Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 05:36

ciel paradis

" J'avais dix ans lorsque la guerre a éclaté...C'était l'invasion de la Pologne par l'ennemi. Ma soeur et moi avons accepté de travailler à l'usine afin d'être "sauvées". Mais notre vie était un cauchemar...

Notre travail consistait à fabriquer des bombes. Je n'étais qu'une enfant et cela était extrêmement pénible et dangereux. Chaque jour la même routine : atelier, baraque, maigre repas ou pas...

Les gardiens mettaient chaque jour des groupes à part et ceux-ci ne revenaient  jamais.

Me trouvant un jour avec ma soeur dans un de ces groupes, nous avons  réussi à nous évader, nous  cacher quelques jours..mais très vite retrouvées,  transférées, et torturées.

 

A 13 et 15 ans nous devions rester des nuits entières dans le froid de l'hiver pour le plus grand plaisir des gardiens qui nous regardaient grelotter.

Beaucoup tombaient et mouraient sous le regard sans pitié de leurs bourreaux. Nous ne pouvions aider personne. Nous aurions été battues à  mort.

Dachau ! Nos souffrances étaient atroces. On pouvait y lire deux inscriptions :

- Le travail libère l'homme et

- Vous avez tué Christ, nous aussi nous vous tuerons !

Un jour on nous a poussées vers un train, entassées dans un wagon à bestiaux. Pendant la nuit, avec d'autres nous avons pu sauter du train et courir à travers champs....Affamées, épuisées, tremblantes on nous a rattrapées et reconduites dans des baraquements sous une pluie de bombes.

.....Je tombai gravement malade et demeurai dans le coma pendant plusieurs mois...

Finalement je choisis de partir aux Etats-Unis.

 

Pendant cinq ans, je ne permis à personne de me parler de Dieu ! J'entendais dire que Dieu nous aimait, qu'Israël était son peuple. Je répondais : "Qu'est-ce que cela peut me faire ? Où était donc ce Dieu pendant ces cinq années de terreur et de mort ?

Mais je Lui parlais malgré tout, demandant : "Transforme ma mémoire...Je ne veux plus me souvenir !"

Il y eut cependant encore bien des combats terribles et violents, car le passé était douloureux et amer. Je devais apprendre à pardonner tout le mal qui m'avait été fait.

Par la puissance et la bonté de Dieu, j'ai été libérée de mon chagrin et de l'amertume...Dieu est un Dieu de pardon, nous qui prétendons le suivre, devrions agir comme Lui." 

 

 

ILS ONT ECRIT

 

Proverbe Chinois :

- Si élevé que soit l'arbre, ses feuilles tombent toujours à terre.

- J'étais furieux de n'avoir pas de souliers ; alors j'ai rencontré un homme qui n'avait pas de pieds, et je me suis trouvé content de mon sort.

 

SOURIEZ

 

Max voit pour la première fois un paon qui fait la roue :

- Maman, une poule qui fleurit !

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 07:43

 

clefs

Brandon Brooks, un présentateur de télévision, s'est servi un jour de sa propre maison pour montrer à ses téléspectateurs comment protéger la leur contre les voleurs. Il fit installer des doubles verrous à toutes les portes, des fenêtres impossibles à ouvrir de l'extérieur, et un système d'alarme extrêmement sophistiqué.

Il omit cependant de prendre en compte un petit détail : les voleurs regardent eux aussi la télévision, l'occasion parfaite pour eux de découvrir tous les détails du dispositif et de localiser rapidement tous les objets de valeur, téléviseur, magnétoscope et mobilier.

La semaine suivante, alors que Brooks passait en direct, ils allèrent tranquillement le cambrioler - parce que c'est ce qu'il font d'ordinaire les voleurs !

Satan est lui aussi un voleur ! Jésus a dit qu'il "ne vient que pour dérober, égorger et détruire. Moi je suis venu pour que vous ayez la vie...en abondance "

Henry Blackaby a dit : "Depuis Adam et Eve, les gens ont dû choisir qui croire. Satan les a convaincus qu'ils auraient tout à gagner de désobéir à Dieu. En fait ils ne reçoivent que la portion congrue des bénédictions que Dieu leur destinait...."

 

 

ILS ONT ECRIT

 

Wallach Wattles :

- Ce n'est pas le nombre d'actions exécutées qui compte, mais l'efficacité de chaque action séparée.

Proverbe Israélien :

- Ne dis donc pas : Je verrai quand j'aurais le loisir. Qui t'a dit que tu en auras ?

 

SOURIEZ

 

Max fait de la luge avec sa petite soeur nelly.

Sa maman   lui dit :

- N'oublie pas de prêter la luge à ta soeur, hein Max !

- Oui, maman, je prends la luge pour descendre et Nelly, elle la remonte . 


Partager cet article
Repost0
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 05:55

Groenland0001

Le jour de son 17ème anniversaire, Elie Claus franchit en vainqueur la ligne d'arrivée d'une course de traîneau tirés par des chiens, à travers le désert de l'Alaska, sur une distance de près de 250 km, dans la catégorie des juniors. Elle vit en plein coeur de l'Alaska.

Elle a grandi dans cet environnement sauvage. Son rêve était de participer à la vraie course de traîneaux, sur plus de 1800 km, l'Anchorage à Nome. Les ours polaires croisent cette route. Les loups aussi. Les orignaux attaquent parfois les chiens. La température peut descendre jusqu'à 56° centigrades au-dessous de zéro !

Les concurrents parcourent seuls cette course qui dure de 9 à 12 jours, sans assistance extérieure, avec juste quelques heures de sommeil par jour.

Elle est une jeune femme menue, mignonne que l'on imagine mieux dans une salle d'étude ou dans une équipe de danseuses que participant à cette traversée dangereuse.

Mais son coeur vit passionnément, grâce à son amour pour Dieu.

Elle est prête à courir beaucoup de risques, pour devenir la femme conforme à sa destinée initiale.

En 2004, 12 jours après ses 18 ans, Elie est devenue la plus jeune de tous les concurrents, hommes et femmes confondus à avoir terminé cette traversée appelée l'Idetarol. Elle a franchi la ligne d'arrivée après 11 jours, 19 heures et 24 minutes terminant 40ème sur 87 participants.

Sa grand-mère court le marathon, elle en a 20 à son actif !  et sa mère guide des skieurs à l'intérieur de l'Alaska..... 

Chacune est une femme d'aventure !

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Eléanor Roosevelt :

- Personne ne peut vous diminuer sans que vous y consentiez.

André Roussin :

- J'ai remarqué que les gens qui sont en retard sont toujours de bien meilleure humeur que ceux qui on dû les attendre !

 

SOURIEZ

 

Guillaume a des mauvaises notes à l'école. Son père s'inquiète :

- Guillaume, tu as bien appris tes leçon ?

- Oui, papa, je les connais sur le bout des doigts.

- On va voir ça. Peux-tu me dire où est mort Napoléon ?

- A la page 20 de mon livre d'histoire...

 

Partager cet article
Repost0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 06:02

Afrique sud

A. et S. Snanoudj sont un couple de serviteurs de Dieu évangélistes et écrivains. Ils organisent des séminaires durant lesquel ils prêchent l'Evangile, instruisent les chrétiens et permettant à Dieu de manifester sa puissance par de nombreuses guérisons et délivrances.

Leur amour pour les africains les a conduits à faire des émissions qui sont diffusées sur Africa N° 1 où un vaste public les écoute.

Suite à une de leurs émissions diffusée début 2005, un jeune homme, André Kombo qui a perdu toute sa famille pendant la guerre au Congo-Brazzaville, leur a écrit ceci :


-  J'étais à l'hôpital, en fin de vie, atteint d'une leucémie et d'une maladie cardiaque, abandonné par les médecins, lorsqu'une voix pénétra dans ma chambre, par la radio. : "Vous avez une parole de connaissance concernant quelqu'un atteint de leucémie."

Au fur et à mesure que vous priiez pour la libération de cette personne, j'étais visité des pieds à la tête....La force de Dieu montait dans tout mon corps et je fus totalement guéri.

 Les docteurs ont constaté ce grand miracle.....Maintenant, je témoigne à mes amis et voisins musulmans..... 

 

 

PROVERBES 

Arabe :

- La faute du troupeau vient du berger.

Chinois :

- Sans responsabilités on se sent le corps léger.

Africain :

- Le gibier peut oublier les chasseurs, mais les chasseurs n'oublient pas le gibier.

 

SOURIEZ

Momo achète une paire de lacets.

- Et avec ça ? demande le vendeur 

- Avec ça, je vais attacher mes chaussures..........


Partager cet article
Repost0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 06:25

 

roseau

 

A cinq ans Henri  gardait les vaches dans les champs de son père et il était émerveillé par les sons et les paysages qui s'offraient à lui par une belle journée d'été. Seul le meuglement occasionnel d'une vache ou le chant d'un oiseau brisaient le silence suave.

Des ondes de chaleur dansaient au-dessus de la prairie tandis qu'un coyote prudent rôdait dans les environs. Les faucons affamés décrivaient des cercles au-dessus de sa tête, tandis que des nuages blancs comme neige flottaient paresseusement dans le ciel.

Voici ce qu'il a écrit :

"Mes parents m'ont enseigné que bien au-dessus des paysages idylliques de mon pays, il y avait un Dieu personnel, élevé et saint au-delà de tout ce que je pouvais imaginer. Je me sentais bien petit et vulnérable, mais mes parents m'ont aussi appris que Dieu m'aimait tellement qu'il avait envoyé Jésus mourir pour moi, si bien que je l'aimais moi aussi.

Les enfants peuvent sentir ce genre de vérités essentielles bien avant de comprendre des termes comme la transcendance de Dieu (son immense différence par rapport à nous) et son immanence (sa proximité).

Je connais ces termes maintenant, mais il m'est utile de retrouver cet émerveillement naïf en m'imaginant encore à la ferme."

On ne peut revivre son enfance........

 

 

ILS ONT ECRIT

 

R.S Sharma :

- Les grands hommes bâtissent des monuments avec les pierres qu'on leur jette .

Pierre Veber :

- Ayez des ennemis !  Vos amies se lasseront de parler de vous : vos ennemis jamais !

 

 

SOURIEZ

 

l'institutrice demande à Toto :

- Quand je dis "il pleuvait ", de quel temps s'agit-il ?

- D'un sale temps, madame ! 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 05:36

lune

 

Un jour, un soldat revient de la guerre du Vietnam. Depuis San Francisco, il appelle ses parents au téléphone.

- Papa, maman, me voici de retour ! Mais j'ai une faveur à vous demander : je ramène un ami avec moi et j'aimerais bien qu'il vive avec nous....

- Pas de problème, fiston, nous avons hâte de faire sa connaissance.

- Mais voici : vous devez savoir que c'est un blessé de guerre. Il a marché sur une mine et il a perdu un bras et une jambe....Il ne sait pas où aller et je voudrais qu'il vienne vivre avec moi.

- C'est une bien triste histoire, fiston, nous pourrons sans doute trouver un endroit où il pourra demeurer.

- Non, papa, maman, je veux qu'il vienne vivre avec nous !

- Fiston tu ne sais pas ce que tu demandes ! Une personne si handicapée physiquement va devenir un poids trop lourd pour nous !

Nous avons nos propres vies à vivre et nous ne pouvons pas permettre que quelqu'un vienne les perturber. Je pense que tu devrais venir à la maison et oublier cette personne.

Ton ami trouvera bien moyen de s'entirer....

Mais il n'a pu achever, le fils avait déjà raccroché. Et les parents n'entendirent plus parler de lui.

Quelque temps plus tard, ils reçurent un appel de la Police de San Francisco. Leur fils était mort en tombant d'un édifice, c'est du moins ce qu'on deur disait officiellement, car la police croyait plutôt à un suicide.

Les parents prirent l'avion pour San Francisco et se rendirent à la morgue pour identifier le cadavre.

Oui, c'était leur fils, mais ils découvraient en même temps, avec horreur qu'il n'avait qu'un bras et qu'une jambe !!!...

 

Prenons le temps de demander à Dieu de nous donner la force d'accepter les gens tels qu'ils sont et d'être aussi à l'écoute de ceux qui sont différents de nous.

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Proverbe Africain :

- On ne peut pas peindre du blanc sur du blanc, du noir sur du noir. Chacun a besoin de l'autre pour se révéler.

Proverbe chinois :

- Aimer votre voisin mais ne supprimez pas votre clôture.

 

SOURIEZ

 

Ben demande à son père :

- Papa, est-ce que je pourrais avoir une bicyclette ?

- Si tu arrives à épeler le mot, je te l'achète !

- Euh, à bien réfléchir, j'aimerais mieux un vélo !

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 05:35

coucher sol.seul

 

Parlant d'une sortie en mer sur un radeau avec quelques amis, John Blumberg a fait les observations suivantes :

" Nous avions trouvé très difficile de nous éloigner de la plage, un courant semblait vouloir nous retenir et nous empêcher de gagner le large. Puis peu à peu nous avons trouvé qu'il faiblissait et nous avons pu diminuer nos efforts.

Alors que nous étions en train d'apprécier ce moment de pause la réalité s'imposa soudain à notre esprit : nous étions à la dérive et nous nous éloignions rapidement du rivage.

Sans attendre plus longtemps nous nous sommes jetés à l'eau et nous nous sommes mis à nager d'un bras le plus furieusement possible, tout en nous agrippant de l'autre au radeau.


Vingt minutes plus tard, nous n'étions pas beaucoup plus avancés. Le zodiak d'un sauveteur est apparu soudain à nos côtés et, rassurés par sa présence nous avons plaisanté avec lui à propos de la distance qui nous séparait du rivage.

Mais il n'a pas paru apprécier la plaisanterie. Des bouées oranges indiquaient la limite de la zone de sécurité et nous n'en avions pas tenu compte. Nous étions au moins cinq fois plus loin que la limite autorisée.

Le maître-nageur est resté à nos côtés, mais sans nous aider le moins du monde. Il nous a fallu 45 minutes d'efforts intenses avant de pouvoir enfin toucher la plage, exténués."

 

Nous ne fuyons pas, en un instant, loin des valeurs auxquelles nous croyons : nous dérivons peu à peu avant de nous retrouver là où nous ne voulions pas aller.....

 

 

ILS ONT ECRIT 

 

Anatole France :

- J'ai des ennemis et je m'en vante... je crois les avoir mérités.

Anonyme :

- Si quelqu'un t'a mordu, il t'a rappelé que tu avais des dents.

 

SOURIEZ

 

Momo et son grand-père sont au restaurant. Le pépé dit :

- Ah, quelle horreur, il y a une mouche dans ma soupe !

Momo lui répond :

- T'inquiète pas pépé, il y a une araignée sur ta cuillère, elle va la manger.


 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 05:34

timbre0001.jpg

Le passage de la flamme olypique pour les jeux de 2008 en Chine a été presque partout l'objet de manifestations et de contestations. Quoiqu'on en pense, tous se souviennent en France du courage de Jin Jing, la jeune athlète chinoise handicapée qui, du rempart de son corps, a protégé la flamme contre ses agresseurs.

Devenue l'emblème de la fierté nationale, elle a été, de retour au pays, acclamée comme il se doit.

 

D'autres porteurs, d'une flamme bien plus précieuse, ont été, tout au long des siècles, l'objet de la violence et de la persécution. Ce sont les témoins de la lumière qu'est Christ et de son porte-flambeau, la Bible.

La description des agressions, souffrances, blessures subies par les martyrs de la foi chrétienne dépasse l'entendement. Il nous suffit de penser à Blandine de Lyon livrée dans les arènes aux cornes d'un taureau fou sous l'oeil voyeur d'une foule en liesse.

Point de peur ni de honte cependant dans le coeur de ces témoins.

Comme Jin Jing, un sentiment de fierté les animait, la conviction que ce dont ils étaient porteurs dépassait largement la valeur de leur propre vie.

 

C'est à eux que l'on doit aujourd'hui, entre autres, notre liberté de penser et de croire.

Ces témoins du passé avaient un souci : sauver de l'extinction la lumière de la Parole de Dieu, lumière, à leurs yeux, plus précieuse que leurs vies....

 

 

ILS ONT ECRIT

 

Byron :

- Chez l'homme, l'amour est une partie de sa vie ; chez la femme, c'est toute l'existence.

Proverbe français :

- Le navire qui n'obéit pas au gouvernail devra bien obéir au récif.

 

SOURIEZ


La maîtresse organise une sortie piscine et demande à Louis :

- Est-ce que tu sais nager ?

- Oui, maîtresse !

- Et où as-tu appris à nager ?

- Dans l'eau !

Partager cet article
Repost0
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 05:48

texas.jpg

Quand il avait deux ans, le père de James fut envoyé en prison. A l'âge de sept ans les services sociaux le placèrent dans un orphelinat. A dix-neuf ans il eut un grave accident dans lequel l'un de ses amis fut tué. Dans l'espoir de trouver l'argent nécessaire pour couvrir les frais d'avocat, il décida de vendre de la drogue, fut arrêté, condamné et envoyé en prison.

C'est là qu'il rencontra le Christ. Une fois sa peine purgée il s'engagea dans le service du Seigneur et bien des années plus tard il chercha à retrouver son père afin de se réconcilier avec lui. Un jour, au cours d'une conversation qui suivit leur retrouvailles, ils en vinrent à parler de prison. 

Le père de James lui demanda : "Dans quelle prison étais-tu ? Lorsque James lui indiqua le nom de l'établissement pénitentiaire, son père s'écria : "J'ai participé à la construction de cette prison !"

En effet, en tant que soudeur, il avait travaillé à la construction de plusieurs prisons. Regardant son auditoire droit dans les yeux, James Ryle ajouta : "Je m'étais donc retrouvé dans la prison que mon père avait bâtie !"

 

Vos enfants n'écouteront peut-être pas vos conseils, mais soyez-en assuré, ils n'échapperont jamais tout à fait à votre influence ! Pendant tout le temps qu'ils passeront à vos côtés, jusqu'à l'âge de 20 ou 21 ans, ils s'habitueront à répéter certaines de vos erreurs, regretteront parfois certains souvenirs de vous, et, qui sait, se réjouiront peut-être de l'héritage que vous leur laisserez.

Dieu déclara à propos d'Abraham : "Je l'ai choisi pour qu'il donne l'ordre à ses fils et à tous ceux qui naîtront de lui de vivre selon mes commandements. Il leur apprendra à faire ce qui est juste et ce que je veux."....... 

 

 

ILS ONT ECRIT

 

W. Churchill :

- Quand survient un malheur, il est tout à fait possible qu'il vous évite un malheur plus terrible encore. Et quand vous commettez une erreur grave, elle peut vous être plus utile que la décision la meiux pesée.

M. Proust :

-  Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs.

 

SOURIEZ 

Jo fait trop de bêtises, alors son papa l'emmène chez le docteur pour qu'il essaie de le calmer...

- Achetez-lui une bicyclette, dit le docteur....

- Il fera moins de bêtises ?

- Non, mais il ira les faire plus loin.......

Partager cet article
Repost0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 05:55

montagne-ecriture.jpg

La vie peut être monotone, quand le chemin devant nous semble s'étirer à n'en plus finir sur une surface plate et désertique, sans oasis en vue. Commen faire pour assumer des responsabilités monotones quand il ne semble pas y avoir de possibilité de nous décharger de nos fardeaux.

Olivier de Vinck, gravement handicapé de naissance, a vécu 32 ans alité, totalement invalide et incapable de prendre soin de lui-même. 

Jour après jour, années après années, ses parents l'ont nourri à la cuillère, ont changé ses couches et ont réussi à maintenir un foyer heureux.

Un jour, le frère d'Olivier a demandé à son père comment ils s'y prenaient. Son père lui a expliqué qu'ils ne s'inquiétaient pas de la longue succession de lendemains qu'il pourrait y avoir. Ils vivaient un jour à la fois, en se demandant : "Puis-je nourrir Olivier aujourd'hui ?" Et la réponse était toujours : "Oui, aujourd'hui je le peux."

 

Jésus nous a enseigné à gérer la routine de la vie : " Ne vous inquiétez pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Dans la foi et dans la prière, nous pouvons fractionner la vie et ses tâches souvent monotones, et confier l'avenir imprévisible à la grâce de Celui qui dit : "Ta vigueur dure autant que tes jours."

vcg

 

 

ILS ONT ECRIT

 

G. Müller :

- Le commencement de l'inquiétude est la fin de la foi, et le commencement de la foi est la fin de l'inquiétude.

Paulo Coelho :

- Le courage est la peur qui fait ses prières.

 

SOURIEZ 


L'instituteur demande à Jules :

- Connais-tu la différence entre le soleil et ton devoir de maths ?

- non, m'sieur.

- Eh bien, le soleil est un astre...

et ton devoir est un désastre !


Partager cet article
Repost0