Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 04:59

champ.jpg

Damien nous partage ses réflexions sur la façon d'avoir un terrain minable : "Un jour, je vais écrire un livre...Toutes les pages seront vierges, parce que c'est exactement ce qu'il faut faire : rien.

Ne vous en occupez pas et en peu de temps les mauvaises herbes l'envahiront. La formule magique pour un terrain minable, c'est :

- pas d'eau, pas d'engrais, pas d'herbicides, pas de soins.

     Ce livre, bien entendu, sera extrêment impopulaire parce que personne ne veut d'un terrain minable, du moins pas consciemment. Mais c'est ce qui se produit quand on le néglige. Lorsque j'arrache les mauvaises herbes, je me demande souvent si je consacre autant de temps et d'efforts à l'entretien de ma mvie spirituelle qu'à celui de mon terrain.

     Les mauvaises herbes de la colère et du découragement envahissent si facilement mon âme ! l'anxiété déloge si rapidement la paix dans mon coeur !

L'auteur des Proverbes a observé le même phénomène dans le "champ d'un paresseux"  il y a longtemps : "les épines y croissaient partout, les ronces en couvraient la surface, et le mur de pierre était écroulé. J'ai regardé attentivement, et j'ai tiré instruction de ce que j'ai vu."

     La formule pour un terrain minable et une vie minable est exactement la même : tout ce qu'il faut, c'est un peu de négligence........

 

 

ILS ONT ECRIT

G. de Levis :

- Le passé est soldé, le présent vous échappe, soyez à l'avenir.

Christian Bobin :

- Ceux que j'aime je ne leur demande que d'être libres de moi et de ne jamais me rendre compte de ce qu'ils font et ne font pas, et bien sûr, de ne jamais exiger une telle chose de moi !

 

SOURIEZ

La maîtresse interroge Max :

- Peux-tu me dire ce qu'est une autobiographie ?

- Euh...Une histoire de voiture ?

Partager cet article
Repost0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 05:16

fleuve Dieu

     Choo témoigne : " Je me trouvai un jour sur une montagne. Au début celle-ci me semblait normale, puis elle s'enflamma....Toute la montagen brûla et se mit à resplendir comme le soleil.

Puis,  je m'aperçus que Jésus se tenait en plein milieu...

     Lorsque le Seigneur me rend visite, il porte généralement une robe blanche mais au cours de veilles des Noëls 1996 à 2002, il a revêtu une somptueuse tunique et une superbe couronne. Celle-ci était en or et des pierres précieuse multicolores y étaient enchâssées. Sa tunique rouge était bordé d'or.

- Seigneur pourquoi portes-tu une si belle tunique et une couronne ?

- Ma fille, c'est mon anniversaire ! répondit-Il en souriant.

Chaque fois qu'il me sourit, je fais de même. Je ne pourrais pas m'en empêcher, même si je le voulais.

Bien que, généralement je ne puisse pas voir son visage, je distingue sa satisfaction, sa tristesse ou sa colère.

     A 28 reprises, le Seigneur a porté sa belle tunique dorée et sa couronne. Chaque fois, il m'a paru particulièrement heureux. Il porte ces vêtements somptueux lors des fêtes..."Je fête un évènement, ma fille"........

 

 

ILS ONT ECRIT

Bossuet :

- Le bonheur humain est composé de tant de pièces qu'il en manque toujours.

T. de Chardin :

- La joie, n'est pas l'absence de peine mais la présence de Dieu.

 

SOURIEZ

Max se fait gronder pas sa grand-mère :

- Arrête de faire des grimaces !

Quand j'étais petite, ma mère me disait que si je n'arrêtais pas de faire des grimaces, j'allais devenir affreuse !

- Ah bon ? Alors pourquoi tu n'as pas écouté ta maman ?

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 04:39

soleil levant

Il était quatre heures de l'après-midi.

- Ne rentrez pas chez vous ce soir, me disaient mes collègues de bureau.

J'habitais de l'autre côté de la ville et j'étais décidé à la traverser.

- C'est trop dangereux, insistaient-ils. Des terroristers prennent les gens en otage.

Je devais pourtant y aller, car il n'y avait pas moyen de téléphoner à la maison. Comme j'arrivais au dernier point de passage, un soldat m'a dit d'attendre :

- Il y a un tireur embusqué là-bas ; un homme vient juste d'être blessé dans sa voiture.

Ils comptaient bientôt rouvrir la route et on m'a dit que je pouvais attendre là où j'étais. Une longue colonne de voitures s'était déjà formée derrière moi. Dix minutes plus tard, le soldat m'a dit :

- Vous pouvez y aller maintenant.

- Comment savez-vous que la situation a changé ? ai-je demandé. Je n'ai entendu personne prendre contact avec vous.

- Eh bien, ça se passe ainsi ces temps-ci ; quelqu'un doit essayer...!

Ce n'était pas facile d'être le premier à essayer !  Il est bon alors de se souvenir que Dieu est à nos côtés et que nous sommes sous la garde des anges, mais cela reste une expérience effrayante. Personne ne m'a suivi.

Au bout de la route, des jeunes gens m'ont arrêté pour me demander mes papiers. Lorsqu'il ont vu que j'étais pasteur, il m'ont demandé une bible.

La fidélité de Dieu est grande !

 

 

ILS ONT ECRIT

C.Rambert :

- C'est quand la mer est calme qu'il faut songer à la tempête.

- L'instant présent est notre unique richesse. Tout ce que l'on fera pour l'embellir servira à bâtir notre bonheur.

 

SOURIEZ

Un copain de Max lui demande :

- Où étais-tu pendant ces deux semaines de vacances ?

- Je suis parti skier....

- Et où ?

- La première semaine j'étais dans les Alpes, et la semaine suivante dans le plâtre...

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 05:03

liban.jpg

Nadji nous raconte qu'il était aux Etats-Unis pour ses études de doctorat, lorsque Beyrouth subissait d'importants tirs d'artillerie et des bombardements.

" Combien de fois j'ai souhaité rentrer à la maison ! Je pensais aux tragédies et aux angoisses sans fin des miens.   Oh  ! combien de fois j'ai souhaité être avec eux, subir les mêmes douleurs et connaître la même horreur ! Toutefois, cette situation m'a incité à intercéder avec ferveur et à susciter la prière en leur faveur.

- N'êtes-vous pas heureux d'être ici aux Etats-Unis plutôt que là-bas ? me demandait-on souvent.

- Non, j'aimerais mieux être avec les miens dans ces moments critiques, était ma réponse immédiate.

     En effet, je connais les difficultés causées par les guerres. On est réduit à survivre avec très peu de moyens, à habiter dans les caves pendant des semaines, sans électricité, ni eau courante, ni chauffage, ni téléphone.

A tout moment, votre maison peut être bombardée ou votre voiture incendié ; vous pouvez perdre un voisin, un ami ou un parent et vous risquez votre vie chaque fois que vous sortez pour acheter du pain ou des légumes, si vous en trouvez....

     Beaucoup de ceux qui, comme moi, aiment le Liban et s'intéressent à son avenir et à son potentiel de rayonnement spirituel dans tout le Moyen-Orient, prient pour son rétablissement. Ils suivent de près les évènements et proclament les précieuses promesses du passé : D'ici très peu de temps la forêt du Liban deviendra un verger, et le verger une forêt.

Que cette promesse s'accomplisse ! "

 

 

 

ILS ONT ECRIT

Aristote :

- L'espérance est le songe de l'homme éveillé.

Sagesse Hongroise :

- Ne t'attriste de rien, tant que tu peux toujours aimer.

 

SOURIEZ

La maîtresse interroge Max :

- Dans la phrase "j'ai mangé un bonbon", où se trouve le complément d'objet direct ?

- Dans votre ventre, maîtresse !


Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 04:50

rose-blanche

Helda (614-680) fu désignée  comme abbesse du couvent à Hartlepool dans le Comté de Durham en 649. Dix ans plus tard elle fonda un double monastère pour hommes et femmes à Witby dans le Yorkshire, qui devint mondialement connu comme étant une école de théologie et de littérature.

     Hildegarde de Bingen (1098-1179) abbesse allemande, mystique et écrivain, fut connue dans toute l'Europe. Douée dans des sujets aussi divers que la théologie, la médecine et la politique, elle n'hésitait pas à réprimander les péchés des plus grands hommes de son époque à la fois dans l'Eglise et dans l'Etat.

Elle exerça une grande influence parmi de nombreuses personnes y compris l'Emprereur Frédéric Barberousse et plusieurs rois, prélats et saints.

De nombreux miracles lui furent attribués pendant sa vie.

     Madame  Guyon (1648-2717), une mysttique française, fut emprisonnée à plusieurs occasions pendant de longues période à cause de ses croyances, mais ne fut jamais connue pour s'être plainte.

Auteur de 40 livres, comprenant un commentaire de la Bible en 20 volumes, elle eut beaucoup de disciples, en particulier en France et en Suisse.

Parmi ceux qui furent profondément influencés par son ministèrre, se trouvait l'archévêque François Fénelon.

 

 

ILS ONT ECRIT

Sacha Guitry :

Je suis contre les femmes : tout contre.....

A.Carrel :

- La beauté est une source inépuisable de joie pour qui sait la découvrir !

 

SOURIEZ

La maîtresse interroge Max :

- Si tu as 2 euros et que tu demandes 4 euros à ton père, combien auras-tu d'argent ?

- Euh ...2 euros !

- Max, tu ne sais toujours pas faire une addition !

- Si maîtresse ! Mais vous, vous ne connaissez pas mon père ! 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 05:22

volcan-copie-1

Arrivée à l'adolescence, la jeune Adriana avait changé du tout au tout. De la gentille fille qu'elle était, elle est devenue rebelle, colérique et désobéissante. Elle passait le plus clair de son temps enfermée dans sa chambre ou pendue des heures au téléphone....

Ses parents sentaient que quelque chose de grave se préparait. A mesure que le temps passait la maman fut convaincue qu'il y avait des disciples de satan actifs dans leur entourage. Des articles de journaux et des programmes télévisés confirmèrent ses soupçons....

     Un soir que Adriana  n'était pas rentrée, ses parents partirent à sa recherche, demandant à Dieu de les conduire. Au bout d'un instant, ils s'arrêtèrent devant une maison, convaincus que leur fille y était :

- Nous venons chercher notre fille !

Mais un homme d'une cinquantaine d'années se tenait à la porte les empêchant de passer. Une voiture de police s'arrêta et lui ordonna de les laisser entrer...

Ils partirent donc à la recherche d'Adriana....Il régnait dans la maison une atmosphère oppressante, musigue assourdissante, lumière tamisée. Des jeunes gens dansaient, certains se cognaient contre les murs...L'alcool coulait à flots et il planait une odeur de drogues....

     Soudain Adriana se trouve là, en colère hurlant, donnant des coups de pieds à son père qui essayait de la faire sortir...une vraie furie !

La foule leva le poing pour frapper, mais les parents  n'avaient pas peur , ils connaissaient la suprématie de Dieu sur l'ennemi.....

 

 

ILS ONT ECRIT

A Malraux : 

- Toute douleur qui n'aide personne est absurde.

Inconnu :

- Pour accéder au bien être, il faut choisir ce qu'on veut être, non ce que l'on veut faire !

 

SOURIEZ

La maîtresse réprimande Max,:

- Max, tu as encore copié sur ton voisin !

- Non, maîtresse !

- Ah oui ? Alors, comment expliques-tu que vous ayez fait les mêmes fautes ?

- Eh bien....Parce qu'on a la même maîtresse !

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 05:11

jungle-copie-1.jpg

José et Rosa constatèrent que la situation politique de leur pays s'était dégradée. Il y avait tant de groupes différents, tous violents qui se battaient les uns contre les autres pour prendre le contrôle de la situation. Il était impossible de savoir à qui on avait affaire. 

     Les chrétiens qui refusaient de prendre part au conflit ou d'employer les armes et la violence, étaient opprimés à cause de leur neutralité. Et parfois ils payaient très cher.

Plus d'une fois, ils durent traverser en canoë ou en hors-bord le territoire où sévissait la guérilla. Un seul faux mouvement aurait fait d'eux la proie, soit des piranhas dans l'eau, soit des groupes violents de chaque côté du rivage.

     José et Rosia marchaient parfois pendant des heures dans la Jungle évitant les anacondas mangeurs d'hommes et les sables mouvants.

Lors d'une expédition, des guides originaires de la région les amenèrent vers une terre indigène située près d'une cascade. Les Indiens leur dirent qu'ils ne pouvaient pas les accompagner au-delà de cet endroit, à cause des chamans qui avaient prédit la mort à quiconque s'avancerait plus loin.

     Rosia dirigea un moment de prière et demanda à Dieu de manifester sa puissance. Le groupe continua son périple, réussit à prendre contact avec la tribu qu'il voulait rencontrer  et pour la première fois de leur vie, ces indigènes purent dire :

     Il y a un Dieu plus grand que le nôtre !

 

 

ILS ONT ECRIT

T. Eliot :

- L'homme ne peut pas avaler une trop grande quantité de vérité à la fois, surtout de vérité qui le concerne.

G. Brassen :

- L'amitié n'exige rien que de l'entretien.

 

SOURIEZ

Max observe sa maman de près. Il est particulièrement intrigué par la chevelure de sa mère :

- Maman, pourquoi tu as plein de cheveux blancs ?

La mère amusée lui répond :

- Eh bien...A chaque fois que les enfants font des bêtises et qu'ils donnent des soucis à leur maman, de nouveaux cheveux blancs apparaissent !

Du tac au tac, Max lui répond :

- Ah ! C'est pour ça que mamie a les cheveux complètement blanc, alors !

Partager cet article
Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 05:22

rocher accès0001

A.Simpson, pasteur et auteur, racontait l'histoire d'un vieux fermier qui, année après année, devait contourner une grosse roche en labourant son champ. Il avait déjà brisé un cultivateur et deux socs de charrue en la heurtant. Chaque fois qu'il voyait cet obstacle, il murmurait contre toutes les difficultés que cette roche lui avait occasionnées.

     Un jour, il décida de la déterrer et d'en finir avec elle. Après avoir placé un gros levier sous un côté de la roche, à sa grande surprise, il découvrit qu'elle mesurait moins de trente centimètres d'épaisseur. Il eut tôt fait de la sortir  de terre et de l'emporter dans son charriot. En repensant à la façon dont cette "grosse" roche lui avait causé tant de frustrations inutiles, il sourit.

     On ne peut pas éliminer toutes les difficultés aussi facilement que cette roche, mais la prière est un moyen efficace pour lutter contre les difficultés de toutes les grosseurs.

Certains obstacles sont inébranlables, et nous devons apprendre à vivre avec eux. Alors utiliser le levier de la prière pour nos problèmes, peut nous garder de devenir les victimes de l'inquiétude. 

 

 

ILS ONT ECRIT 

- Seule est perdue la bataille qu'on abandonne.

- Un cheveux si fin soit-il a toujours une ombre.

 

SOURIEZ

Max et son petit frère se disputent :

- T'es qu'un poule mouillée !

- Et toi, t'es un âne !

- Tais-toi, tête de cochon !

Leur mère arrive sur ces entrefaites et hurle :

- Oh, la ferme !!!

Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 04:51

blé ivraie0001

Un peu comme un refrain, ces mots tournaient dans l'esprit de Marie pendant qu'elle labourait le champ. La sueur coulait sur son visage anguleux et elle dut l'essuyer pour regarder vers le ciel dégagé - pas un seul nuage pour bénéficier d'un moment de répit sous ce soleil implacable.

     Elle se redressa et s'appuya sur la houe, le dos ankylosé et douloureux. Elle avait travaillé toute la journée dans une chaleur accablante et elle ne se sentait plus capable de marcher...

La moisson était vraiment abondante cette année-là. Le blé était arrivé à maturité, prêt à être fauché, et le maïs lui aussi était robuste.

Marie avait des raisons d'être reconnaissante même si son corps la faisait souffrir de la tête au pieds et qu'elle se sentait vidée d'énergie. De plus elle avait le coeur lourd...

Combien de temps s'était coulé depuis la dernière fois où son mari se trouvait avec elle ?

     La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers...  Ces paroles de Jésus lui revinrent à l'esprit.

Oui dans ce pays aussi, la moisson spirituelle est grande. Des millions de gens vivent dans l'attente du message de l'Evangile.   Son mari était l'un des ouvriers parti travailler dans les champs du Seigneur. Elle travaillait comme une esclave sous le soleil brûlant, mais lui était l'esclave de Dieu....

 

 

ILS ONT  ECRIT

M. Gray :

- Si l'homme se sent seul, si l'angoisse et la peur sont en lui, c'est qu'il a tranché ses liens avec la nature.

- La peur, la solitude, comme si chaque inconnu pouvait être un ennemi ...

Malraux :

- Toute douleur qui n'aide personne est absurde.

 

SOURIEZ

- Max ! comment as-tu trouvé les questions de l'examen ?

- Les questions ? Aucun problème !

C'est avec les réponses que j'ai eu pas mal de difficultés !


Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 05:19

désert perdition

L'apprentissage de l'obéissance à l'école de la souffrance ne se fait pas en un jour. John Scott l'explique : " Christ n'a jamais été désobéissant. Mais ses souffrances ont été le terrain d'épreuves dans lequel son obéissance est arrivée à maturité."

Rappelons-nous qu'en la matière, il est le seul diplômé. Nous restons des apprentis.

     Un mal lancinant et continu attaque les réserves de l'être ; "l'horrible routine de la douleur permanente " - comme l'appelle le meilleur athlète américain de 1963  atteint d'une totale paralysie accidentelle - peut créer le vertige du "pourquoi moi ?"

Pour Henriette, l'école de la maladie s'éternisait : 20, 25, 30 ans...Si elle n'a pas accusé Dieu d'avoir permis qu'elle y soit placée, ni douté de la promesse de bénédiction reçue, elle n'en a pas moins souvent versé des larmes, mais en secret et sans amertume.

" Si je n'avais pas le Seigneur, je ne ferais que pleurer. Je suis pleine de bosses. Je cherche partout dans mon lit une position meilleure. Il y a des passages où l'on ne peut avancer qu'à genoux.

La semence doit être broyée pour qu'elle produise une belle plante et du fruit. Il faut être écrasé et ça fait mal. Il faut parfois serrer une rose avec force pour qu'elle donne tout son parfum.

     On doit souvent appeler très fort : Jésus !

Il faut que j'arrive à ne pas demander : pourquoi ?, à ne pas parler de mes souffrances aux autres, mais à en parler plutôt au Seigneur. Il fait fleurir notre désert...."

 

 

ILS ONT ECRIT 

- Pour pouvoir aimer une personne, il faut qu'elle nous permette d'entrer dans son histoire.

Françoise Sagan :

- Pour moi, le bonheur, c'est d'abord d'être bien.

 

SOURIEZ

Afin de clore son cours de sciences naturelles, le maître demande à Max :

- Max, comment s'appelle la femme du hamster ?

- Amsterdam Monsieur !



Partager cet article
Repost0