Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 05:23

Là, les lis et les roses

De leurs robes décloses

Font renaître en tout temps

un beau printemps

L'oeillet et l'amarante

Le narcisse et l'acanthe,

Cent mille et mille fleurs

Y naissent dont l'haleine,

L'air, les bois et la plaine

Embaument de senteurs.

R. Belleau  (1528-1577)

 

Et n'oubliez pas : La vie est remplie de tâches "urgentes" qui peuvent attendre....

Partager cet article
Repost0
5 août 2019 1 05 /08 /août /2019 05:35

Nous changeons continuellement.

L'impétuosité de la jeunesse fait place à la force de la maturité et celle-i s'incline devant la faiblesse de la vieillesse.

Nous venons au monde avec l'ignorance de l'enfance ; nous grandissons en cherchant, apprenant et étudiant avec toute l'ardeur de la jeunesse pour atteindre une certaine connaissance dans notre âge adulte, avant de retourner vers la fragilité de l'enfance dans notre vieillesse....

 

Proverbe :

Si l'océan est déchaîné, n'essaye pas de lutter contre les vagues

attends que le vent tombe.

 

Merci pour vos visites et gentils commentaires

A bientôt j'espère....prenez soin de vous !

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2019 1 22 /07 /juillet /2019 05:21

- Une année lumière : Distance parcourue par la lumière en un an. La lumière peut faire 7 fois 1/2 le tour de la terre en une seule seconde ;

l'année lumière est cent mille fois plus élevée que la distance qu'il faut parcourir pour aller sur Mars.

- Si les poules restent sous la pluie, celle-ci n'est pas de sitôt finie.

   Mais où sont passées les poules ?

- Quand les vaches sont couchées, toutes du même côté, il fera mauvais.

 

Ce Proverbe nous dit : Ne te vante pas de ce que tu feras demain, car tu ne sais pas même ce qui arrivera aujourd'hui !

 

A la semaine prochaine ! Essayons de traverser la canicule les pieds dans l'eau !  amitiés.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2019 4 18 /07 /juillet /2019 06:25

En écrivant "l'Infini dans les cieux" Lamartine nous laisse le commentaire suivant :

" J'ai roulé des milliers de fois cette pensée dans mes yeux et dans mon esprit, en regardant du haut d'un promontoire ou du pont d'un vaisseau, le soleil couchant sur la mer, et plus encore en voyant l'armée des étoiles commencer sous un beau firmament, sa revue et ses évolutions devant Dieu.

Quand on pense que le télescope d'Herschell a compté déjà plus de cinq millions d'étoiles, que chacune de ces étoiles est un monde plus grand et plus important que ce globe de la terre; 

Que ces cinq millions de mondes ne sont que les bords de cette création; que si nous parvenons sur le plus éloigné nous apercevrions de là d'autres abîmes d'espace infini comblés d'autres mondes incalculables, et que ce voyage durerait des myriades de siècles,

Sans que nous puissions atteindre jamais les limites entre le néant et Dieu, on ne compte plus, on ne chante plus, on reste frappé de vertige et de silence, on adore et l'on se tait.

lamartine

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2019 3 17 /07 /juillet /2019 05:19

 

Dans son livre "le lanceur d'étoiles de mer", L. Eisley raconte l'expérience qu'il vécut un jour où il se promenait sur une plage où des milliers d'étoiles de mer étaient venues s'échouer après une tempête :

La plage semblait déserte jusqu'au moment où il remarqua un petit garçon qui ramassait les étoiles une à une avant de les lancer dans l'océan.

Quand il lui demanda pourquoi il faisait cela, l'enfant répondit : "Si je ne les lance pas dans les vagues, les étoiles mourront sur le sable.

L'écrivain répliqua : "Mais en sauver quelques-unes ne fera pas une grande différence, puisque tant vont mourir de toute façon !"

L'enfant en ramassant une de plus qu'il lança dans l'océan avant de faire remarquer : "Mais cela fera une grande différence pour celle-là !"

Eisley retourna pensif, jusqu'à sa maison de bord de mer avec l'intention de continuer à écrire, mais il s'avoua vaincu par la logique de l'enfant.

Il repartit sur la plage et passa le reste de la journée à aider l'enfant à ramasser les étoiles de mer et à les rejeter dans l'océan......

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 05:19

Amie de la feuille, où la main transcrit

on n'est jamais seul lorsque l'on écrit.

 

     Souvenance :

Je pense à toi, mon regard se pose, sur un vase où vivent quelques roses,

Elles me parlent de nous, de tendresse, de joie d'aimer, de caresses,

Et m'en rappellent une autre, qui dans un livre sèche.

Mais si ces fleurs doivent mourir en ne laissant qu'un souvenir,

que demain elles sont fanées, mon coeur saura encore t'aimer.

V. Fulpin

 

Un Proverbe suédois nous dit : Une vie sans amour est pareille à une année sans été !

 

Moi je vous dit à demain si vous le voulez bien et que cette journée vous soit agréable. 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 05:01

Durant la dernière guerre mondiale, Michel a été fait prisonnier et a vécu pendant trois ans sous la menace constante de mourir de faim.

Lorsqu'il ne dormait pas, il passait tout son temps à la recherche d'une maigre pitance.

Il stockait du riz pourri et même des insectes pour avoir quelque chose à se mettre sous la dent quand la faim le tenaillerait trop.

Lorsque le camp de prisonniers fut libéré, les sauveteurs jetèrent d'abord par avion des colis de nourriture. L'un d'eux tomba juste aux pieds de Michel où il éclata : des centaines de barres de chocolat se trouvaient là, éparpillées aux pieds des prisonniers affamés !

Curieusement, rares furent ceux qui se jetèrent dessus pour les manger tout de suite. Ils préférèrent en ramasser et en emmagasiner le plus possible dans leurs vieilles frusques pour "plus tard"...

Les hommes savaient pourtant que la guerre était finie et que les secours arrivaient mais ils n'arrivèrent pas à se débarrasser du jour au lendemain d'habitudes forgées au  cours des années de captivité....

 

H. Taine a écrit :   J'ai beaucoup étudié les philosophes et les chats. La sagesse des chats est infiniment supérieure !

BONNE SEMAINE A VOUS ! 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 05:45

De la naissance à la mort, l'être humain est en perpétuelle ascension, tel un alpiniste. Il gravit toujours quelque chose.

Il monte sans cesse les flancs de massifs enneigés et si cette ascension s'arrête, alors la vie stagne et végète.

Nous avons tous le choix : soit de dresser une tente sur le premier sommet que nous aurons gravi et y demeurer définitivement, soit de continuer et d'escalader, allant de bivouac en bivouac, et acceptant l'inconfort d'une vie difficile, mais passionnante car pleine de surprise et de rebondissements.

Cela n'est pas toujours évident : chaque étape de notre vie nécessite un nouvel apprentissage, mais aussi une nouvelle adaptation. Si nous n'apprenons plus et ne nous adaptons plus, nous entrons alors dans une sorte de routine et de passivité qui engendre la monotonie.

Ph. Auzenet

 

EXCELLENT WEEK-END A TOUS !

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 05:09

C'est le moment de la vie qui dit la vérité des êtres.

Avant elle, on ne sait jamais tout d'un homme.

Puis vient la tourmente : des arbres tombent, d'autres qu'on croyait forts plient, abdiquent et d'autres qu'on croyait lâches se redressent.

L'épreuve est sans pitié : elle permet de connaître et de se connaître.

Ceux qui ne sont rien se décomposent même s'ils s'étaient construits un visage de marbre.

La vie est un fleuve qui coule vers demain et qu'on ne peut freiner.

Savoir se plier au courant de la vie : hier a existé, hier ce sont nos racines, mais les fruits de l'arbre mûrissent aujourd'hui et se récoltent demain....

 

M. Gray a écrit :

Il est des crépuscules qui sont plus beaux que des aurores...

 

et B. Johson nous dit :

La vie semble généralement plus belle le matin. Le problème, c'est que le matin est si long à venir.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 05:24

J'ai lu pour vous ces quelques lignes écrites par S.Ely :

"J'observais ma petite-fille âgée de cinq ans en train de s'amuser avec ses jouets. Elle décida de mettre en scène un  mariage dans lequel elle jouait d'abord le rôle de la mère de la mariée, occupée à distribuer les rôles de la cérémonie, puis  soudain prenant la place de la mariée aux côtés de son futur époux, son ours en peluche en l' occurrence, 

Elle le maintint bien droit, puis se tournant vers le ministre du culte qui présidait la cérémonie elle déclara : "Maintenant vous devez nous lire les droits du mariage."

Puis, sans reprendre son souffle, elle prit la place du ministre du culte et récita :

"Vous avez le droit de demeurer silencieux, mais sachez que tout ce que vous direz peut être utilisé contre vous, vous avez le droit de prendre un avocat bien entendu et vous pouvez maintenant embrasser la mariée !

Y a plus d'enfant !

 

clopin-clopan je vous souhaite une BELLE SEMAINE A TOUS  ! 

Partager cet article
Repost0