Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 06:53

Washington

G. Washington, commandant en chef, faisait le tour de ses régiments. En un certain lieu, les soldats étaient en plein effort pour mettre en place un lourd tronc d'arbre dans les fortifications.

Le caporal se tenait à distance, donnant ses ordres pour diriger l'exercice : "Poussez ici, poussez là !". L'homme était aussi gros qu'il est possible de l'être.

Washington descendit de sa monture et vint lui dire : " A quoi bon crier à ces hommes ; pourquoi ne leur prêtez-vous pas main forte ?"

Le caporal se redressa et déclara :

- Peut-être ne réalisez-vous pas à qui vous parlez, monsieur, je suis le caporal !

Alors Washington s'excusa avec profusion d'avoir osé insulter un caporal de l'armée. Ôtant son manteau, il se joignit aux hommes pour les aider à construire leur fortification. Quand cela fut terminé, il revint vers l'autre et lui dit :

- Mon caporal, je suis encore confus de vous avoir manqué de respect. Si vous avez encore d'autres fortifications à ériger, et que vos hommes ne vous aident pas, envoyer chercher G. Washington, le commandant en chef, et je viendrai les aider !

Le caporal s'effondrra, parfaitement honteux de son attitude !...

 

ILS ONT ECRIT

Ch. Spurgeon :

- Ce monde est déjà assez amer pour qu'on n'y verse pas davantage de vinaigre !

- Craignez que les hommes ne vous haïssent pas, mais ne recherchez pas leur haine et ne leur donnez pas de cause pour vous haïr.

 

SOURIEZ

Deux microbes sont sous l'oeil d'un microscope. L'un des deux finit par dire à l'autre :

- Recoiffe-toi un peu, on nous regarde !

 

A TOUS UN EXCELLENT WEEK END !

Repost 0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 06:53

kenya-.jpg

Mutémi un chrétien du Kenya, se mourait abandonné dans une case par sa famille et ses amis. On avait tout essayé en vain : prières, médicaments, et on avait même eut recours à un sorcier, rien n'y avait fait.

Ses amis  venaient tout simplement voir une fois par jour, s'il était mort. Mais Mutémi, se souvint d'un verset du Psaume 27 qu'il ne cessa de proclamer, en suppliant Dieu de venir à son secours :

- Quand mon père et ma  mère m'abandonneraient alors l'Eternel me recueillerait -

Un jour n'en pouvant plus, il se traîna hors de la case à quelques mères, et demanda à Dieu de le guérir ou de le laisser mourir. Il promit de le servir s'il le guérissait....

Soudain, son corps se mit à trembler. Il s'évanouit et se réveilla ...guéri !

Il retourna dans sa maison. On l'y retrouva assis, en train de manger. Le dimanche suivant, il donna son témoignage dans l'église bondée. Ce fut le début d'un réveil dans cette assemblée.

 

ILS ONT ECRIT

Racine :

- Que son nom soit béni ; que son nom soit chanté ; que l'on célèbre ses ouvrages

au-delà des temps et des âges, au-delà de l'éternité.

Proverbe chinois :

- Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt.

 

SOURIEZ

Cet homme passe au tribunal pour un chèque sans provision. Pour se défendre, il précise :

- Mais je n'ai acheté que de l'apéritif sans alcool, un fromage sans matière grasse et du chocolat sans sucre, avec ce chèque sans provision !

Le juge répond :

- Bon, alors ce sera un mois sans sursis !


Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 06:49

soleil levant

Quand le vide de nos vies est trop profond, quand notre vie se passe à saisir des objets, des choses qui fondent entre nos mains comme un bloc de glace, quand nous nous évertuons à maintenir entre nos doigts une poignée d'eau, quand nous découvrons que posséder n'est qu'une joie éphémère et qu'il faut posséder toujours plus, alors parfois nous basculons dans le gouffre d'une dépression.

     Elle est la maladie de notre vie sans but digne de la vie. Elle est la protestation de notre être contre le gaspillage de notre vie, contre sa mutilation, sa réduction....

La richesse d'une vie est faite d'enthousiasme et de joie. Et ils ne viennent que du dépassement de soi. Celui qui ne cherche qu'à posséder pour soi vit dans un désert : Il s'enterre sous les biens.

Celui qui va vers les autres qui vit avec les autres, marche dans l'oasis.....

M. Gray

 

ILS ONT ECRIT

Ch. Dickens :

- Une personne ne vivra pas inutilement si elle rend les fardeaux des autres plus faciles à porter.

Inconnu :

- L'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux, c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur  à l'autre.

 

SOURIEZ

Une ravissante assistante sort du bureau de son séduisant patron. Sa copine lui demande :

- alors ?

- Il m'a demandé si j'étais libre ce soir !

- Génial ! Et ?...

- Il m'a donné 50 dossiers à préparer pour demain.

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 06:09

diamant.jpg

Un philosophe nommé Craton convoqua le peuple sur la place du village, pour lui montrer comment on devait mépriser le monde. Il avait ordonné à deux jeunes gens très riches de vendre tout leur patrimoine pour acheter en échange des diamants très chers ; et sur son ordre il leur demanda de briser les diamants, en présence de tous.

Or, un missionnaire passant par hasard sur la place interpela le philosophe et lui dit que le dédain des richesses n'est méritoire que lorsque les richesses dédaignées servent au bien des pauvres et c'est pour cela que Jésus a dit : "Si tu veux être parfait, va vendre tous les biens et donnes-en le produit aux pauvres !"

     Alors Craton lui dit : "Si vraiment ton maître est Dieu et s'il veut que ces diamants profitent aux pauvres, fait qu'ils reprennent leur forme initiale.....

Alors, le missionnaire réunit dans sa main les fragments des diamants et pria ; aussitôt les pierres redevinrent telles qu'avant d'être brisées et le philosophe et les deux jeunes gens crurent, et le produit des diamants fut distribué aux pauvres....

 

ILS ONT ECRIT /

Ch. Schwab :

- Quelqu'un qui met des limites à ce qu'il fera, met des limites à ce qu'il aurait pu faire.

Jenkings :

- Se tromper est humain, mais lorsque la gomme s'use plus vite que le crayon, c'est qu'on exagère !

 

SOURIEZ

Citations imaginées de mères de personnalités !

La mère de Christophe Colomb :

- Je m'en fiche de ce que tu as découvert ! Tu aurais quand même pu m'écrire !

La mère de Michel Ange :

- Tu ne pourrais pas dessiner sur les murs comme les autres enfants ? Tu ne peux pas imaginer comme c'est compliqué d'effacer tes dessins au plafond !

La mère de Thomas Edison :

- Bien sûr, je suis contente que tu aies inventé l'ampoule électrique ! Mais maintenant éteins-la et au lit !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 07:17

chine montagne

Il ne restait que deux ans avant la fin de la première période de service de Taylor en Chine...Ce furent des années riches et pleines...

Un des meileurs amis de la famille et d'un merveilleux soutien, était un ancien responsable de la religion bouddhiste. Il était aussi marchand de coton dans la ville : M.Ni, bien que résident à Ningpo depuis très longtemps n'avait jamais été en contact avec l'Evangile.

Cet homme donnait beaucoup de son temps et de son argent au culte des "dieux". Mais son coeur n'était pas en paix...Un jour il remarqua une certaine activité dans une maison...des personnes se réunissaient pour assister à une réunion. Curieux il entra à son tour, car rien ne le préoccupait plus que le châtiment qui résulte du péché et que la transmigration des âmes.

Un jeune étranger vêtu comme un chinois prêchait en utilisant un livre sacré. Cet homme parlait leur dialecte et M.Ni comprit chaque mot :

....miracles...que  grâce à Dieu nous voyons toujours se produire !...

La réunion touchant à sa fin, l'enseignant étranger avait cessé de parler. M. Ni se leva de sa chaise et parcourant l'auditoire du regard déclara d'une manière simple et directe :

- J'ai depuis fort longtemps recherché la Vérité sans la découvrir. J'ai voyagé au près et au loin et je ne l'ai jamais trouvée...Mais je trouve du repos dans ce que j'ai entendu ce soir. Ainsi, je déclare que je crois en Jésus ! "

 

ILS ONT ECRIT

J.salomé :

- Il y a dans la solitude une dose de liberté à laquelle on se refuse toujours de croire tant qu'on ne l'a pas perdue.

- Ne pas faire payer trop cher à l'autre, l'amour qu'on lui donne.

 

SOURIEZ

Une maman demande à ses enfants de faire la vaisselle.

Une demi-heure plus tard elle revient :

- Moi, j'ai lavé et essuyé dit Nicolas

- Et toi Emilie ?

- Moi j'ai ramassé tous les morceaux !

Repost 0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 07:14

prison.jpg

"Si vous voulez savoir si Dieu existe vraiment, faites-vous enfermer dans une cellule des prisons saoudiennes et vous le saurez...Si j'ai un jour senti la présence de Dieu, c'était dans une cellule. Dès que j'ai été enfermé ce samedi après-midi, je me suis endormi.

J'ai dormi pendant plusieurs heures quand je me suis réveillé, je me suis senti un peu honteux. Tout le monde se faisait du souci pour moi et moi, je dormais ! On me donnait suffisamment à manger et pendant les 17 premiers jours, je fus seul en cellule.

Je n'avais droit à aucun contact avec les autres prisonniers, cependant les gardes étaient gentils. La pièce petite, mais il y avait l'air conditionné.

Un jour,  un garde a regardé à travers la lucarne de ma cellule et je lui ait souri.

- Comment pouvez-vous sourire alors que vous vous trouvez dans de si misérables conditions ? m'a-t-il demandé.

- Je ne suis pas seul ici, j'ai Jésus dans mon coeur ! C'était la vérité. Honnêtement je ne me sentais pas seul....

     En fait, je passais de longs moments  avec le Seigneur dans cette cellule, avec seulement un matelas, un oreiller et une caméra dans un coin...   J'étais totalement dépendant de Dieu !

Les seules fois ou je fus autorisé à sortir de ma cellule furent pour les interrogatoires. On m'a questionné pendant des heures....un fois cela dura 4 heures.

Dans un coin de la pièce j'ai vu des instruments de torture. Mais ils ne les ont jamais utilisés avec moi. En fait, pendant toute la durée des interrogatoires, je sentais réellement la présence du Seigneur, et j'avais toujours les bonnes réponses...Ma seule crainte était de causer du tort aux autres...."

 

ILS ONT ECRIT

A J. Irwin astronaute : Quel est le moment à vivre le plus difficile de votre mission ?

- C'est au moment où l'on remonte dans le module lunaire et qu'on se demande si le moteur va repartir !

Lamartine :

- Bénis plutôt ce Dieu qui place un crépuscule entre les bruits du soir et la paix de la nuit....

 

SOURIEZ

Un professeur fait un cours à ses élèves pour leur expliquer ce que sont latitude, longitude, degrés et minutes.

Pour vérifier que son enseignement a porté ses fruits, à la fin de la classe, il demande :

- Supposons maintenant que je vous demande de me rejoindre pour déjeuner à 23 degrés, 4 minutes de latitude nord, 45 degrés et 15 minutes de longitude. A quelle heure est notre rendez-vous ?

Grand silence dans la classe, quand Max lève la main et dit :

- Je crains que vous ne déjeuniez seul, m'sieur....


Repost 0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 06:24

lune

Alors que la chrétienté se répandait, les femmes avec leurs contemporains masculins, vécurent leur foi "même jusqu'à la mort" et par des actes héroïques d'amour, elles aidèrent à établir les fondements du Royaume de Dieu dans leurs pays.

Au tout début du 4ème siècle, Catherine d'Alexandrie défendit sa foi à Alexandrie devant des philosophes et des courtisans. Elle fut torturée à mort par Maxence, fils de l'Empereur Romain Maximilien.

A peu près à la même époque, Dorothée de Cesarée en Cappadoce fut également martyrisée (en 313 après Jésus-Christ) alors qu'elle était emmenée ves son lieu d'exécution.

Théophile, un homme de loi, la railla, en la demandant pour un panier de fleurs et de fruits. Peu de temps après, un enfant vint vers elle avec un panier chargé de roses et de pommes. Elle l'envoya à Théophile qui à la suite de ça se convertit et plus tard donna sa propre vie comme martyr !....

 

ILS ONT ECRIT

R. Follereau :

- Vous êtes allés dans la lune ? Et puis après ? Vous êtes incapables de supprimer la misère, la maladie, la faim, l'injustice sociale, parce que le tic-tac de votre montre a remplacé le tic-tac de votre coeur !

Ch. Spurgeon :

- L'amour est le seul mouchoir qui sèche les larmes de ceux qui sont tristes.

 

SOURIEZ

Maman ? demande Jules. Tu peux me donner 20 euros ?

- Certainement pas, pourquoi donc ?

- Si tu me les donnes, dit le gamin, je te dirai ce que papa a dit à la bonne pendant que tu étais chez le coiffeur !

- Ah ? dit la mère, soudain intéressée et fouillant dans son sac pour donner un billet à Jules.

Qu'est-ce qu'il lui a dit ?

- Il lui a dit : "Repassez ma chemise bleue pour demain, j'en ai besoin !

Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 07:10

escalade-abattu.jpg

Cet ami de l'escalade nous raconte :

- Nous avions des campons d'acier sanglés à nos chaussures afin de nous accrocher dans la glace et par mesure de sécurité, toute notre équipe s'était encordée. Avant de parvenir au sommet, nous devions traverser une large plaine de glace. Il nous fallait beaucoup nous concentrer car un faux pas pouvait nous entraîner dans une chute fatale.

" Gardez toujours la corde bien tendue, au cas où quelqu'un tomberait" nous recommane notre guide.

C'était un solide montagnard expérimenté, alors que mon ami, Pierre prenait mille précautions et avançait lentement sur la glace.

Je baissai les yeux et tressaillis. Derrière nous, la falaise descendait à pic sur plus de 100 mètres. Tout à coup j'entends un grand cri. Le guide tombe devant moi. Un instant plus tard, la corde de sécurité se serra autour de ma taille. Je fus secoué et vascillai sous le choc.

Heureusement que j'étais encordé aux autres membres de l'équipe et nos pics étaient solidement plantés dans la glace. Notre guide était fermement suspendu au bout de la corde.

Après l'avoir tiré de son gouffre de glace nous avons décidé de redescendre dans la vallée...c'est à ce moment-là que j'ai constaté que nous avons une ancre  en Christ, la meilleure, la plus rassurante...

 

ILS ON ECRIT

Rockfeller :

- Le secret de la réussite est de faire les choses habituelles, inhabituellement bien.

T. Hopkings :

- La seule vraie différence entre les vainqueurs et les gens ordinaires, c'est la capacité de gérer le rejet et les échecs.

 

SOURIEZ

Docteur c'est terrible, je ne peux plus dormir, je rêve toutes les nuits que je joue au foot et je me réveille fatigué !

_ Ce n'est rien. Tenez, prenez ces pilules et dormez tranquille ce soir.

- Je ne peux pas, docteur, ce soir, c'est la finale !

Repost 0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 07:15

aiglon

Pendant des années Nahed haïssait les chrétiens et faisait tout son possible pour leur créer des ennuis chaque fois qu'elle croisait leur chemin.

Marie fut nommée principale dans son école. Curieusement elle fit bonne impression à Nahed et n'était nullement impressionnée par les remarques désagréables de cette dernière.

Un jour elle appela Marie et lui demanda :

- Croyez-vous en un dieu ?

- Il ne s'agit pas d'un dieu mais de Dieu, répondit Marie avec un chaleureux sourire.

Nahed n'en croit pas ses oreilles. On lui avait toujours dit que les chrétiens croyaient en trois dieux...

Elle resta perplexe....

Pendant des semaines elle esseya de ruser pour amener Marie à mentir. Mais rien n'y fit, Marie restait agréable et sourirante, tandis que l'anxiété grandissait chez Nahed. Un soir elle se couche en proie à des sentiments très confus...Finalement elle dit :

- S'il te plaît Dieu, si le christianisme est le chemin qui mène à toi donne-moi un signe.

 Elle eut une vision et se vit debout dans un palais somptueux...Il y avait un trône vide et des vieillards. Soudain quelqu'un entre dans le palais et d'une seule voix de magnifiques chants s'élevèrent. Nahed le suivit des yeux quand il s'approcha du Trône et s'y assit : Son visage était beau et ses yeux aussi lumineux que le soleil....

Nahed tomba à ses pieds, elle tremblait de peur, mais ne put s'empêcher de le regarder....Une grande paix l'envahit alors...

 

ILS ONT ECRIT

Inconnu :

- Ce qui pèse principalement sur la vie, n'est pas le poids des ans ni l'usure du corps, c'est la fatigue de l'âme.

H. Thoreau :

- Nous pouvons uniquement atteindre la cible que nous avons visée.

 

SOURIEZ

Le moniteur d'auto-école à son élève :

- Quand est-ce qu'un piéton a la priorité ?

- Quand il est assis derrière le volant dans sa voiture !

Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 06:43

perruche.jpg

Chuck raconte l'histoire d'un oiseau appelé Chippy : "Cette perruche n'avait rien vu venir. Une minute plus tôt, elle était paisiblement en train de chanter, haut perchée dans sa cage, et la suivante elle se sentit aspirée par un maelstrom géant, puis soumise à un lavage en profondeur suivi d'un séchage forcé.

Ses malheurs commencèrent quand sa propriétaire décida de nettoyer la cage avec un aspirateur. Elle enfila l'embout du tube entre les barreaux afin d'aspirer les graine et les plumes qui jonchaient le bas de la cage quand soudain le téléphone se mit à sonner, instinctivement, elle se détourna pour attraper le combiné. A peine avait-elle dit "Oui allo ? que sswwwPPP...Chippy se trouva aspirée dans la machine infernale ! La dame poussa un cri, laissa tomber le téléphone, et se précipita pour atteindre l'aspirateur.

Le coeur au bord des lèvres elle ouvrit le sac. Chippy était vivante, mais quelque peu "sonnée" et couverte d'une épaisse couche de poussière noire. Elle l'extirpa du sac et se précipita vers la baignoire, ouvrit le robinet à fond et plaça Chippy sous un torrent d'eau glacée comme pour la passer au Karcher. Puis elle fit ce que tout bon propirétaire emli de compassion pour son animal de compagnie ferait : elle s'empara du sèche cheveux et plongea le petit oiseau trempé et grelottant dans un ouragan d'air chaud.

Chuck termine son histoire avec ces mots : Chippy ne chante plus beaucoup depuis...."

 

ILS ONT ECRIT

Swindoll :

- La vie vous fera traverser de rudes épreuves, mais que cela ne vous empêche pas pour autant de continuer à chanter !

G.Shaw :

- Il est préférable d'avoir une vie remplie d'erreurs que de ne rien faire.

 

SOURIEZ

Un moniteur de ski dit à son jeune élève :

- Pour tourner à droite, il faut planter le bâton de droite à droite et celui de fauche à gauche, c'est clair ?

- Oui, oui, pas de problème répond le gamin.

Et il s'élance en plantant le bâton droit à droite et le gauche à gauche. Puis il se tourne vers le moniteur et lui demande :

- Et quand on n'a plus de bâtons, on fait quoi ?



Repost 0
Published by fontaine - dans coup de coeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fontaine
  • Le blog de fontaine
  • : Croire aimer vivre partage histoires vécues...
  • Contact

Texte Libre

Recherche