Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 05:59

Les montagnes sont des symboles, des leçons vivantes. Alimenter les rivières et vivifier la verdure, voilà les moindres des services ordonnés aux montagnes.

Leur mission plus haute est d'étancher la soif que nous avons de la beauté de la création divine...

Ecoutons la leçon donnée par les hautes Alpes par les montagnes que des tremblements de terre ont ébranlées ou qui ont été déchirées par des convulsions.

Là nous trouvons que des périodes de parfait repos succèdent aux périodes de destruction. Des flasques d'eau calme reposent claires parmi leurs rocs éboulés,

le nénuphar étincelle et les roseaux murmurent à leur ombre ; le village se relève sur des tombeaux oubliés et le clocher de l'église, blanc à travers le demi-jour de l'orage, proclame un appel renouvelé à la protection de Celui qui tient dans sa main les abîmes de la terre et les sommets des montagnes...

Ruskin

Il a encore écrit :

Il n'y a pas de beauté dans les vallées alpestres qui  ne nous enseigne une leçon...

 

Repost 0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 06:01

La solitude à deux ouvre l'âme,

écrit Lamartine.

Antoine avait un secret dans sa vie. Le secret de tout Italien, c'est un amour.

Il aimait depuis 20 ans une Florentine de la bourgeoisie, sans fortune comme lui.

Chaque matin, il portait un bouquet de fleurs à la fenêtre grillée de la maison de Béatrice.

Il passait toutes ses soirées avec elle et avec ses soeurs en famille et les conduisait à la promenade dans les bois...

Ils s'étaient interdit le mariage, de peur de laisser après eux des enfants dénués de biens et de patrie.

Leur amour n'était qu'une amitié passionnée, une douce habitude, une résignation à deux dans la douleur...

La pureté de ce sentiment en avait conservé la fraîcheur de leur 20 ans et bien des années plus tard Antoine épousa sa bien-aimée...

St Augustin disait :

- L'habitude est une seconde nature.

Quant à moi, je vous souhaite de passer de belles journées durant ce long week-end ! Violette

 

 

Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 05:34

Ce jour-là Eric avait bien vu la grosse automobile arriver, il aurait voulu crier...mais aucun son ne sortit de sa gorge.

Il entendit les pneus crisser, il vit le corps de sa soeur se soulever et retomber sur le ciment du trottoir.

Il y eut un grand cri dans son coeur, puis s'avança tout tremblant vers celle qui, étendue au sol, ne bougeait plus. Il crut qu'elle était morte et surtout qu'elle était morte par sa faute.

Sa première pensée fut : "que va dire maman ?"

Une ambulance arriva et transporta la fillette, ainsi que son frère, très secoué, jusqu'aux urgences.

Il y eut beaucoup d'agitation, puis un grand silence, des coups de téléphone, encore de l'agitation avec l'arrivée d'une vieille dame qui s'était brûlée en tombant contre sa cuisinière.

Le petit Eric s'était assis par terre, serrant son cartable et celui de sa soeur tout contre lui, le regard vide...pourvu qu'elle ne meurt pas ! pourvu....

Quand la maman arriva on lui demanda d'attendre. Elle prit son fils dans ses bras :

- Je suis là, tu as été courageux, je t'aime très fort !

Puis soudain, le docteur en blouse verte, avec un masque qui pendait sur sa poitrine

- Nous avons stabilisé sa tension, cousu la blessure de sa tête, mais nous ne savons pas encore ce qui a été endommagé à l'intérieur de son crâne. Nous allons la garder sous surveillance toute la nuit....Avec les enfants il y a souvent des miracles.

Eric réfléchit intensément : les miracles ne sont pas à vendre ?

- Maman,  dis à ma soeur que je l'aime, que tu l'aimes, que papa l'aime et que nous l'aimons très fort.

Le lendemain la petite sortit du coma, ce fut le miracle de l'amour !

 

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 05:23

Jersey 1852

J'aime ta mouette ô mer profonde

Qui secoue en perles ton onde

Sur son aile aux fauves couleurs,

Plonge dans les larmes géantes,

Et sort de ces gueules béantes

Comme l'âme sort des douleurs.

J'aime la roche solennelle

D'où j'entends la plainte éternelle,

Sans trêve comme le remords

Toujours renaissant dans les ombres,

Des vagues sur les écueils sombres,

Des mères sur leurs enfants morts.

 

Lama Thubten Jeshe a écrit :

Si vous n'essayez jamais, vous ne réussirez jamais, mais si vous essayez, vous risquez de vous étonner vous-même.

 

 

Repost 0
Published by fontaine - dans poésie
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 05:47

Il y a toujours une issue, une compréhension possible aux malheurs qui nous arrivent.

La tristesse est comme un tunnel, le noir s'épaissit, on tâtonne maladroitement, en trébuchant, en cherchant ses repères avec les mains.

On ne voit rien et même si on sait qu'au bout du tunnel il y a la sortie, avec certainement la lumière du jour qui nous attend, on doute, on redoute l'inconnu, on a peur de ce que l'on peut rencontrer dans le noir, on est inquiet de ce qui peut surgir de l'obscurité.

Et on imagine que tout peut arriver dans ce noir qui nous enveloppe.

A certains moments on peut même craindre de rester des jours entiers coincé dans le tunnel, sans pouvoir sortir. Et puis nos yeux s'habituent progressivement à l'obscurité, ils distinguent quelques formes.

On continue à avancer, on finit par apercevoir une petite lueur qui s'agrandit, s'agrandit. Puis vient un moment où l'on constate que l'on est sorti du tunnel, on découvre tout surpris un autre paysage, un autre climat ...d'autres personnes.....

J. Salomé

Ce texte pourrait bien convenir à Maya que nous venons de sortir de la SPA....

C. Nicolas a écrit :

La vie est jalonnée d'évènements heureux ou malheureux et lorsque l'on arrive à son terme, on a souvent l'impression d'avoir feuilleté un livre d'images.

Repost 0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 05:34

Au début des années 1800, il y avait un homme qui faisait des voyages fréquents de l'Italie vers l'Angleterre. Lors d'un de ses voyages vers l'Angleterre il visita une de ses cathédrales célèbres dans laquelle il y avait un orgue de grande valeur, avec plusieurs claviers.

Mais l'orgue était fermée à clefs.  Tout autour il y avait des tubes dont certains mesuraient 9 mètres.

Lorsqu'il vit ce grand orgue et tous ses impressionnants tubes il alla vers le gardien qui était en train de travailler et lui demanda s'il pouvait lui ouvrir l'instrument et lui permettre de voir le clavier.

- Pas possible, c'est un instrument d'une valeur inestimable !  Et il ne pouvait pas l'ouvrir pour lui !

L'homme persévéra et parla, parla...avec le gardien, finit par le convaincre et le gardien accepta d'ouvrir lui faisant promettre de seulement regarder...

Mais l'homme en voulut un peu plus. Il demanda au gardien de le laisser s'asseoir en face du clavier et promet de ne pas y toucher...

Encore une fois à cause de la persévérance de cet homme, le gardien céda.. Notre homme continua de négocier jusqu'à ce que ce dernier accepta de le laisser un peu jouer...

Plus tard le gardien expliqua comment il est resté à côté de l'homme alors que la cathédrale résonnait d'une des plus belles musiques qu'il n'ait jamais entendues.

Au bout d'une heure le gardien demanda à l'homme :

- Qui êtes-vous ?

- Félix Mendelssohn.

"Quand je pense que j'ai failli ne pas lui donner les clefs !"

EXCELLENT WEEK-END A TOUS ! et SOYEZ HEUREUX

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 05:39

S'il n'y avait pas de négatif nous ne saurions pas à quel point quelque chose est positif.

L'obscurité n'est rien d'autre que l'absence de lumière.

Il faut que nous sachions ce qu'est la santé pour savoir ce qu'est la maladie.

Pas de vallées sans montagnes..

Que signifie le réconfort pour nous si nous n'avions jamais de tristesse ?

Pearl Buck a écrit :

La vraie sagesse de la vie consiste à voir l'extraordinaire dans l'ordinaire !

Repost 0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 05:48

Le monde où nous vivons ressemble de multiples manières à un désert où le coeur de l'homme souffre d'une terrible soif.

Il est vrai que ce monde offre de nombreux plaisirs et consolations.

Et cela aussi ressemble au désert, qui se joue des yeux du voyageur perdu et éreinté en lui présentant ses mirages trompeurs.

Il est donc bienvenu dans les étendues arides de la vie, de rencontrer des courants d'eau.

Leur vue fait bondir le coeur de joie, comme s'il avait découvert un véritable trésor.
Hélas bien souvent, la découverte ne livre pas les promesses qu'elle avait laissées espérer.

Là encore, plus d'un mirage trompe les profondes attentes de celui qui recherche ce qui est vrai. Parfois le lit de la rivière ou le fond de l'étang sont à sec et ne permettent pas au coeur tourmenté de se désaltérer.

D'autrefois, l'eau est bien au rendez-vous, mais elle est amère, souillée ou même dangereuse...

Ch. Spurgeon

 

Tristan Bernard a écrit :

Les optimistes et les pessimistes ont un grand défaut qui leur est commun :

ils ont peur de la vérité !

 

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:16

L'existence est faite de l'écoulement du temps, du déroulement des jours et des nuits.

L'existence peut être découpée en secondes, minutes, heures, jours....

semaines, mois, années...

en périodes comme la petite enfance, l'enfance,

l'adolescence, l'âge adulte ou la vieillesse.

Mais ce qu'il faut comprendre c'est que la vie, qui est présente en chacun de nous depuis le premier instant de notre conception, ne peut pas, elle se découper en tranches.

La vie est semblable à une graine qui ne demande qu'à croître, à se développer.

Une graine qui est présente en nous à tout instant, qui accompagnera notre existence jusqu'au bout.

Elle participe à tout ce qui nous arrive, on pourrait même dire que c'est notre meilleur, notre plus fidèle compagnon, dans tous les sens du termes.

C'est pourquoi la vie ne peut pas être mauvaise ni néfaste. La vie ne peut  être contre nous, elle ne peut pas rendre l'existence difficile puisqu'elle est comme la sève de notre existence.

La vie est un miracle permanent.

J. Salomé

Qui a écrit entre autre :

La vie se reproduit à tout instant, tout au long de notre existence, pour nous permettre d'exister et surtout d'exister en étant le plus vivants possible !

Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 05:21

La tendresse à l'opposé de la dureté, n'est ni la possession ni la séduction, mais le don de la vie.

Devant la dureté, nous créons des défenses ; devant la tendresse, nous nous ouvrons.

Un bébé a besoin de tendresse pour vivre et grandir harmonieusement.

Une personne malade a besoin de tendresse pour faire confiance.

Jamais la tendresse ne blesse ou détruit ce qui est fragile et vulnérable, mais elle révèle à l'autre sa valeur et sa beauté.

Elle implique le respect.
J. Vanier

Il a également écrit :

Veiller sur un autre, ce n'est ni le dorloter, ni le surprotéger, c'est savoir être ferme, l'aider à faire des choix clairs.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche