La vie toujours bascule entre l'ombre et la clarté, l'espoir et le désespoir, la tourmente et la paix.  

Toujours la vie est à reconquérir. Ceux qui croient avoir atteint le dernier obstacle se trompent : il y a toujours un autre obstacle. Un autre combat. 

Naître c'est déjà se battre, souffrir être arraché à la douceur passive et tiède du sein. Il faut accepter la souffrance et la bataille.    Elles sont la vie. 

Comme le soleil, la vie décrit une courbe. Un jour elle commence à décliner, lentement. Il faut se préparer à temps. L'accepter. Savoir que cette deuxième moitié de la vie est aussi la vie. Qu'elle peut être aussi pleine que la première. Il est des crépuscules qui sont plus beaux que des aurores. Il faut simplement le vouloir, et éclairer les autres et soi de sa paix intérieure....

  

 

J. Joubert :

- Le but d'une discussion ne devrait pas être la victoire, mais le progrès.  

J. Salomé :

- Etre malheureux n'est pas un passe temps, c'est un travail laborieux à plein temps pour certains. 

 

SOURIEZ 

Le papa de Jérôme lui demande ce qu'il a demandé au Père Noël et Jérôme lui répond :

- J'ai rédigé une courte lettre avec un seul voeu : je lui ai demandé de passer plus souvent !    

         

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 06:32

ciel sun

Fany alors âgée de 7 ans avait accompagné son père dans les champs pour arracher la mauvaise herbe. Il s'est soudain redressé et lui dit d'aller chercher la fourgonnette, 20 m plus loin et de la lui amener.

" Mais...mais je ne sais pas conduire !

 Mes frères avaient appris à conduire dès l'âge de 7 ans. Papa croyait fermement deux choses : Inutile de savoir comment les choses fonctionnent, il faut agir tout simplement ; et il suffit de travailler dur pour y arriver.  

Le mot impossible n'existait pas pour lui. Il ne renonçait jamais, et ne nous laissait jamais renoncer non plus, jamais !  

Tremblante j'ai alors couru vers la fourgonnette, le coeur serré. Tant bien que mal j'ai réussi à la faire démarrer et à la conduire jusqu'à lui avec force embardées. 

Je l'ai fait uniquement parce qu'il me l'avait ordonné. Dès mon plus jeune âge, j'avais appris à ne pas discuter avec l'autorité. Je respectais mon père mais je le craignais aussi un peu. Si papa me disait "saute" je demandais simplement "de quelle hauteur ?"  

J'ai appliqué ensuite automatiquement cette façon de penser dans ma relation avec Dieu.... "

 

ILS ONT ECRIT

John Beverc :

- L'enseignement nous construit, mais les avertissements nous protègent.

Fr. André :

- Il est plus facile de refroidir les ardeurs d'un fanatique que de réchauffer un cadavre.

 

SOURIEZ

La maman de Paul, 5 ans, regarde son fils partir avec un bout de bois à la main :

- Qu'est-ce que tu vas pêcher comme ça mon chéri ?

- Des poissons panés !         

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 06:16

Ce soir-là un homme lutte péniblement pour rentrer à la maison sous une pluie torrentielle et battante.  

"Ouf ! enfin chez moi. Je n'ai qu'une envie regarder la télévision pendant quelques instants. Tout à coup, les lumières s'éteignent...la chambre est plongée dans le noir.  

Génial ...maintenant je ne peux même pas trouver mon chemin jusqu'au lit. Je décide de camper là sur le divan au moins jusqu'à ce que la lumière revienne.   

     Juste le temps de m'affaisser et fermer les yeux, et je me suis réveillé en sursaut par un son résonnant décidément comme une voixt disant : Debout !  

Je me redresse, je sens quelque chose, quelqu'un ? se mettant à me repousser de mon divan...J'essaye de résister, peine perdue...Je me retrouve plaqué à terre.  

Au même instant, j'entends un son semblable à cent trains de marchandises rugissant dans la cour, puis un grand fracas et une soudaine douleur de poignard à ma main gauche.   

(J'appris plus tard que 26 personnes avaient été tuées et 2000 blessées par une tornade meurtrière.) 

     Je réalise que si j'étais resté sur mon divan j'aurai été décapité par un panneau de vitre qui avait été arraché à la porte d'entrée et avait volé à travers la chambre....

Dans un quartier de la ville, deux policiers trouveront une Bible parmi les ruines. Le vent l'a ouverte sur le Psaume 83 où David dit : "Poursuis-les avec ta tempête et terrifie-les par ton ouragan !....fais-leur savoir que toi seul est le Très Haut sur terre...". 

   

 

ILS ONT ECRIT

Th. Kopp :

- Ce que tu n'affrontes pas aujourd'hui, t'affrontera demain.  

J. Salomé :

- Double message : "Je te donne ta liberté, prends-la donc."   

 

SOURIEZ 

Le docteur fait entrer un patient dans son cabinet médical. 

- Docteur, je perds la mémoire, réplique le patient.

- Depuis quand ? demande le docteur.

- Depuis quand quoi ?           

Partager cet article
Repost0