Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 05:44

 

La Génisse, la Chèvre et leur soeur la Brebis avec un fier Lion, seigneur du voisinage, firent société, dit-on, au temps jadis, et mirent en commun le gain et le dommage.

Dans les lacs de la chèvre un cerf se trouva pris. Vers ses associés aussitôt  elle envoie. Eux venus, le Lion par ses ongles compta, et dit : " Nous sommes quatre à partager la proie."

Puis en autant de parts, le Cerf il dépeça ; Prit pour lui la première en qualité de Sire " Elle doit être à moi, dit-il ; et la raison, c'est que je m'appelle Lion : A cela l'on a rien à dire.

La seconde par droit, me doit d'échoir encore : ce droit vous le savez, c'est le droit du plus fort. Comme le plus vaillant, je prétends la troisième, Si quelqu'une de vous touche à la quatrième, je l'étranglerai tout d'abord."

 

Souriez :

Aux Etats-Unis, Maître Blumenstein, avocat réputé a fait graver sur sa plaque professionnelle :

- Deux questions, deux mille dollars. 

Un client entre dans son bureau et s'étonne :

- Mille dollars la question, vous ne trouvez pas que c'est un peu cher ?

- Non ! quelle est votre seconde question ?

 

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 05:46

 

La Fontaine nous raconte qu'un jour un singe et un chat, ayant vu rôtir des marrons, entreprennent de les voler.

Mais le singe assurant qu'il n'a point la dextérité voulue pour les tirer du feu, le chat s'y emploie pour son compère, qui les croque les uns après les autres.

L'expression se réfère au point de vue du félin qui se donne bien de la peine pour obtenir ce qui profite finalement à un autre, et non pas, comme on le croit souvent à celui du quadrumane, qui sait habilement utiliser quelqu'un à son profit !

 

Dès que les chats seront chaussés signifie : au point du jour

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2018 3 28 /11 /novembre /2018 07:06

La plupart d'entre nous, nous connaissons cette fable de La Fontaine :

Le chêne et le roseau

Dans la fable le chêne est solide comme les siècles, il est épais, dur invincible, il a d'énormes racines pivotantes, résiste au vent, tandis que le roseau est frêle, fragile et souple ; ses racines sont fines et traçantes.

La fable montre que c'est le roseau fragile qui peut le mieux traverser toutes les tempêtes, car il sait se plier et se courber au vent, tandis que le chêne invincible ne le peut ; certes il résiste à beaucoup d'épreuves victorieusement, mais il est cependant abattu d'un coup sec par un vent très violent qui le fait tomber à terre dans un vacarme assourdissant.

Les racines du chêne étaient pourtant solides et profondes : cependant il lui manquait une qualité essentielle : la souplesse

Il est encore écrit : 

Si nos racines personnelles sont nombreuses profondes et étendues, elles nous tiendront au moment de l'épreuve ; et si de plus, notre personnalité est souple, alors même les vents les plus violents ne pourront nous déraciner.

Le plus important reste caché en nous, c'est ce que nous aurons pris soin de développer avec les années….

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 05:47

Connaissez-vous cette fable d' Esope ?

Quatre boeufs avaient l'habitude de paître ensemble dans un champ.

Un lion les observait de loin, mais  n'osait pas s'approcher car les boeufs  dès qu'ils l'apercevaient se plaçaient queue contre queue, leurs cornes baissées vers les quatre points cardinaux.

Le lion n'avait aucune chance de les  manger.

Mais un jour, les quatre boeufs se disputèrent et chacun alla paître dans son coin.

Le lion les attaqua l'un après l'autre et les dévora sans peine.

La morale de cette histoire ?

Unis nous restons debout, séparés.....

 

H.D. Thoreau a écrit :

Nous pouvons uniquement atteindre la cible que nous avons visée.

 

  

Partager cet article
Repost0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 05:13

L'avarice perd tout en voulant tout gagner.

Je ne veux pour le témoigner,

que celui dont la poule, à ce que dit la fable, Pondait tous les jours un oeuf d'or.

Il crut que dans son corps elle avait un trésor ;

Il la tua, l'ouvrit, et la trouva semblable

à celles dont les oeufs ne lui rapportaient rien,

S'étant lui-même ôté le plus beau de son bien.

Belle leçon pour les gens chiches !

Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus

qui du soir au matin sont pauvres devenus,

pour vouloir trop tôt être riches !

La Fontaine

 

J. de Goncourt a écrit :

Ce qui entend le plus de bêtises dans le monde est peut-être un tableau de musée.

Quoi que....!!!   En tout cas je vous souhaite une excellent week-end à tous !

Partager cet article
Repost0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 05:44

Une montagne en mal d'enfant

jetait une clameur si haute,

que chacun, au bruit accourant,

crut qu'elle accoucherait sans faute

D'une cité plus grosse que Paris,

Elle accoucha d'une souris.

Quand je songe à cette fable,

dont le récit est menteur

et le sens est véritable,

Je me figure un auteur

qui dit : "Je chanterai la guerre

que firent les Titans au maître du tonnerre."

C'est promette beaucoup ; mais qu'en sort-il souvent ?

Du vent.     La Fontaine

 

Souriez     

Un pneu rencontre un autre pneu

- ça va ?

- Pfiou.............Je suis crevé !

 

Passez tous un excellent week-end !

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 05:24

Après que le Milan, manifeste voleur,

Eut répandu l'alarme de tout le voisinage,

Et fait crier sur lui les enfants du village,

Un rossignol tomba dans ses mains par malheur,

Le héraut, du printemps lui demande la vie.

"Aussi bien que manger en qui n'a que le son ?

Ecoutez plutôt ma chanson.

Je vous raconterai Térée et son envie.

- Qui Térée ? est-ce un met propre pour les milans ?

- Non pas c'était un roi dont les jeux violents

Me firent retentir leur ardeur criminelle.

Je m'en vais vous en dire une chanson si belle

Qu'elle vous ravira ; mon chant plaît à chacun."

Le Milan alors réplique :

"Vraiment, nous voici bien, lorsque je suis à jeun,

J'en parle bien aux roi - Quand un roi te prendra,

Tu peux lui conter ces merveilles

Pour un milan, il s'en ira,

Ventre affamé n'a point d'oreilles."

La Fontaine

Partager cet article
Repost0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 06:36

Un jour, maigre et sentant un royal appétit,

Un singe d'une peau de tigre se vêtit.

Le tigre avait été méchant ; lui, fut atroce.

Il avait endossé le droit d' être féroce.

Il se mit à grincer des dents, criant : Je suis

Le vainqueur des halliers, le roi sombre des nuits !

Il s'embusqua, brigand des bois, dans les épines ;

Il entassa l'horreur, le meurtre, les rapines,

Egorgea les passants, dévasta la forêt,

Fit tout ce qu'avait fait la peau qui le couvrait.

Il vivait dans un antre, entouré de carnage.
Chacun voyant la peau, croyait au personnage.

Il s'écriait, poussant d'affreux rugissements :

Regardez ma caverne est pleine d'ossements ;

Devant moi tout recule et frémit, tout émigre,

Tout tremble ; admirez-moi, voyez je suis un tigre !

Les bêtes l'admiraient, et fuyaient à grands pas.

Un belluaire vint, le saisit dans ses bras,

Déchira cette peau comme on déchire un linge,

Mit à nu ce vainqueur, et dit : Tu n'es qu'un singe !

Victor Hugo Jersey, septembre 1852

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 06:06
Que dit La Fontaine

Le loup et la cigogne :

Les loups mangent gloutonnement.

Un loup donc étant de frairie

Se pressa dit-on tellement

Qu'il en pensa perdre la vie :

Un os lui demeura bien avant au gosier

De bonheur pour ce loup, qui ne pouvait crier,

Près de là, passe une cigogne.

Il lui fait signe ; elle accourt.

Voilà l'opératrice aussitôt en besogne.

Elle retira l'os ; puis, pour un si bon tour,

Elle demanda son salaire.

" Votre salaire ? dit le loup

Vous riez ma bonne commère !

Quoi ? ce n'est pas encore beaucoup

D'avoir de mon gosier retiré votre cou ?

Allez vous êtes une ingrate :

Ne tombez jamais sous ma patte."

Souriez

- Dis papa, demande Jules, c'est vrai que je suis né dans un chou ?

- Oui fiston

- Julien c'est une cigogne qui l'a amené ?

- Oui fiston

- Et Sophie ?

- Elle c'est dans une rose.

Jules plisse le front, croise les bras et s'exclame :

- Mais alors, personne n'est né normalement dans cette famille !

Partager cet article
Repost0