Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 06:51

O ma jeunesse abandonnée

Comme une guirlande fanée

Voici que s'en vient la saison

Des regrets et de la raison.

Or nous regardions les cygnes

Nager ce soir plein de tiédeur

Sur le grand lac où se résignent

Les branches des saules pleureurs

Et c'était l'heure où le jour meurt.

 

Ed. Cole a écrit :

Les vainqueurs ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui n'abandonnent jamais !

 

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 06:56

Les sapins beaux musiciens

Chantent des noëls anciens

Au vent des soirs d'automne

Ou bien graves magiciens

Incantent le ciel quand il tonne.

Des rangées de blancs chérubins

Remplacent l'hiver les sapins

Et balancent leurs ailes.

L'été ce sont de grands rabbins

Ou bien de vieilles demoiselles.

Sapins médecins divagants

Ils vont offrant leurs bons onguents

Quand la montagne accouche

De temps en temps sous l'ouragan

Un vieux sapin geint et se couche.

Apollinaire

 

Proverbes

Car même si le juste tombe sept fois, il se relèvera, alors que les méchants s'effondrent

dans le malheur !

 

Dicton : On n'a pas plus tôt dit A  qu'il faut dire B

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 06:53

Sur le coteau là-bas où sont les tombes

Un beau palmier, comme un panache vert,

Dresse sa tête, où le soir les colombes

Viennent nicher et se mettre à couvert.

Mais le matin elles quittent les branches ;

Comme un voilier qui s'égrène, on les voit

S'éparpiller dans l'air bleu, toutes blanches,

Et se poser plus loin sur quelque toit.

Mon âme est l'arbre où tous les soirs comme elles,

De blancs essaims de folles visions

Tombent des cieux en palpitant des ailes,

Pour s'envoler dès les premiers rayons.

Th. Gauthier

Souriez

Un amoureux écrit à la jeune fille de ses pensées :

Chère Isa. Je t'aime et je veux t'épouser. Si tu es d'accord réponds-moi par retour du

courrier. Sinon, ne prends même pas la peine d'ouvrir cette lettre....

 

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 06:45

Sur la mer en fleur

Les îles germent dans le soir,

Des milliers d'îles sur la mer

Aussi limpide que le bonheur

Des anges.

Mieux Que les vagues de lumière

Nous parle à travers l'épaisseur de la gloire.

On effeuille pour nous une rose d'argent.

Ce n'est pas le vent, ni aucune haleine

Créée qui répand

Ces pétales sur les plaines

Marines.

Qui pourrait refuser cette fête

Les épousailles du ciel et de l'eau ?   Le cortège passe sous le dôme des mouettes.

De toutes parts les forêts lèvent leurs flambeaux

Sur lesquels la nuit tombe comme la neige.

Les noces, les noces enfin sont prêtes !

L'heure est venue de boire au calice des eaux.

J. Mambrino

Souriez

Deux époux viennent consulter un conseiller conjugal qui les interroge :

- vous êtes mariés sous quel régime ?

- Eh bien, répond la femme, nous évitons les féculents et tous les plats en sauce...

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 06:42

Sarumaru :

Au profond de la montagne,

Ecartant et foulant les feuilles d'érable

Le cerf brame ;

Et à l'entendre ainsi,

Ah ! que l'automne m'est lourdement triste !

 

R. Holst :

L'automne et sa pluie ventent au-dessus des terres obscures ; grandes et sans issue

les solitudes de la mort s'enlacent.

Souriez

Un ornithologue a réussi à obtenir une nouvelle race de perroquets.

Ils sont d'une discrétion extraordinaire.

Jamais en aucun cas, il ne répéteraient un mot de ce qu'ils ont entendu !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 05:10
Premier jour

Des draps blancs dans une armoire

Des draps rouges dans un lit

Un enfant dans sa mère

Sa mère dans les douleurs

Le père dans le couloir

Le couloir dans la maison

La maison dans la ville

La ville dans la nuit

La mort dans un cri

Et l' enfant dans la vie.

Prévert

Souriez

Un fou est en train d'essayer de démêler une pelote de laine.

Un autre arrive et dit :

- Ne cherche pas le bout, je l'ai coupé !

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 05:34
Le geai paré des plumes de paon

Un Paon muait : un Geai prit son plumage ;

Puis après se l' accommoda ;

Puis parmi d'autres Paons tout fier se panada,

Croyant être un beau personnage.

Quelqu'un le reconnu ; il se vit bafoué,

Berné, sifflé, moqué, joué,

Et par Messieurs les Paons plumé d'étrange sorte,

Même vers ses pareils s'étant réfugié,

Il fut par eux mis à la porte.

Il est assez de geais à deux pieds comme lui, qui se

parent souvent des dépouilles d'autrui,

Et que l'on nomme plagiaires.

Je m'en tais et ne veux leur causer nul ennui :

Ce ne sont pas là mes affaires.

La Fontaine

Souriez

Devant un magasin il y a une longue file d'attente. Un homme, tente péniblement de se frayer un chemin jusqu'à la porte. Mais les gens crient :

- A la queue, comme tout le monde !

- Très bien mesdames et messieurs, si c'est ce que vous voulez, je n'ouvrirai pas la boutique aujourd'hui .

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 05:58
Apollinaire et l'automne malade

Automne malade et adoré

Tu mourras quand l'ouragan soufflera

dans les roseraies

Quand il aura neigé

dans les vergers.

Pauvre automne

Murs en blancheur et en richesse

De neige et de fruits mûrs

Au fond du ciel

Des éperviers planent

Sur les nixes nicettes aux cheveux

verts et naines

Qui n'ont jamais aimé

Aux lisières lointaines

Les cerfs ont bramé...

Souriez

- Maman Est-ce que je peux prendre un biscuit ?

- On dit comment ? s'il...s'il...

- s'il en reste encore dans la boîte ?

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 05:50

Aimez bien vos amours !

aimez l'amour qui rêve

Une rose à la lèvre et des fleurs dans les yeux ;

C'est lui que vous cherchez quand

votre avril se lève,

Lui dont reste un parfum quand vos ans se font vieux.

Amour sur l'Océan, amour sur les collines !

Amour dans les grands lys qui

montent des vallons !

Amour dans la parole et les brises câlines !

Amour dans la prière et sur les violons

Germain Nouveau (1851-1920)

Souriez

- Jules où habite ta grand-mère ?

- Elle habite à l'aéroport !

- Tu es sûr ?

- Bah oui, c'est toujours là qu'on va la chercher...

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 05:42
La Tendresse

C'est le silence dans l'immobilité

Le regard qui s'émeut en un baiser,

Des mains qui se cherchent

Des mots qui bouleversent.

C'est l'éveil des sens

Du parfum d'une fleur,

A la naissance

De petits bonheurs.

C'est la rose déposée

Sur les genoux tremblants,

Et des yeux étonnés

Qui captent le moment.

Le temps n'existe plus

Le temps s'en est allé

Tendresse tu est venue

Dans tes bras me bercer.

Violette Fulpin a écrit :

C'est vrai, les phrases sont vaines

Et pourtant, il faut que je le dise,

Au milieu de mes peines

Tu m'as rendu l'espoir du lendemain

D'un mot, tu as su apaiser mon chagrin.

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche