Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 05:43

cheval-bandit

"J'étais dan une grande détresse financière, raconte Martin, et suppliais Dieu de m'aider. Une nuit, Sa voix retentit en moi : va de bonne heure ce matin  chez le cultivateur de la commune voisine et offre-lui ton cheval brun. Il te l'achètera et tu pourra payer tes factures.

Il arrive parfois que Dieu nous soumette à une épreuve pour voir si nous acceptons d'offrir ce qui nous tient à coeur....

Je raconte donc à ma femme ce que le Seigneur m'avait dit et de suite elle était d'accord qu'il valait mieux obéir...

Quand j'arrive chez mon acheteur éventuel, il était prêt à sortir pour aller prendre le train. Je réussis quand même à lui demander s'il voulait acheter un cheval ; il me répondit par l'affirmatif, mais à la condition que le cheval soit brun....

Rendez-vous fut pris pour le lendemain.

Avant de partir il m'invita à entrer et boire une tasse de café avec sa femme. Hésitant et gêné, je finis par pénétrer dans la maison.

Je remarquai soudain que la femme du cultivateur était assise près de la fenêtre tout en larmes. Mal à l'aise, je décidai de partir au plus vite mais elle vint vers moi et me dit :

- On m'a dit que vous étiez chrétien, et les gens du village m'ont parlé de vous, de la manière dont vous viviez autrefois et de votre nouvelle vie. Ne voulez-vous pas m'en parler un peu ?

Ces paroles me délièrent sans doute la langue, car je restai là une bonne partie de la matinée à raconter à cette femme ce qu'était ma vie.... Son coeur fut touché, et le jour même elle remettait la sienne au Seigneur !"

 

ILS ONT ECRIT

C. Rambert :

- Il suffit parfois de décider qu'un évènement n'est pas grave pour qu'il soit aussitôt moins sérieux qu'on ne le craignait.

- Si l'on ne fait pas soi-même l'effort de changer, pourquoi vouloir alors que les choses changent autour de nous !

 

SOURIEZ

Max arrive en courant chez lui :

- Maman ! Maman ! En revenant de l'école, j'ai marché sur le pied d'un monsieur sans le faire exprès !

- Oh ! Que lui as-tu dit ?

- Je lui ai demandé pardon et...regarde ! Il m'a donné une pièce de 2 euros !

- Que c'est gentil ! Qu'as-tu fait après ?

- Ben... je lui ai marché sur l'autre pied !

Repost 0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 05:28

coeur-copie-1.jpg

Les peines de coeur nous disent ce qui est important pour nous et ce à quoi nous n'avons pas encore renoncé. Elles nous disent ce après quoi nous languissons en secret comme ce que nous désirons ouvertement. Elles exposent nos attentes, même celles que nous nions, qu'elles soient bonnes ou bien mal placées.

     La douleur nous ramène à la réalité. Elle nous arrache aux rêves qui nous en éloignent. Elle crie plus vort que tous les murmures que nous n'avons pas entendus. La douleur ne se laisse pas oublier. Elle insiste pour que nous regardions de plus près. Elle pointe un doigt intransigeant sur les choses que nous devons régler.

Elle ne diminue jamais...jusqu'à ce que nous abdiquions.

     La douleur exige du changement, ou bien elle criera de plus en plus fort, frappant au même endroit jusqu'à ce que nous admettions où nous en sommes et changions de direction. Elle nous enseigne, elle est inflexible. Elle nous ramène là où nous devons être : en fait, elle nous conduit à Dieu....

 

ILS ONT ECRIT

Proverbe chinois :

- Ce ne sont pas les puces des chiens qui font miauler les chats.

A. Companjen :

- Mais les plus grandes joies de la vie côtoient parfois les plus grandes douleurs !

 

SOURIEZ

Max rentre de l'école et annonce fièrement à son père :

- Papa ! j'ai des poils qui poussent !

- Ah bon ? et depuis quand ?

- C'est la maîtresse qui l'a dit !

- Comment ça ?

- Elle m'a dit : Tu as un poil dans la main, un cheveu sur la langue et tu es toujours de mèche

   avec quelqu'un pour faire des bêtises !

Repost 0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 04:51

base-ball.jpg

Dans les 135 dernières années du base-ball professionnel, seuls 20 lanceurs ont disputé un match parfait. Le 2 juin 2010, Armando Galarraga des Tigres de Detroit serait devenu le 21 ème, si l'erreur d'un arbitre ne lui avait dérobé le titre  dont tout lanceur rêve.

La reprise de la vidéo a montré la vérité. Même si l'arbitre a ultérieurement reconnu son erreur et a demandé à Galarraga de l'en excuser, il était impossible de changer le jugement rendu sur le terrain.

Durant cette situation, Galarraga a gardé son sang-froid, a usé de sympathie à l'égard de l'arbitre et ne l'a jamais critiqué. Le refus d'Armando d'user de représailles a émerveillé tout le monde : partisans, joueurs et chroniqueurs sportifs.

Si nous exigeons d'être traités avec justice, nous risquons de céder à la colère et à la frustration. Cependant si nous adoptons la sagesse de la Bible, nous chercherons le bien des autres....

 

ILS ONT ECRIT

Oswald Chambers :

- Ne recherchez jamais la justice, mais ne cessez jamais de l'accorder ; et ne laissez jamais rien ternir votre relation avec les hommes ....

Proverbe chinois :

- Aimez vos voisins mais ne supprimez pas votre clôture.

 

SOURIEZ

La maîtresse devant sa classe annonce :

- les enfants, nous allons revoir notre cours de grammaire d'hier.

Quelqu'un peut-il me faire une phrase avec un adjectif épithète ?

Max, nous t' écoutons :

- S'il fait beau, nous irons pêcher, épithète demain aussi.

 


Repost 0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 05:46

athletisme.jpg

C'est lui qui révolutionna la technique du saut en hauteur. Avant, les athlètes franchissaient la barre en lui faisant face. Il fut le premier à développer une technique qui consistait à la franchir en se jetant en arrière, tête première, et le dos effleurant la barre. Celle-ci fut dès lors connue sous le nom de "Fobury-flop.

Au début, tout le monde, y compris les entraîneurs et les athlètes, affirma que ça ne marcherait jamais. Il se contenta de sourire et de penser : "Il faut bien que quelqu'un soit le premier à tenter quelque chose de différent, sinon rien ne changera jamais."

Il finit par remporter la médaille d'or du saut en hauteur aux JO de Mexico en 1968, tout en établissant un nouveau record mondial. Presque tous les sauteurs professionnels utilisent sa technique de nos jours !

Pourquoi un tel succès ? Parce qu'il était prêt à essayer quelque chose de nouveau et parce qu'il refusait de laisser les sceptiques l'intimider.

Un psychologue a dit : "La vie est une série de résultats à diverses tentatives. Parfois le résultat est à la hauteur de ce que vous attendiez. Tant mieux ! Analysez la méthode qui vous a réussi et continuez. Parfois le résultat est un échec. Découvrez en quoi vous avez fait fausse route et ne refaites pas la même erreur. Mais d'une manière ou d'une autre, vous aurez gagné si vous avez su apprendre quelque choses des résultats obtenus.

 

ILS ONT ECRIT

Mike Murdoch :

- Si vous voulez quelque chose que vous n'avez jamais eu, alors vous devez faire quelque choses que vous n'avez jamais fait auparavant.

B. Gass :

- Ne passez pas toute votre vie à grimper l'échelle de la réussite, pour vous rendre compte en fin de parcours, que cette échelle était adossée au mauvais mur !

 

SOURIEZ

- Mamie tu fais quoi ?

- Je lis.

- Oui, mais je ne t'entends pas !

- C'est parce que je lis dans ma tête voyons !

Max s'approche alors de sa mamie et colle son oreille à sa tête.

Intriguée sa mamie lui demande :

- Mais qu'est-ce que tu fais?

- Ben, je t'écoute !



Repost 0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 04:55

mulet.jpg

On raconte l'histoire d'un mulet qui tomba dans un puits abandonné. Le trou était trop profond pour pouvoir récupérer le malheureux animal. Alors, pour essayer d'abréger son supplice le plus rapidement possible, le fermier appela tous ses amis pour l'aider à l'enterrer dans le puits.

Les hommes se réunir et se mirent à remplir le trou avec de la terre. Le mulet paniqua, secoua la terre de son dos et la foula à ses pieds afin de s'en libérer.

A chaque nouvelle pelletée le processus se répéta jusqu'à ce que le mulet sorte du trou et se retrouve sur la terre ferme !

La morale de l'histoire ? Secouez votre douleur et relevez-vous ! Ne vous laissez pas enterrer par notre douleur ! Secouez-la ! Elle ne peut pas se coller à vous à moins que  vous ne la laissiez vous en recouvrir ...

 


ILS ONT ECRIT

M. Hammond :

- Quelque chose de spécial et d'indiscriptible se passe lorsqu'une personne ressent ce que vous exprimez. Cela ouvre la porte à un fleuve de guérison.

- Alors que votre coeur se tord de douleur, cherchant un endroit pour s'y perdre, parlez-lui et commandez-lui de rester en paix....

 

SOURIEZ

Max interroge son père :

- Papa, pourquoi la mer est salée ?

- Je ne sais pas !

- Et le ciel, papa, pourquoi est-il bleu ?

- Je ne sais pas !

- Papa comment apparaissent les arc-en-ciel ?

- Je ne sais pas !

- Papa est-ce que je t'embête avec mes questions ?

- Non pas du tout ! continue à poser des questions, c'est comme ça que tu vas t'instruire !


Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 05:23

jungle val

L'aumonier Bernie fit la guerre du Viet-Nam. Il ne faisait pas de sermon et ne distribuait pas de tracts évangéliques, à l'abri dans une chapelle. Il croyait à la nécessité d'aller en plein coeur du combat avec ses hommes, dans la boue et la braise, de passer des nuits, dormir, trempé jusqu'aux os, dans les buissons si épais qu'il ne pouvait pas trouver d'endroit où s'allonger....

Il ne risquait pas sa vie pour recevoir des compliments. N'étant nullement obligé de le faire, ses hommes le traitaient de fou. Alors il leur expliquait qu'il voulait simplement être avec eux et les aider au moment où ils en avaient le plus besoin de lui. Peut-être qu'un jour il pourrait en arracher quelques uns du feu.

-Voici  l 'extrait d'une des lettres qu'il avait envoyée à sa famille :

- La rafale de feu des Viet-Congs a blessé trois hommes de notre groupe....Alors j'ai laissé mon sac et je suis parti dans la rizière à la recherche de ces trois blessés. J'étais terrifié mais je savais que je devais les aider...

Duffy un de mes soldats est vraiment un gars bien et je l'aime. J'espère pouvoir rester près de lui. J'ai cette conviction qu'il sera un ami pour la vie.

Ce sont là de bons contacts et j'en remercie Dieu.....

 

ILS ONT ECRIT

A. de Musset :

- La vie est un sommeil, l'amour en est le rêve et vous aurez vécu, si vous avez aimé.

R. Mitchum :

- Qu'importe ce que tu fais, fais-le aussi bien que possible. Si  tu es balayeur de rue, sois le meilleur balayeur de rue du monde !

 

SOURIEZ

En classe la maîtresse demande :

- Max, sais-tu pourquoi dans la montagne, les maisons sont en bois et non en pierres ?

- Parce que là-bas, les gens préfèrent garder les pierres pour construire les montagnes.

Repost 0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 05:38

paganini.jpg

Niccolo Paganini, l'un des plus gands violonistes de tous les temps, était sur le point d'entamer un grand concert devant salle comble. Il s'avança sur la scène sous les ovations du public quand soudain il sentit obscurément que quelque chose clochait.

Il se rendit compte alors qu'il s'était trompé de violon et que celui qu'il tenait dans ses mains devait appartenir à quelqu'un d'autre ! Malgré des sueurs froides, il compris qu'il ne pouvait faire marche arrière et qu'il devait jouer avec cet instrument qui ne lui était pas familier. Il donna pourtant ce soir-là l'un de ses meilleurs concerts.

Plus tard, de retour dans sa loge, il affirma à ses proches : "Avant le concert de ce soir j'étais persuadé que la musique se trouvait au fond de mon violon et que mon rôle était de l'en faire jaillir. J'ai appris ce soir que la musique était en moi...."

 

ILS ONT ECRIT :

Sydney J. Harris :

- Le meilleur que l'on puisse donner à ses enfants en dehors de bonnes habitudes, ce sont de bons souvenirs.

P. Tillich :

- La première obligation dans l'amour, c'est d'écouter.

 

SOURIEZ

Maaax !!!

- Regarde, le lait a débordé, je t'avais pourtant bien demandé de surveiller ta montre !

- Mais je l'ai fait maman... Il était exactement 19 h10 quand le lait à débordé !


 


Repost 0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 05:30

coeur rose bleu

Les larmes ne trompent pas. Elles sont transparentes, leur message est clair. Elles ne cachent pas la douleur, ni ne la peignent d'une autre couleur. Elles ne diluent pas la profondeur de l'angoisse qui, au contraire, les aiguillonne. Elles se mettent à couler pour essayer de laver la poussière du rejet, la saleté de la trahisoon, le noir d'une anxiété qui ne peut pas s'exprimer.

     Elles se pressent contre le mur de notre esprit, grandissant, jusqu'à ce que la pression devienne trop forte et abatte l'orgueil. Vous devez leur permettre de s'exprimer. Une goutte, une larme silencieuse, suivie par une autre, puis une autre....Elles coulent lentememnt. Avec précaution, elles quittent votre âme, grandissant en chemin, désireuses de rincer votre coeur de tout le désespoir qu'il enferme.

     Avec les larmes vient la délivance. Un sanglot enfoui dans les profondeurs de votre être s'élève alors comme un bâillement après avoir bien dormi. Il s'étend et devient un hurlement qui expose toute votre souffrance. Bien que vous n'ayez pas de mots dans votre vocabulaire pour décrire ce que vous ressentez, vos larmes en disent long.

     Elles ne posent pas de questions. Elles ne cherchent pas à être comprises. Elles ne font qu'exprimer les choses cachées de votre coeur....

 

ILS ONT ECRIT

M. Hammond :

- Les larmes nettoient notre coeur et lavent nos blessures.

- La vérité n'a rien à voir avec le fait de savoir qui a tort ou raison.

 

SOURIEZ

La maîtresse rend les copies du dernier devoir de géographie. Elle annonce à Max qu'il a obtenu

la plus mauvaise note et ajoute :

- Max 2/20. Non Hong-Kong n'est pas un gorille géant !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 05:33

montagne Népal

Un chrétien nommé Kobayashi avait inventé une certaine pâte dentifrice qui eut un grand succès. Un imitateur malhonnête fut arrêté, condamné, et mis en prison.

Jobayashi apprit peu après que la famille de son déloyal concurrent était dans la plus grande misère. Pris de pitié, il fit parvenir un don anonyme à la femme du prisonnier et le renouvela chaque mois. Il se passa plusieurs mois pendant lesquels la famille se demandait avec étonnement qui pouvait bien être le généreux bienfaiteur.

     Un jour enfin, un garçon fut surpris par la femme au moment où il glissait dans sa boîte aux lettres une enveloppe contenant des billets de banque. Elle lui demanda avec insistance de lui dire le nom de celui qui l'envoyait et finit par le lui arracher. Alors, elle se mit à pleurer et alla informer son mari qui lui aussi en fut profondément touché.

     Dès qu'il sortit de prison, sa première visite fut pour Kobayashi à qui il exprima ses regrets, sa confusion et sa reconnaissance....

 

ILS ONT ECRIT

M. Diabaté :

- L'amour est la seule chose que le partage fait grandir.

D. Bonhoeffer :

- L'action ne dérive pas de la pensée mais d'une bonne volonté à assumer ses responsablilités.

 

SOURIEZ

Max rentre de son premier jour d'école maternelle.

Curieuse, sa maman lui demande :

- Avec quelle main tu dessines à l'école, mon chéri ?

- Avec ma mienne.

Repost 0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 05:47

infirmiere.jpg

 

Ce week-end-là, nous nous occupions de Sylvain, un enfant lourdement handicapé. La journée avait été difficile. Sylvain respirait péniblement. Le soir, une jeune infirmière est venue lui faire les soins. C'était éprouvant pour Sylvain...., pour elle aussi. En partant, elle a murmuré : "La vie vaut-elle tant de souffrances ?"

Nous étions sans réponse. Mais connaissant le beau sourire de Sylvain, quelqu'un a répondu doucement : "C'est à lui qu'il faudrait le demander." L'infirmière a continué son chemin, et nous, nous sommes restés pensifs à côté de notre jeune ami.

Sylvain nous avait déjà tant apporté. Tous ceux qui s'occupaient de lui étaient comme poussés à l'aimer. C'était un centre d'affection. Avec lui, nous devions laisser tomber notre égoïsme, autant que nos questions intellectuelles. Il fallait vivre, lutter avec énergie, souvent dans l'inquiétude mais toujours avec la chaleur de l'affection.

Et puis nous chantions des cantiques. Il regardait alors vers le ciel et témoignait ainsi de son espérance. 

 

ILS ONT ECRIT

B. Powell :

- Rester immobile ne sert à rien. Il faut choisir entre  progresser ou regresser. Allons donc de l'avant et le sourire aux lèvres !

Isocrate :

- Nous éprouvons l'or dans le feu, nous éprouvons nos amis dans l'adversité.

 

SOURIEZ

C'est l'anniversaire du père de Max :

- Tu sais ce qui me ferait plaisir pour mon anniversaire ?  c'est que tu travailles bien à l'école !

- Trop tard dit Max, j'ai déjà acheté une cravatte.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche