Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 07:29

Je traîne après moi trop d'échecs et de mécomptes

J'ai la méchanceté d'un homme qui se noie

Toute l'amertume de la mer me remonte

Il me faut me prouver toujours je ne sais quoi

Et tant pis qui j'écrase et tant pis qui je broie

Il me faut prendre ma revanche sur la honte.

 

Ne puis-je donner de la douleur, tourmenter

N'ai-je pas à mon tour le droit d'être féroce

N'ai-je pas à mon tour le droit à la cruauté

Ah ! faire un mal pareil aux brisures de l'os

Ne puis-je avoir sur autrui ce pouvoir atroce

N'ai-je pas assez souffert, assez sangloté...

J. Salomé a écrit :

Changer n'est pas devenir quelqu'un d'autre, c'est devenir qui on est et  l'accepter !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 07:32

La poésie c'est un feu d'artifice

De bouquets, de rimes en cascades

Que le rêve du poète

Aimerait vous faire partager

Aujourd'hui je pense à vous tous mes amis,

Ce n'est ni votre anniversaire, ni votre fête,

mais il n'est besoin d'occasion pour s'exprimer.

Les mots ne reflètent jamais ce que ressent le coeur, tout simplement,

je voulais vous dire : "Je vous aime".

Jim Rohn a écrit :

Nous n'apprenons pas pour accumuler la connaissance, mais pour la mettre en pratique.

A TOUS UN EXCELLENT WEEK-END !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 07:00

Il y a des coeurs brisés par la douleur, refoulés par le monde, qui se réfugient dans le monde de leurs pensées, dans la solitude de leur âme,

pour pleurer, pour attendre ou pour adorer ;

Puissent-ils se laisser visiter par une muse solitaire comme eux, trouver une sympathie dans ses accords et dire quelque fois  en l'écoutant :

" Nous prions avec tes paroles, nous pleurons avec tes larmes, nous invoquons avec tes chants ".

C'est à eux seuls que ces vers s'adressent.

Le monde n'en a pas besoin : il a ses soins et ses pensées...

Lamartine, Paris, mai 1830

 

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 07:03

Dans la profondeur, le silence des bois

Errant sans savoir, ni comment, ni pourquoi,

J'ai retrouvé la force, retrouvé la foi,

Un sang nouveau et vivifiant coulait en moi,

J'avais tout oublié, l'amour et la bonté

La souffrance d'autrui pour ne penser qu'à moi,

Le ciel, l'oiseau, la terre, toute l'humanité,

Et j'ai revu l'enfant qui réchauffait ses doigts.

A l'orée du bois, à mes yeux étonnés

De l'ombre jaillit une lumière intense,

A l'orée du bois, toutes peines effacées

J'ai retrouvé l'azur de l'innocence.

V. Fulpin

 

MM. Diabaté a écrit :

L'amour est la seule chose que le partage fait grandir.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 06:45

Oui sans cesse un monde se noie

Dans les feux d'un nouveau soleil,

Les cieux sont toujours dans la joie,

Toujours un astre a son réveil ;

Partout où s'abaisse ta vue

Un soleil levant te salue,

Les cieux sont un hymne sans fin !

Et des temps que tu fais éclore,

Chaque heure, ô Dieu, n'est qu'une aurore,

Et l'éternité qu'un matin !

E.John Phelps a écrit :

Un homme qui ne fait pas d'erreurs, ne fait certainement rien d'autre.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 07:24

Voix qui nagez dans le bleu firmament,

Voix qui roulez sur le flot écumant,

Voix qui volez sur les ailes du vent

Chantres des aires que l'instinct seul éveille,

Joyeux concerts, léger gazouillement,

Plaintes, accords, tendre roucoulement,

Qui chantez-vous pendant que tout sommeille ?

La nuit a-t-elle une oreille

Digne de ce choeur charmant ? Lamartine

...

Catherine de Sienne a écrit :

O patience, tu portes un couteau à deux tranchants pour couper et déraciner la colère et l'orgueil car la moelle de l'orgueil est l'impatience.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 07:05

Je vous envoie un bouquet, que ma main

Vient de trier de ces fleurs épanouies ;

Qui ne les eût à ce vêpre cueillies

Chutes à terre elles fussent demain.

 

Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle

Assise auprès du feu, dévidant et filant,

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant ;

Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle.

Regrettant mon amour et votre fier dédain.

Vivez, si m'en croyez, n'attendez pas à demain :

Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

 

Robert Frost a écrit :

Le monde est rempli de volontaires, certains sont volontaires pour travailler ; les autres pour les laisser travailler.

 

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 07:04

Dans la plaine les baladins

S'éloignent au long des jardins

Devant l'huis des auberges grises

Par les villages sans églises.

 

Et les enfants s'en vont devant

Les autres suivent en rêvant

Chaque arbre fruitier se résigne

Quand de très loin ils lui font signe.

 

Ils ont des poids ronds ou carrés

Des tambours des cerceaux dorés

L'ours et le singe animaux sages

Quêtent des sous sur leur passage.

 

Richard Dehmel a écrit :

Un peu de bonté pour son prochain est meilleur que tout l'amour pour le monde entier...

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 06:22

Il n'y a ni début, ni fin

Il y a aujourd'hui et demain,

Continuité à l'infini

Il y a la vie.

 

Tout passe, tout revient,

Il n'y a ni début ni fin,

Continuité à l'infini,

                                                                                Un enfant te sourit.

Violette Fulpin

Réflexion :

Les fleuves ne sont pas toujours

de l'amour les envois,

Et sans épines les roses

piquent souvent les doigts.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 06:47

Pourquoi bondissez-vous sur la plage écumante,

Vagues dont aucun vent n'a creusé les sillons ?

Pourquoi secouez-vous votre écume fumante en légers tourbillons ?

Pourquoi balancez-vous vos fronts que l'aube essuie,

Forêts qui tressaillez avant l'heure du bruit ?

Pourquoi de vos rameaux répandez-vous en pluie

Ces pleurs silencieux dont vous baigna la nuit ?

Pourquoi relevez-vous, ô fleurs, vos pleins calices,

Comme un front incliné que relève l'amour ?

Pourquoi dans l'ombre humide exhaler ces prémices

Des parfums qu'aspire le jour ?

Lamartine

 

Mike Murdock a écrit :

Quand vous ressassez le passé, vous empoisonnez le présent.

A TOUS UN EXCELLENT WEEK-END !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche