Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 06:53
Lettre d'un amoureux

Du soleil sur les roses :

"Et puis pour se comprendre, ma chérie,

Est-il besoin de se parler ?

Mon rêve c'est cela : tous deux nous en aller

courir légèrement sur les vertes prairies,

Puis voir, silencieux, la douce féérie

du soir qui tombe, et lentement la contempler

joindre nos mains afin que puisse s'envoler

vers Dieu le doux parfum de notre coeur qui prie.

Pour un rayon qui meurt, une rose flétrie,

Pleurer, puis se sourire et sourire à la vie

avec des yeux heureux, par les larmes voilés."

R. Follereau 1925

Lamartine a écrit :

Pourquoi Seigneur, fais-tu fleurir ces pâles roses

Quand déjà tout frissonne ou meurt dans nos climats ?

Hélas ! six mois plus tôt que n'étiez-vous écloses ?

Pauvre fleurs, fermez-vous ! voilà les blancs frimas !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 07:22
Automne

Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux

Et son boeuf lentement dans le brouillard d'automne

qui cache les hameaux pauvres et vergogneux.

Et s'en allant là-bas le paysan chantonne

une chanson d'amour et d'infidélité

qui parle d'une bague et d'un coeur que l'on brise.

Oh ! l'automne, l'automne a fait mourir l'été

Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises....

Apollinaire

Le soir.

les feuilles ne sont plus que cendres et que rouilles,

Le jour est mort, le ciel est dépeuplé d'oiseaux ;

Déjà la lune monte, et déjà les grenouilles

De leur chant querelleur ont troublé les roseaux.

Vincent Muselli

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 06:14
Temps d'automne

Fleurs d'automne sur la table de marbre

avec tant de couleurs et de parfums de miel

cet l'été finissant meurtrissures des arbres

que déjà vous portez votre arc-en-ciel.

Sous la cascade froide et les herbes très vertes

elles furent cueillis par la main ingénue

qui déjà redoutait l'allée presque déserte

et la fraîcheur tombée sur les épaules nues.

Brassées de fleurs d'automne un peu mélancolique

d'entendre s'écourter les matins et les soir

vous vous ensoleillez d'un soleil romantique

dans le coin du salon où l'on viendra s'asseoir.

L. Amade

Maurice carême a écrit :

Le brouillard a tout mis dans son sac de coton ;

le brouillard a tout pris autour de ma maison.

Plus de fleurs au jardin, plus d'arbres dans l'allée ;

la serre du voisin semble s'être envolée.

Et je ne sais vraiment où peut être posé

le moineau que j'entends si tristement crier.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 06:09
Du côté de la Fontaine

La génisse, la chèvre et la Brebis en société avec le lion

La génisse, la chèvre et leur soeur la Brebis,

Avec un fier Lion, seigneur du voisinage,

Firent société, dit-on, au temps jadis,

Et mirent en commun le gain et le dommage.

Dans les lacs de la chèvre un cerf se trouva pris.

Vers ses associés aussitôt elle envoie.

Eux venus, le Lion par ses ongles compta,

Et dit : "nous sommes quatre à partager la proie."

Puis en autant de parts le Cerf il dépeça ;

Prit pour lui la première en qualité de Sire :

"Elle doit être à moi dit-il ; et la raison,

C'est que je m'appelle Lion ;

A cela on n'a rien à dire.

La seconde, par droit, me doit d'échoir encor ;

Ce droit, vous le savez, c'est le droit du plus fort.

Comme le plus vaillant, je prétends la troisième,

Si quelqu'une de vous touche la quatrième,

Je l'étranglerai tout d'abord."

Maurice Carême a écrit :

On dirait qu'on entend pleuvoir le temps

Usant les vieilles pierres de la rivière ;

On dirait qu'on entend pleuvoir les ans qu'emportent doucement

Les eaux du temps .....

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 05:39
Un auteur anonyme a écrit

Recommence

Si tu es las et que la route te paraît longue, si tu t'aperçois que tu t'est trompé de chemin, ne te laisse pas couler au fil des jours et du temps,

Recommence

Si la vie te semble trop absurde, si tu es déçu par trop de choses et de gens, ne cherche pas à comprendre pourquoi,

Recommence

Si tu as essayé d'aimer et d'être utile, si tu as connu la pauvreté et tes limites, ne laisse pas là une tâche à moitié faite

Recommence

Si les autres te regardent avec reproche, s'ils sont déçus et irrités par toi, ne te révolte pas, ne leur demande rien,

Recommence

Car l'arbre rebourgeonne en oubliant l'hiver,

car le rameau fleurit sans demander pourquoi,

Car l'oiseau fait son nid son songer à l'automne,

Car la vie est espoir et recommencement.

René Laporte a écrit :

Au bord du désert il y avait un palmier qui rêvait de partir dès que la nuit tombait.

Les oiseaux ayant soif donnaient des coups de bec dans le vent.

L'oasis tournait en rond devant les digues de sable et les portes du monde étaient toujours fermées pour le palmier comme pour moi...

heureux week-end à tous !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 05:36
Quand vous serez bien vieille

Quand vous serez bien vieille, au soir de la chandelle,

Assise auprès du feu, dévidant et filant,

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :

"Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle"

Lors, vous n'aurez servante ayant telle nouvelle,

Déjà sous le labeur à demi sommeillant,

Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,

Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre, et, fantôme sans os,

Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;

Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.

Vivez, si m'en croyez, n'attendez pas à demain :

Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

Pierre de Ronsard (1524-1585)

Romain Rolland a écrit :

- Le bonheur c'est de connaître ses limites et de les aimer.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 05:09
Le lion devenu vieux

Le Lion terreur des forêts,

Chargé d'ans et pleurant son antique prouesse,

Fut enfin attaqué par ses propres sujets,

Devenus forts par sa faiblesse.

Le cheval s'approchant lui donne un coup de pied ;

Le loup un coup de dent ; le boeuf un coup de corne ;

Le malheureux Lion, languissant, triste et morne,

Peut à peine rugir, par l'âge estropié.

Il attend son destin, sans faire aucunes plaintes ;

Quand voyant l'âne même à son antre accourir :

" Ah ! c'est trop, lui dit-il ; Je voulais bien mourir ;

Mais c'est mourir deux fois que souffrir les atteintes..."

La Fontaine

Ed. Kramer a écrit :

N'attendez pas d'être heureux pour sourire, souriez pour être heureux !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 05:25
A mon Père

Comme d'habitude, il est parti, d'un pas traînant, fatigué,

Seul sous la pluie, il a marché. Il aimait le silence, la nature,

Les oiseaux avec leurs drôles de cris, Mon Dieu ! Que la marche était dure,

Sous le grand manteau de la nuit, dans sa tête grondait le tonnerre,

Marchant, marchant encore, pour s'éloigner, pour se taire,

Comme un enfant, quand il a tort, après cette course, épuisé,

Il s'est allongé au coeur d'un pré, nous l'avons cherché,

Deux jours sans répit. Nous l'avons trouvé, inanimé, sans vie.

Il était parti pour se taire, Je l'aimais, c'était mon père.

V. Fulpin

Mère Thérésa a écrit :

Le plus grand des dénuements, la plus grande des pauvretés, c'est de n'exister pour personne.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 05:07
Simplement

Violette Fulpin a écrit :

Ecris n'importe quoi, n'importe où,

L'important, c'est couvrir le papier,

Transcrire peines, joies, tout à coup,

Avec ivresse, frénésie et volupté.

On dirait que ma main est guidée,

Par je ne sais quelle passion,

Peut-être un ancêtre ignoré,

M'a-t-il transmis ce don ?

J'écris comme je respire,

Et des mots et des rimes,

J'ai toujours à dire,

Simplement et sans frime.

Sur le bien et le mal,

Sur la haine et l'amour,

Je trouve cela génial,

J'écris, j'écris toujours.

On me dit poète,

Quel joli nom,

Je m'appelle Violette

C'est mon prénom.

Souriez:

En Afrique deux chirurgiens vétérinaires viennent de finir d 'opérer un éléphant.

- Très bien, il est recousu !

- Tu n'as pas oublié d'instrument dans son ventre au moins ?

- Non bien sûr !

- Par contre...tu n'aurais pas vu l'infirmière ?

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 05:34
Tricot  guerre  affaires...

Prévert a écrit :

La mère fait du tricot

Le fils fait la guerre

Elle trouve ça tout naturel la mère

Et le père qu'est-ce qu'il fait le père ?

Il fait des affaires

Sa femme fait du tricot

Son fils la guerre

Lui des affaires

Il trouve ça tout naturel le père

Et le fils et le fils qu'est-ce qu'il trouve le fils ?

Il ne trouve rien absolument rien le fils

Le fils, sa mère fait du tricot, son père des affaires, lui la guerre

Il fera des affaires avec son père

La guerre continue, la mère continue elle tricote

Le père continue il fait des affaires

Le fils est tué il ne continue plus

Le père et la mère vont au cimetière

Il trouve ça naturel le père et la mère

La vie continue la vie avec le tricot, la guerre, les affaires

Les affaires, la guerre, le tricot, la guerre

Les affaires les affaires et les affaires

La vie avec le cimetière...

Marc Chagall écrit :

- Dans notre vie, comme sur la palette de l'artiste, il n'y a qu'une seule couleur qui donne un sens à la vie et à l'art. C'est la couleur de l'amour.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche